Le coronavirus est-il vraiment plus dangereux que la grippe ?


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 9 mars 2020

Aujourd’hui, les marchés financiers ont enfin reconnu les dommages économiques que le nouveau coronavirus causera.

La guerre des prix sur les marchés du pétrole brut, lancée par la Russie, n’a pas provoqué la chute du marché boursier d’aujourd’hui, mais elle n’a pas non plus aidé.

Alors que le pétrole bon marché est censé être bon pour l’économie, la baisse entraînera également des dommages importants sur les marchés financiers américains, car toute l’industrie de la fracturation de gaz de schiste aux États-Unis, chargée de dettes, est maintenant destinée à être anéantie. Attendez-vous à ce que les prix du brut descendent à 20 dollars le baril alors que la surproduction frénétique et la baisse de la demande due au virus coïncident. La Russie est bien placée pour gagner cette guerre des prix. D’autres non.

C’est la pandémie de virus qui provoque le repli des marchés boursiers. Mais qu’est-ce qui rend le virus Sars-CoV-2 – nouveau nom officiel du coronavirus – si dangereux ? La maladie de Covid-19 causée par le virus est à la base une grippe, bien qu’elle semble être l’une des plus graves.

Mais c’est une toute nouvelle grippe et cela fait toute la différence.

Chaque année, environ 15% de la population mondiale sera infectée par un ou plusieurs des dizaines de virus de la grippe que nous connaissons. Les gens tombent malades et la plupart se rétablissent, tout en développant une immunité contre le virus spécifique avec lequel ils ont été infectés. Au fil des ans, cela se traduit par un niveau d’immunité de base au sein de nos sociétés. Tant de personnes ont déjà eu une grippe à partir de virus bien connus que la plupart d’entre elles ne seront pas infectées lors d’une autre saison de grippe. Nous avons également développé des vaccins contre les virus les plus connus. Ils aident à garder en activité les gens qui travaillent dans les soins de santé même lorsque de nombreux nouveaux patients grippaux arrivent.

Mais quand un nouveau virus se développe, tout est différent. Nos sociétés n’ont pas d’immunité de base contre ce nouveau virus. Sans contre-mesures, beaucoup plus de personnes tomberont malades pendant la première, la deuxième et la troisième vague saisonnière d’un nouveau virus, que pendant une saison normale de la grippe. Le personnel soignant sera également infecté et devra se mettre en quarantaine. Certains travailleurs de la santé mourront probablement. Les hôpitaux seront submergés et le système de santé s’effondrera comme il l’a fait à Wuhan, en Chine. L’effondrement du système de santé entraîne également un nombre de décès par virus beaucoup plus important que dans un système de santé qui fonctionne.

Voici un chirurgien à Bergame, en Italie, décrivant une telle situation :

Les cas se multiplient, jusqu'à un taux de 15-20 hospitalisations par jour toutes pour la même raison. Les résultats des écouvillonnages se succèdent désormais: positifs, positifs, positifs. Soudain, la gestion de la salle d'urgence s'effondre. Des dispositions d'urgence sont émises : une aide est nécessaire dans la salle d'urgence. Une réunion rapide pour apprendre comment utiliser le dispositif de détection électronique en salle d'urgence et quelques minutes plus tard, je suis déjà en bas, à côté des soldats sur le front de la guerre.

L'écran du PC avec la plainte principale est toujours le même : fièvre et difficultés respiratoires, fièvre et toux, insuffisance respiratoire etc ... Examens, radiologie toujours avec la même phrase : pneumonie interstitielle bilatérale.

Tous doivent être hospitalisés. Certains doivent déjà être intubés et aller aux soins intensifs. Pour d'autres, cependant, il est tard. L'unité de soins intensifs est pleine, et lorsque les unités de soins intensifs sont pleines, d'autres sont créées. Chaque ventilateur vaut de l'or: ceux des salles d'opération qui ont maintenant suspendu leur activité non urgente sont utilisés et la salle d'opération devient une unité de soins intensifs qui n'existait pas auparavant.

Le taux actuel de létalité en Lombardie dépasse désormais 6%. Nous savons de Chine (ex-province du Hubei) que dans un système de santé qui fonctionne, le taux de mortalité des patients de Covid-19 est inférieur à 1%. Ce n’est pas le virus qui tue plus de personnes en Italie, c’est un système de santé débordé.

Un système de soins de santé débordé de cas de Covid-19 ne peut également plus prendre en charge les cas ordinaires. Les personnes ayant une crise cardiaque aiguë, des problèmes de diabète ou des enfants qui ont chuté d’un vélo constateront que les hôpitaux sont pleins et incapables de prendre soin d’eux.

La seule façon d’empêcher un développement aussi catastrophique est d’étaler le délai au cours duquel l’épidémie se produit.

corona24-s
Nombre de cas en fonction de l’efficacité des mesures de protection. Rouge : sans, Bleu : avec. Agrandir

Nous pouvons le faire en abaissant le taux de reproduction de la maladie. Dans des circonstances normales, une personne malade en infectera deux, trois ou même beaucoup d’autres en bonne santé. Nous pouvons réduire ce nombre en interdisant les grandes congrégations, en isolant les personnes infectées et avec une bonne hygiène.

Les personnes dont le test est positif ou qui présentent des symptômes doivent être mises en quarantaine. Tout le monde doit être sensibilisé aux dangers et apprendre à les éviter. Se laver les mains au savon aide à détruire facilement la couche lipidique grasse qui forme la peau du virus.

Les mesures de contrôle que la Chine a prises à Wuhan ont été conçues pour faire baisser le taux de reproduction.

Ce taux effectif [à Wuhan] est passé de 3,86 avant les mesures de quarantaine à 0,32 après.

Certaines de ces mesures, prises par la Chine, étaient sévères, mais elles ont fonctionné :

L’apparition quotidienne de Covid-19 et les mesures de contrôle sur différentes périodes

corona27-s
Source : Évolution épidémiologique et impact des interventions non pharmaceutiques sur l’épidémie de coronavirus 2019 à Wuhan, en Chine (pdf) Agrandir 

La Corée du Sud a également démontré à quel point une action immédiate et rapide pouvait permettre de gérer la progression de la maladie.

Après que le virus aura impacté nos sociétés en deux ou trois vagues lentes, nos communautés auront développé un niveau d’immunité de base suffisant. Dans un an ou deux, nous pourrions même avoir un vaccin contre lui. Le virus deviendra alors un ajout relativement inoffensif à ceux que nous connaissons déjà.

Un exemple en est la grippe de Hong Kong de 1968. Le nouveau virus H3H2 d’alors infectait 500 000 résidents de Hong Kong. En 1968 et 1969, elle a tué plus d’un million de personnes dans le monde, même si son taux de mortalité était inférieur à 0,5%. Nos populations y sont désormais largement immunisées et un vaccin H3H2 fait désormais partie du cocktail général d’une vaccination contre la grippe.

Aucun pays ne sera épargné par ce virus et l’impact sera similaire partout.

corona25-s
Agrandir

Ce qu’il faut faire maintenant, c’est aplanir les courbes, réduire le nombre d’infections au Covid-19 afin que nos systèmes de santé puissent faire face à l’épidémie.

Aux États-Unis, l’épidémie de Sars-CoV-2 est toujours considérée comme un problème du lundi au vendredi [routinier] :

corona26-s
Agrandir « Cette page sera mise à jour à midi du lundi au vendredi. Le décompte est arrêté la veille à 16 h »

La raison en est que le président et une partie importante de la population américaine n’ont pas encore compris le problème.

Donald J. Trump @realDonaldTrump - 14:47 UTC · 9 mars 2020
 
L'année dernière, 37 000 Américains sont morts de la grippe commune. Ce chiffre se situe en moyenne entre 27 000 et 70 000 par an. Rien n'est arrêté, la vie et l'économie continuent. Il existe actuellement 546 cas confirmés de CoronaVirus, avec 22 décès. Pensez-y !

Ce n’est pas une grippe courante. C’est une nouvelle grippe. Nous n’avons aucune immunité de base contre elle. Sans contre-mesures, le nombre de cas explosera et il y en aura beaucoup de graves. Ils vont submerger les systèmes de santé et cela fait toute la différence.

Tous les pays doivent tester le plus de personnes possible pour isoler les cas positifs. Les personnes dont le test est positif mais ne présentent aucun symptôme ne doivent pas être renvoyées chez elles. La Chine a appris que cela ne fait que créer de nouveaux foyers, car tous les membres de la famille risquent alors de tomber malades. Ceux qui développent des symptômes doivent être isolés et avoir accès aux soins. Seuls les 20% qui développeront des complications graves devraient être admis dans des hôpitaux dédiés.

Les États-Unis doivent prendre des mesures pour rendre les tests disponibles et gratuits pour tous. Il doit également fournir gratuitement les soins de santé nécessaires. Le programme de remboursement des soins d’urgence du National Medical Disaster Medical System (NDMS) peut être utilisé pour supporter les coûts.

Il doit y avoir une forme d’incitation pour que tout le monde prenne un congé maladie si nécessaire. Le comportement décrit ci-dessous est dangereux mais l’homme n’avait probablement pas d’autre choix :

ABC News @abcnews - 1:24 UTC · 8 mars 2020
 
#BREAKING : Les autorités disent qu'un homme atteint de coronavirus a ignoré les instructions pour s'isoler automatiquement suite aux résultats des tests en attente, au lieu de cela, il a effectué plusieurs tours de travail au Hobart's Grand Chancellor Hotel.

Les gens doivent pouvoir payer leurs factures même lorsqu’ils sont placés en quarantaine. Le moyen le plus simple d’y parvenir est de rendre obligatoire, par la loi, le paiement des congés maladie. Les immigrants sans papiers doivent pouvoir se faire dépister et subir des soins sans crainte d’être expulsés. Cela nécessite une modification du système actuel de notification obligatoire.

Plus de mesures économiques devront être prises pour redémarrer l’économie après la crise que la pandémie provoquera. Un programme de dépenses publiques vaste et diversifié aura les meilleurs effets. Les allègements fiscaux pour les riches ne suffiront pas.

Le krach boursier d’aujourd’hui et la gestion ignorante et désastreuse de la pandémie par Trump font qu’il est désormais moins probable qu’il soit réélu. La pandémie garantit également que la demande de soins de santé pour tous sera le grand gagnant.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF