Le resserrement de la Fed et l’effritement des fondamentaux révèlent le mensonge de la reprise


Par Brandon Smith – Le 22 février 2018 – Source Alt-Market.com

Il est difficile de dire exactement quand cela a commencé – en 2008 au milieu de la crise du crédit, au début des années 2000, lorsque la Réserve fédérale a lancé des taux d’intérêt artificiellement bas qui ont contribué à créer la vaste bulle hypothécaire américaine, ou peut-être la racine remonte t-elle à 1913 lorsque la Réserve fédérale a été fondée, mais quelque part sur cette période, l’Amérique s’est gravement délabrée. Une certitude est que les signaux dans les fondamentaux deviennent visibles chaque fois que la Fed gonfle une bulle financière pour créer les conditions d’un crash puis resserre ensuite la politique monétaire sans attendre que l’économie montre des signes réels de santé.

À mon avis, il ne s’agit pas là d’une tendance de la Fed à « faire des manipulations dans l’ombre ». En fait, je considère que la plupart des activités de la Fed sont tout à fait délibérées, y compris la création et la déflation d’importantes bulles de crédit et leurs impacts sur les marchés actions. Parfois, ces bulles qui s’effondrent servent d’excuse à la Fed pour lancer un programme de relance encore plus invasif, et parfois les bulles peuvent s’effondrer sans réaction, ce qui permet aux banques internationales d’aspirer des actifs tangibles pour quelques fractions de leur valeur. Lors des effondrements les plus répandus, les élites bancaires utilisent le chaos et diverses distractions non seulement pour centraliser les actifs, mais aussi pour déplacer toute la dynamique géopolitique et financière afin de centraliser le pouvoir.

Il y a beaucoup de débat dans l’analyse économique alternative sur le type d’événement auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. Il n’y a cependant pas beaucoup de débat sur le fait que les fondamentaux sont dans le rouge vif. Le cycle a recommencé.

Je tiens à souligner que depuis la crise du crédit de 2008, une véritable reprise ne s’est jamais concrétisée. Nous en avons entendu parler à l’infini dans les médias financiers grand public, et à ce jour, nous entendons les responsables de la Fed déclarer que l’économie américaine est « sur la bonne voie » et « forte », mais la preuve a toujours été celle du contraire. La Fed elle-même présente deux facteurs principaux comme preuve de la reprise : PIB et emploi.

Le PIB est bien sûr un mensonge fallacieux, une grande partie de la « production » américaine étant attribuée aux dépenses publiques ou aux programmes gouvernementaux qui taxent le public dans le but de générer des revenus. Ce n’est pas une vraie production puisque le gouvernement n’est pas un producteur. Le gouvernement a plutôt tendance à mal répartir et à dilapider la richesse au lieu de la créer.

L’emploi est une autre statistique frauduleuse. Les chiffres rendus publics sont une représentation grossièrement fausse de la situation économique, car ils ne tiennent pas compte des 95 millions de personnes en âge de travailler que le Bureau du travail ne considère plus comme chômeurs parce qu’elles ont été radiées des listes. Les chiffres ne tiennent pas compte non plus de la qualité des emplois créés par rapport à la qualité des emplois perdus. Les emplois à temps partiel et à bas salaires dans le secteur des services ne stimulent pas l’économie et ne permettent pas aux gens de subvenir adéquatement aux besoins d’une famille, mais ce sont ces types d’emplois (U-6) qui constituent la majorité de la soi-disant reprise économique.

D’autres fondamentaux sont restés en mauvais état pendant des années mais sont rarement abordés dans les médias grand public. Le système a été à peine maintenu à flot par un facteur et un seul – les mesures de relance de la Réserve fédérale et les faibles taux d’intérêt. Il est important de noter que de multiples facteurs fondamentaux ont commencé à déclencher des alarmes de récession dès que la Fed a commencé à relever les taux d’intérêt et à réduire les actifs de son bilan. Sans une relance sans fin de la Fed, l’illusion d’une reprise s’évanouit.

Au cours des derniers mois, le marché de l’immobilier a été en forte baisse, avec une forte baisse des ventes en décembre de 10,3 %. Les prix des maisons sont en baisse dans de nombreuses régions du pays, mais ils sont loin derrière (comme ils ont tendance à le faire) l’indicateur, plus immédiat, du nombre de ventes. L’augmentation des taux d’intérêt de la Fed s’est traduite par une hausse générale des taux hypothécaires. Sans taux d’intérêt bas, les acheteurs professionnels quittent le marché, laissant le sort du logement aux consommateurs normaux qui n’ont manifestement pas le capital ou le crédit.

Les ventes automobiles ont été relativement faibles, affichant des baisses jusqu’à la fin de 2018 et au début de 2019, et 2019 devrait être la pire année dans l’ensemble. Encore une fois, avec la hausse des taux d’intérêt, ces achats très importants sont devenus moins attrayants pour le consommateur moyen.

Les ventes au détail ont maintenant affiché les pires chiffres de décembre depuis 2009. Les ventes au détail sont souvent présentées par les médias grand public comme le dernier argument en faveur de la reprise économique. Pourtant, ils omettent de mentionner le problème du crédit à la consommation, qui a atteint des sommets inégalés au cours des dernières années. Dans notre environnement économique instable, les faibles taux d’intérêt alimentent la dette, la dette alimente le crédit et le crédit (plutôt que l’épargne) alimente les achats des consommateurs. Si les taux d’intérêt ne restent pas bas, l’ensemble du château de cartes s’effondre.

Je trouve également intéressant que, pendant que les ventes au détail s’effondrent, l’endettement des consommateurs continue d’augmenter. Si les consommateurs s’endettent davantage, où va cet argent, si ce n’est pas dans les achats ? Je soupçonne que de nouvelles dettes sont contractées pour rembourser d’anciennes dettes. Si ce terrible cycle est la source sous-jacente de l’expansion du crédit personnel, alors cet indicateur des ventes au détail indiquent que nous sommes près de la fin du jeu.

Le crédit et les prêt, là où ils comptent, vacillent maintenant. Les prêts aux petites entreprises ont plongé au cours des derniers mois, avec une baisse de 9,7 % en décembre. Alors que le crédit à la consommation se gonfle, les prêts à plus grande échelle pour soutenir le secteur des entreprises diminuent à mesure que les taux d’intérêt augmentent.

Les statistiques manufacturières de l’indice PMI américain ont également chuté pendant la majeure partie de l’année écoulée, affichant récemment la plus forte baisse en 17 mois. Le déclin de la production à l’échelle mondiale s’est traduit par une baisse marquée de la quantité de marchandises expédiées chaque mois dans l’ensemble du pays ainsi qu’à l’étranger. Cela commence à ressembler beaucoup à 2008 une fois de plus.

Selon la pensée traditionnelle, dans pratiquement tous les aspects concrets de l’économie américaine, nous entrons en territoire de récession. Je modifierais cette façon de penser et dirais que nous avons TOUJOURS été en récession ou en dépression ; seuls les faibles taux d’intérêt et les mesures de relance de la Fed ont permis de cacher ce fait aux yeux du public. Maintenant que la Fed a resserré sa politique, le mensonge de la « reprise » est devenu évident.

La question est de savoir ce que le plan de la Fed prévoit pour la suite. Utilisera-t-elle le ralentissement actuel pour réintroduire encore plus de mesures de relance ? C’est ce que la majorité des analystes croient, mais je ne suis pas d’accord. La Bulle de Tout a été créée par la Fed pour une raison ; ce n’était pas un accident. Une telle bulle est une arme parfaite pour déclencher des changements économiques et politiques radicaux, non seulement aux États-Unis mais dans le monde entier. Pourquoi la Fed aurait-elle créé une telle arme pour refuser de l’utiliser ?

Le discours des médias dominants se construit depuis plus de deux ans – un « soulèvement populiste » a commencé dans le monde occidental, et il provoquera de grands bouleversements car il sape la « stabilité » du globalisme. Avec un bouc émissaire acceptable en place pour supporter le blâme d’un crash, la Fed a débranché les systèmes de survie pour l’économie en difficulté. Afin de couvrir ses arrières, elle a maintenant changé le vocabulaire de ses déclarations, en utilisant des mots comme « accommodement ».

Ce qui m’étonne, cependant, c’est la rapidité avec laquelle les médias alternatifs se sont ralliés à cette rhétorique. La Fed change quelques mots dans ses déclarations, et soudain cela signifie qu’elle a « capitulé » sur les taux d’intérêt et les baisses d’actifs ? La Fed utilise quelques mots choisis et soudain nous parlons tous de QE4 ? C’est absurde !

La Fed n’a pas cessé de resserrer sa politique jusqu’à présent. À une semaine de la fin du mois de février, la banque centrale a déjà réduit son bilan d’environ 58 milliards de dollars. C’est l’une des plus grandes ventes d’actifs à ce jour. Certains économistes ont soutenu que la Réserve fédérale ne vendrait jamais les 50 milliards de dollars annoncés et qu’elle resterait sous les 34 milliards de dollars par mois. De toute évidence, ils avaient tort.

Les graphiques en points de la Fed demeurent inchangés, avec au moins deux autres hausses de taux prévues pour cette année.

Ce que je vois, c’est plus de fumée et de miroirs et de pensée magique, plus d’allusions de promesses qui n’ont jamais été réellement faites, et une foule d’hypothèses dangereuses qui imprègnent le monde économique. Il est certainement possible que les dommages causés par le resserrement de la Fed aient déjà été faits. Il n’est peut-être plus nécessaire qu’elle resserre davantage pour provoquer l’effondrement qu’elle désire de toute évidence. Toutefois, les réductions d’actifs n’ont pas encore cessé et les graphiques en points de la Fed prévoient encore au moins deux autres hausses de taux en 2019.

Je me demande ce qui se passera si, en mars, la Fed ne capitule pas comme la majorité s’y attend ? Serait-ce un choc si la Fed continuait à alléger son bilan ? Elle entraînera certainement les marchés dans une spirale s’il s’agit d’une nouvelle hausse des taux d’intérêt (ou d’une hausse future des taux d’intérêt), étant donné que presque tout le monde anticipe des baisses de taux pour 2019 plutôt que des hausses de taux.

Tant que nous n’aurons pas assisté à un renversement réel des réductions de bilan et des hausses de taux, je n’achèterai pas la rhétorique de la Fed.

Et que dira la Fed si ce choc se produit ? Eh bien, je m’attends à ce qu’elle  continue à dire que l’économie américaine est « forte », ignorant les fondamentaux comme elle l’a toujours fait. Je m’attends aussi à ce qu’elle dise  qu’elle n’a jamais promis d’inverser la politique de resserrement (ce qui est vrai), bien qu’elle continuera probablement à ajouter des mots « dovish » dans ses déclarations publiques comme une soupape psychologique pour le crash. En fait, les marchés ont formulé une série d’hypothèses qui ne correspondaient pas du tout aux commentaires de la Fed sur la « forte » économie américaine. Le blâme reviendra aux investisseurs trop zélés, le blâme reviendra en partie aux médias pour avoir encouragé ce faux optimisme, et l’establishment blâmera la « menace populiste » et la guerre commerciale pour toute conséquence négative.

C’est pourquoi il est important d’exposer la relation directe entre les bulles de la Fed, le resserrement de la Fed et l’effondrement des fondamentaux. La banque centrale crée délibérément des conditions de crise économique. Lorsque le chaos frappera, la Fed tentera d’occulter son rôle dominant dans ce déclin économique. C’est notre travail de l’attraper par le cou comme des pitbulls et de ne jamais la lâcher.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Le resserrement de la Fed et l’effritement des fondamentaux révèlent le mensonge de la reprise »

Les commentaires sont fermés.