Réfutation d’un pamphlet écrit par des « covidiots »


Par Moon of Alabama – Le 26 septembre 2020

Dans un récent commentaire posté sur Moon of Alabama, un commentateur, ADKC, citait un article du blog Off-Guardian qui n’a aucun sens. L’article, publié la semaine dernière, est une reprise avec mise à jour d’un article du même auteur publié en avril.

Cette récente version n’est malheureusement pas meilleure que l’ancienne. Elle répète de faux chiffres, est scientifiquement étonnamment inexacte et tire de fausses conclusions.

Il n’est pas très logique de revoir et de réfuter tout ce fouillis. Je me concentrerai donc sur 6 des 8 « Messages à rapporter chez soi » cités à la fin de l’article qu’ADKC a publié ici :

1. Les coronavirus sont des sortes d’agents viraux du rhume, qui, tout comme la grippe, envahissent chaque année la planète entière. Ils provoquent chaque année des pandémies d'infections des voies respiratoires qui sont le plus souvent bénignes.

Il existe sept différents coronavirus qui infectent les humains. Quatre d’entre eux peuvent provoquer un rhume. Les infections sont généralement bénignes. Elles ont parfois des conséquences plus graves, comme la pneumonie. Le taux de mortalité par infection pour ces quatre coronavirus est estimé à environ 0,1 %.

Les trois autres coronavirus, le SRAS, le MERS et le SRAS-CoV-2 sont d’autres genres de bestioles. Ils provoquent des symptômes très graves chez un nombre important de personnes infectées. Le taux de mortalité lié à l’infection pour le SRAS est de 9 % et pour le MERS, il est même de 37 %. Le véritable taux de mortalité lié à l’infection par le CoV-2 dépend de diverses circonstances (disponibilité des services de santé, conditions sociales et médicales de la population, etc.

Il est très trompeur de confondre les quatre virus corona qui provoquent le rhume avec les trois virus qui ont un taux de mortalité 10 à 370 fois plus élevé.

Point suivant :

2. la COVID-19, l'infection causée par le SRAS-CoV-2, la mutation actuelle du corona, n'est pas plus mortelle que la grippe, avec un taux de mortalité par infection de 0,1 à 0,2 %.

Il s’agit, d’abord, d’une absurdité totale sans fondement scientifique et ensuite d’un mensonge.

Le SRAS-CoV-2 n’est pas une « mutation » d’un coronavirus général – il n’y en a pas. Son « parent » le plus proche est le virus RaTG13 dont on sait qu’il est porté par certaines chauves-souris :

Une analyse simple a montré que le 2019-nCoV était très similaire au RaTG13 dans tout le génome (Fig. 1c), avec une identité de séquence globale du génome de 96,2%.

Les humains partagent environ 96 % de leurs gènes avec d’autres primates. Mais personne ne qualifierait un humain de « mutation » de singe.

L’évolution fonctionne par milliards de mutations itératives jusqu’à ce que quelque chose d’unique en sorte et s’adapte à son environnement. Les résultats du processus évolutif qui survivent sont uniques en leur genre. Le SRAS-CoV-2 est une bête très spéciale qui est unique en son genre et dans ses effets.

Passons maintenant à la plus grosse bêtise du point 2 : « n’est pas plus mortel que la grippe, avec un taux de mortalité par infection de 0,1 à 0,2 % ».

C’est totalement faux et facile à réfuter. Il suffit de regarder la ville de New York qui, en avril, a été durement touchée lors du pic de la première vague :

Source : 91-DivocAgrandir

Le taux de mortalité par infection pour la ville de New York peut être facilement calculé. Environ 26 % des 8,3 millions d’habitants de la ville de New York sont aujourd’hui porteurs d’anticorps contre le virus. Les 2,1 millions de personnes qui sont séropositives doivent avoir été infectées par le CoV-2 du SRAS. Le nombre de décès causés par le Covid-19 officiellement déclaré pour la ville de New York est d’environ 23 000. Toutefois, le nombre total de décès excédentaires par rapport à la normale est plus précis et s’élève à 27 000.

Source : NYT, 23 septembreAgrandir

27 000 morts sur 2,1 millions d’infections donnent un taux de mortalité par infection de 1,29 %. C’est dix fois plus que le chiffre qu’affirme l’auteur du Off-Guardian.

La ville de New York a la particularité d’être une ville à forte densité et d’avoir une population diversifiée, avec de nombreux groupes à risque élevé vivant dans des quartiers relativement surpeuplés. Mais des calculs similaires peuvent être effectués pour d’autres zones où des données suffisantes sont disponibles. La Lombardie, en Italie, a fait état d’un taux de contamination plus élevé que celui de New York, tout comme certaines régions d’Espagne. D’autres régions, où les gens sont plus jeunes et en meilleure santé et où les soins de santé sont meilleurs, afficheront des taux de mortalité par infection plus faibles.

Aux États-Unis, la séroprévalence générale des anticorps anti-SARS-CoV-2 dans les dons de sang n’est que de 2 %. Des estimations plus douteuses font état d’une séroprévalence globale de 8 à 9 % aux États-Unis. Soyons généreux et supposons que 10 % des 330 millions d’habitants des États-Unis ont déjà été infectés. Le nombre de décès excédentaires aux États-Unis s’élève actuellement à 266 000. Ces chiffres (266 000/330 000 000) donneraient un taux de contamination (probablement trop optimiste) de 0,8 %. C’est encore un chiffre élevé, beaucoup plus élevé que ce que prétend l’auteur du Off-Guardian.

L’affirmation suivante dans l’absurdité du Off-Guardian :

3. Une immense majorité (95 %) des évolutions fatales se produisent chez des individus âgés et fragiles atteints de pré-morbidité, avec un âge moyen de décès égal ou supérieur à 80 ans.

Cette affirmation est une fois de plus un pur mensonge :

Sur les quelque 1,2 million de décès américains survenus entre le 1er février et le 17 juin, près de 9 % étaient dus à un coronavirus. La proportion de décès dus au coronavirus était à peu près la même pour chaque groupe d'âge au-dessus de 45 ans. En dessous, la proportion de décès dus aux coronavirus chute de façon spectaculaire.
Source : ACSHAgrandir

 

Les chiffres de la deuxième colonne du tableau montrent que seule la moitié environ du nombre total de décès liés au Covid-19, et non 95 %, était « âgée de 80 ans ou plus ».

Quant aux « pré-morbidités », être en vie en est une. L’hypertension et l’obésité sont désignées comme des comorbidités pour les cas de Covid-19. Le CDC indique que 42 % des habitants des États-Unis sont obèses, tandis que 45 % environ souffrent d’hypertension. Mais aujourd’hui, ces personnes sont en vie et se portent raisonnablement bien. La plupart d’entre elles ont encore plusieurs décennies de vie devant elles. S’ils étaient infectés par le CoV-2 du SRAS et mourraient, c’est le virus, et non leurs comorbidités, qui aurait causé leur mort.

Passons à la prochaine bêtise du Off-Guardian :

4. Les études sur les anticorps, l'immunisation croisée avec d'autres souches de corona et l'achèvement de la courbe du nombre de décès dans de nombreux pays sont des preuves solides que la population humaine développe une immunité collective contre le SRAS-CoV-2. Dans ce contexte, une "deuxième vague" sévère de SRAS-CoV-2 est improbable. On peut plutôt s'attendre à un nouvel épisode de froid comme chaque année, mais d'une intensité régulière, voire faible, grâce à l'immunité collective acquise.

La prévalence des anticorps, même dans des endroits très touchés comme New York, est bien inférieure aux 80 % environ qui seraient nécessaires pour une sorte d’« immunité collective ». Aux États-Unis et en Europe, la prévalence des anticorps est au total bien inférieure à 10 %. Dans la région de la baie de San Fransisco, par exemple, elle n’est que de 2 % environ. Les États-Unis sont-ils prêts à donner dix fois plus de vies que les 266 000 qui sont déjà morts du Covid-19 pour obtenir une immunité collective qui ne serait peut-être que temporaire ?

L’immunisation croisée avec d’autres coronavirus est une conjecture. Nous n’avons jusqu’à présent aucune donnée qui montre qu’il existe une immunité croisée contre d’autres virus qui fonctionne contre le SRAS-CoV-2.

Des données récentes vont dans le sens inverse. Les enfants ont une réponse immunitaire innée contre le CoV-2-SARS et il les protège bien. Chaque adulte a été infecté par des dizaines de virus différents au cours de sa croissance. Nous, les adultes, avons développé et montrons une réponse immunitaire adaptative au CoV-2 du SRAS. Cette réaction semble moins efficace que celle des enfants. Au lieu de développer une immunité croisée par le biais d’autres infections, notre corps semble avoir appris quelque chose des infections précédentes qui rend plus difficile la lutte contre le SRAS-CoV-2.

L’« improbable » deuxième vague de Covid 19 se développe déjà dans plusieurs pays européens. Il suffit de regarder la France. Et ne vous inquiétez pas. L’augmentation du nombre de décès, encore faible, suivra la courbe de l’infection avec un décalage de quatre semaines.

Source : 91-DivocAgrandir

Passons au point numéro 5 :

5. Le test PCR du SRAS CoV-2 ne donne aucun pronostic fiable de son pouvoir infectieux et de sa létalité. La surveillance de l'état et de l'évolution de la pandémie n'est donnée que par l'évolution quotidienne des décès. En Suisse comme dans de nombreux autres pays, il n'y a plus de surmortalité attribuable à la pandémie de COVID-19. Le taux de tests positifs est faible (environ 3%), et les tests ont comme toujours un taux de faux positifs techniques et réagissent à des fragments viraux inactifs ou à d'autres souches de corona.

L’auteur affirme que pour évaluer l’état de la pandémie, nous devrions suivre le nombre de décès, dont on sait qu’il est en retard d’au moins quatre semaines par rapport aux infections, au lieu de suivre le nombre de nouvelles infections par jour. C’est de la folie. C’est comme conduire à grande vitesse en ne regardant que dans le rétroviseur. Pendant une pandémie très dynamique, nous avons besoin de données et de prévisions actuelles sur les infections, et non de bilans.

Aussi : les tests PCR du SRAS-CoV-2 ne réagissent pas aux autres coronavirus. Les chaînes d’ARN auxquelles ils réagissent sont propres au CoV-2 du SRAS. Les tests ne peuvent même pas « voir » d’autres coronavirus.

Passons au point 6 :

6. Seulement pour un faible pourcentage des patients atteints de COVID-19, le virus du SRAS-CoV-2 peut, comme le virus de la grippe, déclencher une surréaction immunologique et inflammatoire, entraînant au pire une défaillance fatale des organes pulmonaires.

Le stress et les émotions comme la peur, la colère et la tristesse peuvent 1) stimuler cette surréaction, 2) provoquer la mort de cellules dans le cerveau émotionnel et 3) y déclencher des suractivités délétères, avec pour conséquence des dommages cellulaires dans les tissus corporels.

Les mesures générales d'isolement, de distanciation sociale et de confinement, en limitant les contacts sociaux, la liberté et les droits de l'homme fondamentaux, ajoutent au bilan par une recrudescence de la déstabilisation psychosociale et économique, une aggravation de la situation des personnes psychiatriques et démentes et une réduction des soins médicaux à l'ensemble de la population. Nous avons donc une causalité combinée pour une surmortalité de COVID-19, une partie importante de celle-ci n'étant pas due au virus SRAS-CoV-2 lui-même mais à la vague de panique mondiale due à la COVID-19 et à l'introduction imposée de mesures drastiques et inhumaines.

C’est la thèse du « confinement qui tue » que de nombreux covidiots utilisent pour affirmer que les effets secondaires négatifs des mesures de contrôle de la pandémie l’emportent sur leurs effets positifs.

Cette thèse est fausse. L’Espagne a connu un confinement total entre le 14 mars et le 9 mai. Elle a également connu une forte surmortalité. Une vaste étude de séroprévalence à l’échelle du pays a montré où le plus grand nombre de personnes ont été infectées. Ces données sont disponibles à un niveau granulaire et localisé.

BakuninsTraum @BakuninsT - 23:42 UTC – 25 Sep 25 2020

Dans ce qui suit, j'ai étudié comment la séroprévalence des anticorps IgG dans les différentes régions d'Espagne est en corrélation avec le taux de surmortalité associé. /8

J'ai utilisé les résultats de cette étude épidémiologique comme base de mon analyse : lien
J'ai également utilisé les données du rapport suivant sur la surmortalité : lien

La surmortalité varie beaucoup dans les différentes régions du pays : (photo) /10

La séroprévalence des anticorps IgG est également très variable : (photo) /11 ...

@BakuninsT constate que, alors que toute l’Espagne était sous contrôle, seuls les endroits qui avaient un taux d’infection élevé, et donc qui présentent maintenant une séroprévalence élevée d’anticorps, avaient une surmortalité.

Les lignes de régression montrent que les données relatives aux infections et aux décès excessifs sont en très bonne corrélation. Les taux d’infection élevés ont entraîné une surmortalité élevée :

Source : 91-DivocAgrandir
Source : 91-DivocAgrandir

Les lieux qui étaient sous quarantaine mais qui n’avaient que peu ou pas d’infections n’ont pas connu de surmortalité.

BakuninsTraum @BakuninsT - 23:42 UTC – 25 Sep 2020

Conclusion
La thèse selon laquelle la surmortalité est une conséquence du confinement a été réfutée. La ligne de régression coupe l'axe X, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de surmortalité là où il n'y a pas d'infections. /16

J’espère qu’ADKC, et d’autres, qui continuent à faire suivre des articles non scientifiques du Off-Guardian, et d’ailleurs, ont appris un peu de ce qui précède. Il y a un certain nombre d’auteurs reconnus qui ont des opinions préconçues et qui les défendent même lorsque cela nécessite de déformer les faits ou de mentir simplement sur la science. Un professeur émérite en neurochirurgie n’est probablement pas la meilleure source disponible pour les faits actuels de virologie et d’épidémiologie. Ne tombez pas dans le piège de ces « experts ».

À l’approche de la guerre contre l’Irak, « les renseignements et les faits étaient arrangés pour correspondre à la politique ». C’est exactement ce que fait l’article que nous venons de citer. Il n’aurait pas dû être publié. En ce qui concerne la Covid-19, les rédacteurs du Off-Guardian semblent reproduire le manque de véracité de l’administration Bush.

Moon of Alabama

Note du Saker Francophone

MoA est une source engagée qui démontre au fil des mois une rigueur certaine. Sur ce sujet du coronavirus, il a pris une position forte plutôt "système" au nom de son analyse scientifique. Denis Rancourt par exemple démontre le contraire et n'est pas un covidiot. Nous  continuons malgré tout à traduire MOA, sans censurer ce qui pourrait ne pas nous plaire, pour vous laisser juge de l'évolution de ces analyses. 

A la fin , il prend bien un peu de recul sur la situation géopolitique mais il est dommage qu'il n'ait pas fortement à l'esprit la situation de crise financière latente à fort potentiel catastrophique qui devrait au moins l'amener à s'interroger sur l'utilisation de cette crise par les classes dirigeantes.

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF