Et pourtant, tout est simple.


Par Jean Piniarski − Mars 2018


Nous sommes fiers de vous proposer ici un document exceptionnel. Lors des dernières explorations martiennes, quelques résultats des trouvailles ont été publiés. Mais on nous a caché qu’en grattant le sol, l’une des sondes était tombée sur une plaque métallique. Quand le robot a pu retourner la plaque, des signes, semble-t-il collés à la surface, sont devenus visibles. Il a fallu plusieurs années pour en déchiffrer le sens. Et alors, la décision a été prise de garder soigneusement le contenu à l’abri des curieux. Il aura fallu une série d’erreurs et d’indiscrétions invraisemblables pour que ce texte, car il faut bien l’appeler ainsi, nous parvienne.

En voici le contenu :

Compte rendu de l’entretien entre Monsieur le ministre martien de la Justice et Monsieur l’Ambassadeur vénusien.

AV : – Monsieur le ministre de la Justice, notre société est assaillie par tous les maux. Les habitants de notre planète sont hantés par les pensées les plus malsaines que je vous cite en désordre : on parle de mensonges officiels ; de lois décidées pour les intérêts d’une minorité ; de démocratie ébranlée puis dissoute ; d’électeurs dégoûtés fuyant les urnes et laissant faire ; de peuples endormis, la réflexion éteinte, pris aux pièges des bons sentiments, manipulés, répétant les clichés ingurgités plusieurs fois par jour au moins. On évoque le projet d’une société vénusienne sans pensée, le progrès devenu un cauchemar à fuir, la liberté finissant là où commence l’informatique. On décrie toute une quincaillerie qu’on nous impose et qui est périmée avant même d’avoir servi, les cartes à puces qu’on salive à l’idée de les fixer partout dans notre corps, comme pour transformer complètement les Vénusiens en troupeaux de bestiaux, etc…

Pardon, Monsieur le ministre, pour ces tristes images installées dans les cerveaux de mes concitoyens, et que je me devais de vous rapporter sommairement. Notre civilisation est bien mal en point. Nous cherchons désespérément le futur dans le progrès. Et nous n’obtenons que des vies fabriquées à l’avance. Nous cherchons sans fin des solutions qui ne viennent pas. Nous tournons en rond, impuissants.

MMJ: – Monsieur l’Ambassadeur, le tableau que vous décrivez est bien triste. Merci de votre franchise. Vous avez probablement tenté de mettre en œuvre des solutions.

AV : – Monsieur le Ministre, cela fait désormais des siècles que notre société est gouvernée par la Raison. Et la Raison a mis en place une société, n’est-ce-pas, rationnelle. À présent, donner une valeur à chaque chose est l’objectivité même, le summum de la Raison. L’économie est devenue chez nous la science suprême qui dirige même la société. Et il semble que notre société est minée par le désordre et se dirige inéluctablement vers le chaos. C’est à n’y rien comprendre. Et pourtant, il est clair que seul ce mode de vie a un sens. Nous avons dû faire beaucoup d’efforts pour l’imposer à tous. Il y a eu des résistances. Nous sommes passés outre. Nous avons même abdiqué nos libertés fondamentales. Et notre société, au lieu de bien se porter, génère chaque jour de nouveaux problèmes. Aurions-nous engendré un monstre sans nous en rendre compte ?

MMJ : – Monsieur l’Ambassadeur, n’auriez-vous pas commis l’erreur de remettre le pouvoir à quelques-uns, des représentants, je crois que c’est le terme, en abandonnant tout contrôle? En faisant cela vous auriez seulement réduit le nombre de personnes à circonvenir. Dans une société où tout a un prix, il ne faut pas s’étonner que même certains représentants en aient un. Sachant de quoi est fait le futur, ils se servent. C’est vénusien.

AV : – Monsieur le Ministre, nous ne pouvons pas considérer que nos représentants n’agissent plus de façon rationnelle.

MMJ : – Monsieur l’Ambassadeur, êtes-vous certain que votre société est gouvernée par des gens raisonnables ? Pensez-vous que l’accumulation des richesses matérielles ait un sens, passé un certain niveau ? Est-ce que, dans la personnalité de vos dirigeants – je parle de ceux qui sont connus mais avant tout de ceux qui sont cachés – ne se développerait pas une faim des richesses matérielles qui serait proprement pathologique ?

AV : – Monsieur le Ministre !

MMJ : – Monsieur l’Ambassadeur, je n’ai aucune intention d’insulter qui que ce soit. Le mécanisme dont je parle est probablement naturel et inconscient. Peu à peu, la nécessité de posséder encore et toujours plus écarte toutes les autres préoccupations de l’existence. Je dirais même que les autres préoccupations sont alors considérées comme des faiblesses et abandonnées sans remord. Croyez-moi, ces personnes qui accumulent sans limite sont à aider plutôt qu’à blâmer. Leur faible personnalité a cédé devant la nécessité apparente de posséder et s’est considérablement appauvrie. Il semble que ces personnes ont perdu tout sens de la réalité et sont devenues aveugles au point d’être capables de détruire même le sol sur lequel elles vivent.

AV : – Notez que c’est presque ce que nous constatons.

MMJ : – C’est un premier point. Vous acceptez que des personnes puissent détenir matériellement plus qu’elles ne peuvent utiliser. Bien sûr cela paraît justifié parce qu’en fait, chacun rêve d’être plus riche matériellement. Et c’est ce rêve qui justifie tout. Ils sont admirés. Ils ont la richesse que tous voudraient avoir. Mais il est impossible d’avoir des illusions sur ce que ces personnes peuvent préparer. Leur faim est dévorante. Rien ne leur échappe et ne leur échappera. Ils prendront tout.

AV : – Monsieur le Ministre, si je ne vous connaissais pas, je dirais que vous tenez des propos révolutionnaires.

MMJ : – Détrompez-vous, mon cher, la Raison, c’est ce que nous avons mis en œuvre ici et pas ce que vous avez laissé se développer. Notre société est, elle, parfaitement stable, prospère et tolérante. Qualifier de révolutionnaire celui qui se préoccupe d’une société harmonieuse et pense au bien du plus grand nombre n’est pas objectif.

AV : Et quelle a été votre solution ?

MMJ : – Elle est très simple, monsieur l’Ambassadeur. Notre code pénal ne tient plus qu’en un seul article : « Tout Martien qui accumule plus de jetons que la quantité permise est passible d’une peine d’une année de prison par million de jetons accumulé au-delà de la limite, et d’une amende égale au montant du dépassement. » C’est tout. Nous avons ainsi résolu tous nos problèmes.

AV : – Vous plaisantez monsieur le Ministre ?

MMJ : – Est-ce que je me permettrais ? Limiter le niveau d’accumulation n’est que la façon de tarir la source des actes amoraux voire délictueux. Et ce simple texte de loi a tout changé. Avec la fortune accumulée ont disparu la finalité, et tous les actes de violence parce qu’ils sont devenus inutiles. Plus de spéculation pour gagner des fortunes en poussant des foules à la mendicité. Plus de guerres pour vendre des armes et engranger des trésors en éventrant les vaincus. Ah, renoncer aux guerres, quel chagrin. Il y a tant à prendre aux cadavres, comment espérer que cela s’arrête. Chez nous, les guerres étaient séculaires. Des siècles de massacres en espérant être le plus fort, en envoyant les humbles à la boucherie. Vouloir interdire les guerres ? Cela n’a eu aucun résultat. En limitant l’accumulation des fortunes, les guerres ont cessé. Et il en a été de même pour les guerres économiques : la planète mise à sac pour enrichir quelques personnes. La planète détruite pour satisfaire l’appétit de quelques-uns. S’il vous plaît, Monsieur l’Ambassadeur, arrêtez-vous à cette pensée, quelques secondes. Les guerres c’est une chose. On détruit les Martiens ou les Vénusiens. Mais détruire notre sol, c’était un suicide collectif. C’était préparer des générations de malades, empoisonnés par les conséquences inévitables de la recherche d’un but insensé. Nous avons connu tout cela. Limiter les fortunes c’est arrêter les trafics. Plus de trafics d’organes, plus de trafics de drogue, plus de trafics d’influence, plus de trafics en tous genres. En décidant de limiter l’accumulation des richesses, tous ces cauchemars de la Raison du plus fort, de la Raison du plus riche se sont évanouis.

AV : – Pourtant, et c’est triste à dire, mais ce sont les guerres qui font le plus prospérer la technologie.

MMJ : – Permettez-moi de préciser ma pensée, Monsieur l’Ambassadeur. Vous savez que notre civilisation a essaimé vers de nombreux systèmes planétaires et aura quitté le système solaire avant que notre soleil ne chauffe plus suffisamment notre planète – comparez avec ces pauvres Terriens qui, encore à l’âge de la pierre, en sont déjà à se massacrer pour amasser ; ils en ont pour des millénaires – ce n’est pas la paix qui a fait la prospérité de notre civilisation, c’est l’interdiction formelle de s’enrichir matériellement au delà d’une limite. Car alors, cette activité devient un danger pour la société entière.

Jean Piniarski

Note du Saker Francophone

Qui a dit que la QI mesurait toute l'intelligence ?

« Les Malgaches. En limitant l’accumulation de richesse à la vie d’un homme, ils assurent la survie des générations à venir. »

Hervé Juvin – La grande séparation – Page 314

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF