Sitrep de l’Opération Z au 20 avril


Par Nightvision – Le 20 avril 2022 – Source The Saker’s Blog

Commençons par l’évidence : toutes les cloches sonnent pour le début de la très attendue  » phase 2  » de l’Opération spéciale. Cependant, pour ma part, je ne suis pas encore entièrement convaincu qu’elle a pleinement commencé et je prends le parti de la prudence, conformément à ce que le Pentagone et des analystes comme le colonel Cassad ont déclaré :

Nous n’avons pas encore observé d’actions offensives utilisant de grandes forces d’infanterie et de chars, seulement des centres locaux de percées le long des lignes Izyum-Kremennaya et Popasnaya. Une avancée, à l’est de Gulyai-Polye, où nos forces sont clairement devenues plus actives. Ailleurs, les tirs de roquettes et d’artillerie de campagne, d’aviation et de missiles de haute précision se sont intensifiés partout. Mais jusqu’à présent, les lignes de contact n’ont pas changé. Il convient de noter, peut-être, la détérioration des conditions météorologiques dans le Donbass.

 

Le Pentagone est beaucoup plus conservateur dans la description des opérations militaires de la Russie dans le Donbass que Zelensky. Les États-Unis pensent qu’il s’agit du prélude à une offensive plus importante qui, avec l’ajout de troupes, en est maintenant à 78 BTG en Ukraine, soit 13 de plus que la semaine dernière. »

Je suis d’accord sur le fait que nous n’avons pas encore vu l’utilisation complète des troupes constituées, et que toutes les nouvelles troupes n’ont même pas encore achevé leur déploiement. Cela étant dit, il est certain qu’une nouvelle phase d’activité semble avoir commencé, mais ce que je distingue, c’est qu’il semble maintenant que la Russie pourrait l’intensifier de plus en plus, et qu’il ne s’agira pas d’une blitzkrieg massive dès le départ, car l’action que nous avons vue ces deux derniers jours est encore relativement limitée. Il pourrait s’agir d’une phase de test avec quelques actions de reconnaissance pour sonder les défenses ennemies avant qu’une activité combinée plus importante ne soit observée.

Ceci étant dit, quelques mises à jour :

Tout d’abord, il y a eu une grande frappe de missile Kaliber sur Lvov et nous avons maintenant des confirmations, venant de plusieurs endroits, de ce qui a été frappé :

Un stock de missiles antichars américains, allemands et britanniques a été détruit dans un dépôt militaire à Lvov. Selon notre source au SBU, l’attaque de la base logistique de Lvov a été une surprise totale. Plusieurs dizaines de tonnes de diverses armes antichars ont été détruites dans l’installation, notamment des PanzerFausts allemands, des NLAW britanniques et des Javelins américains. On s’attendait à ce qu’elles suffisent pour un mois d’hostilités actives contre les troupes russes. Selon notre source, l’installation a été réalisée secrètement sur des sites commerciaux et civils. Par conséquent, une enquête est en cours pour savoir comment les Russes ont pu découvrir les trois sites de stockage.

Bonnes vues de certaines des frappes : https://www.bitchute.com/video/44FoCSN5aYWV/

L’analyste de MSNBC devenu « expert militaire », Malcolm Nance, a fait une sacrée performance en se baladant à Lvov pendant le « raid aérien » : https://www.bitchute.com/video/dQLaHNLJTlWQ/

Puisque nous parlons des armes occidentales, voici Scott Ritter qui confirme ce que nous avons écrit à maintes reprises, à savoir l’inefficacité du missile Javelin : https://www.bitchute.com/video/hEsyUPnRjZdt/

De nombreux endroits ont été touchés à Nikolayev et Kharkov également, détruisant des installations de stockage et des points de rassemblement des FAUs.

A Marioupol, les avancées se poursuivent sur plusieurs axes autour de l’usine Azovstal, mais encore seulement à la périphérie de celle-ci. Les avions et l’artillerie russes martèlent Azovstal sans arrêt : https://www.bitchute.com/video/l2nFk74hqKVP/

Si vous remarquez le bord est du contour rouge sur cette carte, il y a encore quelques blocs d’immeubles de banlieue juste en dehors des terrains industriels réels d’Azovstal. Des batailles et des nettoyages ont encore lieu dans ces quartiers nord-est, mais il ne reste que quelques blocs.

Selon les rapports, 20 à 30 nouveaux prisonniers ont réussi à se rendre près d’Azovstal, mais on n’en voit qu’une poignée sur cette vidéo :

Les rapports indiquent que 80% du bataillon Azov restant veut se rendre, mais que les 20% qui ne le veulent pas les tiennent en joue et refusent de les laisser se rendre. De plus en plus de preuves en sont apportées. Par exemple, cette vidéo d’un soldat des FAUs qui a reçu une balle dans le dos, tiré par ses camarades, et qui tenait à la main des tracts contenant des instructions de reddition (18+) :

À la marque exacte de 1:13 de cette vidéo : https://www.bitchute.com/video/Bi9greL7CiHJ/

vous pouvez voir à quoi ressemblent les tracts qui sont lancés par l’artillerie au-dessus d’Azovstal. Ils contiennent des instructions spécifiques sur la façon dont les prisonniers doivent se rendre (pour des raisons de sécurité, comment ils doivent sortir exactement, ce qu’ils doivent faire, où doivent se trouver leurs mains, quels couloirs ils doivent utiliser, etc). Et vous pouvez voir que le même dépliant se trouve sous le corps du marin assassiné par les FAUs.

Et puis il y a ça :

Selon le contenu des interceptions radio, les commandants des formations armées restées à Azovstal, réalisant le caractère désespéré de leur situation, sont prêts à déposer les armes, mais seulement sur l’ordre (commandement) approprié de Kiev. Sans recevoir un tel ordre, les commandants des formations armées ukrainiennes ne peuvent pas prendre une décision de leur propre chef, car un tribunal militaire avec une sentence, pouvant aller jusqu’à l’exécution, les attend pour ces actions en Ukraine.

Des ordres écrits de Kiev ont été postés qui semblent montrer un ordre direct de non-reddition venant de haut niveau. Pour des raisons évidentes, les élites de Kiev ne veulent pas que ces hommes se rendent, ceux-là même à qu’ils ont envoyé plus de 10 hélicoptères et bateaux pour tenter de les sauver. Il est clair que ces hommes détiennent trop d’informations précieuses qu’ils ne peuvent risquer de livrer aux Russes. Kiev préfère donc qu’ils soient tués et que leurs actes soient perdus pour l’histoire.

Serhiy Volyna, commandant de l’ensemble de la 36ème Brigade de Marines restée dans la région d’Azovstal (et l’un des deux derniers hauts gradés sur place avec Prokopenko, le chef du Régiment d’Azov) a lancé un dernier appel désespéré dans lequel il affirme qu’il ne leur reste que « quelques jours ou quelques heures » :

Je dirais qu’il reste encore une bonne semaine ou deux, à moins qu’ils ne se rendent, car la destruction de ce complexe industriel géant sera difficile. Des photos ont été prises montrant comment fonctionne le système souterrain sous le complexe, et ce n’est pas une tâche facile. L’usine a manifestement été conçue pour résister à une attaque nucléaire, on peut donc imaginer à quel point certains des systèmes souterrains sont profonds et fortifiés. Il n’y a toujours aucune indication sur la façon dont ils prévoient vraiment de la nettoyer.

Ici vous pouvez voir, quelques unités en périphérie dans ce bloc avant l’usine, un soldat portant un bâton d’ouverture de brèche bricolé rempli d’explosifs https://twitter.com/200_zoka/status/1516810203953516547.

La carte ci-dessus montre certaines des zones d’incursion où les troupes pénètrent dans les terrains industriels à l’angle nord-est.

Dans d’autres régions, les gains les plus importants, et de loin, de la 2e phase ont été réalisés le long de l’axe Izyum et LPR. Les forces russes avancent du nord vers le bas en direction du fleuve Donets.

Il a été annoncé que Rubizhnoe était totalement capturée, les forces tchétchènes replacées de la SOBR et de la LPR hissant les drapeaux à l’entrée : https://www.bitchute.com/video/R6d7IWV2mn5P/

Cependant, nous attendons une confirmation complète car certaines sources affirment qu’il pourrait y avoir une partie de la ville au sud qui n’a pas été libérée.

Pendant ce temps, de lourdes batailles se poursuivent à Popasna, une ville stratégique clé, et les troupes de la LPR et de la Tchétchénie auraient avancé au-delà de la moitié de la ville, qui devrait tomber dans un avenir proche. Des rapports indiquent que 70 à 80 prisonniers ont été faits ici, bien qu’une vidéo n’en ait montré qu’une douzaine jusqu’à présent :

L’artillerie martèle Popasna : https://www.bitchute.com/video/HmXMdTKK9ew1/

À côté de Rubizhnoe, la ville de Kreminna a également été entièrement prise. Cela crée un risque dangereux de ‘chaudron dans le chaudron’ pour les FAUs car une fois que Popasna tombe, les troupes peuvent se lier avec celles du nord par Rubizhnoe/Kreminna, piégeant ainsi les FAUs à Severodonetsk et Lysychansk de la manière suivante :

En raison de cette menace, on entend de plus en plus souvent dire que les FAUs prévoient une « retraite massive » le long du « triangle » Rubizhnoe-Lysychansk-Severodonetsk, comme on l’appelle, afin d’empêcher la formation de ce chaudron. Il ne faut pas oublier qu’il existe un très important groupe de FAUs dans ce « triangle », le deuxième en importance après le groupement de Slavyansk-Kramatorsk-Druzhkivka. Cependant, d’autres rapports ont rapidement mis en garde qu’il n’y a pas eu de retraite massive, du moins pas encore, et que les FAUs continuent de s’accrocher. Cela dit, certains prisonniers capturés dans la zone ont déclaré que les officiers supérieurs se sont déjà retirés et ont fui, mais il n’y a pas de confirmation à 100%.

Depuis la ligne de front :

Collègues, il n’a pas eu d’information sur un retrait des FAUs de la LPR, mais sur le retrait de quelques troupes et l’évacuation du poste de commande. Les ukrainiens conservent leurs positions dans la LNR et n’ont pas l’intention de battre en retraite. La libération de Kremennaya n’entraine aucun risque d’encerclement car il y a une rivière là-bas et nos troupes sont occupés à casser les défenses situées à Bakhmutka et Popasnaya, à partir du sud. La seule menace pouvant forcer les ukrainiens à se regrouper sont les succès engrangés par les russes se dirigeant vers Yampol et Liman. Ce qui obligerait à un renforcement des défenses de Slavyansk et Lisichansk, centrées sur Seversk. Cette manœuvre facilitera peut être la libération finale de Rubezhnoye et Severodonestket, mais il est prémature de postuler un abandon de Lisichansk par les ukrainiens car cette ville est importante pour leur défense.

Carte du contrôle de la ville de Popasna. Popasna en bas à droite. En rouge les forces de la LPR, en bleu les FAUs. C’est une ville clé qui contrôle la porte d’entrée de la région à l’ouest et au nord.

Au nord-ouest de cette ville, les forces russes ont réalisé des avancées majeures dans la région d’Izyum depuis le début de la phase 2.

La ville de Torske, encerclée en rouge sur cette carte, a été capturée :

De même, plusieurs localités autour de Lozove, telles que Yatskivka et Rubtsi, auraient été capturées par les forces russes, qui avancent lentement vers Lyman. Les forces au sud d’Izyum ont continué à avancer en direction de Slavyansk, avec des résultats incertains, car il s’agit d’une zone fortement boisée qu’il serait difficile de traverser, avec des unités ukrainiennes profondément ancrées partout.

En bref, une forte pression s’exerce maintenant depuis le nord sur le groupe coincé dans le chaudron, et nous pourrions éventuellement voir le « triangle » de Severodonetsk devenir un chaudron coupé du reste puis assiégé.

Au sud, les forces russes ont fait quelques mouvements vers Velyka Novosilka et capturé quelques hameaux comme Makarivka, Storozhevoe, Rovnopol et Novoselka, mais il n’y a rien de trop important à dire pour l’instant, nous attendrons donc la prochaine mise à jour sur ce front. Quoi qu’il en soit, ce front attend probablement la chute de Marioupol pour libérer tous les renforts avant de se mettre en branle.

Autres nouvelles :

Les États-Unis ont COMMENCÉ à former une cinquantaine de conseillers militaires ukrainiens à l’utilisation des systèmes d’artillerie obusiers fournis par les Américains dans un lieu tenu secret en Europe : un haut responsable de la défense américaine estime que les Ukrainiens devraient être en mesure d’apprendre à utiliser les systèmes en quelques jours.

Et le Royaume-Uni envisage d’envoyer une « poignée » de véhicules blindés avancés Stormer équipés de lance-missiles Starstreak.

https://www.independent.co.uk/news/uk/ukraine-boris-johnson-volodymyr-zelensky-lviv-donbas-b2060450.html

Personnellement, je pense que c’est une bonne nouvelle car cela donnera aux forces russes une rare occasion de s’entraîner et de se mesurer en temps réel aux meilleurs équipements de l’OTAN, afin d’en connaître les secrets et les vulnérabilités. Ainsi, même s’il s’agit d’une menace, je pense que cela ne fera que renforcer la capacité des troupes russes à se préparer à un futur conflit contre l’OTAN.

Et à la lumière de tous les ateliers de réparation de véhicules, les ateliers, les usines, etc, que la Russie a frappé, il semble que l’Ukraine soit à court de moyens pour réparer ses propres véhicules.

Les actions des forces de missiles russes, qui au cours des derniers mois ont régulièrement attaqué les installations de l’industrie militaire du régime de Kiev, ont porté leurs fruits. Désormais, la réparation des équipements endommagés du régime de Kiev sera assurée par des entreprises de défense tchèques. En effet, Kiev n’est plus en mesure de réparer les véhicules blindés par ses propres moyens.

Notez que le transport des équipements endommagés vers la République tchèque, leur réparation et leur retour prendront beaucoup plus de temps et coûteront beaucoup plus cher à l’ennemi. En fait, il est plus facile de simplement en acheter un nouveau.

Et sur cette note, il y a des rapports comme celui-ci :

« ❗️La Pologne prépare secrètement une « campagne de libération » contre l’Ukraine. À cette fin, un ensemble de mesures est en cours d’exécution, la fourniture d’armes, d’équipements et de mercenaires à travers la frontière polono-ukrainienne. Plusieurs formations de l’armée polonaise, la 18e division de fusiliers motorisés et la 6e brigade aéroportée, se préparent à une « mission de maintien de la paix ».

 

L’armée polonaise a multiplié les initiatives, dans la mesure du possible, pour que les unités retrouvent leur état de guerre. Le recrutement des « volontaires » s’effectue par le biais des sites Internet du ministère de la Défense de Pologne.

Non confirmé bien sûr, et douteux mais il faut y penser, et c’est quelque chose que beaucoup d’entre nous attendaient déjà depuis longtemps.

En ce qui concerne le financement, il a été annoncé que l’aide totale avoisine les 3 milliards de dollars rien que de la part des États-Unis.

https://www.zerohedge.com/geopolitical/biden-prepping-yet-another-huge-weapons-package-ukraine-total-military-aid-nears-3bn

Les États-Unis ont envoyé 2,6 milliards de dollars d’aide militaire à l’Ukraine depuis l’invasion de la Russie le 24 février, les armes du ministère de la Défense atteignant le champ de bataille dans les 48 à 72 heures : un haut responsable de la défense américaine.

Ce qui est intéressant, c’est que les États-Unis ont dépensé 3 milliards pour financer les Talibans dans les années 80, pendant toute une décennie.

L’orientation de la politique américaine pour la durée de la guerre a été déterminée par Carter au début de 1980 : Carter a lancé un programme d’armement des moudjahidines par l’intermédiaire de l’ISI pakistanaise et a obtenu l’engagement de l’Arabie saoudite de s’aligner sur le financement américain à cette fin. Le soutien américain aux moudjahidin s’est accéléré sous le successeur de Carter, Ronald Reagan, pour un coût final de quelque 3 milliards de dollars pour les contribuables américains.

 

L’opération Cyclone a été l’une des opérations secrètes de la CIA les plus longues et les plus coûteuses jamais entreprises.[2] Le financement a officiellement commencé avec 695 000 dollars à la mi-1979,[3] a été augmenté de façon spectaculaire pour atteindre 20 à 30 millions de dollars par an en 1980, et est passé à 630 millions de dollars par an en 1987,[1][4][5] décrit comme le « plus gros legs à une insurrection du tiers monde ».[6]

Il s’agit donc de l’opération de la CIA « la plus longue et la plus coûteuse » de l’histoire, qui s’est soldée par 3 milliards de dollars en 10 ans. Mais l’Ukraine a déjà reçu 3 milliards de dollars en un seul mois. Imaginez combien ils vont y injecter d’ici la fin de l’année ? Cela montre ce que j’ai déjà dit auparavant, à savoir que c’est probablement le programme le plus coûteux de ce type dans l’histoire. Et cela ne tient compte que de l’aide américaine, l’OTAN et l’UE déversent des milliards de plus. [Les montants  sont à relativiser vu l’inflation, NdSF]

Enfin, comme je l’ai dit au début, je ne pense pas que nous ayons encore vu le début de la phase 2. Il semble que ce ne soit que la phase d’ouverture et de sondage, car toutes les forces disponibles n’ont pas encore été engagées. Mais nous verrons si cette semaine confirme ou non ce point de vue.

Je vous laisse quelques vidéos de ces derniers jours :

Hommage au légendaire homme au sac à dos rouge que vous avez peut-être tous vu diriger certaines unités à Marioupol :

Il s’agit du commandant d’une unité de l’infanterie navale russe de la flotte de la mer Noire (Marines) opérant à Marioupol.

Usine d’Illych dégagée (18+) https://www.bitchute.com/video/rS5DTkzHkA9V/

Les Tchétchènes entrent et nettoient les premières parties du complexe Azovstal (18+) :

La défense aérienne de la Russie abat un Su-25 des FAUs au-dessus d’Izyum :

Nightvision

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

   Envoyer l'article en PDF