Le pic pétrolier sous un autre nom reste le pic pétrolier


Par Diego Mantilla – Le 8 septembre 2016 – Source Cassandra Legacy

L’un des diagrammes les plus convaincants que j’ai jamais vu, est le diagramme The Growing Gap (L’écart croissant) qui apparaissait dans chaque lettre ASPO. Celui-ci est tiré de la dernière newsletter de l’ASPO, écrite par Colin Campbell et publiée en avril 2009.


Depuis lors, plus de sept années se sont écoulées, et le pic pétrolier a disparu des titres de la presse grand public – ou quasiment. Le 29 août, Bloomberg a publié un article alertant sur le fait que les découvertes de pétrole conventionnel ont atteint un plus bas de 70 ans. Il a publié un graphique très intéressant, en utilisant les données fournies par Wood Mackenzie, le cabinet de conseil sur le pétrole, pour montrer ce fait. Contrairement au tableau ASPO, le graphique de Bloomberg ne remonte qu’à 1947, l’année précédent la découverte de Ghawar [le plus grand champ pétrolier connu en Arabie Saoudite, NdT].

Je pensais reproduire le diagramme The Growing Gap en utilisant les données de Wood Mackenzie.

Ni Wood Mackenzie ni Bloomberg n’ont rendues publiques les données derrière ce diagramme, mais j’ai utilisé un programme de numérisation, WebPlotDigitizer, pour extraire des données de la carte. Les résultats ne sont pas parfaits, bien sûr, mais donnent une assez bonne estimation. Il faut garder à l’esprit que les données de découverte ne sont pas précises et peuvent avoir une marge d’erreur importante.

Afin d’obtenir la production de pétrole conventionnel, j’ai soustrait la production de pétrole de schiste US et la production canadienne de brut issue des sables bitumineux ainsi que le volume de condensat global provenant de l’EIA. Je sais que je dois aussi soustraire la production de pétrole extra-lourd de la Ceinture de l’Orénoque, mais il est difficile de trouver des données pour cela. En tout cas, c’est une très bonne estimation. Selon les données recueillies par Jean Laherrère, la production de pétrole extra-lourd de l’Orénoque n’est que d’environ 1 Mb / j à ce jour.

Le diagramme suivant montre les données numérisées de Wood Mackenzie sur les découvertes de pétrole conventionnel et les données de production décrites ci-dessus. Selon ces données, depuis 1980, lorsque l’écart entre la production et la découverte a commencé à apparaître, l’humanité a extrait environ 47% de pétrole conventionnel de plus qu’elle n’en a découvert.

Et le diagramme suivant montre une moyenne mobile sur trois ans de découvertes, pour reproduire le diagramme de l’ASPO. Notez que les volumes découverts sont généralement plus grands que les données de Campbell, mais la baisse depuis 2011 est plus abrupte qu’il ne l’avait anticipé.

Selon l’article de Bloomberg, ce manque à gagner dans les découvertes se fera sentir dans 10 ans à partir de maintenant, quand cela commencera à «gêner la production».

Le pic pétrolier sous un autre nom est toujours le pic pétrolier.

Diego Mantilla

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Le pic pétrolier sous un autre nom reste le pic pétrolier »

Les commentaires sont fermés.