Quelle est la relation entre la gauche politique et le globalisme ?


Par Brandon Smith − Le 24 novembre 2021 − Source Alt-Market

Aucune personne éduquée et saine d’esprit n’aime la gauche politique. Ce n’est pas une révélation choquante. Comme je l’ai souligné depuis de nombreuses années (mais plus particulièrement ces dernières années), les gauchistes sont les SEULS gens dans le pays qui soutiennent constamment les politiques gouvernementales draconiennes et le monopole oppressif des entreprises.

Ce sont les seules personnes qui soutiennent la censure massive des points de vue opposés par le biais de Big Tech et des médias sociaux. Ce sont les seuls à exiger la censure sur les réseaux et l’« annulation » des personnalités publiques qui osent exprimer des points de vue contraires au discours gauchiste. Ils sont le seul groupe dont la grande majorité soutient les confinements et les mandats autoritaires pro-Covid. Ce sont les seules personnes qui appellent agressivement à des vaccinations forcées de la population. Ce sont les seuls à exiger que les non-vaccinés soient renvoyés de leur emploi ou fassent face à des accusations criminelles potentielles. Ce sont les seules personnes qui poussent à l’endoctrinement des enfants des écoles avec la théorie de la race critique (qui est essentiellement du racisme reconditionné en activisme académique). Et ce sont aussi les seules personnes qui sont hyper-obsédées par la propagation de la politique sexuelle dans les écoles publiques.

Ces gens sont extrêmement antipathiques. On pourrait penser qu’ils resteraient en marge de la société, là où ils ne peuvent pas faire de mal, mais ce n’est pas le cas. Pourquoi ? Eh bien, ce n’est pas parce qu’ils constituent la majorité, du moins pas de manière traditionnelle. Ils sont en fait minoritaires sur la plupart des questions, à quelques exceptions près. Cependant, ils sont très organisés, ils ont un esprit unique (certains diraient un esprit de ruche) et ils ont le soutien total de nos structures de pouvoir nationales.

Voici le problème : beaucoup de conservateurs supposent à tort que la gauche politique est devenue une sorte de force autonome au sein de notre culture, qui a le pouvoir d’influencer les intérêts massifs du gouvernement et des entreprises, et de les plier à leur volonté. C’est tout simplement faux et ces groupes ne pensent pas par eux-mêmes. La réalité est que c’est la dynamique inverse ; ce sont les institutions gouvernementales, corporatives et résolument GLOBALISTES qui ont une influence et un contrôle directs sur la gauche politique. Les gauchistes sont des outils du système globaliste, ils ne sont pas un mouvement « populaire » qui « s’en prend au patriarcat ». Ils sont tous des esclaves de la plantation globaliste.

D’où les gauchistes du culte de la justice sociale tirent-ils réellement leur pouvoir ? Est-ce la menace omniprésente de la violence collective ?

Non, ce n’est pas le cas. Demandez-vous quand vous avez vu pour la dernière fois une présence policière organisée et une réponse anti-émeute à des foules gauchistes pillant et brûlant des villes. Dans presque tous les cas, les responsables de la ville et de l’État demandent à la police de se retirer; on leur dit de ne rien faire. J’ai vu des opérations anti-émeutes utilisées contre des manifestants pacifiques lors d’événements comme le G20. J’en ai été personnellement témoin, et ce n’est pas joli. Lorsque les flics veulent réellement contrôler et disperser une foule, ils ont beaucoup d’armes dans leur arsenal pour y parvenir. Le fait est que les émeutes gauchistes se poursuivent pendant plusieurs jours exactement parce qu’on leur permet de se poursuivre pendant plusieurs jours. Lorsqu’ils sont arrêtés pour leurs activités, ils sont généralement relâchés sans charge.

Qu’en est-il de la prévalence de la « culture de l’annulation » et de l’utilisation de foules en ligne pour discréditer ou déplateformer les personnes que les gauchistes n’aiment pas ? Cela fonctionne de moins en moins parce que le reste du public a été sensibilisé à cette tactique grâce aux efforts inlassables des médias alternatifs et de liberté, mais pendant environ quatre ans, les gauchistes ont eu le champ libre pour détruire la vie et la carrière de qui ils voulaient. Il suffit de considérer l’actrice Gina Carano ou l’officier de police de Virginie William Kelly comme des exemples parfaits de la culture de l’annulation en action.

Le problème est que les gauchistes n’auraient pas le pouvoir d’annuler qui que ce soit sans le soutien constant de Big Tech, d’Hollywood, des médias grand public et des entreprises internationales. Ces entreprises ne se soucient pas vraiment de ce que pensent les guerriers de la justice sociale, et elles n’ont certainement pas peur d’une petite minorité de fous qui n’ont aucun pouvoir sur les consommateurs. Pourtant, elles constituent la base de contrôle qui permet aux gauchistes de manier des outils légitimes pour déconstruire la vie des gens. Le monde de l’entreprise aide les gauchistes parce que les objectifs gauchistes servent les intérêts des entreprises (pour l’instant).

Et qu’en est-il du gouvernement dans son ensemble ? Je me souviens qu’il y a quelques années, j’avais prévenu les gens que l’extrémité du spectre gauchiste deviendrait la norme pour le parti Démocrate lorsque Trump ne serait plus au pouvoir. J’ai noté que des personnes comme AOC et Ilhan Omar étaient les futurs successeurs prévus du parti et que des cultistes comme eux dicteraient la plate-forme Démocrate. Beaucoup de gens ont dit que j’étais fou et que la montée de Trump indiquait que le contraire se produirait. Regardez-les maintenant.

Biden et la moitié des dirigeants Démocrates débitent régulièrement des propos sur la suprématie blanche et la justice sociale. Le parti est devenu exactement ce qu’il a toujours été destiné à devenir – un véhicule de subversion communiste. Les Démocrates ordinaires et les modérés peuvent ne pas être d’accord avec ce genre de zèle idéologique extrême, mais la plupart d’entre eux se taisent par crainte d’être qualifiés d’hérétiques et chassés. Beaucoup disent qu’ils soutiennent la cause juste pour éviter de se démarquer du troupeau. Se faire traiter de « bigot », de « misogyne » ou de « raciste » ne fonctionne que pour les personnes qui s’en soucient et qui pensent que ces mots ont encore un sens. En d’autres termes, la plupart des mécanismes de contrôle de la justice sociale sont conçus pour piéger d’autres gauchistes, et non des conservateurs libres de penser.

Les militants de gauche n’auraient aucune influence politique sans le soutien avide des dirigeants du parti Démocrate. Les politiciens donnent aux gauchistes les dents qu’ils utilisent pour mordre les chevilles de leurs adversaires.

Cela nous amène au centre sous-jacent de toute influence sociopolitique – les fondations globalistes. Où les groupes gauchistes trouvent-ils tous les fonds nécessaires pour lancer des organisations comme Black Lives Matter ? Comment des programmes tels que la justice sociale et la théorie de la race critique trouvent-ils leur place dans les universités et dans le système scolaire public ? Quelle est la source du marxisme culturel et comment est-il devenu si répandu ?

Les fondations globalistes telles que la Fondation Ford, la Fondation Rockefeller, l’Institut Tavistock, la Fondation Open Society de George Soros, etc. sont généralement à l’origine des fonds d’amorçage et souvent du programme d’études de la plupart des mouvements gauchistes. Par exemple, les fondations Open Society et Ford, en partenariat avec Borealis Philanthropy, ont joué un rôle clé dans la création de BLM, en injectant des centaines de millions de dollars dans le mouvement à ses débuts.

La Fondation Ford, l’Open Society, la Fondation Rockefeller et des dizaines d’autres institutions globalistes sont également très impliquées dans le financement et la prolifération de la théorie de la race critique et des programmes d’études sur le genre. Une fois de plus, des centaines de millions de dollars sont injectés dans des groupes de justice sociale et dans l’endoctrinement universitaire.

Par extension, les institutions globalistes et les entreprises internationales ont investi environ 50 milliards de dollars au total dans le développement de programmes de justice sociale. Les entreprises mettent en place des cours d’endoctrinement pour leurs employés, mais elles diffusent également la propagande SJW dans le subconscient du public par le biais de publicités et de médias populaires.

Cela se passe en fait depuis très longtemps par des moyens plus subversifs et secrets. Ce sont des institutions globalistes comme la Fondation Rockefeller et la Fondation Ford qui ont financé différents éléments du mouvement féministe et des « études de genre » à partir de la fin des années 1960. N’oublions pas d’inclure les dons importants de la Fondation Rockefeller à « The Feminist Press » et les programmes de la Fondation Ford visant à former les enseignants pour qu’ils insèrent des points de discussion sur la justice sociale dans leurs programmes. Cela est ouvertement admis dans le livre d’Alison R. Bernstein intitulé « Financer l’avenir : l’influence de la philanthropie sur l’enseignement supérieur américain« . Bernstein est la vice-présidente de l’éducation à la Fondation Ford et l’ancienne doyenne associée de la faculté de Princeton.

Ce n’est pas une coïncidence si presque toutes les facettes et tous les objectifs de l’activisme gauchiste sont également répertoriés dans les objectifs de l’initiative Agenda 2030 des Nations unies, qui mêle de très beaux sentiments sur « l’égalité » et la fin de la pauvreté à un énoncé de mission inquiétant sur « la transformation du monde » par l’« inclusion » globale, la « durabilité » agressive et l’« équité » raciale et de genre. Si vous n’êtes pas familier avec ces mots à la mode, vous devriez l’être ; ils représentent un programme orwellien d’ingénierie sociale dont l’ONU cherche à être le fer de lance.

J’ai posé cette question aux gauchistes ces derniers temps et je n’ai encore reçu aucune réponse concrète ou significative : Si vous êtes censés être les outsiders et les révolutionnaires, alors pourquoi toutes les élites financières maléfiques sont-elles de votre côté ? Pourquoi toutes les personnes contre lesquelles vous dites vous battre vous donnent-elles des milliards de dollars et imposent-elles votre volonté politique ? Est-il possible que les corporatistes, les globalistes et vous, les gauchistes, fassiez tous partie de la même machine ? Pensez-y…

La relation entre l’agenda des globalistes et l’agenda de la gauche politique est de plus en plus évidente et entremêlée. Les globalistes veulent démanteler les structures occidentales traditionnelles, et les gauchistes aussi. Les globalistes veulent dicter la croissance économique par le biais du contrôle des émissions de carbone et de l’apocalypse sur le changement climatique, tout comme les gauchistes. Les globalistes promeuvent une approche résolument communiste de la propriété privée et de l’économie, plaidant en faveur de l’« économie du partage« , du revenu de base universel (RBU) et d’un monde dans lequel « nous ne possédons rien et sommes heureux. » Les gauchistes adhèrent à ce concept parce que beaucoup d’entre eux sont égoïstes et préfèrent prendre ce pour quoi les autres ont travaillé plutôt que de le gagner pour eux-mêmes.

Bien sûr, les élites de l’argent continueront à conserver leur richesse et leur influence pendant que le reste d’entre nous sera rendu « égal » par l’égalité de la pauvreté, mais ne nous attardons pas sur ce point….

Ce que je vois, c’est que la gauche est en train de devenir la Tchéka, ou les commissaires politiques du « Grand Reset«  globaliste. Ils ont été moulés pendant des décennies pour ce rôle et leur but est de fournir un élément de force sociale et l’illusion d’un consensus. Ce qui est intéressant dans cette stratégie, c’est qu’elle cherche à exploiter les personnes qui se sentent « opprimées » par le système existant, ou à qui on a appris à se sentir opprimées. Comme pour toute prise de pouvoir marxiste, les globalistes utilisent les « démunis » comme bouclier pendant qu’ils s’emparent de plus de pouvoir.

Chaque fois qu’un conservateur critique les mensonges et la manipulation du mouvement Black Lives Matter, par exemple, nous sommes accusés de « racisme ». Et c’est là que réside la grande astuce : Nous savons tous que BLM (fondé par de fervents marxistes et financé par les globalistes) n’a rien à voir avec les droits civils ou la justice raciale, c’est juste un moyen de détruire la société occidentale et de la remplacer par un cauchemar dystopique. C’est ce que nous critiquons. Les vies noires ne sont pas le problème, le globalisme et le communisme sont le problème. La justice sociale et les mouvements gauchistes sont un écran de fumée pour un plus grand agenda, et les gauchistes adorent être utilisés.

Pourquoi font-ils cela ? C’est une erreur de penser qu’ils sont simplement des « idiots utiles ». Oui, certains d’entre eux le sont, cependant, je pense que les personnes qui tombent dans le culte gauchiste sont des personnes qui sont naturellement enclines à le faire. Ils sont narcissiques, psychopathes, dégénérés, paresseux, gâtés et faibles. Ce sont des gens qui ne sont généralement pas capables de survivre de manière indépendante et ils le savent, alors ils cherchent des cadres collectivistes à rejoindre pour s’en nourrir.

Question : Comment se fait-il qu’une foule de gauchistes de BLM attaque Kyle Rittenhouse à Kenosha et que CHAQUE PERSONNE sur laquelle il tire ou essaie de tirer finisse par avoir un casier judiciaire étendu et violent ? C’est parce que les mouvements gauchistes attirent de telles personnes en masse (regardez ce qu’un partisan de BLM et criminel de carrière vient de faire à Waukesha, Wisconsin). Ils ne sont pas innocents dans tout cela. Ils ne se soucient pas d’être exploités par les élites parce qu’ils pensent que c’est un échange pour le pouvoir et le contrôle qu’ils n’auraient pas autrement. Ils sont partenaires du globalisme, et le globalisme engendre et encourage le mal.

Il est important de comprendre cette dynamique à l’avenir, car je vois souvent l’argument selon lequel les globalistes essaient de « diviser et conquérir » l’Amérique. En réalité, nous sommes DÉJÀ divisés et ce, depuis un certain temps. Essayer de parler avec les modérés et de les éduquer sur les faits est une chose, mais il y a très peu d’intérêt à essayer d’engager une discussion diplomatique avec les gauchistes. Ils ont déjà choisi un camp, et ce n’est pas celui de la raison ou de la liberté.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF