Une arme de subversion massive


Par Slobodan Despot − Le 8 juillet 2018 − Source AntiPresse

Résultat de recherche d'images pour "images nature"
Au début du printemps 2017, j’entamais mon jeûne d’un mois au bord du lac Baïkal. J’ai raconté cette expérience de semaine en semaine dans l’Anti-presse (n° 70, 71, 72), puis j’y suis revenu en créant une nouvelle rubrique intitulée « Reconquêtes » (Antipresse 75). Nous avons également consacré à ce thème une conférence très populaire dans notre fief de la Vidondée. Mais le sujet est inépuisable…


Avant d’entamer ma série « légère » d’été – dès le prochain numéro – il m’a semblé utile d’évoquer une fois de plus cette… quoi ? Discipline ? Diète ? Thérapie ? – Disons plutôt ce mode de vie. D’une part, parce que j’ai reçu tellement de courriers de lecteurs que je n’ai pu correctement répondre à tous : ceci sera une sorte de réponse générale. D’autre part, parce qu’il est utile et honnête d’évaluer une expérience sur la durée et non seulement sur ses effets immédiats.

Mais le motif immédiat de cette réflexion est le fait que je me trouve au milieu d’une huitaine de jeûne avec quelques amis dans mon fief de Vrdnik, en Serbie.

Vrdnik est un ancien village minier de la Fruška Gora, la chaîne de collines bordée par le Danube (au nord) et la Save (au sud) et qui s’étend sur toute la Syrmie (Srem) depuis la frontière croate pratiquement jusqu’aux abords de Belgrade. Ce promontoire isolé dans la très monotone plaine de Pannonie est connu pour ses 17 monastères orthodoxes, qui lui ont valu le surnom de « mont Athos serbe ». Il est en grande partie protégé en tant que parc national.

La bourgade de Vrdnik (déformation d’un mont slave signifiant « la Mine ») est sa principale destination balnéaire. Elle était surtout connue pour son monastère du XVIe siècle doté d’une importance culturelle de premier plan – et bien entendu pour son charbon. Mais elle a vu son destin changer du tout au tout, au début du XXe siècle, lorsqu’un des puits d’extraction fut envahi par des eaux thermales. Ces eaux saturées de sodium, de magnésium et de sulfites jaillissent à 32,8 degrés et sont recommandées pour le traitement des rhumatismes et autres problèmes articulaires. Favorisant la convalescence postopératoire, elles ont suscité la création d’un centre hospitalier de réhabilitation.

Le centre thermal, tout comme l’hôpital, offre une émouvante relique de la gestion d’État socialiste. Le personnel y est fatigué, le mobilier encore bien davantage et l’architecture hideuse, mais la modestie des prix, la qualité et l’abondance de l’eau chaude attirent des foules venues non seulement des deux grandes villes de Serbie, Belgrade et Novi Sad, assez proches, mais encore des pays voisins. Depuis quelques années, un entrepreneur a construit tout à côté un hôtel cinq étoiles avec un spa et des soins de niveau mondial qui draine une clientèle encore plus cosmopolite.

Notre retraite se situe sur les coteaux fruitiers qui dominent la petite station. On y jouit d’un air très pur constamment brassé par les vents et de cette ambiance de campagne profonde qu’on connaissait dans la France des années 1970, où les seules « nuisances » sont constituées de l’aboiement des chiens, la nuit, et du chant du coq. Dans les trois maisons qui composent le hameau, on peut loger huit personnes à l’aise, douze en mode « course d’école ». En l’occurrence, nous ne sommes que quatre.

Le saut dans le vide

Le programme se compose de quatre jours de jeûne intégral (à l’eau seule), et de quatre jours de réalimentation avec de petites quantités de fruits et de légumes. Même sur une aussi brève période, c’est l’occasion de faire des observations
fascinantes sur le fonctionnement de notre corps, son interaction avec l’esprit et – surtout – les métamorphoses mentales et spirituelles provoquées par le jeûne.

Je ne commenterai pas ici la manière dont mes compagnons ont vécu cette expérience, une initiation pour deux d’entre eux. La réaction au jeûne varie beaucoup de cas en cas, et l’on ne peut témoigner que de ses propres sensations. En ce qui me concerne, je l’encaisse très bien. La sensation de faim disparaît dès le premier jour, les malaises liés au passage à l’autophagie (acidose) sont légers et je ressens un élan de vigueur dû à la fois à la combustion de mes propres graisses et à l’arrêt du système digestif, gros consommateur d’énergie.

Ceci est mon troisième jeûne bref après le Baïkal, et certains mécanismes se mettent en place de manière plus rapide et familière. Avant le « saut dans le vide » d’un mois, l’an dernier, je n’avais jamais jeûné. Comme tout un chacun, j’avais des appréhensions : va-t-on tenir ? Sera-t-on malade ? Tourmenté par la faim, le manque, l’ennui ? J’ai tenté de décrire dans mes reportages le degré d’intensité de ces détresses. Dans mon cas, il fut très faible.

Négligeable même, eu égard aux résultats. Pour ne prendre que le plus évident : en arrivant au Centre de médecine orientale de Goriatchinsk, le 20 mars 2017, je pesais 134 kilos. Au jour où j’écris, le 7 juillet, j’en ai 109. Une reprise partielle est probable dans les jours qui suivent, mais, l’un dans l’autre, ce processus m’aura permis de larguer plus de 20 kilos sans retour.

Le plus visible est rarement le plus important. Le Dr Walter Habicht, grand connaisseur de la méthode de jeûne russe et qui m’a recommandé le Baïkal, m’a rappelé récemment au téléphone que c’était avant tout pour des raisons psychiques, avant les problèmes de surpoids, que je m’étais adressé à lui. Distraction, angoisse, mélancolie : un cocktail familier aux écrivains, mais qui a détruit nombre d’esprits ou les a noyés dans les drogues. Le jeûne n’élimine pas tous ces maux, mais nous donne la ressource de les maîtriser. En le pratiquant, on comprend intérieurement son sens concret pour la vie spirituelle, un sens dont les traditions ne nous livrent que l’aspect formel et rituel.

J’ai été frappé en particulier par l’évidence de la retraite du Christ dans le désert. L’épreuve n’était pas dans la privation de nourriture, mais dans les tentations du Diable. Le jeûne était une arme pour les affronter, non un obstacle  supplémentaire. Et la durée même correspond à la réserve d’un adulte de corpulence moyenne. « Après avoir jeûné 40 jours et 40 nuits, il eut faim » (Matt. 4.2). Même cette notice précise et sobre correspond à la constatation des pionniers (Shelton, Nikolaev) et des cliniciens : lorsqu’un être humain arrive au bout de ses provisions intérieures, son corps se signale par le retour de la faim. D’une simplicité évangélique !

Une révolution dans un verre d’eau

À un niveau bien plus humble, le jeûne a modifié nombre de mes habitudes, tant alimentaires que mentales. Je passe sur l’aspect nutritif, il est amplement détaillé dans la littérature – ne mentionnerai que cette exquise et improbable redécouverte du royaume des légumes ! Sur le plan mental, il a entraîné des remises en question parfois abruptes et mal maîtrisées qui ont conduit à des catastrophes dans mes relations avec mes proches. De manière moins dramatique, j’ai démultiplié mon aversion pour les idées toutes faites, la pensée polarisée et les phrases-types. L’expression « pourquoi pas ? » revient de plus en plus souvent dans ma tête et mes mots.

Je l’observe ces jours-ci avec mes « novices » comme je l’ai observé sur moi-même au début : le jeûne n’est pas une thérapie ni un régime, c’est le signe d’une autre conception de la vie. Par conséquent, celui ou celle qui y entre doit déposer ses vieux habits à l’entrée. La sensation est vertigineuse et angoissante, comme pour l’oisillon qui vole pour la première fois. Il s’agit, d’une certaine manière, d’un véritable saut dans le vide. Vous savez qu’il ne peut rien vous arriver, que l’atterrissage sera doux et le vol prodigieusement intéressant. Mais toute la légion des petits démons appelés Habitudes, Usages, Idées Préconçues s’efforce de vous en dissuader. Cela crée des conflits internes dont l’expression « j’ai trop faim » est la résultante. Mais lorsqu’on questionne sérieusement cette faim, au deuxième ou troisième jour, qu’on s’efforce de décrire le phénomène concret, on s’avise qu’elle ne vient pas du ventre, mais de la tête. La faim est le prête-nom de tout ce qui en nous refuse de changer.

Une retraite de jeûne pose d’abord à tout citadin un problème insoluble : un brusque supplément de temps libre. L’absence des trois repas quotidiens ajoute trois heures, en moyenne, à notre journée active. Comment les meubler ? Nombre de gens ne supportent pas, dans cette soudaine irruption de calme, leur propre compagnie. Où sont nos dîners, nos grignotages, nos apéritifs ? Où sont les mille distractions qui nous permettent de ne pas penser à nous ?

Rester seul avec soi-même est un supplice pour l’humain moderne. C’est pourquoi la plupart des centres spécialisés, que ce soit le chiquissime Büchinger au lac de Constance (où l’on « jeûne » avec des bouillons !) ou l’austère sanatorium ex-soviétique de Goriatchinsk, imposent à leurs « patients » une prise en charge de tous les instants : gymnastique, conférences, films, briefings, promenades communes… Pourtant, l’un des apports les plus précieux d’une retraite de jeûne réside précisément dans cette redécouverte de son propre être au travers des transformations surprenantes qu’il éprouve.

D’instinct, j’avais refusé la stratégie du divertissement et réclamé, au Baïkal, qu’on me laisse seul autant que possible. Ces heures de solitude, parfois vertigineuses, se voient accentuées encore par la suspension du commerce continuel des intestins. Comme bien d’autres, j’ai découvert combien il pouvait être angoissant, mais aussi fructueux, de se retrouver seul à seul, dans le silence, avec cet inconnu : soi-même.

Notre allié venu du fond des âges

C’est dans cette solitude, à mon avis, que s’enracine l’une des vertus les plus puissantes de cette philosophie pratique, pour peu qu’on la considère autrement que comme un simple moyen de perdre du poids. Rentrant en nous-mêmes, nous redécouvrons soudain un humain archaïque et pourtant tout proche, non programmé selon les cadences et les besoins de la civilisation industrielle. Nous nous souvenons alors que nous sommes peut-être seulement la cinquième, voire la sixième génération dans notre lignée à manger trois fois par jour, avec une régularité de pendules. Comment faisaient les 100, les 200 précédentes ?

Et puis nous nous détachons, aussi, de nombre de maximes que nous avions crues sacro-saintes :

  • Mange ta soupe ! – Oui, si j’en ai envie. Si je n’ai pas envie, m’y forcer est une sottise. C’est que mon corps n’en a pas besoin.
  • Tu es malade ? C’est qu’il te faut manger encore plus ! – Faux : les animaux et les humains avertis cessent totalement de manger pour se soigner. Comme on le montre dans le reportage devenu classique de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade, « Le jeûne, une nouvelle thérapie ? » (Arte), se priver de nourriture accroît la résistance aux chimiothérapies et consume les cellules cancéreuses.
  • Le jeûne fait perdre la masse musculaire. – Archifaux : toutes les études montrent que le corps s’attaque prioritairement à ses réserves de graisse.
  • Les pertes de poids trop brusques sont aussitôt compensées. – Oui, si l’on revient à son régime d’avant. Mais au sortir d’un jeûne, justement, on n’en a pas envie. On y revient surtout par conformisme social.

Cette réfutation de nos « bonnes vieilles habitudes de table » et de certaines représentations immuables sur le sain et le désirable dans l’hygiène de vie débouche presque nécessairement – du moins chez moi – sur une révision générale de notre relation à la collectivité. J’ai toujours été proche des idées souverainistes. L’initiation au jeûne m’a cependant permis de découvrir une souveraineté effective et immédiate, celle que personne ne peut vous confisquer : la maîtrise de votre alimentation. Une souveraineté qui ne commence pas par soi-même n’est qu’un édifice de mots.

Voilà en quoi le jeûne est en réalité un mode de vie. Il nous rend confiance dans nos propres ressources au moment où tout le « système » social qui nous entoure s’efforce de nous en faire douter. Il nous rend individuellement autonomes quand l’interconnexion et l’interdépendance s’imposent partout. Il met à notre portée une recette de bonne vie qui ne coûte rigoureusement rien au moment où la santé, dans les pays industrialisés, est devenue un business bien avant d’être un service pour autrui.

Depuis Hippocrate et jusqu’à l’aube de la Modernité, en passant par les recettes de grands-mères, nos ancêtres étaient coutumiers du jeûne. Au XXe siècle, sous le monopole de la médecine pharmaceutique, cette pratique vieille comme le monde est devenue une activité subversive se transmettant de bouche à oreille. Ses pionniers et ses prosélytes, comme Herbert M. Shelton, ont été ignorés, calomniés voire jetés en prison. En Suisse, je connais des médecins qui recommandent officieusement le jeûne à leurs patients, mais qui n’oseraient jamais le prescrire publiquement, craignant de lourdes conséquences sur leur carrière.

Après avoir côtoyé bien des milieux engagés, j’ai fini par me détacher de toutes les « causes » qui ne mettent pas la transformation personnelle au cœur de leurs préoccupations. En sus de toutes ses vertus thérapeutiques, le jeûne est
aujourd’hui l’arme de résistance la plus efficace contre le totalitarisme de la consommation et le « grand hospice occidental » que notre société assise sur la peur et les maladies est en train de devenir. Quand nous nous plaignons que « tout nous échappe », qu’on nous « interdit tout », il est bon de se souvenir qu’il est une chose essentielle qu’« ils » ne peuvent pas nous prendre : notre santé. Car nous n’avons jamais cessé, depuis l’Antiquité, d’être « notre propre médecin ». Il suffit de s’en souvenir.

Crépuscule

À Vrdnik, les journées commencent au chant du coq et se terminent à la tombée de la nuit. On s’y promène dans des ruelles de campagne bordées de prunelliers, de pommiers ou de poiriers dont les fruits mûrs jonchent le sol et parfument chacun de nos pas. Quand on n’a rien mangé depuis plusieurs jours, ces odeurs nous apparaissent si denses, si profondes, qu’elles nous nourrissent. Le soir, on devise à la lumière d’une lampe à pétrole et puis l’on va calmement se coucher, avec la vague euphorie qu’éprouvent les conspirateurs et les révolutionnaires. Les choses sont plus simples qu’on ne le croit, et beaucoup plus simples que le système ne le voudrait.

Slobodan Despot

Note du Saker Francophone

Merci à l'équipe d'Antipresse et à Slobodan Despot de nous permettre de reproduire ce texte. Il semble que je ne sois qu'un parmi beaucoup à avoir tilté en le lisant. Depuis le premier texte autour du lac Baïkal, l'idée cheminait  en moi. Le fait d'en parler autour de moi a souvent suscité l'intérêt, la découverte que d'autres y pensaient aussi, mais aussi la crainte, la peur même de s'engager.

De cette première expérience, je peux dire que ce n'est pas anodin. Il faut beaucoup de calme autour de soi, de marches, être accompagné par un proche comme je le fus est un must, éviter de recevoir des amis ces jours-là, ne pas travailler, se déconnecter du monde de l'information. Bref ça se prépare. Ma crainte personnelle consistait à appréhender cette sensation de faim que je n'ai connue que rarement dans ma vie.


Finalement, la surprise était ailleurs. À part quelques douleurs aux mollets, dues aux marches peut-être un peu rapides, marches en pleine nature procurant un réel grand plaisir, coupant toute sensation de faim, et quelques insomnies quand le réel revient vous hanter, cette nourriture si proche, qui vous travaille autant l'esprit que le corps, et aussi quelques moments de faiblesse physique, au lever particulièrement, c'est plutôt la rupture de jeûne qui fut étonnante.

Nous nous attendions à retrouver cette sensation de satiété qui nous a quand même taraudé mais, à part un immense plaisir à croquer ces premiers morceaux de melon, une légère mais tenace sensation de crispation de l'estomac aura perduré trois jours de plus. Ce matin, le premier petit-déjeuner normal avec une belle baguette traditionnelle bien croustillante fut un réel plaisir et la satiété est arrivée très vite, les dernières bouchées étant de trop malgré la modestie des tartines. Pour être honnête, la rupture de jeûne fut partielle pour des raisons sportives développées ci-dessous et pour retrouver le plaisir de repas (raisonnables) et de pique-niques en famille sur les deux derniers jours.

Enfin côté statistiques, -3 kg après 4 jours, de 74,8 à 71,8 pour 1m75, -4,4 kg après 4 autres jours de rupture de jeûne (tisane, miel et 130g de fruits 2 fois par jour). Le poids est remonté à 72 kg ce dimanche matin après 4 jours de reprise d'une alimentation normale sans exagération.

Pour les sportifs, puisque je prépare un semi-marathon dans trois semaines, j'ai eu aussi quelques douleurs aux mollets qui ont disparu avec la rupture du jeûne, faiblesses et manque de rythme lors du 1er entraînement après 6 km tranquille à 9-10 km/h. Hier matin, 13 km pour tester la fin du parcours du semi avec une alimentation adaptée en sucres lents depuis deux jours et un petit-déjeuner ce matin-là à base de sucres rapides.

Expérience réussie donc avec quelques bémols, mais on n'a rien sans rien. Il faut se préparer, s'organiser et se dominer pour savoir dire non, une arme de subversion massive.
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF