Les élites universitaires ont inventé une nouvelle façon de truquer le vote à l’avenir


Par Brandon Smith – Le 23 mai 2019 – Source Alt-Market.com


La question de savoir si la « démocratie » fonctionne ou non est toujours à l’étude, tant par les partisans de la liberté que par ceux de l’autoritarisme. Les pères fondateurs de l’expérience souveraine américaine ont été beaucoup plus intelligents que certains critiques aujourd’hui ne le croient – ils savaient très bien que la démocratie ne fonctionne pas, sans certaines règles qui rendent certains droits inaliénables. C’est pourquoi ils ont modelé le système américain original comme une république, et non comme une démocratie.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de gens (surtout dans le milieu universitaire) qui semblent croire qu’ils ont plus de connaissances sur nos systèmes politiques et sociaux que les fondateurs d’autrefois, et qui essaient constamment de vendre une myriade de concepts pour améliorer notre structure actuelle. Certaines de ces personnes sont bien intentionnées, d’autres non, mais leurs idées pour « régler » les problèmes de nos systèmes politiques et sociaux ignorent ou négligent presque universellement les causes profondes de ces problèmes. Ils essaient de guérir les symptômes plutôt que la maladie.

Il convient également de noter que de nombreux universitaires vivent une grande partie de leur vie à l’écart du monde réel, de sorte que leurs opinions sur la nature des problèmes de la société et la façon de les résoudre sont plutôt naïves, ou du moins très partiales. Beaucoup se comportent comme s’ils étaient autistes ; d’autres ont fait carrière en allant à l’école pendant beaucoup trop longtemps et n’ont aucun intérêt à apprendre à survivre dans le secteur privé.

Ce que je veux dire, c’est que ce ne sont pas des gens comme eux qui vont résoudre les dysfonctionnements du monde – ils ne peuvent même pas résoudre leurs propres dysfonctionnements. En fait, ce sont souvent le genre de personnes qui aggravent la situation dans le monde. Malheureusement, dans l’univers universitaire, il existe une propension à l’arrogance, à l’élitisme et à l’exploitation rampante par des groupes puissants qui cherchent à faire passer les universitaires du côté obscur.

Gardez tout cela à l’esprit lorsque nous explorerons le prochain problème, parce que je crois que cela entre en jeu d’une manière très insidieuse….

Voter comme un jeu

Les Américains sont passionnés par le processus électoral de manière indélébile, même ceux qui ne votent pas souvent. Nous aimons avoir la possibilité de voter, même lorsque nous considérons que le système est brisé ou corrompu. La dynamique « une personne, un vote » est considérée comme sacrée, bien qu’elle comporte certaines lacunes.

Par exemple, les votes sont souvent manipulés en fonction des régions d’influence et de la pression des pairs. Les zones métropolitaines à forte population qui dépendent des initiatives sociales et des politiques socialistes sont, comme on pouvait s’y attendre, de gauche et à majorité électorale démocrate. Les régions rurales où les populations sont plus dispersées ont tendance à être plus autonomes, individualistes et traditionnelles, de sorte qu’elles votent du côté conservateur du spectre. Le problème est que les régions de gauche ont tendance à avoir une plus grande population, ce qui signifie que la gauche a une plus grande influence grâce à la pression des pairs collectivistes sur un plus grand nombre d’électeurs.

Les pères fondateurs ont cherché à résoudre le problème de la manipulation régionale des élections présidentielles par le biais du collège électoral, qui attribue des « points » (votes du collège électoral) à chaque État en fonction du niveau de population. Cela a transformé le vote pour les présidents en une sorte de jeu, où les candidats pouvaient utiliser leur stratégie pour faire campagne dans certains États afin d’obtenir effectivement plus de points que leurs adversaires. Cela a éliminé la domination des grands centres de population comme facteur et a permis aux électeurs ruraux de prendre le dessus sur les électeurs métropolitains.

En d’autres termes, le collège électoral rend obsolète la question de la « règle de la majorité » lors du choix d’un président. Quand cela fonctionne en faveur d’un camp, ces tenants aiment le collège électoral et le défendront fièrement. Quand cela ne fonctionne pas en leur faveur, ils veulent généralement abolir complètement le collège électoral. C’est à ce moment-là que les suggestions de « nouveaux systèmes » ont tendance à surgir.

Peu importe à qui elles profitent, les structures de vote actuelles sont brillamment conçues tant que le système politique fonctionne à l’abri des influences corrompues. Bien sûr, comme beaucoup d’entre nous dans le mouvement pour la liberté le savent bien, il y a très peu de choses en politique qui ne sont pas touchées par les mauvaises intentions.

Lorsqu’il s’agit de voter pour des candidats politiques, le système peut et est contrôlé de multiples façons. Par exemple, les groupes élitistes peuvent utiliser leurs vastes ressources financières pour soutenir les candidats qu’ils préfèrent, leur donnant ainsi un avantage manifeste. En contrôlant les primaires des partis, ils peuvent dicter qui devient le candidat principal et qui se fait snober (comme nous l’avons vu avec des candidats comme Ron Paul ou plus récemment Bernie Sanders). Aucun candidat ne passe par les primaires à moins que les chefs de parti ne lui permettent de passer par les primaires, et ces chefs enfreignent leurs propres règles énoncées afin de s’assurer que leur candidat préféré gagne.

Ils peuvent aussi acheter des candidats des deux côtés de l’allée (parfois bien avant leur candidature, comme Hillary Clinton et Donald Trump), assurant ainsi que peu importe qui remporte le plus de votes, les élites auront une de leurs marionnettes au pouvoir. Dans le mouvement pour la liberté, nous appelons cela le « faux paradigme gauche/droite ».

À mon avis, l’illusion qu’il y a le choix de voter est plus dangereuse que de vivre dans une société où l’on vous dit que vous n’avez pas le droit de voter. Au moins dans ce dernier cas, vous ne participez pas à votre propre esclavage.

L’illusion du choix est une arme puissante pour la classe élitiste ; elle donne à la population de faux espoirs et un faux sentiment qu’elle a son mot à dire sur son propre avenir. Le théâtre de la participation incite la population à rester les bras croisés et à ne rien faire qui pourrait réellement changer les choses pour le mieux ; tant qu’elle vote, elle a l’impression d’avoir rempli son devoir citoyen. Lorsque les gens votent, ils mettent leur destin entre les mains d’une personnalité politique, au lieu de prendre le contrôle de leur propre vie. C’est pourquoi il est probable que même dans l’éventualité où les élites obtiendraient la centralisation totalitaire complète qu’elles souhaitent en fin de compte, elles laisseraient le vote se poursuivre sous une forme ou une autre, pour autant qu’elles soient certaines de pouvoir en contrôler le résultat.

La question est de savoir comment elles comptent s’y prendre. Pour une élection présidentielle où il n’y a habituellement que deux candidats, compte tenu de la couverture générale et des ressources du parti, le contrôle est beaucoup plus facile. Mais qu’en est-il du processus législatif ? Ou voter au niveau local et au niveau de l’État ? Il est très difficile de contrôler tous les participants au sein du système – des gens qui ont une conscience peuvent passer à travers les mailles du filet et faire des ravages, ou les mouvements souverainistes peuvent prendre le dessus avec le temps. Les méthodes actuelles de manipulation du processus sont plutôt grossières et deviennent de plus en plus évidentes pour de plus en plus de gens…

Faites entrer le « vote quadratique« 

Le vote quadratique est la création d’un ancien professeur de l’Université de Chicago et actuel chercheur expérimenté chez Microsoft Research à New York sous le nom de Glen Weyl. Weyl est encore une autre « étoile montante » dans les cercles académiques élitistes de plus en plus promus au sein du courant dominant. C’est une personne qu’ils décriront probablement un jour comme un « génie de notre temps » dans les 5 à 10 prochaines années, ce qui est une distinction douteuse ces jours-ci étant donné que le courant dominant soutient aussi des faussaires douloureux comme Elon Musk et Neil deGrasse Tyson comme des « génies ».

L’exposition publique de Weyl a commencé après la co-écriture d’un livre intitulé « Marché Radical : Déraciner le capitalisme et la démocratie pour une société juste« , un traité qui tente désespérément de se présenter comme presque « libertarien » et de défendre le libre marché, tout en déclarant la propriété privée comme une injustice « monopolistique » (la propriété privée étant un pilier clé du libre marché) qui devrait être dissoute dans un bien commun public. Le livre contient également l’explication de Weyl sur le vote quadratique et les raisons pour lesquelles il croit que le système de vote une personne, une voix doit être changé.

Cette cooptation de l’image libertarienne du marché libre pour les élitistes me rappelle le « paternalisme libertarien » de Cass Sunstein dont il parle dans son livre « Nudge«  ; un livre sur le contrôle des populations par des méthodes de propagande subversives implantées par des agents payés dans les médias sociaux et autres sites web. Sunstein promeut le contrôle par une « main cachée », laissant le public PENSER qu’il développe ses propres points de vue et opinions tandis que les gouvernements les « poussent » secrètement vers la pensée que les élites préfèrent.

Ces gens sont clairement des globalistes qui n’ont aucun respect pour les principes du libertarianisme ou des mouvements souverainistes, mais ils ressentent le besoin d’attribuer des valeurs libertariennes à leurs projets globalistes. Cela n’est jamais expliqué, mais c’est peut-être une tentative de saper les groupes conservateurs qui s’y opposent. L’une des stratégies préférées des globalistes est de s’approprier les idées et les groupes qu’ils détestent, puis de saboter leur image au fil du temps.

Le système de vote quadratique de Weyl est également construit sur la même notion de « main cachée ». L’exposé de Bloomberg sur la méthode la décrit même comme telle, tout en applaudissant le vote quadratique comme un moyen de prévenir la « zéloterie«  parmi les électeurs.

Weyl est également partisan du revenu de base universel et partenaire d’un groupe appelé Planète Démocratique [Democracy Earth], qui prétend poursuivre la « décentralisation » en se concentrant sur l’effacement des frontières nationales et la « globalisation de la gouvernance démocratique » (l’exact contraire de la décentralisation). Planète Démocratique a une liste assez impressionnante de partenaires principaux sur son site Web, y compris The Atlantic, la BBC et le Forum économique global.

Maintenant que nous sommes au courant des types de groupes qui appuient l’idée du vote quadratique, il devient plus facile de comprendre l’objectif qui la sous-tend.

Le vote quadratique est essentiellement un moyen de transformer le processus de vote en un jeu, encore plus qu’il ne l’est déjà. Lors d’une récente expérience menée lors du caucus démocrate de la Chambre des représentants du Colorado, les législateurs démocrates se sont vu attribuer chacun 100 « jetons » de vote. Un jeton pouvait être utilisé pour acheter un vote sur une question ou un projet de loi, mais deux votes pouvaient être exprimés sur un seul projet de loi pour un coût de quatre jetons, et dix votes pour 100 jetons. Une fois qu’un législateur n’avait plus de jetons, il ne pouvait plus voter.

C’est une idée nouvelle, sinon plutôt complexe et peu pratique pour faire de réels progrès en politique ou au gouvernement parce qu’elle ne s’attaque pas au problème central, à savoir la corruption interne et endémique du système lui-même. En fait, le vote quadratique pourrait faciliter la manipulation du système électoral en permettant aux élites de truquer le jeu en faveur d’un résultat particulier à un niveau que nous n’avons jamais vu auparavant.

La formule quadratique est utilisée dans le monde réel comme moyen de prédire certains résultats dans certains systèmes où des constantes sont appliquées. Par exemple, vous pourriez utiliser la formule quadratique pour prédire où un obus d’artillerie ou un missile va atterrir en calculant son arc ou sa parabole. Tant que la force de gravité est constante et que le missile se déplace à la vitesse et dans la direction voulues, vous pouvez déterminer exactement où il frappera dans l’avenir.

La formule quadratique peut également s’appliquer à certains jeux afin de déterminer à l’avance le gagnant. Par exemple, le jeu japonais [Chinois, NdT] de Go dispose d’un système pour « handicaper » les joueurs plus avancés lorsqu’ils participent à un tournoi contre des joueurs plus jeunes ou plus faibles. Le handicap est partiellement basé sur la formule quadratique et permet au joueur le plus faible d’avoir un avantage par rapport à son adversaire le plus expérimenté, notamment en commençant avec des mouvements et des pièces supplémentaires. Il est souvent noté par les joueurs de Go qu’un handicap peut permettre à un joueur plus faible de gagner régulièrement contre un joueur plus fort, à condition que le joueur plus fort commette un nombre minimum d’erreurs.

Considérons maintenant le vote quadratique pendant un moment, et comment il transforme le vote en un jeu. Premièrement, il attribue des jetons ou de la valeur aux votes ; Weyl pense même que ces jetons de vote pourraient créer une économie du vote dans laquelle les votes sont achetés et vendus comme une marchandise… bien qu’il croit que l’application d’un revenu de base universel permettrait de résoudre le problème des riches qui achètent tous les  votes. Eh bien, Dieu merci…

Deuxièmement, comme dans le jeu de Go, un parti ayant une majorité dans une assemblée législative ou un forum aurait un avantage immédiat sur l’autre partie, mais il pourrait facilement être affublé d’un handicap. Comment ? Les élites n’auraient plus qu’à contrôler quelques-uns de ces législateurs (au lieu d’essayer de contrôler une majorité d’entre eux). Comme dans le jeu de Go, quelques erreurs mineures et délibérément commises par ces législateurs dans la façon dont ils dépensent leurs jetons de vote pour le parti le plus fort pourraient nuire à la capacité de leur parti de vaincre avec succès un opposant sur un nouveau projet de loi ou une nouvelle loi. En lançant le jeu, ces quelques législateurs sous influence pourraient permettre aux élites de prédire le résultat d’un vote à chaque fois d’une manière si subtile et nuancée que le public pourrait ne jamais réaliser ce qui se passe.

Il y a même un contingent de mathématiciens autour du jeu de Go qui développent des algorithmes qu’ils croient pouvoir utiliser sur les quadratiques pour prédire le résultat d’un jeu de Go à handicap à chaque fois. Les méthodes quadratiques ont également été notoirement utilisées par les mathématiciens pour tricher au blackjack de casino et rendre plus prévisibles les tirages de cartes probables. Je soupçonne que c’est quelque chose qui serait également fait dans le vote quadratique ; si quelque chose peut être prédit, alors il peut être contrôlé.

En d’autres termes, avec le vote quadratique, une vaste machine politique et législative pourrait être manœuvrée avec un minimum d’efforts et de ressources.

Il n’est donc pas surprenant que le concept du vote quadratique soit aussi lentement mais sûrement poussé dans la conscience du grand public par la presse globaliste contrôlée. Vox a suggéré que la méthode devrait être appliquée à la Cour suprême dans les situations où les « droits d’un groupe » devraient avoir plus de poids que les droits des individus. Bloomberg a déclaré qu’il s’agissait d’un « succès », tel qu’il a été appliqué au Colorado, et se réjouit du fait que, dans le cadre de la nouvelle législation sur la dynamique du vote, c’est l’écart de rémunération entre les sexes qui a reçu le plus de jetons.

Si l’on considère que l’écart de rémunération entre les sexes n’existe pas lorsqu’on examine les mathématiques et les statistiques réelles qui sous-tendent la question, et si l’on considère que la nouvelle méthode n’a pas été testée dans un système où les deux parties sont idéologiquement opposées, je ne vois guère comment le vote quadratique a réussi, sinon à créer un écho politique plus absurdement complexe. Cela dit, je comprends exactement pourquoi les globalistes s’accrochent à l’idée de Weyl et pourquoi Bloomberg chante si vite ses louanges.

L’ensemble du système profite au pouvoir en créant une illusion complexe qui convainc les masses que le vote est désormais incorruptible parce que les législateurs sont psychologiquement contraints par le coût par rapport au « fanatisme », ou la stratégie de la concurrence. Mais, comme nous l’avons vu, en contrôlant une minorité de législateurs de part et d’autre du jeu, les élites peuvent dicter ou prédire le résultat final de chaque vote en utilisant des « erreurs » minuscules et imperceptibles pour truquer la course. La façon dont cela se traduirait lors d’un vote populaire n’est pas tout à fait claire, mais cela changera certainement le visage de la législation à jamais.

Dans un monde où le vote électronique est la norme, quel niveau de manipulation pourrait-on atteindre pour obtenir un résultat électoral en utilisant le vote quadratique et le truquage presque imperceptible d’un petit nombre de machines choisies dans chaque région … ?  L’arnaque serait intraçable.

Oui, à bien des égards, le vote d’aujourd’hui est déjà truqué, mais pas à un degré aussi raffiné que celui-ci. Le vote quadratique est un autre concept futuriste qui vise à assurer au public que les problèmes de notre système sont résolus par des changements périphériques et le progrès technologique tout en ne s’attaquant pas aux démons séculaires de l’élitisme et de la globalisation qui sont la véritable source de notre misère.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par San pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Les élites universitaires ont inventé une nouvelle façon de truquer le vote à l’avenir »

Les commentaires sont fermés.