L’avenir de l’ordre libéral est conservateur


Une stratégie pour sauver le système


Par Jennifer Lind and William C. Wohlforth –  Avril 2019 – Source Council on Foreign Relation

Résultat de recherche d'images pour "logo cfr council foreign relotion"
L’ordre mondial libéral est en péril. Soixante-quinze ans après que les États-Unis aient contribué à sa création, ce système mondial d’alliances, d’institutions et de normes est attaqué comme jamais auparavant. De l’intérieur, l’ordre fait face à un populisme, un nationalisme et un autoritarisme croissants. Sur le plan extérieur, il est confronté à la pression croissante d’une Russie pugnace et d’une Chine en plein essor. Ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement la survie de l’ordre lui-même, mais aussi la prospérité économique sans précédent et la paix qu’il a nourri.


Cet ordre vaut la peine d’être sauvé, mais la question est de savoir comment. Restez calme et continuez comme si de rien n’était, affirment certains de ses défenseurs ; les difficultés d’aujourd’hui vont passer, et l’ordre est assez résistant pour y survivre. D’autres apprécient mieux la gravité de la crise, mais insistent sur le fait que la meilleure réponse est de réaffirmer vigoureusement les vertus de l’ordre et d’affronter ses adversaires extérieurs. Des mesures audacieuses à la Churchill – envoyer plus de troupes américaines en Syrie, offrir plus d’aide à l’Ukraine pour expulser les forces pro-russes – contribueraient à rendre sa grandeur à l’ordre international libéral. Ce n’est qu’en doublant les normes et les institutions qui ont fait le succès de l’ordre mondial libéral, disent-ils, que cet ordre pourra être sauvé.

Ces défenseurs de l’ordre ont tendance à dépeindre le défi comme une lutte entre les pays libéraux qui tentent de maintenir le statu quo et les pays autoritaires insatisfaits qui cherchent à le réviser. Ce qui leur manque, cependant, c’est que depuis 25 ans, l’ordre international créé par et pour les États libéraux a lui-même été profondément révisionniste, exportant agressivement la démocratie et s’étendant en profondeur et en largeur. L’ampleur des problèmes actuels signifie que plus de la même chose n’est pas viable ; la meilleure réponse est de rendre l’ordre libéral plus conservateur. Au lieu de l’étendre à de nouveaux lieux et de nouveaux domaines, les États-Unis et leurs partenaires devraient consolider les acquis de l’ordre.

Le débat sur la grande stratégie américaine a toujours été présenté comme un choix entre l’isolationnisme et l’expansionnisme ambitieux. Le conservatisme offre une troisième voie : il s’agit d’une option prudente qui cherche à préserver ce qui a été gagné et à minimiser les chances que plus soit perdu. D’un point de vue conservateur, les autres choix des États-Unis – à un extrême, défaire des alliances et des institutions de longue date ou, à l’autre extrême, étendre davantage la puissance américaine et diffuser les valeurs américaines – représentent des expériences dangereuses. C’est d’autant plus vrai à une époque où la politique des grandes puissances est de retour et où la puissance relative des pays qui soutiennent l’ordre s’est réduite.

Il est temps pour Washington et ses alliés libéraux de se préparer pour une période prolongée de coexistence concurrentielle avec les grandes puissances illibérales, de consolider les alliances existantes plutôt que d’en ajouter de nouvelles, et de se retirer du business de la promotion de la démocratie. Les partisans de l’ordre peuvent protester contre ce changement, le considérant comme une capitulation. Au contraire, le conservatisme est le meilleur moyen de préserver la position mondiale des États-Unis et de leurs alliés et de sauver l’ordre qu’ils ont bâti.

Un ordre révisionniste

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont poursuivi leurs intérêts en partie en créant et en maintenant le réseau d’institutions, de normes et de règles qui forment l’ordre libéral dirigé par les États-Unis. Cet ordre n’est pas un mythe, comme certains le prétendent, mais un cadre vivant et respirant qui façonne une grande partie de la politique internationale. Il est dirigée par les États-Unis parce qu’il repose sur les fondements de l’hégémonie américaine : les États-Unis fournissent des garanties de sécurité à leurs alliés afin de restreindre la concurrence régionale, et l’armée américaine assure un espace public mondial ouvert afin que les échanges commerciaux puissent se poursuivre sans interruption. Il est libéral parce que les gouvernements qui le soutiennent ont généralement essayé d’y faire infuser des normes libérales en matière d’économie, de droits humains et de politique. Et c’est un ordre – quelque chose de plus grand que Washington et ses politiques – parce que les États-Unis se sont associés à un groupe de pays influents aux vues similaires et parce que leurs règles et normes ont progressivement acquis une certaine influence de manière indépendante.

Cet ordre a pris de l’ampleur avec le temps. Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, il s’est développé tant géographiquement que fonctionnellement, intégrant avec succès deux puissances montantes, l’Allemagne de l’Ouest et le Japon. Soutenant le libéralisme et entremêlant leurs politiques de sécurité avec celles des États-Unis, ces pays ont accepté l’ordre, agissant en tant que « parties prenantes responsables » bien avant que le terme ne soit appliqué de manière optimiste à la Chine. Au cours de la guerre froide, l’OTAN a intégré  non seulement l’Allemagne de l’Ouest, mais aussi la Grèce, la Turquie et l’Espagne. La Communauté économique européenne (le prédécesseur de l’UE) a doublé le nombre de ses membres. De plus, les principales institutions économiques, comme l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) et le Fonds monétaire international (FMI), ont élargi leurs attributions.

Après la guerre froide, l’ordre libéral s’est considérablement développé. Avec la disparition de l’Union soviétique et la faiblesse de la Chine, les États au cœur de l’ordre jouissaient d’une position mondiale dominante et s’en servaient pour étendre leur système. Dans la région Asie-Pacifique, les États-Unis ont renforcé leurs engagements en matière de sécurité envers l’Australie, le Japon, les Philippines, la Corée du Sud et d’autres partenaires. En Europe, l’OTAN et l’UE ont accueilli de plus en plus de membres, élargi et approfondi la coopération entre eux et commencé à intervenir bien au-delà des frontières européennes. L’UE a élaboré des « politiques de voisinage » pour renforcer la sécurité, la prospérité et les pratiques libérales en Eurasie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ; l’OTAN a lancé des missions en Afghanistan, dans le golfe d’Aden, et en Libye.

Pour les libéraux, c’est tout simplement à cela que ressemble le progrès. Certes, une grande partie du dynamisme de l’ordre – disons, la transformation du GATT en l’Organisation mondiale du commerce, plus permanente et institutionnelle, ou le programme de maintien de la paix de plus en plus ambitieux de l’ONU – a bénéficié d’un large soutien parmi les pays tant libéraux qu’autoritaires. Mais certains ajouts clés à l’ordre constituaient clairement du révisionnisme de la part des pays libéraux, qui étaient, ce qui est révélateur, les seuls États qui en voulaient.

Les changements les plus controversés ont été ceux qui ont remis en question le principe de la souveraineté. Sous la bannière de la « responsabilité de protéger« , les gouvernements, les organisations non gouvernementales et les militants ont commencé à promouvoir un renforcement majeur du droit international dans le but de tenir les États responsables de la façon dont ils traitent leur propre population. De puissantes alliances de sécurité telles que l’OTAN et de puissantes institutions économiques telles que le FMI se sont également jointes au jeu, ajoutant leur force à la campagne de diffusion des conceptions libérales des droits humains, de la liberté de l’information, des marchés et de la politique.

La promotion de la démocratie a assumé un nouveau rôle de premier plan dans la grande stratégie des États-Unis, le président Bill Clinton parlant d’« élargissement démocratique » et le président George W. Bush défendant son « agenda de la liberté ». Les États-Unis et leurs alliés financent de plus en plus d’organisations non gouvernementales pour édifier la société civile et répandre la démocratie dans le monde, brouillant ainsi la frontière entre les efforts publics et privés. Les contribuables américains, par exemple, ont payé la facture du National Endowment for Democracy, un organisme sans but lucratif qui fait la promotion de la démocratie et des droits de l’homme en Chine, en Russie et ailleurs. L’ingérence dans les affaires intérieures d’autres États est ancienne, mais ce qui est nouveau, c’est la nature manifeste et institutionnalisée de ces activités, un signe de la dynamique de cet ordre dans l’après-guerre froide. Comme l’a admis Allen Weinstein, cofondateur du National Endowment for Democracy, lors d’une interview accordée en 1991 : « Une grande partie de ce que nous faisons aujourd’hui était fait clandestinement il y a 25 ans par la CIA ».

Comme jamais auparavant, le pouvoir de l’État, les normes juridiques et les partenariats public-privé ont été mis en commun pour étendre la portée géopolitique de l’ordre et de Washington. L’exemple le plus clair de ces ambitions accrues est peut-être venu des Balkans, où, en 1999, l’OTAN a mis sa puissance militaire au service de la nouvelle norme dite de « responsabilité de protéger » et a contraint le président yougoslave Slobodan Milosevic à accepter l’indépendance de facto du Kosovo – après quoi les États-Unis et leurs alliés ont ouvertement uni leurs forces à celles de groupes locaux de la société civile pour renverser son pouvoir. C’était un geste remarquablement audacieux. En quelques mois seulement, les États-Unis et leurs alliés ont transformé la politique de toute une région traditionnellement considérée comme périphérique et l’ont préparée à être intégrée dans les structures de sécurité et économiques dominées par l’Occident libéral.

Dire que tout cela représentait du révisionnisme, ce n’est pas l’assimiler moralement à la militarisation de Beijing dans la mer de Chine méridionale ou à l’invasion de l’Ukraine par Moscou et à son ingérence électorale aux États-Unis et en Europe. Le fait est plutôt que les horizons de l’ordre se sont considérablement élargis, avec le pouvoir de l’État, de nouvelles normes juridiques, des actions ouvertes et secrètes et des partenariats public-privé qui, ensemble, ont élargi l’ordre et l’ont poussé plus loin. De nos jours, aucun pays n’est plus intéressé à maintenir le statu quo ; nous sommes tous révisionnistes maintenant. Le révisionnisme entrepris par des États illibéraux est souvent considéré comme une simple prise de pouvoir, mais le révisionnisme entrepris par des États libéraux a aussi eu des retombées géopolitiques : alliances élargies, influence accrue et plus de privilèges pour les principaux commanditaires de l’ordre, les États-Unis avant tout.

Un tout nouveau monde

Il y a des moments appropriés pour s’étendre, mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Bien que l’ordre libéral soit toujours soutenu par une puissante coalition d’États, la marge de supériorité de cette coalition s’est considérablement réduite. En 1995, les États-Unis et leurs principaux alliés produisaient environ 60 % de la production mondiale (en termes de parité de pouvoir d’achat) ; aujourd’hui, ce chiffre est de 40 %. A l’époque, ils étaient responsables de 80 % des dépenses mondiales de défense ; aujourd’hui, ils ne représentent plus que 52 %. Il devient de plus en plus difficile de maintenir l’ordre, et encore plus de l’étendre. Pendant ce temps, l’ordre souffre d’une crise interne de légitimité qui s’avère déjà être une contrainte, alors que les Américains lassés de la guerre, les Britanniques eurosceptiques et d’autres Occidentaux se sont rendus aux urnes pour dénoncer les élites dites mondialistes.

Les adversaires illibéraux de l’ordre, quant à eux, se sont montrés plus prudents en agissant sur ces insatisfactions déjà profondes. La Chine et la Russie se sont isolées des influences extérieures en manipulant l’information, en contrôlant les médias et en déployant de nouvelles techniques de l’ère de l’information pour surveiller leurs populations et les garder dociles. Ils ont modernisé leurs armées et adopté des stratégies asymétriques intelligentes pour mettre les défenseurs de l’ordre sur le reculoir. Il en résulte que les États-Unis et leurs alliés disposent non seulement d’un avantage de puissance plus faible que dans les années 1990, mais qu’ils ont aussi une tâche plus difficile à accomplir pour soutenir l’ordre.

On pourrait argumenter que l’ordre devrait neutraliser ces challengers en les amenant à lui. C’est d’ailleurs ce qui a motivé la stratégie des États-Unis de s’engager dans la montée en puissance de la Chine. Mais même si les pays peu libéraux peuvent participer de manière productive à de nombreux aspects de l’ordre, ils ne peuvent jamais être de véritables initiés. Leur approche étatiste de l’économie et de la politique les empêche de suivre la voie de l’Allemagne et du Japon et d’accepter tout ordre libéral ou dirigé par les États-Unis. Ils considèrent les ententes de sécurité dominées par les États-Unis comme des menaces potentielles à leur encontre. Et ils n’ont aucun intérêt à faire des concessions sur la démocratie et les droits de l’homme, car cela saperait les outils essentiels de leur contrôle autoritaire. Ils ne veulent pas non plus adhérer aux principes économiques libéraux, qui vont à l’encontre du rôle (souvent corrompu) de l’État dans leur économie.

Étant donné leur aversion fondamentale pour les préceptes fondamentaux de l’ordre libéral, il n’est pas étonnant que des puissances non libérales aient investi des ressources dans la création d’institutions alternatives reflétant leurs propres principes étatiques – des organismes tels que l’Organisation de coopération de Shanghai, la Nouvelle Banque de développement, l’Union économique eurasienne et la Banque asiatique d’investissement en infrastructures. Il n’y a jamais eu la moindre chance qu’une Russie puissante et antidémocratique adhère à l’OTAN, tout comme il n’y a jamais eu la moindre chance que la Chine soit satisfaite de la domination militaire américaine en Asie. Les engagements des États-Unis en matière de sécurité sont dirigés contre ces mêmes États. Washington et ses alliés souscrivent à des règles et à des valeurs que ces pays considèrent comme menaçantes. Tant que les engagements en matière de sécurité resteront en place et que le projet expansionniste se poursuivra, les États illibéraux ne s’intégreront jamais pleinement dans l’ordre.

Les adversaires autoritaires de l’ordre sont peut-être, pourrait-on dire, des tigres de papier. Dans ce cas, l’ordre n’a aucune raison d’adopter une position conservatrice ; il n’a qu’à attendre que ces gouvernements fragiles connaissent leur disparition inévitable. Le problème de ce pari est qu’il est à l’origine de l’expansion récente de l’ordre libéral, et pourtant, au cours des deux dernières décennies, les gouvernements illibéraux sont devenus plus autoritaires. En effet, l’histoire a montré que les régimes des grandes puissances s’effondrent rarement en temps de paix ; le cas soviétique était une anomalie. Encourager la dissidence politique au sein des grandes puissances de l’extérieur ne réussit que rarement, et en nourrissant les récits de ces gouvernements d’un encerclement de menaces, cela se retourne souvent contre nous.

L’essentiel, c’est que les défis externes à l’ordre sont en train de se produire maintenant. Insister sur la poursuite de l’expansion en attendant que les adversaires déclinent, libéralisent et acceptent le leadership américain ne fera probablement qu’exacerber les problèmes qui affligent l’ordre. Si cela se produit, la capacité des États-Unis et de leurs alliés à maintenir l’ordre diminuera plus rapidement que celle de leurs adversaires à le contester. Et si l’on ne parvient pas à juguler l’augmentation des coûts du maintien de l’ordre, cela ne fera qu’accroître la pression politique intérieure en faveur de son abandon total.

Le conservatisme dans la pratique

Un ordre plus conservateur reconnaîtrait que les circonstances internes et externes ont changé et s’ajusterait en conséquence. Tout d’abord, et c’est le plus important, cela exige un changement de mentalité à Washington et dans les capitales alliées. Malgré les fanfaronnades occasionnelles du président américain Donald Trump au sujet de son retrait du monde, son administration a maintenu tous les engagements existants des États-Unis tout en ajoutant de nouveaux engagements ambitieux, notamment un effort pour réduire radicalement l’influence de l’Iran. Et bien que l’administration Obama ait souvent été accusée de se désengager, elle aussi a tenu ses engagements et s’est même essayée au changement de régime en Libye. Dans une approche conservatrice, Washington mettrait de côté ces projets révisionnistes afin de concentrer son attention et ses ressources sur la gestion des rivalités entre grandes puissances.

Dans ce contexte, les États-Unis devraient réduire leurs attentes à l’égard de nouveaux alliés. À tout le moins, tout allié potentiel devrait apporter plus de capacités que de coûts – un test décisif qui n’a pas été appliqué au cours des dernières années. Parce que l’ordre libéral a un besoin urgent de consolidation plutôt que d’expansion, il n’est pas logique d’ajouter de petits États faibles confrontés à des problèmes internes, surtout si leur inclusion exacerbe les tensions entre alliés existants ou, pire, avec des grandes puissances rivales. En juillet 2018, l’OTAN, avec le soutien des États-Unis, a officiellement invité la Macédoine à rejoindre l’alliance (ravivant un différend avec la Grèce au sujet du nom du pays), et l’administration Trump a également soutenu l’adhésion de la Bosnie à l’OTAN (malgré les objections de la minorité serbe là-bas). Ces pailles ne peuvent pas briser le dos du chameau, mais le principe de l’expansion illimitée le peut.

Le cas de Taïwan montre à quoi ressemble dans la pratique une approche conservatrice réussie, démontrant comment les États-Unis peuvent dissuader une grande puissance rivale de se développer tout en empêchant un partenaire de la provoquer. Pendant des décennies, Washington a déclaré que l’avenir de l’île devait être résolu pacifiquement. Les dirigeants des deux côtés du détroit de Taïwan ont parfois cherché à renverser le statu quo, comme lorsque le président taïwanais Chen Shui-bian a commencé à prendre des mesures pro-indépendance après son élection en 2000. En réponse, le président américain George W. Bush a publiquement mis en garde M. Chen contre une modification unilatérale du statu quo – une position dure envers un partenaire américain de longue date qui a aidé à maintenir la paix. Cette politique pourrait être à nouveau mise à l’épreuve, à mesure que les tendances démographiques et économiques renforcent le sentiment d’identité nationale du peuple taïwanais, que la Chine s’affirme davantage et que des voix aux États-Unis réclament une politique clairement pro-Taïwan. Mais Washington doit tenir bon : pendant des décennies, le conservatisme l’a bien servi, ainsi que la région.

Un ordre conservateur impliquerait également de tracer des lignes plus claires entre les efforts officiels de promotion de la démocratie et ceux entrepris indépendamment par les groupes de la société civile. Par l’exemple et le militantisme, des sociétés civiles dynamiques aux États-Unis et dans d’autres pays libéraux peuvent faire beaucoup pour promouvoir la démocratie à l’étranger. Cependant, lorsque les gouvernements entrent en jeu, les résultats ont tendance à se retourner contre eux. Comme l’ont constaté les politologues Alexander Downes et Lindsey O’Rourke dans leur étude exhaustive, le changement de régime imposé par l’étranger entraîne rarement une amélioration des relations et a souvent l’effet contraire. Les États libéraux devraient se tenir prêts à aider lorsqu’un gouvernement étranger demande lui-même de l’aide. Mais quand ces états résistent à recevoir de l’aide, il vaut mieux rester à l’écart. L’ingérence ne fera qu’aggraver les préoccupations de ce gouvernement au sujet des violations de sa souveraineté et met une pancarte sur les forces de l’opposition avec l’accusation d’être des pions étrangers.

Loin de céder le pouvoir à de grandes puissances illibérales, une stratégie conservatrice s’attaquerait directement à ces menaces extérieures. Si ces pays contestent cet ordre, c’est en partie parce qu’il exacerbe leur insécurité. Limiter les impulsions expansionnistes de l’ordre révélerait à quel point le révisionnisme actuel des États illibéraux est de nature défensive et à quel point il est motivé par la seule ambition. Cela pourrait également contrecarrer l’équilibre potentiel contre l’ordre des États illibéraux – Chine, Iran, Russie et autres. Bien que ces états révisionnistes aient de nombreux intérêts géopolitiques et économiques divergents qui limitent actuellement leur coopération, plus leurs dirigeants craignent que leur emprise sur le pouvoir ne soit menacée par un ordre libéral, plus ils seront enclins à surmonter leurs différences et à faire équipe pour contrôler les pouvoirs libéraux. Réduisez cette peur, et les États libéraux auront plus de possibilités de diviser et de gouverner, ou du moins de diviser et de dissuader.

Un ordre moins révisionniste pourrait prendre le dessus sur la rivalité croissante entre grandes puissances d’une autre manière, en exploitant pleinement les avantages d’une position défensive plutôt qu’offensive. En général, le maintien du statu quo est moins cher, plus facile et moins dangereux que son renversement, comme l’ont soutenu des stratèges de Sun-Tzu à Thomas Schelling. L’ordre est profondément établi, légitime et institutionnalisé. Lorsqu’il reste attaché au statu quo, il est facile pour ses défenseurs d’établir des lignes rouges clarifiant les défis qui seront relevés et ceux qui ne le seront pas, une stratégie qui peut aider à contenir les adversaires et à limiter la rivalité. Pourtant, lorsque tous les acteurs du jeu sont révisionnistes, il devient beaucoup plus difficile d’établir des lignes sans ambiguïté ; ce qui est acceptable aujourd’hui pourrait ne plus l’être demain. Le passage à une orientation plus claire vers le statu quo augmenterait les chances que les États-Unis et leurs alliés puissent conclure des marchés explicites ou, plus vraisemblablement, implicites avec leurs rivaux. Comme toute approche stratégique, le conservatisme n’offre aucune garantie et exige une habileté politique. Mais en se fixant des objectifs plus réalistes, elle peut augmenter considérablement les chances de succès.

Un plus grand conservatisme aiderait également à renforcer l’ordre face aux défis internes. Bien qu’il soit nécessaire de mettre en place des politiques nationales, parce qu’un ordre moins ambitieux provoquerait moins de rejet de la part des États autoritaires – et un tel rejet est coûteux à gérer – il s’agirait également d’un ordre plus durable. Plus les coûts de maintien de l’ordre sont élevés, plus la suspicion à son égard augmente, et plus il est difficile de maintenir le soutien interne en sa faveur. Les sondages montrent que les électeurs américains apprécient les alliances existantes de notre pays. Nombreux sont ceux qui rechignent à prendre des engagements qu’ils considèrent comme des aventures coûteuses sans rapport avec les préoccupations fondamentales en matière de sécurité nationale. Une expansion continue risque d’alimenter ces perceptions et de générer un retour de flamme populaire qui jetterait le bébé avec l’eau du bain. Le conservatisme, en revanche, réduirait ce risque au minimum.

Le conservatisme d’aujourd’hui n’est pas nécessairement synonyme de conservatisme pour toujours. Toute entreprise ambitieuse, qu’il s’agisse d’un mouvement politique ou d’une entreprise, connaît des phases d’expansion et de consolidation. Par exemple, après qu’une entreprise se soit engagée dans une acquisition, les dirigeants doivent se demander si la nouvelle direction et les nouveaux employés sont pleinement d’accord avec la culture et la mission de l’entreprise et doivent faire face à toute dislocation causée par les récents changements. La consolidation doit donc être considérée comme une réaction prudente à l’expansion. Dans l’avenir, les conditions peuvent changer de telle sorte que l’ordre puisse recommencer à chercher de façon responsable des moyens de se développer, mais ce jour n’est pas encore arrivé.

Un temps pour récupérer

On peut se demander si un ordre fondé sur des principes libéraux peut en fait pratiquer la retenue. Au milieu du XVIIIe siècle, le philosophe David Hume a averti que le Royaume-Uni poursuivait ses guerres contre des adversaires illibéraux avec « une véhémence imprudente », en contradiction avec les préceptes de l’équilibre du pouvoir et risquait la faillite nationale. Peut-être cette imprudence fait-elle partie intégrante de l’idéologie fondatrice et de la politique intérieure des puissances libérales. Comme l’a dit le politologue John Mearsheimer, « les États libéraux ont une mentalité de croisés bien ancrée en eux ».

En effet, les principes du libéralisme s’appliquent à tous les individus, pas seulement à ceux qui sont citoyens d’un pays libéral. Sur quelle base, alors, un pays attaché aux idéaux libéraux peut-il rester les bras croisés lorsqu’ils sont piétinés à l’étranger, surtout lorsqu’il est assez puissant pour faire quelque chose à ce sujet ? Aux États-Unis, les dirigeants tentent souvent de résoudre la quadrature du cercle en prétendant que la diffusion de la démocratie sert en fait l’intérêt national, mais la vérité est que pouvoir et principe ne vont pas toujours de pair.

Parce que les convictions libérales font partie de leur identité, les Américains pensent souvent qu’ils devraient soutenir ceux qui se révoltent contre la tyrannie. Dans l’abstrait, on peut peut-être promettre de la retenue, mais lorsque les manifestants se rendent sur la place Tahrir au Caire, Maidan à Kiev ou Bolotnaïa à Moscou, de nombreux Américains veulent que leur gouvernement se range derrière ceux qui arborent le drapeau de la liberté. Et lorsque des pays veulent se joindre aux principales institutions économiques et de sécurité de l’ordre, les Américains veulent que les États-Unis disent oui, même lorsque cela a peu de sens stratégique. Les incitations politiques encouragent cette impulsion, puisque les politiciens aux États-Unis savent qu’ils peuvent marquer des points en dénigrant tout dirigeant qui trahit les amoureux de la liberté.

Il y a des preuves, cependant, que les pays libéraux peuvent contrôler leur appétit pour la diffusion de la vertu. Les hommes d’État britanniques du XIXe siècle aimaient à penser que les principes libéraux et les intérêts impériaux coïncidaient souvent, mais lorsque les deux s’opposaient, ils préféraient presque toujours le réalisme à l’idéalisme – comme lorsque le Royaume-Uni soutenait l’Empire ottoman pour des raisons de realpolitik malgré les pressions internes pour agir au nom des chrétiens persécutés de l’empire. Au XXe siècle, les États-Unis ont eu des présidents idéalistes, comme Woodrow Wilson et Jimmy Carter, mais aussi des présidents plus pragmatiques, comme Theodore Roosevelt et Richard Nixon.

La période de détente dans les relations américano-soviétiques, qui a duré tout au long des années 1970, illustre la possibilité d’un ordre libéral sur la défensive. Au cours de cette période, l’Occident a largement suivi une stratégie de vivre et de laisser vivre, inspirée par la maxime controversée du secrétaire d’État Henry Kissinger de ne pas tenir la détente en otage de l’amélioration de la situation des droits humains à Moscou. Washington a négocié avec Moscou sur la maîtrise des armements et une série d’autres questions de sécurité et a tenu de fréquents sommets symbolisant son acceptation de l’Union soviétique comme superpuissance égale. Dans les Accords d’Helsinki de 1975, visant à réduire les tensions Est-Ouest, les États-Unis se sont effectivement adaptés à la réalité de la suzeraineté soviétique en Europe orientale.

L’essence de l’accord était que les États-Unis laisseraient aux Soviétiques une influence sur environ un tiers du monde – tout en précisant clairement qu’ils ne devaient pas courir après les deux autres deux tiers. Certes, la concurrence des superpuissances n’a jamais vraiment cessé et, dans les années 1980, la détente s’est complètement estompée. Mais pendant qu’elle était en place, cette stratégie a permis de limiter la rivalité entre les États-Unis et l’Union soviétique et de faciliter le rapprochement avec la Chine. Cela a donné aux États-Unis et à leurs alliés la marge de manœuvre dont ils avaient besoin pour mettre de l’ordre dans leurs propres affaires et réparer les alliances déchirées par les bouleversements intérieurs, la guerre du Vietnam et les querelles sur le commerce et la politique monétaire. Ce que cette histoire suggère, c’est que l’ordre libéral d’aujourd’hui, du moins pour un temps, peut être conservateur.

Les pays libéraux ne peuvent jamais être des acteurs du statu quo, car ils favorisent des économies relativement libres et des sociétés civiles présidées par des gouvernements déterminés à donner carte blanche à ces forces vives. Laissées à elles-mêmes, ces forces seront toujours révisionnistes – c’est la nature même du libéralisme. Mais ce révisionnisme inhérent ne doit pas empêcher les dirigeants des États libéraux, responsables de traiter avec le monde tel qu’il est, de reconnaître que les conditions ont changé et de décider de réduire la voilure et d’arrêter leur expansion. C’est ce que ces dirigeants doivent faire maintenant : pour protéger un ordre fondé sur le libéralisme, ils doivent adopter le conservatisme.

Résultat de recherche d'images pour "Jennifer Lind"Jennifer Lind est professeure agrégée de gouvernement au Dartmouth College et chercheuse agrégée à Chatham House.

 

Résultat de recherche d'images pour "William C. Wohlforth"William C. Wohlforth est titulaire de la chaire Daniel Webster de gouvernement au Dartmouth College.

 

Note du Saker Francophone

Le CFR est sans doute le think-tank le plus influent du Nouvel Ordre Mondial, sans parler de son antériorité. On peut remarquer d'abord que le terme d'"ordre mondial" est utilisé sans complexe.

Ensuite ce texte est sans doute la clé de compréhension des évènements récents comme le revirement de la France et de Macron vers un rapprochement avec la Russie, soutenu indirectement par Trump. C'est une feuille de route de l'ordre libéral pour se réorganiser et c'est plutôt très bien senti, il faut le reconnaître, loin des hystérisations sociétales. 

Il faut maintenant surveiller quelle forme politique cela va prendre. On peut déjà voir poindre en France une tentative avec Marion Maréchal qui bénéficie d'une couverture médiatique étrangement positive. Serait-ce la future présidente comme l'avait évoqué l'inénarrable Attali ?

Et qui en France lit ce genre de canard ? On retrouve au 1er rang SciencePo. Difficile de s'étonner que les élites dirigeantes françaises ne soient pas totalement sous influence.

Liens

Traduit par Hervé, relu par San pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF