San Francisco est devenu un cloaque criminel et coûteux


tyler durdenPar Tyler Durden – Le 24 mai 2019 – Source Zero Hedge

Du fait d’une criminalité élevée, de la misère, de lois assouplies sur la drogue et d’un coût de la vie extrêmement élevé, San Francisco est devenue l’un des endroits les plus déprimants du pays, selon Erica Sandberg du City-Journal.

Et ce ne sont pas seulement les rues couvertes de merde qui exigent des « patrouilleurs de caca », bien équipés et copieusement rémunérés, pour tenter de gérer le fiasco fécal, ou les milliers d’aiguilles de seringues usées jonchant le sol, ou le nombre choquant de sans-abri agressifs terrifiant les touristes ; San Francisco est un bastion du crime contre la propriété – en fait, c’est la pire ville du pays en matière de cambriolages, larcins, vols à l’étalage et vandalisme, selon le rapport.

11093896153_2d2092c68c_b_0_0

Selon City Journal :

Le taux de cambriolages est particulièrement frappant : en 2017, plus de 30 000 déclarations ont été déposées et la moyenne actuelle est de 51 par jour. Les autres infractions de moindre gravité, notamment le trafic de drogue, le harcèlement de rue, les campements, l'exhibition indécente, l'ivresse publique, les voies de fait simples et les comportements désordonnés sont également très répandus. ...
Lorsqu'ils se mêlent à d'autres problèmes pour lesquels la ville est maintenant infâme - excréments humains, souillures et sans-abri, en hausse de 17% depuis 2017 - les habitants de San Francisco se retrouvent entourés de misère et de désordre.

Selon de nombreux responsables de l’ordre public, la vague de crimes est alimentée par une loi de 2014, la Proposition 47, qui rétrogradait, de crime en délit, la possession de stupéfiants illégaux à des fins personnelles ainsi que le vol d’objets d’une valeur inférieure à $950.

Tout cela a déprimé les résidents, selon Susan Dyer Reynolds du Marina Times : « Beaucoup de gens sont prêts à partir parce que les crimes causent la dépression », ajoutant « les centres pour sans-abris ne sont pas de tout repos, les gens volent et s’introduisent dans les voitures pour satisfaire à leurs habitudes de consommation. La criminalité va augmenter. Nous le savons. »

Screen Shot 2019-04-22 at 9.26.49 AM_0
Plaintes contre les seringues à San Fransico. En octobre 2018, 7.500 contre 132 dix ans plus tôt.

Pendant ce temps, les crimes rampants de faible intensité intensifient la faillite des commerces de détail à San Francisco.

Toujours selon le City Journal

Les magasins de Landmark Mission District ferment leurs portes, pour cause de vols et d'un manque de sécurité. En avril, CVS a fermé deux pharmacies ravagées par le vol constant à l'étalage. Les entreprises familiales, anéanties par de soi-disant pertes mineures, ont du mal à survivre. Les devantures de magasins vides parsèment des quartiers autrefois animés.

« Les crimes contre les biens et les crimes mineurs réduisent l’espace réservé aux gens ordinaires et l’agrandissent pour ceux qui les commettent », a déclaré la procureure pénale Nancy Tung, candidate au poste de procureur du District aux élections de 2019. « Si nous continuons dans cette voie, nous verrons encore plus de gens quitter San Francisco. »

Le crime frappe essentiellement les plus pauvres

« Dans le quartier de Tenderloin, nous avons des populations vulnérables – des personnes de couleur, la plupart des enfants, la deuxième plus grande concentration de vieux, qui sont retenus en otage par des trafiquants de drogue et des voleurs, et la ville leur dit que ces crimes ne sont pas si graves », dit Tung. « Nous ne parvenons pas à les protéger. La police fait du bon travail, car les criminels sont arrêtés, mais ils sont relâchés dans la rue à chaque fois. »

san fran teaser_0« L’usure quotidienne de votre psychisme vous marque », a déclaré David Young, président du conseil d’administration de South Market, son établissement, qui a subi quatre bris de vitres en six mois. « Quand nous passons la porte, nous savons qu’il y a 100% de chances que nous voyions quelqu’un qui consomme de la drogue, plus ou moins déshabillé, du sang sur les trottoirs et des objets tranchants qui traînent. Ce sont des crimes dont personne à l’hôtel de ville ne semble se préoccuper. Quand vous dites quelque chose, vous êtes traité de fasciste« .

Selon M. Young, San Francisco était un endroit où il faisait bon vivre. « Maintenant, les gens considèrent la ville comme un abcès … Le coût du logement par rapport à la qualité de la vie est très élevé. Tout le monde en parle. Le crime a été ignoré pendant si longtemps qu’il est devenu énorme. Les délinquants récidivistes n’ont pas de problème pour payer leurs cautions, en particulier les trafiquants de drogue, car ils y voient seulement un coût lié à leur activité ».

Se défendre

Certains habitants prennent les choses en main. L’activiste Frank Noto, cofondateur de « Stop à la criminalité: un quartier pour la responsabilisation en matière de justice pénale », a déclaré qu’il avait entendu trop d’histoires de gens du pays souffrant de vandalisme et de cambriolages. En 2016, Frank a contribué à l’obtention d’une subvention de l’hôtel de ville pour financer des outils de prévention du crime, tels que l’installation de caméras de sécurité et de dispositifs de suivi.

Selon City Journal :

Les voisins s'étaient réunis pour un projet artistique qui attirait les foules, mais aussi les réseaux criminels. Les voitures des touristes ont d'abord été touchées, puis les voitures des résidents, puis les maisons. Le groupe a donc lancé un programme de surveillance de l'action judiciaire. Ils ont assisté aux audiences et ont observé les décisions prises, ils ont constaté une approche judiciaire laxiste de ces affaires. Leur présence n’est pas passée inaperçue. Les juges savent qu’ils font l’objet d’un contrôle; l'un s'est réellement récusé. «Nous devons prendre position», déclare Noto. «Nous avons parlé à un électricien qui a été cambriolé à six reprises et dont tous les outils ont été volés. Tout ce que nous voulons, c'est que le procureur et les juges prennent cela au sérieux.»

La police de San Francisco dit qu’elle « fait de son mieux » pour ce qui en vaut la peine. Le capitaine du département SFPD, Carl Fabbri, responsable du poste de police chargé du quartier de Tenderloin déclare : « Cela ressemble à l’enfer ici, mais nous attrapons ces gens. Les vols qualifiés ont diminué de 17%, les cambriolages de 28% et les introductions par effraction de 26%. Ces résultats ne sont pas obtenus par hasard. Nous faisons sortir les gens de la rue, même pour deux jours. Quand ils sont en prison, nous constatons un impact. »

Cela dit, le système judiciaire de San Francisco libère les délinquants trop tôt, selon des personnalités comme Fabbri, Tung et Noto. « Nous pourrions les garder et leur être utiles pendant qu’ils sont en prison », explique Fabbri. « Cela pourrait vraiment être efficace. Nous devons changer les lois et les politiques, modifier la Proposition 47 et renforcer les lois sur la qualité de la vie.« 

Nous ne retiendrons pas notre souffle… mais enfin, sait-on jamais.

Statistiques annualisées des incidents liés à des excréments à San Francisco

Tyler Durden

Traduit par jj, relu par San pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF