Coronavirus – Bonnes nouvelles ! …


… Immunité croisée, patchs de nicotine et autres nouvelles sciences Covid-19


Par Moon of Alabama − 18 mai 2020

Il existe une immunité croisée entre une grippe virale et la Covid-19.

ScienceDes lymphocytes T trouvés chez des patients atteints de COVID-19, c’est «de bon augure» pour une immunité à long terme :

Les guerriers immunitaires connus sous le nom de cellules T nous aident à combattre certains virus, mais leur importance pour lutter contre le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19, n'était pas encore établie. Maintenant, deux études révèlent que les personnes infectées hébergent des cellules T qui ciblent le virus et peuvent aider ces personnes à guérir. Les deux études ont également révélé que certaines personnes n'ayant jamais été infectées par le SRAS-CoV-2 possèdent ces défenses cellulaires, probablement parce qu'elles ont été auparavant infectées par d'autres coronavirus.

La dernière demi-phrase est vraiment une très bonne nouvelle. Les personnes qui avaient auparavant subit une infection causée par l’un des quatre coronavirus grippaux connus ont développé une certaine capacité de combattre également le coronavirus SARS-CoV-2. Cela a dû déjà changer la façon dont la pandémie s’est développée. S’il n’y avait pas eu cette protection dans certaines parties de la population, il y aurait eu plus de cas de Covid-19 et probablement beaucoup plus de cas graves.

Le fait que certaines personnes jouissaient déjà d’une certaine immunité pourrait également expliquer les deux flambées limitées sur les navires de croisière qui n’ont touché qu’un tiers à la moitié des passagers et de l’équipage. Sans immunité partielle antérieure, davantage de personnes à bord de ces navires seraient probablement tombées malades.

Les deux études mentionnées dans le rapport scientifique sont :

Cell Cibles des réponses des lymphocytes T au coronavirus du SRAS-CoV-2 chez les humains atteints de la maladie COVID-19 et les individus non exposés :

Surtout, nous avons détecté des lymphocytes T CD4 + réactifs au SRAS-CoV-2 chez environ 40 à 60% des individus non exposés, suggérant une reconnaissance croisée des lymphocytes T entre les coronavirus «du rhume» en circulation et le SARS-CoV-2.

et

medRxivPrésence de cellules T réactives au SRAS-CoV-2 chez les patients COVID-19 et les donneurs sains :

Nous démontrons la présence de lymphocytes T CD4 + S-réactifs chez 83% des patients COVID-19, ainsi que chez 34% des donneurs sains séronégatifs SARS-CoV-2, bien qu'à des fréquences plus basses.

Les cellules T générées lors d’une infection de Covid-19 sont plus spécifiques au virus SARS-CoV-2 que les cellules T générées pour combattre une grippe virale normale. Mais un humain qui a récemment eu une grippe induite par un virus aura une réaction immunitaire immédiate à une attaque du SRAS-CoV-2 tandis que ceux qui n’ont pas une telle protection perdront un temps critique car ils doivent développer la réaction immunitaire à partir de zéro pendant que les virus continuent de se multiplier.

Depuis la parution du rapport Science, une troisième étude a été publiée qui a détecté un résultat similaire pour les anticorps.

bioRxivImmunité humorale et de novo préexistante au SRAS-CoV-2 chez l’homme  

En utilisant divers tests pour la détection d'anticorps réactifs avec la glycoprotéine SARS-CoV-2 Spike (S), nous démontrons la présence d'une immunité préexistante chez les humains non infectés et non exposés au nouveau coronavirus.

________

La montée et la chute de l’hydroxychloroquine :

STAT – L’Utah avait tout misé sur un traitement Covid-19 non prouvé, puis s’est précipité pour corriger le tir.

La saga de l'ascension et de la chute du médicament dans l'Utah, reconstituée à partir des documents que STAT a obtenus grâce à une demande de documents publics, fournit une étude de cas de ce qui se passe lorsque l'espoir et l'enthousiasme pour les thérapies dépassent les preuves.

Deux études récemment publiées montrent que l’hydroxychloroquine n’aide pas dans les cas de Covid-19 légers ou moyens, mais a des effets secondaires graves dans environ 10% des cas dans lesquels elle a été utilisée.

BMJHydroxychloroquine chez les patients atteints principalement de coronavirus léger à modéré 2019. Essai contrôlé randomisé label ouvert :

Conclusions L'administration d'hydroxychloroquine n'a pas entraîné de probabilité significativement plus élevée de conversion négative [c.-à-d. sortie de l'hôpital] que la norme de soins seuls chez les patients admis à l'hôpital avec une persistance principalement légère à modérée de Covid-19. Les événements indésirables étaient plus élevés chez les receveurs d'hydroxychloroquine que chez les non-receveurs.

BMJEfficacité clinique de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints de pneumonie Covid-19 qui ont besoin d’oxygène : étude comparative observationnelle utilisant des données de soins de routine :

Huit patients du groupe de traitement (10%) ont subi des modifications électrocardiographiques qui ont nécessité l'arrêt du traitement. ...
[L] es résultats de cette étude ne soutiennent pas son utilisation chez les patients admis à l'hôpital avec Covid-19 qui ont besoin d'oxygène.

_______

Après des informations en provenance de Chine selon lesquelles la représentation des fumeurs actifs dans les cas graves de Covid-19 était inférieure aux attentes, un chercheur français a suggéré un mécanisme par lequel la nicotine entraverait potentiellement la réplication du virus. Un essai avec des patchs de nicotine a été lancé en France et un autre est prévu au Royaume-Uni.

De nouvelles données suggèrent que ce n’est pas la gravité de la maladie qui diffère entre les fumeurs actuels et les autres, mais que leur risque d’être infecté est beaucoup plus faible que pour les non-fumeurs. D’après un commentaire de The Lancet : Qui est le plus susceptible d’être infecté par le SRAS-CoV-2 ?

Parmi les co-morbidités chroniques examinées, seules celles souffrant d'insuffisance rénale chronique présentaient un risque accru d'infection, alors que le risque chez les fumeurs actifs était d'environ la moitié de celui observé chez les non-fumeurs.

Une vaste étude de données de la Grande-Bretagne sur la progression de la maladie soutient que :

medRevxOpenSAFELY : facteurs associés aux décès à l’hôpital liés au COVID-19 dans les dossiers de santé électroniques associés de 17 millions de patients adultes du NHS. 

Nous avons trouvé des preuves d'une augmentation des risques chez les anciens fumeurs. Chez les fumeurs actuels, il y avait un léger effet protecteur, qui a été supprimé lorsqu'il a été entièrement ajusté en fonction de l'origine ethnique. Les risques associés au tabagisme ont été contestés, avec des risques accrus initialement signalés, mais certains rapports plus récents constatent que les fumeurs sont sous-représentés chez les personnes atteintes d'une maladie plus grave, et un mécanisme de protection potentiel pour la nicotine a été suggéré : la prévalence du tabagisme était inférieure à celle attendue chez les patients hospitalisés en Chine, en France et aux USA. Même si le tabagisme a un petit effet protecteur contre la Covid-19, cela serait encore largement compensé par les effets néfastes bien établis du tabagisme sur la santé.

_______

The Economist a comparé les statistiques des «décès excessifs» pour différents pays. Il a maintenant publié les données brutes et le logiciel utilisé pour les traiter sur Github : Le traçeur de The Economist pour les décès excessifs de Covid-19

Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a été très apprécié pour sa réaction à l’épidémie. Mais une analyse plus détaillée et une comparaison avec la Californie brossent un tableau beaucoup plus sombre :

Pro Publica : Deux côtes. Un virus. Comment New York a souffert de près de 10 fois plus de décès qu’en Californie

le déconfinement ne se produit pas comme il devrait :

NEJMÉchec du test – L’écart tragique des données entrave la réponse des États-Unis à la pandémie :

La réouverture de l'économie des États sans la précision fournie par l'analyse des données de tests rigoureusement rapportés semble être une forme de folie particulière aux États-Unis.

Time Il existe des moyens sensés de déconfiner un pays. Ensuite, il y a l’approche de l’Amérique.

L’une des graves conséquences économiques de l’épidémie,

The WeekLa prochaine phase du problème du coronavirus en Amérique est une massive crise du logement 

Un rappel pour garder les masques en place :

SCMP – Coronavirus, la recherche sur les hamsters montre que l’efficacité des masques est «énorme» dans la bataille de la Covid-19, selon des scientifiques de Hong Kong :

L'étude, que l'équipe a qualifiée de première du genre, a révélé que le taux de transmission sans contact - dans lequel le virus était transmis par des gouttelettes respiratoires ou des particules en suspension dans l'air - avait chuté de 75% lorsque des masques étaient présents.

Dernier point mais non le moindre, il faut lire Craig Murray : Profiter du coronavirus.

_______

Certains ont critiqué la politique de commentaires restrictive actuelle sur les fils de discussion de coronavirus sur Moon of Alabama. D’autres l’ont explicitement louée. Cela va continuer.

Les commentaires qui donnent des conseils médicaux douteux ou battent en brèche tel ou tel remède non prouvé seront supprimés. Ceux qui insistent pour republier de tels commentaires seront bannis. Il y a déjà suffisamment d’informations erronées et cela n’a pas besoin d’être amplifié davantage.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Coronavirus – Bonnes nouvelles ! … »

Les commentaires sont fermés.