L’asservissement de l’argent infini


Par Brandon Smith − Le 8 mai 2020 − Source Alt-Market.com

L’expression « Ne vous attaquez pas à la Fed » est une illusion malheureuse mais populaire. Elle présuppose que la banque centrale a un pouvoir illimité pour diriger l’économie parce qu’elle peut imprimer une monnaie en quantité illimitée. Je ne sais pas exactement d’où vient cette idée, mais il faut savoir que toute personne de moins de 30 ans aujourd’hui était à peine assez âgée en 2008 pour comprendre l’effondrement du crédit ou s’en soucier. Ces personnes ont passé leurs années de formation en ne connaissant que la stimulation et les QE. Dans leur esprit, c’est la norme, et ils pensent que cela fonctionne toujours parce qu’ils n’ont pas encore été témoins d’un effondrement.

Je dirais qu’une meilleure expression pour les années 2020 est « La Fed ne va pas vous sauver » ; la Fed n’est pas un super-héros et elle n’a pas le pouvoir ni le goût de protéger les petites gens contre la folie économique. Cela devrait être évident aujourd’hui, alors que la pandémie de COVID-19 continue de se propager et que la banque centrale ne semble pas pouvoir la guérir avec un assouplissement quantitatif.

Ma position a toujours été que la Fed n’a aucune intention de sauver l’économie, mais seulement de faire croire qu’elle s’en soucie. Cela est évident dans le fait qu’ils ont créée ex-nihilo la « bulle de Tout«  avec des années de taux d’intérêt proches de zéro, puis qu’ils ont brusquement fait monter les taux d’intérêt jusqu’à l’affaiblissement économique, tout comme ils l’ont fait pendant la Grande Dépression. Il a suffi de quelques hausses de taux pour que les marchés boursiers plongent en décembre 2018 ; les liquidités se sont taries et les marchés « repo » de prise en pension sont devenus instables. Jerome Powell savait parfaitement que ce serait le résultat ; il en a ouvertement discuté dans le compte-rendu du Comité fédéral de l’open market en octobre 2012.

La Fed a ignoré la dégradation des conditions économiques de la dette nationale historique, de la dette des entreprises et de la dette des consommateurs, tout en affirmant que l’économie américaine était « forte » et « en reprise » dans son évaluation du livre beige. Les élites financières mentaient. Elles savaient qu’elles mentaient et que le système était sur le point de s’effondrer. Ce dont elles avaient besoin, c’était d’un événement qui couvrirait le crash qu’ils avaient créé, et voilà que la coïncidence « chanceuse » de l’épidémie de coronavirus apparaît.

Aujourd’hui, les masses et les principaux médias financiers vont oublier toute la préparation du krach. Le fait que les banques centrales aient déclenché cet effondrement sera éclipsé par la pandémie, et le virus sera blâmé pour tout – aux côtés du nationalisme, des conservateurs, des « égoïstes » qui veulent leurs libertés et défient le confinement, etc.

Certes, le confinement est le dernier clou du cercueil de l’économie, mais c’est la Fed qui a creusé la tombe. Pour l’instant, les mesures de relance de la Fed ne font rien d’autre que retarder la chute libre des marchés boursiers ; le reste de l’économie est terminé. La Fed le sait, mais le public ne le voit pas encore.

Avec le mot « réouverture » dans l’esprit de tout le monde en ce moment, les espoirs sont grands, mais c’est un faux espoir. Selon les schémas de gestion de la pandémie élaborés par les élites elles-mêmes, le plan consiste à utiliser une sorte de « théorie des vagues » selon laquelle l’économie serait rouverte pendant une courte période – peut-être un mois – puis refermée pendant deux mois supplémentaires. L’objectif est de provoquer la propagation du virus au cours de ce mois et d’utiliser ensuite le pic des infections et des décès comme excuse pour tout fermer à nouveau. Le public ne semble pas être au courant de ce plan, même s’il est ouvertement admis.

Les prochains confinements généralisés auront probablement lieu en juin. Certains endroits aux États-Unis ne rouvrent pas du tout. Cela provoquera une ruée des habitants des zones à forte population vers les zones rurales, qui chercheront à échapper aux restrictions, même si ce n’est que pour une semaine ou deux. Les infections augmenteront alors en flèche dans des endroits qui étaient autrefois exempts de transmissions communautaires. La logique sera alors en place pour appliquer des restrictions encore plus sévères.

Lorsque le confinement sera rétabli, la population américaine va devenir folle. Ils pensent que la crise est presque terminée ; ils n’ont aucune idée qu’elle ne fait que commencer.

Les appels à des mesures de relance illimitées se multiplient au lendemain de la catastrophe. Les plans de sauvetage des petites entreprises ont échoué lamentablement, se tarissant en moins de deux semaines avec seulement 4 % des demandes de prêts représentant 45 % de l’argent total mis à disposition par le programme gouvernemental. La deuxième série de sauvetages suivra probablement la même tendance. Le problème est que l’économie était déjà dans une situation difficile avant la pandémie ; tout le monde a besoin d’argent maintenant. Le trou noir de la dette est à jamais affamé.

Mais qu’en est-il des 6 000 milliards de dollars de relance que la Fed a déjà générés ? Eh bien, ils sont allés principalement au Trésor américain et aux grandes entreprises, pas aux petites, même si les petites entreprises emploient environ 50 % des travailleurs américains. Voici donc ce qui est sur le point de se produire…

Une grande partie des petites entreprises va fermer définitivement. Les gens ne retourneront plus faire leurs courses en masse comme avant, car l’Américain moyen se rend compte aujourd’hui que ses ressources sont limitées. L’état d’esprit de la facilité d’achat est désormais dépassé, car les gens seront plus enclins à mettre de l’argent de côté « au cas où ». Les inquiétudes persistantes concernant le virus vont probablement étouffer tout retour à la normalité. C’est exactement ce qui s’est passé en Géorgie, l’un des premiers États à avoir rouvert ses portes, car les entreprises étouffent encore en attendant le retour des clients.

Elles vont essayer de tenir le coup jusqu’à la réouverture, mais sans un flux régulier d’argent de la part du gouvernement, elles ne dureront pas. Les appels à des renflouements réguliers vont se multiplier. En outre, les chèques de relance aux particuliers sont également tombés à plat, car un certain nombre de personnes continuent d’attendre l’aide. Lorsque l’aide arrivera enfin, ces chèques permettront d’éviter les crises personnelles pendant un mois ou deux. D’ici la fin juin, lorsque la réalité commencera à s’imposer, je m’attends à voir un véritable désespoir chez les Américains à faible revenu.

Les mesures de relance peuvent nous faire gagner quelques mois, mais avec l’environnement de stagflation dans lequel nous nous trouvons, le revenu de base universel aura un effet limité à long terme.

À mesure que les prix des produits de première nécessité augmenteront, les mesures de relance gouvernementales permettront d’acheter de moins en moins. Et plus la Fed continuera à imprimer, plus l’inflation sera importante dans certains secteurs de l’économie. Le gouvernement pourrait essayer d’introduire un contrôle des prix, mais cela entraîne généralement un ralentissement de la production, car il n’y a pas d’incitations et le prix de revient dépasse tout profit possible. Les salaires vont diminuer de façon spectaculaire et le chômage va monter en flèche. Le gouvernement ne proposera qu’une seule option : la nationalisation de toutes les industries essentielles.

C’est ce qui se produit lorsque toute l’activité économique est centralisée sous le contrôle des gouvernements et des banques centrales. Il est impossible d’éviter les conséquences.

Le citoyen moyen sera réduit à un statut proche du tiers monde, attendant désespérément chaque mois un chèque du gouvernement pour lui permettre à peine de survivre. Les protestations contre les loyers deviendront monnaie courante, ce qui signifie que les propriétaires immobiliers et fonciers devront soit trouver une solution de rechange avec les locataires, soit vendre les biens qu’ils ne peuvent pas se permettre d’entretenir.  Je pense que l’effondrement culminera à la fin de cette année et au début de 2021.

Les mesures de relance de la Fed sont une impasse, une non-solution. La possibilité d’imprimer de l’argent en quantité illimitée présente encore des avantages limités. Elle ne tient pas compte de l’augmentation des coûts de production, ni de l’inflation des biens nécessaires, ni des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et des arrêts de production dus à la pandémie. Aucun système d’impression de monnaie dans l’histoire n’a jamais réussi à résoudre une crise économique. Pas une seule fois. Au mieux, cela peut ralentir l’effondrement pendant un certain temps, mais pas l’arrêter.

La véritable réponse au problème est une chose que les élites bancaires ne reconnaîtront jamais : la décentralisation et la localisation. Une production localisée, des économies indépendantes et autonomes dans lesquelles le commerce et la fabrication sont encouragés au niveau local, sans parler des recettes locales soutenues par les produits de base, ainsi que de l’or et de l’argent comme alternatives monétaires ; tout cela peut créer des redondances dans les villes, les comtés et les États, ce qui pourrait les sauver des catastrophes au niveau national et mondial. Ce qui est triste, c’est que les gens n’envisageront ces solutions que lorsqu’ils seront déjà enlisés dans le crash.

Les communautés qui mettent en œuvre de telles mesures seront attaquées par l’establishment, et cela ne fera que confirmer pour nous que c’est la véritable solution. Vous n’êtes pas autorisé à vous sauver, vous êtes seulement autorisé à vous asseoir et à attendre les secours. La machine à stimuler nous conduit à l’esclavage ; et nous sommes censés en rester dépendants même si elle nous entraîne dans une pauvreté sans fin. Le but de l’argent infini n’est pas de protéger le système économique ; le but de l’argent infini est de faire s’effondrer le système et de transformer un marché autrefois libre en une plantation féodale.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « L’asservissement de l’argent infini »

Les commentaires sont fermés.