La centralisation mondiale est la cause de la crise, pas le remède


Par Brandon Smith − Le 19 février 2020 − Source Alt-Market.com


Une fois que vous comprenez la mentalité globaliste, presque tout ce qu’ils font devient plutôt robotique et prévisible. Il n’est pas surprenant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une branche des Nations unies, ait été aussi agressive pour encourager le gouvernement chinois et sa réponse à l’épidémie de coronavirus. Après tout, le modèle d’État de surveillance communiste de la Chine est un test en bêta pour le type de centralisation que l’ONU souhaite pour la planète entière. Ils ne vont certainement pas souligner que c’est le système totalitaire de la Chine qui a permis à l’épidémie de se propager depuis le tout début.


Même maintenant, Xi Jinping tente de réécrire l’histoire, en affirmant qu’il a réagi rapidement à la crise, plus d’un mois avant qu’elle ne se produise réellement. Le mensonge selon lequel le coronavirus aurait muté naturellement dans un marché de produits alimentaires et d’animaux à Wuhan continue d’être colporté par les médias grand public, même s’il n’existe aucune preuve à l’appui de cette affirmation. Et la Chine continue de publier des chiffres truqués sur les décès et les infections alors que plus de 600 millions de personnes sont sous le coup de la loi martiale et que leurs crématoriums continuent de cracher la fumée des morts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Des travailleurs de la santé courageux comme Li Wenliang, qui a été puni par le gouvernement pour avoir mis en garde contre le virus en décembre, sont morts en essayant de lutter contre le mastodonte centralisé juste pour transmettre des informations vitales au monde, mais cela n’est jamais arrivé, n’est-ce pas ? C’est en fait le président Xi et le PCC qui ont sauvé la situation. C’est ce que disent l’OMS et le PCC. Vous n’entendrez jamais les Nations unies louer les efforts de Li Wenliang ; elles veulent que son nom disparaisse dans le trou de la mémoire, tout autant que le gouvernement chinois.

Le récit qui se développe est familier – Les responsables locaux ont « étouffé » la réponse à l’épidémie tandis que les dirigeants nationaux centralisés ont remis les choses sur les rails avec des mesures de contrôle extrêmes qui ont transformé la province du Hubei en un véritable camp d’internement. Quoi que vous fassiez, ne soulignez pas que c’est l’habitude du gouvernement national d’emprisonner les responsables de la santé qui publient de « fausses informations » qui a conduit à la réaction retardée sur le coronavirus. De même, ne soulignez pas que le point de départ de l’épidémie se trouve juste à côté du plus grand laboratoire de niveau 4 de risques biologiques en Asie, car cela ferait de vous un « théoricien du complot ».

Le message que l’on fait passer dans la conscience du public est clair : « Taisez-vous et acceptez que la centralisation fonctionne ». Même si elle échoue lamentablement, elle reste la réponse à tous nos problèmes. Tout ce que nous avons à faire, c’est « ajuster » un peu la mémoire historique à chaque fois que le système se brise et ensuite instituer pour encore PLUS de centralisation en réponse.

En d’autres termes, si la structure interdépendante et draconienne de l’État globaliste mène à la crise, c’est qu’elle n’était pas ENTIÈREMENT centralisée. La centralisation engendre toujours plus de centralisation.

Le système financier fasciste des banques centrales et de l’oligarchie des entreprises mène à l’État-providence socialiste, et l’État-providence socialiste mène à l’État de surveillance, l’État de surveillance mène à l’État de la loi martiale, et l’État de la loi martiale mène à une gouvernance mondiale complète ; un empire élitiste sans fin.

Les échecs de la centralisation ont causé de nombreux problèmes bien avant qu’elle ne conduise à une pandémie potentielle. La pandémie ne fait que clarifier la question. Par exemple, l’effondrement de la chaîne d’approvisionnement mondiale devient une menace de plus en plus grande. Le Baltic Dry Index, qui mesure les taux de transport maritime ainsi que la demande mondiale de marchandises, s’est largement effondré. Cela aurait dû être le premier signal d’alarme indiquant que la chaîne d’approvisionnement était en difficulté, mais le grand public ne prête pas attention aux fondamentaux, seulement aux marchés boursiers. Entre en scène Apple, l’une des plus grandes entreprises du monde, qui a maintenant abandonné ses projections pour 2020 et a finalement admis que la fermeture des usines chinoises pourrait bien être un problème.

Certaines personnes mentalement sous-motorisées se moquent sarcastiquement de cette question en disant : « Oh non, que ferons-nous sans les i-Phones… ? »  Ils ne saisissent pas les implications plus larges. Si la production d’Apple est en baisse à cause de la rupture de la chaîne d’approvisionnement, alors c’est un signal que plusieurs entreprises et la plus grande partie de l’économie sont également en baisse à cause de la rupture de la chaîne d’approvisionnement. Il ne s’agit pas d’i-Phones, mais de la situation dans son ensemble.

La globalisation a conduit à des économies interdépendantes et à des États nations qui n’ont plus de redondances dans leur production. Nous sommes contraints de dépendre de centres de production à l’autre bout du monde pour la grande majorité de nos produits.

Lorsque la Chine s’arrête, l’économie américaine perd près de 20 % de sa chaîne d’approvisionnement. Lorsque le Japon, Singapour, Taïwan, Hong Kong et le Viêtnam s’isolent du virus, on peut ajouter 10 à 15 % supplémentaires. Les ventes aux détails représentent environ 70 % du PIB aux USA. En coupant la chaîne d’approvisionnement en Asie, les détaillants perdent une vaste gamme de produits à vendre. L’économie américaine finira également par s’arrêter, même si le virus ne se propage jamais jusqu’ici.

Certains diront que nous n’avons pas besoin de toutes les « merdes en plastique bon marché » venant d’Asie de toute façon, et que cette situation est une « bonne chose ». Désolé de vous l’annoncer, mais l’économie américaine est basée sur la vente de déchets plastiques bon marché (ainsi que sur la vente du dollar fiduciaire comme monnaie de réserve mondiale). Après tout, Walmart (Chinamart si l’on fait abstraction des produits agricoles) est le plus gros employeur des États-Unis et du monde. A tort ou à raison, notre système économique est tellement globalisé que la chute des dominos chinois finira par faire tomber nos propres dominos.

Mais lorsque ce désastre se produira et que de nombreuses économies nationales souffriront de l’intégration globaliste forcée, devinez ce qui se passera ensuite ? Les globalistes viendront à notre « secours » avec un programme de centralisation encore plus grand. C’était leur programme depuis le début.

De nombreux membres du mouvement pour la liberté connaissent désormais la simulation Event 201, un jeu de guerre mené par les globalistes de la Fondation Bill et Melinda Gates et du Forum économique mondial sur une pandémie « théorique » de coronavirus qui tue 65 millions de personnes. Cette simulation s’est déroulée quelques mois seulement avant que la vrai n’explose en Chine en décembre. Mais bon, tout cela n’est peut-être qu’une incroyable coïncidence. Ce qui me préoccupe encore plus, c’est la solution qui a été présentée à la fin de cet Event 201 – la création d’un organisme financier mondial centralisé qui gérerait la réponse internationale à l’épidémie.

N’est-il pas étonnant que chaque catastrophe majeure causée par le globalisme semble conduire à plus de globalisme ? On pourrait commencer à se demander si certains de ces événements ont été déclenchés par l’incompétence, ou s’ils ont été délibérément conçus. À tout le moins, on a laissé les crises s’envenimer sans contrôle par des organisations comme l’OMS, qui continue de considérer le coronavirus comme un problème « bien maîtrisé » par un gouvernement chinois qui est à l’origine de sa propagation.

Voici donc ce qui va se passer ensuite :

Dans le meilleur des cas, le monde occidental sera en grande partie épargné par le virus lui-même, mais la chaîne d’approvisionnement économique aura subi des revers majeurs. L’économie mondiale, qui s’était déjà effondrée l’année dernière en raison des niveaux historiques d’endettement des entreprises et des consommateurs, sans parler de la chute des exportations et du fret, a finalement basculé. L’énorme « bulle de Tout », alimentée par une décennie de mesures de relances inflationnistes de la banque centrale, implose. Les gouvernements réagissent par des mesures totalitaires au nom de la « protection du public ».

Les institutions globalistes comme le FMI interviennent et suggèrent que les systèmes monétaires nationaux fragiles soient placés sous la gestion de leur panier de droits de tirage spéciaux afin d’atténuer la crise de la dette. Il s’agit essentiellement de la première étape vers une gouvernance mondiale.

Dans le pire des cas, le virus se répand aux États-Unis et en Europe et les gouvernements réagissent de la même manière que le gouvernement chinois : loi martiale et culture de camp de concentration. Cela conduirait à une guerre civile aux États-Unis, car nous sommes armés et de nombreuses personnes tireront sur quiconque tentera de nous mettre en quarantaine. L’Europe sera alors perdue.

L’establishment suggère alors de retirer le papier-monnaie du système parce qu’il est un vecteur de propagation du virus. La Chine pousse déjà cette solution maintenant. Par magie, nous nous retrouverons dans une société sans argent liquide dans un an ou deux ; c’est ce que les globalistes réclament depuis des années. Tout devient numérique, et donc même les économies locales deviennent complètement centralisées à mesure que le commerce privé meurt.

Encore une fois, il peut s’agir d’un événement artificiel, ou il se peut simplement que les globalistes exploitent une épidémie naturelle. Dans tous les cas, ils ne laisseront pas une bonne crise se perdre. Leur réussite ou non dépend de plusieurs facteurs, mais surtout, elle dépend de nous. Combien de personnes vont adhérer à l’idée que la centralisation est la réponse à nos problèmes ? Combien de personnes réaliseront que la centralisation est la CAUSE de tous nos problèmes ? Et combien de personnes se battront pour empêcher la centralisation ultime sous le joug d’une secte de psychopathes globalistes ?

Une épidémie virale est un danger important pour nous tous, mais une menace encore plus grande est le supposé remède. Échanger notre liberté économique et sociale au nom de l’arrêt du coronavirus ? Aussi mortel que soit le virus, cela n’en vaut pas la peine.

Brandon Smith

Note du Saker Francophone

On laisse Brandon Smith exposer sa vision et son analyse. N'oublions pas qu'il l'expose depuis les USA dans une optique de lutte contre le globalisme qui est aussi son 1er critère d'analyse.

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF