Les lois sur les armes à feu dites Red Flag sont enracinées dans les méthodes communistes d’oppression


Par Brandon Smith − Le 11 septembre 2019 − Source Alt-Market.com


Cette semaine, les représentants du gouvernement sont sur le point de revenir de leur pause estivale, et j’ai entendu de plusieurs sources différentes que le Sénat américain en particulier cherche à accélérer l’adoption d’une loi sur les armes à feu de type Red Flag ainsi qu’une éventuelle interdiction des transferts d’armes à feu par des personnes privées, et une possible interdiction des chargeurs de grande contenance. Je ne peux qu’espérer que ce ne sont que des rumeurs, mais je soupçonne qu’elles sont exactes.


Le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, s’est publiquement engagé à adopter toute nouvelle loi sur le contrôle des armes à feu que l’administration Trump appuierait, et Donald Trump a ouvertement réclamé des lois sur les armes à feu de type Red Flag comportant des lignes directrices autour de la santé mentale. Les médias grand public affirment maintenant qu’une majorité d’Américains des deux côtés de la ligne de partage politique soutiennent la législation dite Red Flag, mais nous savons tous à quel point de tels sondages peuvent être truqués. La vraie question est la suivante : l’Américain moyen sait-il au moins ce qu’impliquerait une loi de ce type ? Je ne crois pas que ce soit le cas.

Les lois sur les armes à feu dites Red Flag sont une méthode de contrôle des armes à feu par laquelle un membre de la famille ou les forces de l’ordre peuvent demander au tribunal de confisquer les armes à feu d’une personne sur la SUSPICION que cette personne peut représenter un danger pour elle-même ou pour autrui. Mais cela ne s’arrête pas nécessairement là. Certains rapports indiquent que Trump envisage sérieusement d’utiliser de grandes entreprises technologiques comme Amazon et Apple pour surveiller le comportement des gens et relier ces données à un système de crédit social similaire à celui qui existe déjà en Chine. Vos droits sur les armes à feu pourraient alors être déterminés par des algorithmes qui vous marquent comme un risque potentiel simplement par ce que vous affichez en ligne.

Les poursuites judiciaires utilisant le public pour s’espionner lui-même sont une caractéristique de ce genre de lois. Il n’y a rien de nouveau non plus. Les Puritains de l’Amérique primitive utilisaient des preuves intangibles, telles que les « preuves spectrales« , pour punir les gens de divers crimes, y compris de sorcellerie. Cela encourageait le collectivisme extrême et le conformisme, car quiconque s’éloignait de ce que le groupe considérait comme un comportement vertueux pouvait se retrouver accusé secrètement en utilisant des preuves rhétoriques et incapable de se défendre. Leur seule option était d’admettre le crime, qu’ils soient coupables ou non, puis de se repentir.

Mais dans une chasse aux sorcières sociale ou politique, vous ne vous repentez pas pour obtenir les bonnes grâces de Dieu, mais pour obtenir les bonnes grâces du collectif. Vous êtes supposé vous sublimer pour le groupe et implorer son pardon ; non pas pour le crime dont vous êtes accusé, mais pour le crime d’agir en tant qu’individu. Le message est clair : il n’y a aucun moyen de riposter. Vous devez céder et si vous avez de la chance, le collectif vous permettra de continuer à vivre, sous leur regard attentif, bien sûr.

Cela peut sembler être quelque chose qui ne pourrait jamais se produire aux États-Unis aujourd’hui, mais c’est déjà le cas. L’existence de la Liste d’interdiction de vol, qui est établie en secret, est souvent motivée par des motifs politiques et repose sur des preuves que l’accusé n’est jamais autorisé à voir. C’est l’exemple parfait d’une « loi » similaire à la législation Red Flag. Bien que la liste des gens interdits de vol ait été contestée devant les tribunaux à de nombreuses reprises, elle est toujours en vigueur et n’a guère changé depuis sa création. Une fois enracinées, ces lois sont rarement supprimées.

Il est probable que les lois sur les armes à feu Red Flag fonctionneront de la même manière. Un jour, vous pourriez entrer dans le magasin d’articles de sport et vous voir refuser l’achat d’une arme à feu par l’ATF. Il n’y aura pas d’explication, seulement le déni de vos droits.

Les accusations peuvent provenir de n’importe où, même de parfaits inconnus utilisant des applications en ligne anonymes (c’est ainsi que fonctionne le système chinois de crédit social). Elles peuvent être fondées sur un comportement légitime, comme des menaces de suicide ou de meurtre, ou sur une déclaration politique que vous avez écrite ou dite il y a des années. Ça n’a pas d’importance. L’objectif sera d’enlever les droits sur les armes à feu au plus grand nombre de personnes possible pendant que le gouvernement prétend toujours appuyer le 2e amendement. Il s’agit de la destruction détournée des droits sur les armes à feu, pas de la sécurité publique. Il s’agit aussi de faire taire la dissidence publique.

En fin de compte, si vous autorisez un jugement pré-crime fondé sur des preuves par ouï-dire pour une personne, alors vous l’autorisez pour TOUTES les personnes, y compris vous-même. Et la question de savoir si une personne est autorisée ou non à acheter ou à posséder une arme à feu ne s’arrête pas là. Ces systèmes de contrôle s’étendent à tous les aspects de la vie. Encore une fois, regardez simplement ce qui se passe en Chine.

Cependant, la Chine ne maîtrisait pas la méthode consistant à utiliser la « santé mentale » ou la perturbation sociale comme excuse pour faire taire la dissidence. Elle a été normalisée dans la Russie communiste sous le règne des Soviétiques. L’excuse de la santé mentale a été exploitée régulièrement afin de dissimuler discrètement les critiques et les dissidents du gouvernement sous le tapis pour qu’on ne les revoie plus jamais. Les hôpitaux métalliques où étaient gardés ces déplorables s’appelaient « Psikhushka« , une étiquette ironique et diminutive. Les hôpitaux ont travaillé main dans la main avec la Tchéka, la police secrète et ses vastes réseaux d’informateurs civils.

« Voir quelque chose, dire quelque chose » : Cela a commencé sous les communistes à l’Est.  Ce n’est recyclé qu’aujourd’hui en Occident.

Pour les Soviétiques, la méthodologie était logique. Le message qu’ils envoyaient était que quiconque critique le socialisme/communisme DOIT être fou. Et, d’une certaine façon, c’est ainsi que fonctionnent les lois Red Flag. Car si vous êtes mis sur la liste, ou si on vous refuse le droit de posséder une arme à feu, alors il DOIT y avoir quelque chose qui cloche mentalement chez vous. Et, par extension, si vous êtes inscrit sur la liste pour des raisons politiques, alors vos croyances ou convictions politiques DOIVENT également être perturbées psychologiquement. Vous voyez comment ça marche ?

Les lois Red Flag et les systèmes de crédit social reprennent l’idée de la « Psikhushka » et la reformulent. Ils n’ont pas besoin de prisons de santé mentale, ils transforment simplement tout le pays en prison de santé mentale. Les surveillants et les gardiens de cette prison seront les citoyens, et ils se surveilleront les uns les autres.

Ne vous y trompez pas, les médias grand public et le gouvernement conditionnent le public depuis des années à l’idée que certains idéaux et activistes politiques sont « plus que limites ». Ce sont des « théoriciens du complot ». Ils présentent des « troubles de défiance ». Ils ne sont pas bien dans leur tête. Les lois sur les armes à feu Red Flag sont destinées à des gens comme moi, ou peut-être des gens comme vous.

Aux États-Unis, on a déjà procédé à des tests préliminaires de déni des droits sur les armes à feu fondés sur des accusations de santé mentale contre des anciens combattants en raison du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Il est logique que le gouvernement cherche d’abord à désarmer les anciens combattants expérimentés et entraînés au combat, car ils ont tendance à présenter la plus grande source de résistance à un changement totalitaire.

Je ne peux pas dire que le soutien ouvert de Trump aux lois Red Flag me surprenne le moins du monde. Les relations d’affaires à long terme de Trump et ses dettes envers les élites bancaires Rothschild ainsi que ses nombreux choix douteux de cabinets, dont Pompeo, Ross, Mnuchin, Kudlow, Lightheizer, etc. m’indiquent que Trump n’est pas du côté des défenseurs de la liberté.

Le récent départ de John Bolton de la Maison-Blanche ne m’impressionne pas. C’est clairement une miette jetée aux conservateurs comme moyen de les garder près de la table des néoconservateurs. Le but des élites pour attirer les conservateurs dans l’adulation aveugle de l’administration Trump commence à faiblir, et ils ont dû faire quelque chose. De plus, il n’est pas rare que des membres élitistes quittent l’administration juste avant la mise en œuvre de leur programme, de sorte qu’ils ne soient pas tenus responsables des conséquences.

Bolton n’aurait jamais dû être dans le cabinet de Trump au départ, il y a été pendant des années, et ce n’est pas parce que Bolton s’en va que ses projets vont partir. Trump a beaucoup de maîtres élitistes, et je suis sûr que Bolton sera remplacé par une autre goule répréhensible en temps voulu.

Dans mon récent article intitulé « Les vraies raisons pour lesquelles les médias admettent soudainement la menace de récession« , j’ai noté que si une crise économique survient l’année prochaine, il est très peu probable que Trump soit nommé président après les élections de 2020. S’il appuie les lois Red Flag, il est presque certain qu’il ne sera pas président pour un autre mandat.

Dans notre machine politique contrôlée où les présidents des deux partis ne sont que des marionnettes pour des intérêts élitistes, ce genre de lois liberticides ne sont généralement pas conçues pour l’usage de l’administration actuelle. Elles sont plutôt soutenues par un président ou un parti, puis exploitées par le président ou parti suivant au pouvoir. De cette façon, les conservateurs pourraient être amenés à soutenir des lois anticonstitutionnelles au nom de « l’aide à apporter à leur parti pour gagner », pour découvrir ensuite que les lois qu’ils soutenaient (ou ignoraient) sont utilisées contre eux par les démocrates quelques années plus tard.

Je pense que ce serait particulièrement vrai pour le projet de loi Red Flag. Si les conservateurs ne réagissent pas à ces lois simplement parce qu’ils ne veulent pas faire dérailler le train Trump, ils se retrouveront complices de leur propre désarmement si les marchés s’effondrent et que les démocrates prennent le pouvoir en 2020. Les leaders socialistes diront que nous l’avons « demandé » sous Trump, et maintenant nous obtenons ce que nous voulions. Et, une fois que ces lois sont écrites, attendez-vous à ce qu’une majorité de policiers s’y conforment et les appliquent.

Bien sûr, cela mène à un résultat inévitable : la guerre. Il y a des millions de personnes aux États-Unis qui ne vont pas se plier au démantèlement des droits sur les armes à feu ou à la confiscation des armes à feu. Il ne fait aucun doute que nous serions tous qualifiés de terroristes et que notre défi serait présenté comme une preuve supplémentaire de notre instabilité mentale. Qu’il en soit ainsi.

Une fois que la boîte de Pandore des preuves pré-crime et des ouï-dire est ouverte, le ciel est vraiment la dernière limite pour la violation des droits constitutionnels américains.

Pour ce que ça vaut, ce serait le bon moment pour les défenseurs des droits des armes à feu de contacter leurs députés et sénateurs et de les avertir que les lois Red Flag sont inacceptables. N’oubliez pas non plus que le gouvernement pourrait imposer une longue liste de nouvelles restrictions sur le contrôle des armes à feu en plus de ces lois comme moyen de faire peur au public. Ils annuleront alors plusieurs des éléments de la liste (à l’exception de la loi Red Flag) afin de faire croire que nous avons eu de la « chance ». Le véritable objectif ici est la restriction en matière de santé mentale et la capacité du gouvernement de nier vos droits d’après les preuves par ouï-dire.

La possession d’une arme à feu fait aussi partie intégrante d’une société libre que la liberté d’expression et les droits de propriété. Sans armes à feu, le public est à la merci de tout gouvernement criminel ou d’un criminel tout court qui cherche à l’opprimer. Rappelez-vous, si votre fusil de « style militaire » n’était pas une menace pour les élites, elles ne chercheraient pas constamment à vous l’enlever. Ne jamais laisser tomber.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par San pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF