Un autre proxy intelligent pour l’histoire quantitative


Le 16 décembre 2018 – Source Peter Turchin

L’inscription sur cette maison à Lübeck indique qu’elle a été construite en 1535. Je me demande si une date dendrochronologique le corroborerait. (Photo de l’auteur)

Quand je me suis intéressé à ce qui allait devenir la cliodynamique, j’ai d’abord pensé que j’allais simplement jouer avec quelques modèles mathématiques de processus historiques, parce que j’avais lu plusieurs fois auparavant qu’il y avait très peu de données quantitatives dans le domaine historique. En fait, c’est le contraire qui est vrai. Il s’est avéré que l’histoire dispose d’une énorme quantité de données avec lesquelles nous pouvons tester nos théories, et ce corpus empirique ne cesse de croître. La principale source de nouvelles données quantitatives est l’utilisation intelligente des « indicateurs indirects » – des indicateurs quantitatifs indirects de divers processus d’intérêt dans la dynamique historique. Je vois des articles qui publient ces nouvelles données presque chaque semaine.

Le dernier en date est le lien entre l’activité de construction européenne et l’histoire de la peste par une équipe de dendrochronologues basés dans de nombreux laboratoires en Europe centrale et du Nord, dirigée par Fredrik Ljunqvist. La dendrochronologie est la méthode de datation des cernes d’arbres, et elle nous permet de déterminer la date à laquelle un arbre a été abattu avec une précision d’un an. Le groupe de Ljungqvist a fait le tour de l’Europe en prenant des noyaux de poutres en bois dans de vieilles maisons et en les datant. Jusqu’à présent, ils ont collecté près de 50 000 dates de ce type pour la construction de bâtiments.

Étant donné que les nouvelles maisons sont habituellement construites pour accommoder une population supplémentaire, la distribution des années de construction datées nous fournit une grande approximation quantitative de l’augmentation de la population (voir le tableau A dans le graphique ci-dessous) :

D’après le graphique de Ljungkvist et al. 2018

Une chose à garder à l’esprit est que parce que les vieilles maisons sont constamment détruites, la probabilité qu’une maison du 13ème siècle ait survécu jusqu’à nos jours est beaucoup plus faible que celle d’une maison du 17ème siècle. Par conséquent, les données sur les dates d’abattage devraient être compensées. Si on le fait, deux grandes oscillations deviennent encore plus apparentes, avec des ralentissements dans la construction de nouvelles maisons reflétant les deux périodes de crise générale en Europe : la crise médiévale tardive du XIVe et du XVe siècle, et la crise générale du XVIIe siècle. Vous pouvez en savoir plus sur ces crises cycliques dans notre livre Secular Cycles.

Le deuxième graphique (panneau B) de la figure montre la répartition des foyers de peste, enregistrée dans des sources historiques, à partir d’une compilation bien connue basée sur les travaux pionniers du démographe français Jean Nöel Biraben dans les années 1970. Comme l’indique le titre de l’article, le principal facteur expliquant potentiellement le ralentissement de la construction, que Ljunqvist et al. ont étudié, est la mortalité due aux épidémies. Ici, je dois tempérer mes louanges pour l’article par quelques critiques. Bien que les données elles-mêmes soient merveilleuses, je ne suis pas sûr que les relier aux épidémies de peste soit la chose la plus intéressante qu’on puisse faire avec elles.

Une maison ancienne à Toulouse (photo de l’auteur)

 

Comme le reconnaissent les auteurs eux-mêmes, la population européenne, et donc l’activité de construction, a commencé à décliner bien avant la peste noire de 1347-1352. Les causes de ce déclin sont en fait bien connues et sont dues à l’aggravation des conditions structurelles et démographiques en Europe occidentale. En outre, et c’est encore plus intéressant, la population de la plupart des pays n’a pas commencé à augmenter immédiatement après l’arrêt des épidémies de peste. Dans notre livre Secular Cycles, nous discutons des raisons possibles pour l’Angleterre et la France de la fin du Moyen Âge, et en arrivons à la conclusion que le facteur qui a freiné la croissance démographique était l’instabilité sociopolitique incessante (la guerre de Cent Ans en France et la guerre des Roses en Angleterre).

Ljungqvist et ses co-auteurs proposent une explication similaire pour le déclin démographique du XVIIe siècle en Allemagne (la guerre de Trente Ans), mais ils le traitent comme un événement singulier. En fait, la guerre de Trente Ans faisait partie de la crise générale du XVIIe siècle qui a touché la majeure partie de l’Eurasie, de l’Angleterre au Japon.

Il y a quelques années, Walter Scheidel et moi avons proposé d’utiliser la fréquence des pièces de monnaie comme approximation quantitative de la guerre interne (voir notre article, Turchin P, Scheidel W. 2009. « Les chutes de la quantité de pièces de monnaie parlent du déclin de la population dans la Rome antique ». PNAS 106 : 17276-17279). On pourrait utiliser une approche similaire dans l’analyse des données recueillies par Ljungqvist et al. à titre d’exemple, voici à quoi ressemblent les données sur les thésauriseurs de pièces pour la Bohême (République tchèque moderne) :

Vous pouvez clairement voir les guerres civiles associées aux crises de la fin du Moyen Âge et du XVIIe siècle (les guerres des Hussites et la guerre de Trente Ans). Malheureusement, les dates de construction en République tchèque ne sont pas encore disponibles au public. Il sera très intéressant de voir si les données sur la thésaurisation des pièces de monnaie constituent un meilleur prédicteur de l’arrêt des activités de construction, comparativement aux données sur la peste.

Fredrik Ljungqvist a gracieusement partagé avec moi des données sur une autre région, l’Europe centrale et du Nord (données collectées par Hans Hubert Leuschner de l’Université de Goettingen). Les données que j’ai sur les thésaurus pour cette région ont une résolution assez grossière (intervalles de 50 ans), mais voici ce qui se passe si nous traçons ces deux approximations ensemble :

La courbe bleue représente l’évolution de l’activité de construction et les barres rouges représentent l’accumulation de pièces de monnaie par demi-siècle. Il serait préférable d’échantillonner les stocks de pièces sur des intervalles de temps plus courts (ce que fera bientôt le projet Seshat), mais vous aurez une idée approximative : les pics de stocks de pièces sont associés aux creux de l’activité de construction.

De façon plus générale, il y a beaucoup plus de variables dont les effets pourraient être étudiés. Nous fournissons beaucoup de tels proxies dans Secular Cycles. Par exemple, nous montrons la dynamique de l’activité de construction de temples ou d’églises pendant plusieurs cycles séculiers (ces bâtiments peuvent être bien datés à partir de documents historiques). Il serait intéressant de voir si l’activité de construction des élites et de l’État (qui sont principalement responsables des temples et des églises) est parallèle à l’activité de construction menée par des classes plus humbles.

Quoi qu’il en soit, en dépit de mes critiques, il est très bienvenu que nous disposions d’une nouvelle approximation de la dynamique historique. Nous en sommes peut-être au point où les sources traditionnelles, comme les chroniques historiques, sont épuisées, mais je m’attends à ce que les données historiques quantitatives continuent d’affluer, grâce à de nouvelles façons intelligentes d’envisager l’histoire quantitativement.

Une vieille maison à Aarhus, Danemark
Note du Saker Francophone

Cet article est un coup de sonde dans le blog d'une source qui est une référence dans le domaine de l'analyse des cycles historiques. Il est donc intéressant de suivre la logique et les objectifs que Peter Turchin mène dans l'hypothèse où notre futur est peut-être inscrit aussi en partie dans notre passé.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF