Introduction à l’Ascension d’Apollon


HDB, Esprit de ruche et H+


Par Anatoly Karlin − Le 11 novembre 2015 –− Source Unz Review

C’est aujourd’hui que paraît « Hive Mind« , un livre de l’économiste Garett Jones sur la relation intime entre le QI national moyen et le succès national, en premier lieu dans le domaine de l’économie.

J’ai l’intention de le lire et de le chroniquer dès que possible, mais d’abord quelques commentaires préliminaires.

C’est un sujet sur lequel j’écris depuis que j’ai commencé à bloguer en 2008 (et bien avant de rencontrer Steve Sailer ou même HBD) et il se trouve que j’ai l’intention d’écrire un livre similaire – provisoirement intitulé L’Ascension d’Apollon – mais qui se concentre davantage sur l’aspect historique des relations entre psychométrie et développement :

Ma thèse de base est que le rythme du progrès technologique, ainsi que sa répartition géographique, dépendent fortement du nombre absolu de personnes alphabétisées ayant un QI élevé.

Pour profiter de l’intérêt intense qui s’éveillera inévitablement autour de ces sujets dans les prochains jours – sans parler de cette raison un peu plus égoïste de confirmer l’originalité au cas où l’une des idées de Garett Jones se chevaucherait de manière substantielle avec la mienne – j’ai décidé de présenter de manière informelle les bases théoriques pour l’Ascension d’Apollo dès maintenant.

Noûs

Supposons que la production intellectuelle d’un jeune Britannique adulte de QI moyen (=100, écart-type=15) en l’an 2000 – une synthèse de la « moyenne de Greenwich » de l’intelligence – est équivalente à un noûs (1 ν).

Ceci peut être utilisé pour calculer la puissance mentale globale (M) dans un pays.

Étant donné que des degrés d’intelligence suffisamment différents peuvent se traduire par des différences qualitatives – par exemple, aucune personne de QI 55 ne sera capable de résoudre un problème de calcul – nous devons également être capables d’indiquer une puissance mentale qui est supérieure à un certain seuil d’intelligence. Ainsi, dans cet article, la puissance mentale agrégée d’un pays qui est au-dessus de 130 sera écrite comme M(+2.0), c’est-à-dire cette puissance mentale agrégée qui est deux écarts types au-dessus de la moyenne de Greenwich.

Intelligence et économies industrielles

Il existe une abondance d’éléments probants indiquant une relation exponentielle entre le quotient intellectuel moyen et le revenu et la richesse aux États-Unis.

Capital humain et pib par habitant dans le monde

Il y a aussi beaucoup de preuves – de Lynn, Rindermann, La Griffe du Lion, votre humble serviteur, etc. – qui montre une relation exponentielle entre les niveaux de QI national moyen et le PIB par habitant (ajusté en PPA). Lorsque l’on retire les ancien pays communiste et leur planification centrale ruineuse (Chine, ex-URSS, Europe de l’Est, etc.), et les pays bénéficiant de manière disproportionnée d’une manne financière (Arabie saoudite, EAU, etc.), il existe une corrélation surprenante R2=0,84 entre les résultats aux tests standardisés internationaux PISA pour les étudiants et le PIB (PPA) par tête. (En sociologie, tout ce qui concerne R2=0,3 est un bon résultat).

Les raisons en sont peut-être intuitives. Au niveau le plus élémentaire, les personnes intelligentes peuvent faire les choses mieux et plus rapidement. Dans des sociétés suffisamment émoussées, certaines choses ne peuvent pas être faites. Pour reprendre l’exemple de « A Farewell to Alms«  de Gregory Clark, supposons qu’il s’agisse d’un gadget relativement simple qui nécessite dix étapes de fabrication qui doivent être bien exécutées pour qu’il soit commercialement viable. Supposons qu’un travailleur ayant un QI de 85 a un taux d’échec de 5 % pour une étape donnée, tandis qu’un travailleur ayant un QI de 100 a un taux d’échec de 1 %. Cela n’a pas l’air d’une différence aussi grande ou cardinale. Mais répété dix fois, environ 40% de la production des ouvriers « moins brillants » finit par mener à l’échec, comparé à seulement 10% pour la production des ouvriers plus brillants. Par conséquent, l’une est compétitive sur les marchés mondiaux, tandis que l’autre ne l’est pas (si les coûts de main-d’œœuvre sont égaux ; donc, bien sûr, ils ne le sont pas).

Imaginez maintenant que ce gadget est une automobile, avec des centaines de milliers de composants. Ou un porte-avions, ou un vaisseau spatial. Ou une opération chirurgicale complexe.

C’est une façon plus technique de voir les choses : Considérons l’équation du PIB, Y = P * K^α * T^(1-α), dans laquelle K est le capital, T est le travail, α est une constante qui est habituellement égale à environ 0,3, et P est la productivité totale des facteurs. Il s’ensuit que la seule façon d’accroître la production par habitant à long terme est d’accroître la productivité. La productivité, à son tour, est fonction de la technologie et de l’efficacité avec laquelle elle est utilisée, ce qui, à son tour, dépend essentiellement de choses comme le capital humain. Sans une base de QI adéquate, vous ne pouvez pas accumuler beaucoup de capital humain.

Il y a au moins deux autres façons pour les sociétés plus brillantes d’améliorer leur sort relatif au-delà de ce qui pourrait simplement être impliqué par leur simple avantage de productivité à n’importe quel niveau technologique.

Densité de robot – Source : Swiss Miss

Premièrement, le capital est attiré vers des pays plus productifs, jusqu’au moment où leur productivité marginale est égale à celle des pays moins productifs, avec des niveaux d’intensité capitalistique BEAUCOUP PLUS FAIBLES. Les économies des pays industrialisés comme l’Allemagne, le Japon et les États-Unis sont extrêmement capitalistiques. Ce n’est probablement pas un hasard si le Japon, la Corée et Taïwan – certains des pays les plus brillants selon les comparaisons internationales de QI – ont aussi de loin les plus fortes concentrations mondiales de robots industriels par travailleur (et la Chine rattrape rapidement son retard). Comme la production économique est fonction non seulement de la productivité pure mais aussi du capital (bien que soumis à des rendements décroissants), les pays riches bénéficient ainsi d’une forte impulsion supplémentaire par rapport aux niveaux qu’implique leur productivité brute. Et avec l’approche de l’ère de l’automatisation, ces tendances ne feront que s’intensifier.

Deuxièmement, les pays dont le QI est plus élevé ont aussi tendance à être mieux gouvernés et à fournir à leur population des services sociaux tels qu’une nutrition et une éducation adéquates. Non seulement leur QI national s’en trouve accru, mais cela signifie aussi qu’il est plus facile d’y faire des investissements à long terme et d’utiliser leur capital humain existant à son plein potentiel.

Tout cela implique que les différents niveaux d’intelligence ont des valeurs économiques différentes sur le marché mondial. A ce stade, je ne suis pas tant intéressé à établir cela avec exactitude qu’à illustrer le schéma général, qui va dans ce sens :

  • QI moyen = 70 – PIB par habitant d’environ 4 000 $ dans les pays les mieux gouvernés de cette catégorie, comme le Ghana (à noter toutefois que de nombreux pays de cette catégorie n’ont pas encore terminé leurs transitions malthusiennes, ce qui réduira quelque peu leur production par habitant – voir ci-dessous).
  • QI moyen = 85 – PIB par habitant d’environ 16 000 $ dans les pays les mieux gouvernés de cette catégorie, comme le Brésil.
  • QI moyen = 100 – PIB par habitant d’environ 45 000 $ dans les pays les mieux gouvernés de cette catégorie, soit environ le niveau du PIB de base de l’UE, des États-Unis et du Japon.
  • QI moyen = 107 – PIB par habitant potentiellement de 80 000 $, comme à Singapour (et il ne semble même pas encore avoir terminé sa croissance rapide). Chiffres similaires pour les villes de l’UE concentrant les élites et la finance (par exemple Francfort, Milan) et leur équivalent aux USA (par exemple San Francisco, Seattle, Boston).
  • QI moyen = 115 – C’est en grande partie un concept théorique, mais c’est peut-être le genre de QI moyen que vous obtiendriez dans, disons, l’hyper-centre de Londres – le centre de l’industrie mondiale des banques d’investissement. Le PIB par habitant y est facilement de 152 000 $.

Les pays ayant des « fractions intelligentes » plus importantes que la normale (États-Unis, Inde, Israël) ont tendance à avoir un PIB par habitant plus élevé que ce que l’on pourrait supposer à partir de leur QI national moyen. Cela va de soi parce qu’un groupe de personnes réparties également entre 85 de QI et 115 de QI aura un potentiel cognitif supérieur à celui d’une salle composée d’un nombre équivalent de 100 QI. Les pays ayant un QI moyen élevé, mais un écart type inférieur à la moyenne, comme la Finlande, ont un PIB par habitant légèrement inférieur à ce que l’on pourrait attendre d’un QI national moyen.

Ces chiffres s’additionnent, de sorte qu’un PIB d’équilibre relationnel raisonnable (en supposant qu’il n’y ait pas de chocs importants, de bonnes politiques, etc) et la structure et la taille du QI national seraient :

PIB d’équilibre d’un pays exposant (QI) * la distribution du QI (généralement une courbe en forme de cloche gaussienne) * taille de la population * le niveau technologique

Qui peut être simplifié en :

Y ≈ c*M*T

… où M est la puissance mentale agrégée (voir ci-dessus), T est le niveau technologique, et c est une constante dénotant le climat général de réglementation et d’affaires (près de 1 dans de nombreux États capitalistes bien gérés, <0,5 sous planification centralisée, etc).

Dans quelle mesure ce modèle s’appliquerait-il aux économies préindustrielles ?

L’intelligence et les économies malthusiennes

https://www.unz.com/wp-content/uploads/2015/11/revealed-technological-advance-in-england-gregory-clark.jpg

Source: A Farewell to Alms

Très peu. Le problème avec les économies malthusiennes est que, selon le vieil homme lui-même, la population augmente géométriquement tandis que les rendements agricoles augmentent linéairement ; peu de temps après, la population croissante consomme tous les excédents et atteint un équilibre sordide dans lequel les naissances égalent les décès (car s’il y a beaucoup de naissances, cela signifie beaucoup de décès).

Dans ces conditions, même si la technologie évolue lentement d’un siècle à l’autre, elle ne se traduit généralement pas par une augmentation de la consommation par habitant, mais par une augmentation des densités de population. Et sur des échelles de temps centenaires, les effets de cette (maigre) croissance technologique peuvent être facilement submergés par les changements dans la structure sociale, la productivité des biomes et les fluctuations climatiques (par exemple, la France du 17e siècle = la France avant la peste noire en termes de population, parce que c’était le petit âge glaciaire contre la période de réchauffement médiéval), ou des améliorations inattendues de la productivité agricole, par exemple par l’importation de nouvelles cultures (par exemple l’arrivée de patates douces en Chine qui lui a permis de doubler sa population par rapport au record précédent, même si elle était en régression sociale totale pendant une partie importante de cette période).

Tout cela rend très problématique la comptabilisation du rythme des progrès technologiques en fonction de la densité de la population. C’est pourquoi il doit être mesuré principalement en termes de personnalités éminentes, d’inventions et de grandes œœuvres.

Répartition des chiffres significatifs dans le temps et dans l’espace. Source : Human Accomplishment

Le sociologue Charles Murray, dans Human Accomplishment, a proposé une façon plausible et objective de le faire, basée sur le décompte de l’éminence des personnages historiques dans la culture et les sciences, mesurée par leur prévalence dans les grands ouvrages de référence. Les sociétés qui, à un moment donné, repoussent intensivement les frontières technologiques sont susceptibles de générer beaucoup de « Gens Éminents« , pour emprunter un terme aux jeux de stratégie Civilisation.

Dans quelle mesure le modèle utilisé pour la réussite économique s’applique-t-il à la technologie ?

Intelligence et technologie avant 1800

Une élite intellectuelle étroite est responsable de plus de 99 % des nouvelles découvertes scientifiques. Cela implique que, contrairement au cas d’une économie en général, où les paysans et les chauffeurs de camions apportent une contribution réelle, il faut avoir un certain seuil (élevé) de QI pour contribuer matériellement au progrès technologique et scientifique d’aujourd’hui.

L’étude d’Anne Roe sur d’éminents scientifiques en 1952 – presque dignes du prix Nobel, mais pas tout à fait – a révélé qu’ils avaient un QI verbal de 166, un QI spatial de 137 et un QI en mathématiques de 154. Ajusté légèrement à la baisse – parce que l’« effet Flynn«  n’a eu qu’un impact très modeste sur les domaines sans objets non dépendants comme le QI verbal – et vous obtenez un QI verbal moyen de peut-être 160 (en termes Greenwich). Il y a 50 ans, c’était le genre d’élite qui poussait au progrès dans le domaine scientifique.

Pour vraiment comprendre les mathématiques et la physique des années 1950, je suppose qu’il vous faudrait un QI d’environ 130+, c’est-à-dire un étudiant typique diplômé en STEM ou un étudiant de premier cycle de la Ivy League. Cela suggère qu’il y a une différence de 2 écarts type entre le niveau intellectuel typique nécessaire pour maîtriser quelque chose et le fait d’y faire de nouvelles découvertes fondamentales.

De plus, le progrès devient de plus en plus difficile au fil du temps ; les disciplines se scindent (voir la disparition des « hommes de la Renaissance » polymathiques), et finalement, les découvertes deviennent de plus en plus inaccessibles aux seuls individus (voir la croissance constante du nombre de coauteurs et de prix Nobel partagés au 20e siècle). En d’autres termes, ces seuils de découverte du QI sont eux-mêmes fonction du niveau technologique. Pour progresser dans l’arbre technologique, vous devez d’abord grimper là-haut.

Un exemple extrême aujourd’hui serait le travail du mathématicien japonais Shinichi Mochizuki. Au moins la preuve de la conjecture de Poincaré par Grigory Perelman a finalement été confirmée par d’autres mathématiciens après un délai de plusieurs années. Mais Mochizuki est tellement en avance sur tout le monde dans son domaine particulier de la théorie inter-universelle de Teichmüller que personne ne sait plus vraiment s’il est un génie universel ou un fou.

En mathématiques, je dirais que j’estime à peu près l’ensemble des seuils suivants :

Maîtrise Découverte
Théorème de Pythagore de manière intuitive (Égypte Ancienne) 90 120
Prouver le théorème de Pythagore (Grèce ancienne) 100 130
Mathématiques de la Renaissance (~1550) 110 140
Calcul différentiel (~1650+) 120 150
Mathématiques du milieu du 20e siècle (années 1950) 130 160
Prouver la conjecture de Poincaré (2003) 140 170
Théorie inter-universelle de Teichmüller ( ?) 150 180

Tout cela donne à penser que les pays qui atteignent de nouveaux sommets par rapport à leurs prédécesseurs peuvent très rapidement générer de vastes quantités de nouvelles découvertes scientifiques et de réalisations technologiques.

De plus, la puissance de l’esprit de cette élite doit être formalisée. Parce qu’un cerveau humain ne peut stocker qu’une quantité limitée d’informations, les sociétés qui ne sont pas alphabétisées sont incapables d’aller bien au-delà des niveaux néolithiques, indépendamment de leur niveau de QI.

Ainsi, une équation provisoire pour estimer la capacité d’une société historique à générer une croissance scientifique et technologique pourrait ressembler à ceci :

Croissance technologique c * M(>QI seuil pour nouvelle découverte) * taux d’alphabétisation

ou :

ΔT ≈ c * M(>seuil-découverte) * l

c est une constante qui illustre la propension d’une société à générer une croissance technologique en premier lieu et qui peut englober des facteurs sociaux et culturels, tels que l’absence de grandes guerres, de régimes totalitaires, de la créativité , etc. ainsi que les progrès technologiques qui peuvent avoir un effet (généralement marginal) sur la productivité scientifique, comme les lunettes de lecture en Italie à la Renaissance (bien couvertes par David Landes) et Internet au cours des dernières décennies ; et le taux d’alphabétisation l est une estimation du pourcentage des élites cognitives qui sont capables de vulgariser (il est généralement attendu que ce soit fonction du taux global d’alphabétisation et soit toujours beaucoup plus élevé).

Est-il possible d’estimer avec une certaine rigueur la fonction M (puissance mentale globale) historique et l’alphabétisation ?

https://www.unz.com/wp-content/uploads/2015/11/literacy-in-england-1580-1920-gregory-clark.png

Source : Gregory Clark.

Je pense que oui. En ce qui concerne l’alphabétisation, il s’agit d’un vaste domaine de recherche, avec quelques bonnes estimations pour la Grèce antique et l’Empire romain (voir Ancient Literacy de William Harris) et de bien meilleures estimations pour l’Europe après 1500 basées sur des techniques comme l’accumulation à travers les âges et les statistiques de production de livres.

L’une des considérations essentielles est que tous les systèmes d’écriture ne sont pas également adaptés à la diffusion de l’alphabétisation fonctionnelle. Par exemple, la Chine était historiquement l’une des sociétés les plus instruites, mais son niveau d’alphabétisation avait tendance à être spécifique à un domaine, l’exemple classique étant celui de la « culture du poisson » – le fils d’un poissonnier qui connaissait les caractères des différents poissons, mais n’avait aucun espoir d’utiliser ses connaissances très limitées pour faire des progrès scientifiques, ou même pour lire des brochures « d’auto-amélioration » sur comment être plus efficace dans sa profession (comme on en trouvait en Angleterre dès le 17ème siècle). Le système d’écriture chinois, qu’il soit dû à des raisons QWERTY ou même à des raisons génétiques – et qui s’est répandu dans toute l’Asie de l’Est – a certainement entravé le potentiel créatif des Asiatiques de l’Est.

L’estimation historique du QI national moyen – à partir de laquelle la fonction M() peut être dérivée en conjonction avec la taille historique de la population, sur laquelle nous avons maintenant généralement de bonnes idées – est beaucoup plus délicate et spéculative, mais pas totalement désespérée, car nous connaissons aujourd’hui les principaux facteurs à l’origine des différences nationales de QI.

Certaines des plus importantes sont les suivantes :

  • Théorie des hivers froids – Les peuples du Nord ont développé un QI plus élevé (voir Lynn, Rushton).
  • Agriculture – Les sociétés qui ont développé l’agriculture ont reçu un énorme coup de pouce à leur QI (ainsi qu’à des écarts-type plus élevés).
  • Consanguinité – Peut être estimée à partir des taux de mariages consanguins, d’homozygoties et de types familiaux prédominants (familles nucléaires ? familles communautaires ?), qui peuvent à leur tour être établis à partir de preuves culturelles et littéraires.
  • Eugénisme – Dans les sociétés agricoles avancées, où les relations sociales sont dominées par les marchés. Voir Greg Clark sur l’Angleterre et Ron Unz sur la Chine.
  • Nutrition – Elle joue évidemment un rôle ÉNORME dans l’effet Flynn. On peut se fier aux mesures du corps et, heureusement, il existe tout un champ d’étude qui s’y consacre précisément : l’Auxologie . Les enterrements, les dossiers de conscription, etc. sont autant d’éléments de preuve.
  • Charge parasitaire – La plus sévère dans les zones basses et marécageuses comme l’Afrique de l’Ouest et le delta du Gange.
https://www.unz.com/wp-content/uploads/2015/11/byzantine-empire-intellectual-capacity.jpg

Ce vieux commentaire que j’ai fait à un article de Sailer est une démonstration du genre de raisonnement que j’ai tendance à employer dans l’Ascension d’Apollon.

Tout cela signifie qu’il est maintenant tout à fait possible de deviner les QI historiques de diverses sociétés, même si cela est sujet à un degré élevé d’incertitude. En fait, j’ai déjà fait beaucoup d’estimations de ce genre lors de la planification de l’Ascension d’Apollon. Je ne publierai pas ces chiffres pour le moment parce qu’ils sont très préliminaires et qu’il n’y a pas assez de place pour expliquer plus en détail mes méthodes. Gardons ceci pour plus tard.

Mais en termes généraux – et très heureusement pour ma thèse – ces relations ont tendance à tenir la route historiquement.

La Grèce classique a presque certainement été la première société à atteindre des taux d’alphabétisation qui ressemblent à ceux des artisans (~10%). Les Grecs de l’Antiquité étaient aussi exceptionnellement grands (ce qui indique une bonne nutrition, pour une société préindustrielle), vivaient dans des systèmes familiaux autoritaires et techniques, et se sont activement épanouis pendant leur période de grandeur. Ils ont produit jusqu’à cette date la plus grande explosion scientifique et culturelle au monde, mais ils n’avaient évidemment pas tout à fait le poids démographique – il n’y avait pas plus de 10 millions de Grecs dispersés à travers la Méditerranée au plus haut de leur domination – pour la soutenir.

Au XVe siècle, en Europe, l’alphabétisation a recommencé à monter en flèche en Italie, au-delà des niveaux de la Rome antique, et – sûrement aidée par les bons niveaux de nutrition qui ont suivi la peste noire – a contribué à faire entrer cette société dans la Renaissance. Au XVIIe siècle, le centre de gravité s’est déplacé vers l’Europe anglo-germanique dans le sillage de la Réforme, obsédée par l’alphabétisation, et devait y rester par la suite.

En ce qui concerne les autres civilisations….

L’âge d’or de l’islam a finalement été abrégé davantage par l’augmentation de la consanguinité que par le choc sévère, mais finalement temporaire, des invasions mongoles. L’Inde était trop affaiblie par le système des castes et par la charge parasitaire pour être une puissance intellectuelle de premier ordre, bien que le système des castes ait aussi assuré un flot de génies occasionnels, surtout dans les domaines plus abstraits comme les mathématiques et la philosophie. La Chine et le Japon avaient peut-être un avantage inné sur les Européens en matière de QI – bien qu’assez modeste dans le domaine le plus critique, le QI verbal – mais ils étaient trop gravement entravés par des systèmes agricoles à forte intensité de main-d’œœuvre et un système d’écriture très peu efficace.

En revanche, les Européens, nourris de viande et d’hydromel, avaient l’un des meilleurs indicateurs de nutrition et une charge parasitaire parmi les plus basse de toutes les civilisations avancées, et même si la pression démographique croissante a commencé à empiéter sur ces avantages aux 17e et 18e siècles, ils avaient déjà beaucoup progressé en alphabétisation, et leur prédominance intellectuelle était inévitable.

Intelligence et technologie sous le signe de l’industrialisme

Après 1800, le monde s’est globalisé intellectuellement. C’était sans précédent. Il y avait certainement eu des préludes, par exemple dans les missions jésuites à Qing en Chine. Mais il s’agissait de cas tout à fait exceptionnels. Même au XVIIIe siècle, par exemple, les mathématiciens européens et japonais travaillaient (et résolvaient) beaucoup des mêmes problèmes indépendamment.

https://www.unz.com/wp-content/uploads/2015/11/european-innovation-1800-1950-charles-murray.jpg

Source: Human Accomplishment

Mais au cours des deux siècles suivants, cette image de traditions intellectuelles indépendantes – qui brillaient le plus en Europe d’au moins un ordre de grandeur, certes, mais qui étaient encore diverses à l’échelle mondiale – devait être homogénéisée. La science européenne devint la seule science qui comptait, comme les civilisations à la traîne dans le reste du monde allaient bientôt le découvrir à leur grand désespoir sous la forme de fusils à percussion et de navires de guerre en acier. Et par « Europe », cela signifiait surtout le noyau « Hajnal«  du continent : France, Allemagne, Royaume-Uni, Scandinavie et Italie du Nord.

Et ce qui n’était auparavant qu’une grande brèche est devenu un gouffre béant.

  1. Au XIXe siècle, la population des pays européens a augmenté et les pays avancés ont atteint un niveau d’alphabétisation universel ou si bon que cela ne faisait pas de différence. La puissance mentale globale (M) a explosé et est demeurée bien au-dessus du seuil de QI nécessaire pour faire de nouvelles découvertes.
  2. De 1890 à 1970, il y a eu une deuxième révolution, en nutrition et en épidémiologie – les tailles moyennes ont augmenté de plus de 10 cm et la prévalence des maladies infectieuses débilitantes a été réduite à presque zéro – qui a augmenté le QI d’autant qu’un écart type dans le monde industrialisé. L’abîme s’est encore élargi.
  3. Au cours de cette période, les civilisations en retard – loin d’apporter leurs propres contributions inédites – ont consacré la plupart de leurs maigres ressources intellectuelles à se contenter de coller aux développements occidentaux.

C’était aussi vrai – et même une conséquence – dans la culture et les sciences sociales que dans les sciences dures et la technologie ; le philosophe russe Nikolay Trubetzkoy a décrit ce processus traumatisant avec beaucoup d’éloquence dans La lutte entre l’Europe et l’humanité. Ce qui était vrai même pour la Russie « semi-périphérique » l’était doublement pour la Chine.

Dans le domaine des sciences et de la technologie, une fois que le reste du monde se fut habitué à la domination occidentale et à la nouvelle ère de l’État-nation, l’accent a été mis sur le rattrapage et non sur l’innovation, car pour les pays en développement, il est beaucoup plus utile en termes de rendement marginal d’investir leur énergie cognitive pour copier, voler et/ou adapter la technologie existante pour rattraper l’Ouest que d’élaborer leur propre technologie unique. Les arguments concernant, par exemple, le manque supposé de capacité d’innovation de la Chine ne sont pas du tout pertinents. A ce stade de son développement, même aujourd’hui, la copie est beaucoup plus facile que la création !

Cela signifie qu’à ce stade de l’histoire mondiale, la contribution d’un pays à la croissance technologique n’est pas seulement une question de la taille de ses fractions intelligentes au-dessus du seuil de QI pour favoriser les découvertes technologiques. (Ceci reste inchangé : par exemple, notez qu’un pays comme l’Allemagne reste BEAUCOUP plus innovateur par habitant que, disons, la Grèce, même si leur QI national moyen ne diffère que d’environ 5 points. Pourquoi ? Parce que puisque nous ne regardons que la partie extrême à droite de la courbe en cloche, même des différences mineures dans les moyennes se traduisent par de grandes différences dans les fractions intelligentes génératrices d’innovation).

C’est également étroitement liée à son niveau de développement. Les pays qui sont aujourd’hui loin de la frontière technologique sont mieux servis en utilisant leurs fonds de recherche et leurs élites cognitives pour rattraper leur retard plutôt que d’inventer de nouvelles choses. Ceci est confirmé par des preuves réelles : Depuis la deuxième guerre mondiale, un très fort pourcentage des dépenses mondiales consacrées à la recherche fondamentale a été réalisé aux États-Unis. Elle était faible en URSS et négligeable dans des pays comme le Japon jusqu’à récemment. Ou en Chine aujourd’hui.

Compte tenu de ce qui précède, l’équation de la croissance technologique d’aujourd’hui (et plus ou moins depuis 1800) – maintenant en raison de son caractère mondial mieux décrit comme potentiel d’innovation – serait mieux approchée par quelque chose comme ceci :

Potentiel d’innovation c * M(>QI seuil pour une nouvelle découverte) * taux d’alphabétisation * (PIB/PIB[potentiel])^x

ou :

I ≈ c * M(>seuil-découverte) * l * (Y/Y[P])^x

où les trois premiers termes sont les mêmes qu’auparavant (bien que l’alphabétisme = 100 % presque partout maintenant), et le PIB potentiel est le PIB que ce pays obtiendrait s’il augmentait sa dotation technologique au niveau le plus élevé possible, comme le dicte son profil cognitif. Le « x » est une autre constante supérieure à 1 pour refléter l’idée que le rattrapage ne cesse d’être la stratégie la plus utile que lorsqu’un pays est très proche de la convergence ou a complètement convergé.

Le Japon a remporté un tiers de tous ses prix Nobel avant 2000, un autre tiers dans les années 2000 et le dernier tiers dans les années 2010. En d’autres termes, ses réalisations scientifiques commencent enfin à rattraper son fameux niveau de QI. Pourquoi cela a-t-il été si long ?

Quelqu’un comme JayMan dirait que c’est parce que les Japonais sont claniques ou quelque chose comme ça. D’autres psychométriciens comme Kenya Kura remarqueraient qu’ils sont peut-être beaucoup moins créatifs que les Occidentaux (je pense que c’est un peu vrai). Mais les principales raisons « purement de QI » sont assez bonnes en elles-mêmes :

  • De nos jours, le prix Nobel est généralement reconnu avec un décalage d’environ 25 à 30 ans.
  • Il faut de plus en plus de temps pour obtenir un prix Nobel, car il faut maîtriser de plus en plus d’informations et de méthodes avant de pouvoir commencer un travail créatif original. (C’est l’une des conséquences de l’augmentation du seuil de découverte de la frontière du QI).
  • Fait critique, dans les années 1950, le Japon était encore un pays du Tiers-Monde, avec les insultes habituelles à l’endroit du QI moyen. Il est tout à fait possible que les Japonais âgés soient plus ternes que leurs homologues américains, et peut-être même que de nombreux Européens de cet âge, ce qui signifie avoir de plus petites fractions intelligentes dans les groupes d’âge en âge de recevoir le prix Nobel.

Le Japon n’est devenu un pays développé sans ambiguïté que dans les années 70.

Et il se trouve que, 40 ans exactement après cette date, le nombre de prix Nobel a commencé à augmenter de façon importante et toujours plus rapide !

Si l’on étend cela à la Corée du Sud et à Taïwan, tous deux en retard d’une vingtaine d’années sur le Japon, on ne peut s’attendre qu’à une explosion des prix Nobel pour eux à partir des années 2020, quelle que soit l’ampleur du succès actuel de leurs adolescents dans le classement PISA.

On peut l’étendre aussi à la Chine, qui accuse un retard d’une vingtaine d’années par rapport à la Corée du Sud, et on peut s’attendre à ce qu’elle commence à engloutir des prix Nobel d’ici 2040, ou peut-être 2050, compte tenu de l’élargissement en cours du délai entre découverte et reconnaissance. Cependant, en raison de sa population massive – dix fois plus nombreuse que celle du Japon – une fois que la Chine deviendra un leader scientifique majeur, elle le fera d’une manière très importante qui rivalisera avec les États-Unis, voire les évincera de sa position actuelle de primauté absolue.

Depuis 2014, la Chine publie déjà presque autant d’articles scientifiques par an que les États-Unis et a une longueur d’avance dans les principaux domaines STEM comme les mathématiques, la physique, la chimie et l’informatique. (Bien qu’il soit certain que leur qualité est bien inférieure et qu’une fraction significative d’entre eux sont des papiers de style « rattrapage » ou « adaptation » sans nouvelles découvertes).

Si nous supposons que x=1, et que « c » est égal pour la Chine et les États-Unis, cela signifie que les deux pays ont actuellement un potentiel d’innovation sensiblement égal. Mais bien sûr « c » n’est pas tout à fait égal entre eux – il est plus bas pour la Chine, parce que son système est évidemment moins conducteur que celui de la recherche scientifique américaine – et x est supérieur à 1, donc en pratique le potentiel d’innovation de la Chine est encore considérablement inférieur à celui des États-Unis (peut-être d’un quart ou d’un tiers). Néanmoins, à mesure que la Chine continue de se rapprocher du niveau des États-Unis, l’écart de PIB va se rétrécir ; en outre, elle pourrait également être en mesure d’augmenter encore son QI moyen national, qui passerait de ~103 (selon le PISA en 2009) à ~107 comme en Corée du Sud, pays qui devient véritablement un pays du premier monde.

Et d’ici le milieu du siècle, cela se traduira probablement par un défi de taille pour la prééminence scientifique américaine.

Conséquences futures

L’entrée de la Chine sur la scène intellectuelle mondiale (si le modèle ci-dessus est plus ou moins correct) sera significatif, mais, en fin de compte, ses effets sur la puissance mentale globale seront loin d’atteindre l’ampleur, en termes globaux, de l’expansion du nombre de personnes alphabétisées, principalement européennes à QI élevé entre 1450 et 1900, ni la vaste augmentation des QI du Premier Monde entre 1890-1970 due à l’effet Flynn.

De plus, même cela peut être contrecarré par les effets dysgéniques qui se font déjà sentir aux États-Unis et en Europe de l’Ouest en raison des modèles d’« élevage » idiocratiques et de l’immigration d’un tiers monde au QI moyen de 80.

Augmenter radicalement le QI. Et pas besoin d’implants neuronaux gênants !

Une grande partie de la rhétorique techno-optimiste que l’on rencontre dans les cercles transhumanistes est fondée sur l’idée que les tendances exponentielles observées dans la technologie – résumées de façon très concise par la loi de Moore – sont en quelque sorte auto-entretenues, bien que les raisons précises de ce phénomène ne semblent jamais être clairement exposées. Mais la croissance des technologies non informatiques a culminé dans les années 1950-70, et a décliné depuis ; et en fait, la loi de Moore s’est également arrêtée au cours des deux dernières années. Serons-nous sauvés par un nouveau paradigme ? Peut-être. Mais les nouveaux paradigmes ont besoin de la puissance mentale pour exister, et le taux d’augmentation de la puissance mentale globale a presque certainement atteint son maximum. Ce n’est pas de bon augure.

En parlant de singularité technologique, il est tout à fait possible que le seuil de découverte de la puissance mentale pour la construction d’une super-intelligence soit en fait beaucoup plus élevé que ce que nous avons actuellement ou que nous n’aurons probablement jamais sans un programme eugénique global (et que Nick Bostrom puisse dormir en paix).

D’autre part, deux technologies combinées peuvent faire pencher la balance de façon décisive : CRISPR-Cas9, et la découverte des gènes de l’intelligence générale. Leur maturation et leur accouplement potentiel peuvent devenir possibles dès 2025.

Bien qu’il y ait de très bonnes raisons – par exemple, sur la base d’expériences d’élevage d’animaux – de douter des affirmations de Steve Hsu selon lesquelles les bébés génétiquement modifiés auront un QI supérieur à celui de tout humain vivant aujourd’hui, des augmentations de l’ordre d’un écart type 4-5 sont entièrement possibles. Si ne serait-ce qu’une petite fraction d’un grand pays comme la Chine l’adopte – disons 10 % de la population -, cela commencera dans deux décennies à produire une explosion de la puissance de l’esprit d’un agrégat de l’élite globale qui finira bientôt par rivaliser ou même éclipser la Renaissance ou les Lumières dans la taille et l’ampleur de leurs effets sur le monde.

L’équilibre mondial du pouvoir serait déplacé au-delà de ce qui est imaginable, et les possibilités véritablement transformationnelles – en fait, transhumaines – s’ouvriraient véritablement.

Anatoly Karlin

Note du Saker Francophone

On continue à savonner cette planche glissante de la notion d'intelligence. Les arguments de cet auteur sont étayés même si on peut lui reprocher de juger qualitativement les sociétés entre elles selon leur degré d'intelligence sans s'apercevoir des externalités négatives comme les guerres que mène l'Empire, pilotées par des gens "civilisés". Il n'en reste pas moins que la science avance et que rien ne semble pouvoir se dresser devant elle pour en limiter les effets comme si la technopshère (selon Dmitry Orlov) devait aller au bout de sa logique, que l'on soit pour ou contre.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

1 réflexion sur « Introduction à l’Ascension d’Apollon »

  1. Ping : La géographie de la Noosphère – Vers où va-t-on ?

Les commentaires sont fermés.