L’enquête sur le meurtre de Nemtsov est-elle bouclée?

Par J. Hawk – Le 8 mars 2015 – Source Fort Russ

Pour les médias russes dans leur ensemble, l’assassinat de Nemtsov a été planifié et exécuté par Zaur Dadayev (photo ci-dessus), qui a tout avoué. Le mobile du meurtre, selon les médias, est la position de Nemtsov sur l’affaire Charlie Hebdo et sa critique de l’islam, des musulmans et du président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov.

Kadyrov, quant à lui, a cherché à faire baisser la pression sur Dadayev qui, après tout, est un vétéran de guerre décoré, et qui a risqué sa vie au combat contre les militants islamistes dans le Caucase.

Est-ce la fin de l’histoire? Nous ne le saurons jamais vraiment. A première vue, l’explication fournie n’est pas totalement invraisemblable. Il se pourrait bien que Dadayev ait pensé que Kadyrov, qui critiquait ouvertement Nemtsov et d’autres néolibéraux russes, pouvait approuver cet acte, même s’il ne l’avait pas ordonné.

Il est très probable que Dadayev soit vraiment responsable du crime, mais qu’il garde pour lui ses vrais motifs ou le nom des instigateurs de l’assassinat. Il est peu probable que Kadyrov ait ordonné le meurtre – il ne ferait rien sans l’approbation du gouvernement russe. Il est possible que Dadayev ait des liens avec des militants tchétchènes qui se battent dans le camp de Kiev, mais qu’il ne veuille pas les révéler en raison de la puissance des règles de loyautés claniques (rien ne prouve que Dadayev soit lié à ces militants, mais cela ne peut pas être exclu). Enfin, Dadayev a pu agir au nom d’une faction, d’un clan ou d’une famille tchétchène ou ingouche entrée en conflit avec Nemtsov pour des raisons personnelles ou professionnelles. Encore une fois, le sens de la loyauté empêcherait Dadayev de dénoncer ceux qui sont derrière l’assassinat, même si cela signifiait se laisser accuser du meurtre.

Il est également possible que cette version des faits ait été diffusée par les enquêteurs russes afin de donner un faux sentiment de sécurité à ceux qui ont recruté Dadayev. D’après ce que nous savons, Dadayev a craché le morceau, mais le gouvernement russe le protège, lui et ses parents, contre les représailles, en soulignant qu’il a endossé la responsabilité totale de l’assassinat.

Last but not least, il y a toujours la possibilité que l’assassinat de Nemtsov ait été commandité par quelqu’un appartenant à l’establishment russe, mais pas par quelqu’un de l’entourage immédiat de Poutine. Si c’est le cas, il est normal que Dadayev soit obligé d’endosser le crime. Cependant, comme il est quasiment certain que le projet d’assassinat n’a pas reçu l’approbation officielle des plus hauts niveaux, les conséquences en seront tirées à l’abri de portes closes. S’il y a des rétrogradations soudaines, des départs à la retraite, ou même des arrestations pour charges non reliées, ces actions personnelles pourraient être les conséquences en question. L’establishment russe n’aime pas laver son linge sale en public, et sa discipline interne est maintenue par des moyens qui sont rarement portés à la connaissance du public

Traduit par Dominique Muselet, relu par jj pour le Saker Francophone

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF