Égalité et durabilité : pouvons-nous avoir les deux ?


Par Diego Mantilla – Le 4 juillet 2016 – Source Cassandra Legacy

Récemment, sur ce blog, Jacopo Simonetta a soulevé une question très importante : est-ce qu’une répartition plus équitable des revenus dans le monde entier diminuerait les dégâts que les humains font à la terre? Sa réponse négative et que cela va même les empirer, m’a intrigué. Donc, j’ai décide de regarder les meilleures données disponibles.

Simonetta a spécifiquement examiné la question de savoir si une répartition plus équitable des revenus réduirait les émissions mondiales de CO2. En 2015, Lucas Chancel et Thomas Piketty (nommés par la suite C-P) ont écrit un papier et mis en ligne un ensemble de données connexes qui traitent de la répartition mondiale de la consommation des ménages et leurs émissions de CO2e (équivalent dioxyde de carbone = CO2 et autres gaz à effet) en 2013. Les données ne sont pas parfaites, mais elles sont les meilleures qui existent. Les données de C-P capturent la valeur des dépenses finales de consommation des ménages (HFCE) fournies par la Banque mondiale, en utilisant la répartition des revenus grâce aux données de Branko Milanovic (pour les 99%) et du World Wealth and Income Database (pour le 1%). (Le revenu n’est pas la même chose que la consommation et C-P suppose que la répartition des revenus est la même que celle de la consommation. En outre, ils supposent que la répartition des revenus qui existait en 2008, est la même qu’en 2013. Comme je l’ai dit, l’ensemble de données n’est pas parfait).

Le données de C-P comprennent 94 pays, qui couvrent 87,2% de la population de la terre, soit environ 6,2 milliards de personnes, qui sont responsables de 88,1% des émissions mondiales de CO2e. D’une manière générale, C-P divisent chaque pays selon 11 observations individuelles synthétiques (une pour chacun des neuf déciles inférieurs, une pour le fractile P90-99 et une pour le top 1%). 

Le tableau suivant montre la consommation par habitant et les émissions de CO2e par habitant en 2013, à partir de l’ensemble de données C-P.

Figure 1. Consommation et émissions de CO2e par habitant par percentile de consommation pour le monde en 2013. (Certains percentiles manquent, en raison du fait que les quantiles de pays varient en taille et parfois dépassent un centile global donné) (Source : élaboration personnelle à partir des données de Chancel et Piketty (2015).)

Le top 1% à l’échelle de la consommation dépensent en moyenne $ 135,000 (en PPA du dollars 2014) et émettent en moyenne 72 teqCO2 par personne et par an (teq : tonnes équivalent pétrole). Le seuil d’appartenance au centile supérieur est de $54 000. Leur consommation est égale à 18% de tout l’argent dépensé par les ménages dans le monde entier. Supposons, pour les besoins du raisonnement, que leur consommation est égale à leur revenu. Si l’on devait prendre tous les revenus de la partie supérieure des 1% et les distribuer aux 99%, chaque personne dans les 99% obtiendrait environ 1400 dollars.

C-P assume une élasticité entre les émissions de CO2e et les dépenses de consommation de 0,9. Une augmentation de 10% de la consommation signifie une augmentation de 9% des émissions de CO2e. Ceci est une généralisation et C-P ont une gamme de coefficients d’élasticité, mais ils ont choisi celui-là parce que c’est la valeur médiane des estimations. En utilisant cette élasticité avec les données de C-P, si chaque personne des 99% obtient 1400 $ des 1%, ne leur laissant rien, les émissions mondiales de CO2e augmenteraient de 9%.

Mais, bien sûr, le top 1% n’est qu’une partie du problème. Environ 22% de la population mondiale vit avec un niveau de consommation supérieur à la moyenne mondiale d’environ 8000 dollars par année. Supposons que tout le monde ait un niveau de consommation égal à la moyenne. Pour revenir aux données de C-P, si on fait la moyenne des émissions de CO2e de tout le monde au sein d’une tranche de consommation allant de 7700 à 8300 dollars, on obtient une émission moyenne de 6,15 teqCO2 par personne et par an. Si tout le monde avait ce genre d’émission, les émissions mondiales de CO2e seraient pratiquement les mêmes qu’aujourd’hui, et, inutile de le dire, cela permettrait d’améliorer le sort de plus des trois-quarts de la population mondiale.

En bref, une parfaite répartition des revenus aurait un effet négligeable sur les émissions mondiales de CO2e.

Reste la question : à quel niveau de consommation les émissions de CO2e seraient-elles réduites de façon spectaculaire, mais resteraient à un niveau compatible avec une existence décente ?

Cuba offre un exemple intéressant. Moran et al. (2008) ont étudié l’indice de développement humain des Nations Unies (IDH) et l’empreinte écologique de 93 pays pour 2003, et ont travaillé sur l’hypothèse « qu’un IDH > 0,8 et une empreinte écologique par habitant inférieure à la biocapacité mondiale disponible par personne [d’une planète terre] représentent des exigences minimales pour un développement durable réplicable à l’échelle mondiale. » Leur enquête a montré que seul un pays rempli ces deux exigences, Cuba.

Cuba a aussi le deuxième taux de fécondité le plus bas des Amériques, 1,61 naissances par femme. Seul le Canada en a un plus faible. Cela signifie qu’une société à faible consommation peut être compatible avec l’absence de croissance de la population. Le cubain moyen mange 3277 calories par jour. Les Cubains ont une espérance de vie à la naissance de 79,4 ans. Ce chiffre est supérieur à celui des États-Unis et seulement inférieur de 1,5 ans à celui de l’Allemagne. Et la durée moyenne de la scolarité à Cuba est au-dessus de celle de la Finlande. Et seuls Monaco et le Qatar ont plus de médecins par habitant que Cuba. De toute évidence, un niveau de consommation compatible avec la planète finie dont nous disposons, n’a pas à égaliser la misère et la pénurie pour tout le monde. Je ne dis pas que la vie à Cuba est facile pour tout le monde. Elle ne l’est pas, mais à un certain point dans un proche avenir, ceux qui vivent dans les pays développés et dans les riches enclaves du monde développé vont être confrontés à un choix entre un mode de vie cubain et, pour citer Noam Chomsky, la destruction des « perspectives d’existence décente et d’une grande partie de la vie. »

Je voulais savoir si les conclusions de Moran et de ses collègues étaient encore vraies aujourd’hui, mais j’ai fait un changement. L’IDH est construit en utilisant trois dimensions : l’espérance de vie, l’éducation et le revenu par habitant. Cela m’a toujours dérangé. Une vie longue et saine et une population instruite sont sans aucun doute des caractéristiques du développement humain. Mais, être au volant d’une Lexus est-il un signe de développement humain ? Je ne le pense pas. Par conséquent, j’ai utilisé les données de l’ONU pour construire un indice qui ne regarde que l’espérance de vie et l’éducation, que je vais appeler l’indice de développement humain tronqué (THDI). (Le calcul de l’IDH est expliqué ici. Le THDI suit la même procédure utilisée à partir de 2010, mais il ne prend que la moyenne géométrique des deux premières variables. Dans le tableau suivant, j’ai tracé le THDI par rapport à l’empreinte écologique, mesurée par le nombre de planète que les habitants d’un pays donné consomment, en utilisant les données les plus récentes.

Figure 2. THDI et empreinte écologique de 176 pays. Le point rouge représente Cuba. (Le THDI correspond à 2014, l’empreinte écologique à 2012.) (Source:. Élaboration propre à partir des données de l’ONU et de Global Footprint Network)

Il y a seulement deux pays dans le voisinage d’une seule terre qui ont un THDI supérieur à 0,8, la Géorgie et Cuba, le point rouge. Des deux, Cuba a le meilleur THDI. Il est intéressant de noter que Cuba a pratiquement le même THDI que le Chili, mais le Chili utilise 2,5 terres. Et il a pratiquement le même THDI que la Lituanie, mais la Lituanie utilise 3,4 terres. En outre, Cuba utilise autant de terres que la Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais la Papouasie-Nouvelle-Guinée a une moyenne de 4 années de scolarité, les Cubains 11.5. Ceci permet juste de montrer les possibilités qui existent pour une société durable égalitaire. Plus récemment, les inégalités à Cuba sont en hausse. Toutefois, selon la Banque mondiale, les émissions de CO2 par habitant à Cuba ne sont pas sensiblement différentes aujourd’hui de celles de 1986, lorsque le coefficient de Gini de Cuba était très faible, 0,22 (Mesa-Lago 2005, la page 184). Dans tous les cas, je ne préconise pas que nous copions totalement le modèle cubain. Je ne défends pas la répression de Cuba sur les libertés individuelles, la liberté de parole entre eux. Tout ce que je dis est que Cuba est un exemple intéressant des possibilités offertes par une société égalitaire. Pour ma part, j’aimerais vivre dans une société qui soit encore plus égalitaire que Cuba. Il me semble qu’il n’y ait aucune raison, en principe, qui empêche les humains de construire une société qui soit plus égalitaire que Cuba et tout aussi durable, en particulier lorsque les alternatives sont désastreuses.

Cuba ne se trouve pas dans l’ensemble de données de C-P. Il est difficile d’estimer le niveau de consommation des Cubains en dollars, parce que les statistiques du gouvernement cubain publiées ne sont pas comparables avec celles du reste du monde, mais l’année dernière, l’ONU a publié un RNB par habitant pour Cuba pour 2014, qui semble être solide et comparable à d’autres pays de 7301 dollars en PPA (parité de pouvoir d’achat) pour 2011. Ce nombre n’est pas directement comparable aux données de C-P, parce que C-P ont regardé la consommation des ménages. En supposant que la part du RNB pour la consommation des ménages publié par le Bureau national des statistiques de Cuba est correct, on peut estimer la consommation des ménages par habitant à Cuba autour de $ 3 900 en PPA pour 2011. Il est difficile de traduire en dollars de 2014, parce que je ne fais pas confiance dans le facteur de conversion en PPA publié par la Banque mondiale, mais supposons que la consommation du Cubain moyen est d’environ $4000 en PPA de 2014.

Pour en revenir aux données de C-P, on peut trouver que l’émission de CO2e en moyenne pour une tranche de consommation allant de $3 700 à $4 300 est de 3.14 teqCO2e par personne et par an. Si tout les humains dans le monde avaient ce niveau d’émissions, les émissions mondiales de CO2e seraient réduites de moitié. Et dans un système social similaire, mais pas identique, à celui de Cuba, personne ne mourrait de faim ni ne serait déscolarisé, et le sort de 61% de la population mondiale s’améliorerait.

Pour rappel, un niveau égal de consommation pour tout le monde dans le monde entier, ramené au niveau de Cuba d’aujourd’hui, offre la possibilité de réduire sensiblement l’impact humain sur la biosphère, tout en conservant un niveau de vie pour tous plutôt décent.

Selon le Global Carbon Project, en 2014, l’océan et les puits de carbone terrestres retirent respectivement 27% et 37% des émissions totales de CO2 (combustibles fossiles et changement d’utilisation des terres), ce qui laisse 36% des émissions dans l’atmosphère. Si les émissions de CO2 étaient réduites de moitié, toutes les émissions seraient éliminées par les puits terrestres, et il n’y aurait pas d’addition nette de CO2 dans l’atmosphère.

Il convient de souligner que la consommation moyenne mondiale atteindra au final le niveau de Cuba d’aujourd’hui. La question est la volonté que cela se produise avant que les humains n’augmentent la température de la planète à des niveaux dangereux. Les Cubains d’aujourd’hui consomment 6 barils équivalent pétrole par personne et par an de combustibles fossiles, ce que sont les prévisions de Jean Laherrère (2015, page 20) pour les consommations  humaines autour de 2075, après les pics de pétrole, de gaz naturel et de production de charbon. Mais à ce moment-là, selon les prévisions de Laherrère (2015, page 22), les humains auront émis environ 2.000 GtCO2 depuis 2015, 800 GtCO2 de plus que le maximum que Rogelj et al. (2016) estiment que nous pouvons émettre pour avoir une bonne chance d’éviter le seuil de 2°C. (Laherrère est sceptique sur le changement climatique d’origine anthropique. Je n’approuve pas ses conclusions, tout en regardant ses données).

Diego Mantilla est un chercheur indépendant intéressé par l’effondrement des sociétés complexes et les inégalités sociales. Il est titulaire d’un baccalauréat en réseau informatique de l’Université Strayer et titulaire d’une maîtrise en journalisme de l’Université du Maryland. Il vit actuellement à Guayaquil, en Équateur.

Note du Saker Francophone

Encore une fois, ce qui est intéressant, c'est la logique de construction, libre à vous de tirer vos conclusions.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Égalité et durabilité : pouvons-nous avoir les deux ? »

Les commentaires sont fermés.