Quel parfum de crème glacée pour Halloween ?


Par James Howard Kunstler – Le 5 juillet 2021 – Source kunstler.com

https://gafam.laquadrature.net

Une nation hypnotisée par sa propre faiblesse a célébré avec nostalgie le souvenir lointain de s’être défendue, alors qu’elle endure passivement l’orgie actuelle d’annulation et de suppression tyranniques de toute personne qui ose répondre aux responsables actuels. En quelques années, cette tyrannie s’est développée comme une moisissure toxique à partir d’un endroit improbable, l’écologie des applications sociales de Facebook, Twitter et Google, qui ont pris possession de l’espace public – où la bataille des idées est censée se dérouler – et ont fait le sale boulot du gouvernement, avec d’adorables émojis. Vous êtes virés !

Qui va s’opposer à Zuck, Jack et Sundar Pichai ? Qui a élu ces mégalomanes à la tête des États-Unis ? Que faudra-t-il pour mettre fin à leur règne de terreur ? Une sorte de… révolution ? (Shutttt ! Ce doit être un gros mot, même si nous venons de célébrer le point culminant de la révolution américaine : La Déclaration d’Indépendance, signée le 4 juillet 1776).

Ne vous tournez pas vers « Joe Biden », le leader putatif de la nation – dont vous entendrez probablement parler de l’élection de novembre 2020 au fil de l’été. Zuck, Jack et Sundar ont réussi à protéger « Joe Biden » des déprédations stupéfiantes de son rejeton, Hunter Biden, enregistrées avec des détails explosifs sur un ordinateur portable dont le public n’était pas autorisé à entendre parler. Ne vous tournez pas vers le ministère de la Justice, censé « enquêter » sur cette horde de mémos et d’e-mails détaillant le trafic d’influence des Biden auprès du PC Chinois et d’autres organisations – ils sont occupés à surveiller les « suprémacistes blancs » sur les applications gérées par Zuck, Jack et Sundar. Et ne comptez surtout pas sur les médias d’information, cette coalition de vendus et de Quislings, occupés à décoder les mouvements de politique étrangère signifiés par les choix de parfums de glace de « Joe Biden ». (Rocky Road signifie : Oh, laissez la Chine l’avoir….)

Vous vous demandez qui dirige réellement le gouvernement de « Joe Biden » ? Certains d’entre nous s’y essayent aussi. (Vous pensez que nous avons le droit de dire ça ?) Par exemple, avez-vous essayé de googler le nom de Susan Rice dernièrement ? Vous vous souvenez d’elle ? Peut-être pas. « Joe Biden » l’a nommée directrice du Conseil de politique intérieure de la Maison Blanche. D’après ce qui se passe dans le pays, on pourrait penser que son assiette est bien garnie, vu que l’« insurrection » et d’autres méfaits blancs menacent de faire tomber la république. Quoi qu’il en soit, j’ai cherché des « nouvelles » sur elle, sur Google. Il n’y avait presque rien qui ne datait pas d’il y a plusieurs mois, et la plupart de ces articles n’étaient que de la poudre aux yeux sur la façon dont elle s’est accomplie, elle et sa personne fabuleuse. Tu ne te demandes pas à quoi ressemble la liste de ses appels ? Tous ces appels à la résidence des Obama, jour après jour, heure après heure ?

Tout cela soulève la question suivante : les Etats-Unis sont-ils en train de flotter joyeusement au fil des événements sous le règne bienfaisant de « Joe Biden » (Susan Rice, Barack Obama & Co…) ? Ou sommes-nous, plutôt, en chute libre ? Je soupçonne que c’est la dernière hypothèse. Et vers quoi ? Comme nous sommes au milieu de l’année, je vais me risquer à quelques suppositions. Profitez de l’été tant que vous le pouvez, car le virus Corona revient à l’automne et faites attention à ce que les personnes vaccinées soient plus malades que les non-vaccinés. Ce sera un choc pour les esprits, comme si les Américains n’étaient pas déjà complètement perplexes et déconcertés par les escroqueries politiques qui se succèdent. Les pleurnicheries noieront même les nouvelles de plus de « suprématie blanche ». Mais ils nous ont dit….

Une vague automnale de Covid-19 (un « variant » ou un autre) emporterait tout ce qui reste de l’économie des services, les restaurants qui luttent pour revenir à la normale (ha !), les salons de coiffure, les salles de sport, les fleuristes, les libraires, les salles de sport, les théâtres, les salles de concert, etc. Puisque nous n’avons plus vraiment d’économie manufacturière, la seule chose qui reste sera Wall Street – qui a été conçue à l’origine pour collecter de l’argent pour le secteur manufacturier et le secteur des services, mais qui maintenant ne collecte de l’argent que pour elle-même via le mélange apparemment magique de « levier » et de « liquidité » pour faire apparaître des profits dans des trous noirs où hurlent les fantômes de la productivité.

C’est un sacré tour de passe-passe mais, avouons-le, ce n’est toujours qu’un tour de passe-passe. Dans ce tableau, il y a aussi l’étrange course à trois pattes de la déflation liée à l’inflation qui monte et descend en même temps, comme un cauchemar de M.C. Escher en passant par Stephanie Kelton. Les États-Unis vont accumuler un déficit de plus de 3 000 milliards de dollars rien que pour l’année fiscale en cours, alors que la dette devient de plus en plus manifestement impayable. Comment la dette peut-elle avoir un sens s’il n’y a aucune perspective de la rembourser ? Surtout sous la forme d’instruments financiers, à savoir : les obligations. Et comment se comporte un système financier basé sur la dette lorsque tout n’est plus que dette ? Je suppose que nous allons le découvrir.

À mon avis, il s’agirait d’un effondrement du prix des instruments financiers – des choses abstraites représentées par de l’argent – puis d’un effondrement de l’argent lui-même. Vous pensez peut-être : ce n’est pas un joli tableau. Je sais. Et nous pensions que les derniers jours de l’Union soviétique étaient mauvais en 1990. Et bien, nous sommes dans une situation difficile. On peut difficilement imaginer les effets secondaires sociaux de tout cela, mais il semblerait que les gens aient du mal à trouver quelque chose à manger ou à obtenir tout ce dont ils ont besoin. Vous vous souvenez de ce bon vieux Ross Perot qui parlait d’un « bruit de succion géant » ? Pensez-y sur fond de choses en feu. Quel parfum de glace « Joe Biden » commandera-t-il pour Halloween ?

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF