Sitrep : Opération Z – 9 Avril 2022


Par Nightvision − Le 9 Avril 2022 − Source The Saker

Azovstal, Mariupol | Viktor Mácha - industrial photography

Nous commençons par le plus gros scoop du jour. Nous avons enfin la confirmation de haut niveau des responsables russes que les instructeurs de l’OTAN et les combattants étrangers sont en fait pris au piège à Marioupol.

Tout d’abord, Adam Delimkhanov, membre de la Douma d’État russe, a déclaré ouvertement dans une interview à RT qu’il estime à environ 100 le nombre de ces étrangers, qu’ils sont en communication avec eux et que les rumeurs sont vraies, qu’ils essaient de négocier une libération et un couloir d’évacuation. Cela semble impliquer que toutes les rumeurs concernant Macron étaient exactes.

Vidéo : https://www.bitchute.com/video/72MTe5On9t9Y

Igor Konashenkov, quant à lui, confirme également qu’un nombre important de combattants étrangers est connu sur place car la Russie peut les entendre crier dans plus de 6 langues différentes dans des appels radio interceptés.

https://sputniknews.com/20220408/radio-communications-indicate-significant-numbers-of-foreign-mercs-stuck-in-mariupol-russian-mod-1094598098.html

Sans oublier qu’il est maintenant rapporté qu’ils ont essayé de briser le blocus avec un navire pour les secourir (à court d’hélicoptères je suppose ?) https://sputniknews.com/20220409/ukrainian-cargo-ship-tried-to-break-through-to-russian-black-sea-fleet-blocking-mariupol-port-mod-1094624584.html

Tout ceci n’est donc plus du domaine de la spéculation et de la fantaisie.

Pour ce qui est de l’attaque d’hier à Kramatorsk, elle avait de multiples objectifs, que nous avions tous prévus dans les SitRep précédents, lorsque j’ai spécifiquement dit que l’Ukraine passait désormais à une guerre exclusivement psychologique et terroriste, car elle ne pouvait pas gagner une guerre conventionnelle.

Les objectifs étaient les suivants :

  • terroriser les civils afin qu’ils ne fuient pas et qu’ils puissent être utilisés comme boucliers humains lors de l’affrontement à venir à Kramatorsk,
  • attribuer le faux drapeau à la Russie pour les mêmes raisons que lors du « massacre de Bucha » afin de continuer à extorquer la sympathie et les fonds de l’OTAN.

Ils l’ont fait intelligemment juste après que la Russie ait annoncé la nouvelle mesure de frappes contre les cours de triage, car ils savaient que cela apparaîtrait ostensiblement comme la dernière frappe russe visant cette catégorie d’infrastructure. Mais bien sûr, ils se sont trompés quand Arestovych et leur propre camp ont d’abord rapporté qu’il s’agissait d’un Iskander russe, sans savoir qu’un obus de Tochka serait découvert.

Une fois de plus, ceci est la preuve d’une autre chose que nous avons écrite il y a deux sitreps quand nous avons dit que l’Ukraine a été forcée de faire le massacre de Bucha pour essayer d’arrêter l’élan derrière la libération prochaine de Marioupol, et que le faux drapeau était en fait la preuve que Marioupol était prêt à tomber puisqu’ils devaient savoir que le grand bataillon de la 501e marine était prêt à se rendre à tout moment.

De la même manière, les rumeurs continuent de s’accumuler sur le fait que la phase 2 est sur le point d’être lancée, ou qu’elle l’a déjà été en partie (comme l’ont rapporté des personnes telles que Gonzalo Lira, etc.) et que l’Ukraine avait besoin de quelque chose pour enrayer la dynamique à venir et pour s’assurer que les civils ne fuient pas en tant que boucliers humains, car ils sont le seul espoir de l’UAF. Nous avons également écrit il y a quelques semaines que la fréquence, l’intensité et la gravité des faux drapeaux ne feront qu’augmenter à partir de maintenant, et cela semble déjà être le cas. Il est clair que la population civile a été jugée totalement sacrifiable par l’UAF.

Selon certaines informations, la Russie maintient toujours une force de taille décente (un tiers de ce qu’elle était auparavant) au nord de Kiev (du côté du Belarus). Si c’est vrai, cela continuerait effectivement à immobiliser les forces de l’UAF autour de Kiev, sans leur permettre de se redéployer complètement dans le Donbass ou ailleurs (c’est peut-être la raison pour laquelle Zelensky n’a demandé l’envoi que de 15 000 hommes, et non de l’ensemble de la force dans la région, que certains ont estimée entre 50 000 et 70 000 hommes ou plus). La raison étant bien sûr que s’ils laissaient Kiev sans défense, la force de manœuvre russe, beaucoup plus rapide, pourrait rapidement débarquer sous leur nez et capturer Kiev.

À présent, le Pentagone affirme que la Russie a positionné 40 BTG autour du Donbass, ajoutant ainsi une nouvelle injection de 10 000 soldats, et que la phase 2 est prête à démarrer à tout moment. Ceci est d’ailleurs une confirmation de la nouvelle réalité où ils ont fait marche arrière sur les « 180 BTG » originaux, comme je l’ai écrit précédemment, et utilisent maintenant des chiffres plus réalistes. C’est une preuve supplémentaire que la Russie n’utilise pas le nombre de troupes sur le théâtre des opérations comme elle voulait nous le faire croire.

Maintenant que la phase 2 est prête à commencer, parlons de tactique ou de « Pourquoi l’UAF va se faire écraser ».

L’un des enseignements les plus importants de la première phase de ce conflit est que l’UAF n’a aucune chance contre les forces russes dans un combat frontal et direct. Pour en comprendre les raisons, il faut connaître la structure et les fonctions de base des unités russes, notamment le tristement célèbre BTG (groupe tactique de bataillon). Sans entrer dans les détails, sachez simplement que, contrairement aux forces américaines qui disposent de coefficients de force plus importants, comme l’artillerie, les roquettes, etc., au niveau du corps d’armée, les unités russes les ont jusqu’au niveau du bataillon, ce qui permet aux forces de manœuvre plus rapides de disposer de leurs propres capacités de puissance de feu massive et de prendre directement des décisions.

Mais en plus de cette capacité à surpasser une force ukrainienne équivalente avec une puissance de feu bien supérieure, il faut comprendre que le BTG russe est équipé de grandes capacités d’artillerie de précision, sous la forme de 2S19 Msta pour les groupements les plus élites. L’artillerie ukrainienne a été étonnamment bien mise en œuvre, mais elle n’est toujours pas à la hauteur d’une unité d’artillerie russe complète équipée de son propre détachement de guetteurs, de systèmes de contre-batterie, d’éclaireurs et autres. En général, les unités russes auront une plus grande densité de feux (artillerie) par engagement, et à des distances plus grandes avec de meilleurs différentiels de précision.

Aucune victoire ukrainienne n’a été enregistrée dans un combat frontal, à l’exception de certains engagements dans la région de Buca/Kiev où nous avons vu une ou deux colonnes de cavalerie légère russe subir des pertes décentes et battre en retraite, mais il s’agissait de détachements VDV légers avec leurs propres objectifs spéciaux, peu protégés, etc.

Mais la majorité des engagements à grande échelle dans ces conflits modernes entre pairs consistent en des duels d’artillerie à moyenne ou longue portée. Le seul moment où les chars d’assaut et les forces mécanisées entrent en jeu, c’est pendant le transport ou le repositionnement/déploiement, ou une fois que l’artillerie a suffisamment affaibli les défenses – ou plus souvent les a mises en déroute – les autres forces commencent à avancer pour les achever.

La SEULE façon dont l’UAF a remporté des succès enregistrés jusqu’à présent est par le biais d’opérations asymétriques et principalement d’embuscades sur des colonnes en mouvement. Il y a de nombreuses raisons à cela, comme le fait que les États-Unis fournissent des informations par satellite aux forces de l’UAF pour les avertir de l’endroit exact où les grandes colonnes de la RF se déplacent et où elles sont susceptibles de se diriger. Cela permet aux forces de l’UAF de monter des embuscades en profondeur dans les zones avancées. Le secret pour y parvenir est le RTP (Registered Target Point). Le concept est très simple : une unité d’artillerie de l’UAF tire sur une route sous l’œil de guetteurs qui lui fournissent des corrections jusqu’à ce que la « solution » d’artillerie soit parfaitement ajustée au centre de la route. Cette artillerie sera ensuite recouverte de camouflage. Puis, lorsque le convoi russe passera la marque RTP, un observateur caché donnera le signal par radio et l’artillerie de l’UAF marquera des points instantanément avec une précision parfaite.

Tout cela est bien beau et bon. Mais lorsque deux forces, disons de taille égale, se livrent à une bataille de position classique où elles ont pris leurs positions, se sont retranchées, les deux sont conscientes des dispositions de l’autre plus ou moins avec une précision qui dépend de l’efficacité de leurs éclaireurs ISR et de leurs équipes de surveillance par drones, etc. Dans ce type d’affrontement direct, qui s’apparente à une confrontation classique entre deux forces comme à l’époque de Napoléon, la force russe détruira toujours facilement la force ukrainienne, 10 fois sur 10, avec des pertes minimales pour elle-même, car tous les avantages dans cette configuration vont au côté russe. Comme mentionné précédemment, les raisons de ce phénomène sont simples :

  • La Russie peut mettre en œuvre une plus grande densité de puissance de feu d’artillerie – plus d’unités, une plus grande quantité à travers la ligne de contact, point final.
  • Bien que les unités ukrainiennes ne soient pas en reste (en particulier l’élite du Donbass) et qu’il faille les féliciter pour leurs compétences, elles restent inférieures en termes de formation et de capacités aux troupes d’artillerie de la FR. Ce n’est peut-être pas un avantage énorme, mais c’est tout de même un avantage. Bien sûr, ils ont l’avantage de l’expérience, mais les artilleurs de la FR sont hautement entraînés et acquièrent déjà des tonnes d’expérience précieuse à la volée – ils apprennent vite.
  • L’équipement RF est de loin supérieur. Il s’agit de Msta 2S19 très modernes (supérieurs à n’importe quelle unité d’artillerie, même dans l’arsenal américain, avec une cadence de tir 4 à 5 fois supérieure à celle de l’équivalent américain M109, avec une plus grande portée, etc. ) avec une précision extrême, des portées plus longues, un régime plus élevé (~10rpm contre peut-être 3-4 pour l’Ukraine), de meilleurs viseurs et optiques, de meilleures capacités de surveillance car l’Ukraine utilise principalement des drones DJI de type prosumer qui peuvent être bons pour des trucs tactiques à courte portée, mais ont une portée, une durée et des optiques limitées par rapport aux Orlan-10 russes et autres. Et ne me lancez pas sur les légendaires munitions Krasnopol que les 2S19 peuvent tirer et ont tiré en Ukraine, qui sont des munitions d’artillerie guidées par laser qui volent exactement vers leur cible désignée par laser (par les Orlan-10, etc.), même si la cible est en mouvement. Et n’oubliez pas que, dans la plupart des cas, l’UAF ne disposera même plus de 2S3 Akatsiyas ou Gvozdikas ou de 2S7 Peonies, mais utilisera plutôt des BM-21 Grad ou de l’artillerie soviétique tractée héritée du passé, comme les obusiers D-30 ou équivalents (ces derniers étant de loin inférieurs pour diverses raisons).

En résumé, la Russie peut mettre en œuvre une puissance de feu plus précise, à plus longue portée, plus rapide et en plus grand nombre, tout en disposant de plus de munitions/carburant, etc. Quel est donc le point essentiel que je soulève dans tout ceci ? C’est le suivant :

La « guerre des manœuvres » qui a donné à l’Ukraine certaines possibilités d’embuscades semble toucher à sa fin. La Russie concentre ses troupes pour la « bataille finale » du Donbass, qui sera une guerre conventionnelle, frontale, menée de la manière décrite ci-dessus, avec des tirs d’artillerie massifs ouvrant les salves et des forces mécanisées se déplaçant pour attritionner les routeurs. Le problème majeur que cela pose à l’Ukraine est que l’on peut y survivre lorsqu’on dispose d’un espace de retraite et que l’on peut continuer à se replier, loin de l’avantage de l’artillerie massive. Mais lorsque l’étau continue de se resserrer sur le chaudron, les forces de l’UAF vont se retrouver dans une situation de concentration continue. Elles disposeront d’une zone de plus en plus petite dans laquelle les troupes pourront se regrouper, sans marge de manœuvre. Et cette zone sera soumise à un nombre croissant de tirs d’artillerie massifs qui les surclasseront et les dépasseront de manière exponentielle. Il n’y aura plus de coups bas asymétriques ni d’embuscades, car les forces russes ne se déplaceront pas en colonnes rapides et exposées sur les autoroutes, mais plutôt en position défensive avec des flancs protégés, etc. En bref, ce sera une zone de mort absolue pour les troupes de l’UAF.

Nous en avons déjà eu un avant-goût dans ce que j’appellerais le premier engagement de la phase 2, même si elle n’a pas encore officiellement démarré. Mais les batailles au sud d’Izyum, autour de Kam’yanka étaient dans l’esprit de ce que j’ai décrit ci-dessus. Il ne s’agissait pas de manœuvres rapides, d’embuscades ou de guerre asymétrique, mais plutôt de duels d’artillerie à distance dans l’esprit de ce qu’un commentateur a récemment appelé le fameux « complexe reconnaissance-attaque » russe. Et les résultats ont été brutaux pour l’UAF – j’ai joint la vidéo dans le dernier SitRep montrant les champs littéralement jonchés de cadavres de l’UAF après la bataille de Kam’yanka alors que la Russie a eu très peu de pertes. https://www.bitchute.com/video/eEictBBTEOQe/

Lisez l’essai sur twitter de cet analyste militaire sur les BTG russes et comment ils peuvent, selon lui, être caractérisés comme des groupes d’artillerie mobile en raison de la disparité des feux https://twitter.com/ArmchairW/status/1511888189153185796

Extraits : « C’est un rapport de 1:1 entre les éléments de manœuvre et les éléments de feu (artillerie). La doctrine occidentale est de 3:1. Cela signifie qu’un BTG russe a une zone d’influence (où il peut vous atteindre et vous toucher) égale ou supérieure à celle d’une brigade de type OTAN. (Organisation BTG représentative illustrée) »

Si vous lisez son post jusqu’au bout, vous verrez qu’il arrive à la même conclusion que moi, à savoir que l’Ukraine est sur le point de se faire méchamment démolir par l’artillerie RF dans la killzone du chaudron. Pour y réfléchir autrement : imaginez les forces de l’UAF très dispersées et moins sensibles à l’artillerie de masse car elles ont la possibilité de se disperser et de manœuvrer. Puis, au fur et à mesure que les forces de la FR les pressent d’un côté, et celles de la RPD et de la RPL de l’autre, les forces de l’UAF sont continuellement concentrées dans une région de plus en plus petite où les bombardements d’artillerie massifs frappent une zone dense de troupes avec des taux de pertes de plus en plus élevés.

Quiconque doute de certaines de ces affirmations n’a qu’à les entendre de la bouche même du cheval. Nous savons tous que les gros bonnets du Complexe Militaro-Industriel doivent adopter une certaine ligne de conduite en public, pour des raisons de politique et de marketing, et dire que la Russie est inférieure ou faible, etc. Mais derrière des portes closes, dans leurs propres analyses secrètes, ils disent des choses bien différentes.

https://www.benning.army.mil/armor/earmor/content/issues/2017/spring/2Fiore17.pdf

Voici ce que l’expert de l’armée américaine dit des BTG russes par rapport aux BCT (Brigade Combat Teams) américains équivalents, d’après un rapport de l’armée intérieure à Fort Benning. Quelques extraits saillants :

  • Bien que certains systèmes du BTG soient technologiquement supérieurs aux équipements américains correspondants, le BTG n’a pas la capacité d’observer, de cibler et d’attaquer le BCT simultanément sur un large front.
  • Les capacités des BTG sont extrêmement meurtrières lorsqu’elles sont concentrées contre des unités individuelles.
  • Les BTG disposent d’un complément d’artillerie de brigade qui surpasse et surclasse les BCT américaines, mais les BTG n’ont qu’un bataillon renforcé de détecteurs de manœuvres. La supériorité des feux locaux donne à l’artillerie des BTG la confiance nécessaire pour rester en place, et elle fournit aux BTG un soutien de feu indirect constamment disponible.
  • Les BTG supposent que la supériorité des feux et de la défense aérienne leur donne la liberté d’employer des frappes à longue portée dès qu’un contact visuel ou électronique est établi, sans tenir compte des infrastructures
  • Enfin, le roi de tous les moyens de protection russes est leur système intégré de défense aérienne. Bien que l’ADA russe n’ait pas été employée contre des avions de guerre ou des bombardiers, l’armée ukrainienne a perdu six hélicoptères et un avion de transport au début du conflit à cause de systèmes ADA russes bien coordonnés. De plus, les missiles tirés à l’épaule sont omniprésents à tous les niveaux des unités régulières.
  • Des BCT américaines, ou au moins des forces opérationnelles d’unités de la coalition de la taille d’une brigade dirigée par des Américains, peuvent être déployées à l’avenir pour dissuader ou vaincre un BTG… Si un conflit se produit dans un avenir proche, il est peu probable que la technologie permettant de vaincre les ADA russes soit disponible ; il est donc peu probable que le conflit commence par une attaque CAM de haute intensité.
  • Le BTG présumera de la supériorité des feux, de la GE et de l’ADA dans le combat prévu, mais numériquement, le BCT dispose de beaucoup plus de systèmes de combat et a une bien meilleure portée de soutien.
  • Supposons que l’attaque du BTG perturbe le C2 américain nécessaire pour coordonner une attaque au niveau de la brigade. L’attaque peut également neutraliser la réserve de la brigade et les batteries de tir. Par conséquent, chaque bataillon et compagnie américaine devrait avoir une attaque prête à être exécutée, planifiée et répétée, y compris l’autorité à initier si les communications sont perdues lors de l’attaque.
  • Le BCT doit prévoir de contre-attaquer sur un large front pour s’assurer que la menace est dangereuse, car si le BCT contre-attaque sur un front étroit, le BTG sera capable de se masser pour se défendre efficacement.
  • Bien que plusieurs des systèmes haut de gamme du BTG soient technologiquement supérieurs aux équipements américains correspondants, le BTG n’a pas la capacité d’observer, de cibler et d’attaquer le BCT simultanément sur un large front.
  • Si la construction du BTG continue de prouver son utilité en Ukraine, en Syrie et dans les conflits futurs, et que les forces terrestres américaines et russes se retrouvent dans des camps opposés dans un conflit, il est probable que les BCT devront vaincre des unités de l’armée russe organisées en BTG dans un avenir proche (avant 2025).

Quels sont donc les points à retenir de ce qui précède ? La plus importante étant que l’armée américaine admet ce qui suit :

La défense aérienne russe est non seulement supérieure, mais, chose choquante, l’armée admet qu’au moment d’une confrontation entre la Russie et les États-Unis, « la technologie permettant de surmonter l’ADA russe ne sera probablement pas disponible ». Ils comptent donc sur le fait que, même dans un avenir lointain, ils ne seront pas en mesure d’innover quoi que ce soit qui puisse percer l’ADA russe.
La guerre électronique russe est supérieure et perturbera probablement le C2 (commandement et contrôle) américain.

Plusieurs autres systèmes russes sont supérieurs à tout ce que possèdent les États-Unis, en particulier ici ils font référence à ce que j’ai déjà mentionné plus haut : Les systèmes d’artillerie russes sont en tous points supérieurs à ceux des États-Unis. Cela vaut aussi bien pour les unités automotrices comme le 2S19 Msta, qui est de loin supérieur au M109, que pour les roquettes à tube et les systèmes MLRS comme le BM-27 Uragon, etc. De même, à mon avis, les VCI légers russes sont supérieurs (bien qu’il s’agisse d’un point de vue plus controversé, alors que les autres sont largement acceptés) en raison du fait que les BMP-2 et les BTR-82 ont des canons de 30 mm beaucoup plus puissants que les Bradley / Strykers américains qui ont des 12,7 et 25 mm, et avec des régimes plus élevés également. Mais c’est pour une autre fois.
L’artillerie russe dépasse et surclasse l’équivalent américain (voir ci-dessus)
Dans tout conflit à venir, l’armée américaine doit considérer comme acquis que son C2 sera perturbé ET que ses batteries de feu (artillerie) seront neutralisées (c’est-à-dire qu’elles seront détruites par des tirs de contre-batterie russes supérieurs, etc.)

Maintenant, bien sûr, ils prescrivent toutes sortes d’antidotes sur la façon dont ils peuvent encore vaincre tactiquement les unités russes. Mais qui peut imaginer un seul instant que les forces ukrainiennes ont une chance dans une confrontation frontale et non asymétrique, étant donné les aveux de l’armée américaine elle-même sur ses propres forces ?

J’ajoute que ce rapport date de 2017 et que nombre des faiblesses qu’il attribue aux unités russes ont été corrigées ou améliorées depuis longtemps. Et il est assez sinistrement prophétique qu’ils prévoient une confrontation entre les superpuissances d’ici 2025. Il semble que nous soyons en avance sur le calendrier.

Cela dit, voici pourquoi je pense qu’une confrontation entre la Russie et l’OTAN est très improbable. Pour la simple raison que, en particulier dans la dépression économique mondiale actuelle (ce qu’elle est réellement si vous ne regardez pas les chiffres truqués), l’économie américaine est presque entièrement maintenue à flot par son CMI, qui s’est révélé être probablement le potentiel d’exportation et de fabrication le plus important des États-Unis – ses armes militaires. Pour conserver ce dernier vestige d’autorité économique, les États-Unis doivent entretenir le « mythe » et l’image d’invincibilité de leurs armes et produits militaires.

Compte tenu de ce que vous avez vu ci-dessus dans le rapport, il est absolument indéniable qu’au minimum, dans tout engagement entre la Russie et l’OTAN, la partie adverse subirait des défaites humiliantes de leurs systèmes vantés comme les F-35, les Patriots, les groupes de transporteurs américains, les drones avancés, les missiles et les PGM, etc, etc. L’ampleur du choc et de la perturbation que cela créerait pour le CMI américain est trop lourde à supporter. Ils ne prendront jamais le risque que leurs vaches à lait soient « exposées » sur la scène mondiale et que leur mystique mythique disparaisse.

Toute incursion, même minime, des États-Unis risque de provoquer un retour de flamme massif qui détruirait la crédibilité des armes américaines dans le monde entier. Ils ne peuvent pas risquer de montrer au monde la supériorité des systèmes russes. Imaginez que les États-Unis envoient des F-35 pour aider l’Ukraine et qu’ils soient abattus par des S-400 russes ? Réalisez-vous l’onde de choc symbolique que l’abattage des F117 américains au-dessus de la Serbie a provoquée dans le monde entier ? Et vous rendez-vous compte que toute la gamme des F117 a été littéralement retirée du service à cause de cet événement hautement humiliant et symbolique ? Que se passerait-il lorsque plusieurs des systèmes clés des États-Unis seraient montrés dans des vidéos haute définition sur YouTube comme étant complètement surfaits alors que les systèmes russes les démasquent ? Le risque est trop grand pour être supporté. Ils ne peuvent pas permettre que le dernier secteur rentable et mourant de leur moteur économique soit mis hors service.

Juste quelques petites mises à jour sur le terrain aujourd’hui pour éviter que le rapport ne soit trop long :

Les blindés russes continuent d’avancer en masse dans le Donbass de toutes les directions. Les Z affluent vers le nord, les V et les O vers le sud et l’ouest de Lugansk.

Comme nous l’avons signalé la dernière fois, le martèlement d’artillerie sur les zones industrielles de Marioupol s’intensifie, et de plus en plus d’unités tirent à plein régime sur les positions Azov : https://www.bitchute.com/video/Qk3XiP2nA5jw/

Les forces alliées ont finalement atteint le port de Marioupol et en ont pris la majeure partie. C’est une grande réussite, mais si vous regardez les cartes, il y a encore un grand quartier de la ville dans cette section ouest qui sera probablement long à nettoyer. Mais ce sont tout de même de très bonnes avancées.

Vous pouvez déjà voir le reportage de Wargonzo sur la zone : https://www.youtube.com/watch?v=mUCQ-BwSf-c

 

La carte est maintenant quelque chose comme ceci. La section la plus à gauche est celle où les forces ont capturé le port et avancé. La partie bleue du milieu est le grand complexe industriel d’Azovstal qui est maintenant assiégé de tous les côtés. Et le bleu supérieur est le dernier district de Kalmiuski avec les terrains de l’usine Illych également.

Le combat est plus intense que jamais car non seulement il reste les derniers groupes les plus fanatiques (3 000 ou moins sur les 14 000 à 17 000 qu’ils comptaient au départ), mais ils sont maintenant regroupés dans des zones de plus en plus concentrées, ce qui signifie que la densité de la guerre urbaine augmente, comme en témoignent les vidéos suivantes :

C’est tout pour le moment, à mesure que nous nous rapprochons de la grande action de la phase 2, je fournirai des SitRep plus approfondis sur le terrain, mais pour l’instant, j’ai ressenti le besoin d’inclure la rubrique ci-dessus pour contextualiser ce dont nous allons bientôt être témoins dans la bataille pour le « Grand Chaudron ».

Je vous laisse avec ce regard sur la façon dont de fiers citoyens russes font leurs adieux à leurs troupes de renfort bien-aimées alors qu’elles partent vers les lignes de front.

Et cette histoire rapide de Mariupol : https://www.bitchute.com/video/g2Q68upErJ05

Nightvision

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

1 réflexion sur « Sitrep : Opération Z – 9 Avril 2022 »

  1. Ping : Sitrep : Opération Z – 9 Avril 2022 - Strategika

Les commentaires sont fermés.