Biden n’a pas besoin d’un programme de lutte contre le « terrorisme » intérieur


à moins qu’il ne soit sur le point de violer les droits des Américains


Par Brandon Smith − Le 8 Juillet 2021 − Source Alt-Market

Le gouvernement fédéral est une sorte de mafia qui se perpétue, une créature cannibale qui doit continuer à se nourrir du public et des systèmes qui l’entourent pour survivre, mais qui doit aussi créer des raisons d’exister pour pouvoir continuer à se nourrir sans interruption. Comprenez-moi bien : je suis conscient que l’appareil de Washington DC n’est rien d’autre qu’un outil permettant à l’élite du pouvoir d’étendre son champ de contrôle et d’accroître sa richesse. Cela dit, sans un grand gouvernement fédéral, l’oligarchie de l’establishment n’aurait pas la capacité de projeter la force dont elle a besoin pour contraindre la population à se conformer à son programme.

Il n’y a que deux mandats réels pour le gouvernement, seulement deux raisons pour son existence dans notre république : sécuriser les frontières de l’Amérique contre l’invasion et protéger les libertés des citoyens. C’est tout. Ce n’est pas le rôle du gouvernement de vous obliger à prendre un vaccin expérimental et douteux contre le virus de la Covid-19, contre un virus auquel 99,7% des gens survivront facilement. Ce n’est pas le rôle du gouvernement de créer une « équité sociale » artificielle en favorisant un groupe ou une ethnie par rapport à une autre. Ce n’est pas le rôle du gouvernement d’espionner des millions d’Américains parce qu’ils ne sont pas d’accord avec l’idéologie gauchiste. Ce n’est pas le rôle du gouvernement de faire la guerre aux personnes qu’il a pour mission de protéger.

Pourtant, c’est exactement ce que le gouvernement fait aujourd’hui, alors que son totalitarisme est déguisé en « humanitarisme ». En d’autres termes, ils affirment essentiellement qu’ils doivent faire la guerre au peuple afin de le protéger contre lui-même.

L’une des premières actions de Joe Biden, dès son entrée à la Maison Blanche, a été de lancer un examen de 100 jours des politiques du gouvernement en matière de terrorisme intérieur, et je pense que cela en dit long sur la voie que sa présidence est appelée à suivre. Oui, les médias affirment continuellement que la manifestation du 6 janvier au Capitole était une vaste conspiration de la part des conservateurs pour « renverser » le processus démocratique et commettre une insurrection. En fait, il ne s’agissait que d’une grande manifestation, moins violente que la majorité des manifestations de Black Lives Matter qui ont eu lieu dans tout le pays l’année dernière.

Les médias mentionnent également sans cesse les cinq décès survenus le jour de la manifestation, tout en continuant à ignorer le fait que PAS UN SEUL de ces décès n’a été attribué aux actions directes des manifestants, et qu’au moins trois des décès étaient dus à des causes naturelles.

Pourquoi les grands médias continuent-ils à mentir par omission ? Parce qu’ils doivent maintenir en vie le récit selon lequel la manifestation du Capitole est le signe d’un « mal » conservateur sous-jacent qui doit être contenu ou détruit. Nous ne leur donnons pas vraiment matière à travailler, alors ils doivent créer des raisons de toutes pièces pour convaincre les gens de nous haïr.

L’étude de Biden sur la politique en matière de terrorisme intérieur a finalement été publiée le mois dernier et la propagande n’a cessé de se développer depuis. Elle a maintenant atteint son point culminant lorsque les conglomérats de Big Tech comme Facebook appellent les gens à signaler les membres de leur famille et leurs amis qui pourraient présenter des « signes d’extrémisme« . C’est la Tchéka soviétique ou la Stasi est-allemande qui recommence.

Deux des principales conclusions de l’administration dans son rapport sont l’affirmation que les menaces intérieures sont « motivées par le racisme et la suprématie blanche », et qu’elles sont motivées par l’anti-autorité. Pour beaucoup, cela peut sembler être un monde étrange.

Qu’est-ce que le racisme a à voir avec les manifestations du Capitole ou avec tout ce que les conservateurs ont combattu au cours de l’année écoulée ? Biden est un homme blanc, après tout, et protester contre son entrée à la Maison-Blanche n’a rien de raciste. Et si vous demandez à la majorité des patriotes pourquoi ils sont en colère, vous constaterez que la plupart d’entre eux en ont assez des restrictions liées à la pandémie et de la tyrannie médicale, dont ils savent qu’elle ne fera qu’empirer sous Biden. Ce point de vue est-il « anti-autorité », ou simplement anti-autoritarisme ?

N’oubliez pas que de nos jours, presque tout peut être qualifié de raciste ou d’extrémiste. L’interprétation est très ouverte et arbitraire. C’est ainsi que fonctionne la culture de l’informateur. N’importe qui peut être une cible pour n’importe quelle raison et on est considéré comme coupable jusqu’à preuve du contraire.

De toute évidence, Biden et ses manipulateurs ne se préoccupent pas de ce qui pousse réellement les Américains à se rebeller par millions. Ils savent déjà qu’ils sont la vraie cause, avec leurs tentatives de saper les libertés civiles américaines. Ce dont il s’agit vraiment, c’est du gaslighting.

Oui, cette stratégie classique utilisée par les narcissiques et les psychopathes ; la méthode qu’un agresseur utilise pour faire croire à ses victimes qu’elles méritent le traitement qu’elles reçoivent. L’establishment vous prive de vos libertés et abuse de vos droits, puis si vous réagissez pour vous défendre, il vous traite de raciste et de terroriste. C’est une manœuvre qui a fait ses preuves.

Tout d’abord, je tiens à souligner que la question du racisme n’est pas pertinente à la base. Personne, à part les guerriers fous de la justice sociale, ne pense que le racisme institutionnel est un problème légitime dans l’Amérique de 2021. Il n’y a aucune preuve pour soutenir les divagations incohérentes des théoriciens de la race critique. Par extension, il n’est pas non plus illégal d’être un fanatique. En Amérique, vous êtes libre de ne pas aimer n’importe quel groupe de personnes et le gouvernement ne peut pas vous punir pour cela. Les « discours de haine » n’existent pas, il n’y a que les discours que certaines personnes détestent.

Il s’agit d’une stratégie des gauchistes visant à créer une faiblesse dans l’armure des lois sur la liberté d’expression et à les écraser. S’ils peuvent réglementer certains discours, ils peuvent éventuellement réglementer TOUS les discours. Biden agit simplement en tant qu’intermédiaire pour l’agenda de la théorie critique des races, et il l’attache à chaque politique dans l’espoir qu’elle s’accroche quelque part.

Deuxièmement, soyons tous honnêtes et reconnaissons qui est la véritable cible des politiques de terrorisme intérieur de Biden : Les conservateurs en général. Et ce n’est pas seulement à cause des manifestations au Capitole.

Voici ce qui m’inquiète : Chaque fois que des régimes psychopathes sont sur le point de mener une action flagrante qui va dégrader les libertés et faire enrager le public, ils ont tendance à diaboliser de manière préventive (et souvent à désarmer) les personnes qu’ils sont sur le point d’abuser. En d’autres termes, Biden est obsédé par le fait d’attaquer les conservateurs en les qualifiant de « racistes » et d’« extrémistes », non pas à cause de ce que nous avons fait (nous n’avons rien fait), mais à cause de ce que nous sommes sur le point de faire.

Et comment Biden sait-il ce que nous allons faire dans le futur ? Il le sait parce qu’il va prendre des mesures qui, comme lui et ses conseillers le savent, vont nous mettre en colère. Biden prévoit clairement d’appliquer davantage de politiques qui violeront directement les droits constitutionnels des Américains et il se prépare à l’avance aux retombées en faisant croire que les conservateurs et les patriotes sont les agresseurs.

Comme je l’ai noté dans des articles précédents, c’est le mantra commun des tyrans :

Ceux qui ne sont pas d’accord avec moi ont tort car je ne leur permettrai jamais de prouver qu’ils ont raison. Ceux qui se défendent contre mes attaques sont mauvais, car s’ils se défendent, ils risquent de me faire du mal. Ceux qui exigent la vérité ne comprennent pas l’importance de mes mensonges pour la stabilité du monde que j’ai construit pour eux. Pourquoi m’engagerais-je dans une bataille quand je peux demander à d’autres de le faire à ma place ? Lorsque les gens sont libres, cela signifie qu’ils sont libres de me critiquer ou de m’ignorer, je dois donc leur ôter leur liberté, afin qu’ils soient amenés à me révérer et à reconnaître mon importance. La morale est relative et les principes sont pour les nuls. La fin justifie les moyens, et le plus grand bien du plus grand nombre est primordial – Et tant que je suis celui qui détermine la définition du « plus grand bien », alors je suis celui qui contrôle tout le reste.

Il est difficile de dire ce que Biden s’apprête à faire qui nécessite autant de diabolisation préventive des personnes soucieuses de liberté. Les vaccinations forcées et les passeports vaccinaux constituent une ligne dure dans le sable pour la majorité des conservateurs, et nous ne permettrons tout simplement pas à de telles politiques de perdurer. Nous nous battrons s’il le faut pour les arrêter.

La privation des conservateurs du droit de vote dans l’économie ou sur Internet est une autre ligne devant laquelle nous ne reculerons pas. La foule gauchiste tente déjà de rendre acceptable l’« annulation » des conservateurs sur les médias sociaux simplement parce qu’ils sont conservateurs, et par extension, elle cherche également à normaliser la punition des conservateurs pour leurs opinions en les menaçant de chômage. Cette sorte de nettoyage idéologique de l’Amérique ne va pas bien se terminer. Les conservateurs finiront par entrer en guerre à cause de cela, car si nous ne le faisons pas, nos valeurs de liberté, d’individualisme, de volontariat et de méritocratie seront effacées de la place publique et il n’y aura pas d’avenir significatif pour les générations qui ne sont pas encore nées.

Les nouvelles mesures de contrôle et d’interdiction des armes à feu ne passeront pas non plus. Il n’y a aucune chance que les conservateurs se conforment à un plan Biden de contrôle des armes à feu, à des lois sur les armes à feu avec drapeau rouge, à des rachats d’armes, etc. Cela n’arrivera pas. Biden et l’establishment le savent, alors peut-être que la confiscation des armes est la prochaine à l’ordre du jour ?

Enfin, il est possible que l’establishment se ruine lors de la prochaine crise et que Biden cherche à appliquer la loi martiale. Il pourrait s’agir d’un crash économique ou d’un effondrement du dollar. Il pourrait s’agir d’une cyberattaque majeure (consultez l’événement « Cyberpolygone » du Forum économique mondial qui se déroule cette semaine). Il pourrait s’agir d’un nouveau « variant » de Covid qu’ils utilisent comme excuse pour rétablir les fermetures nationales. Quoi qu’il en soit, toute tentative de loi martiale de la part de Biden se heurtera à une résistance immédiate et explosive de la part des conservateurs, et franchement, je doute que l’administration Biden y survive.

Donc, oui, dans un sens, Biden a raison. La plus grande menace pour le système aujourd’hui est un conflit intérieur, SI le système a l’intention d’attaquer les citoyens et leurs libertés. Cela dit, l’establishment n’est pas sacro-saint, et lorsqu’un gouvernement viole les droits du peuple, le peuple a le devoir de le renverser. Nous ne serions que des « terroristes » aux yeux de ceux qui ont déclenché le conflit pour commencer.

À ce stade, nous devons nous demander : « Qui le gouvernement fédéral représente-t-il réellement lorsqu’il fait ces choses ? » Nous représentent-ils ? Ou représentent-ils des intérêts particuliers, comme les globalistes et les marxistes de carrière ? Détruisent-ils nos libertés à un rythme record dans notre intérêt ou dans celui de personnes mal intentionnées ? S’ils agissent dans l’intérêt de personnes mal intentionnées, alors la rébellion n’est-elle pas inévitable ? Et qui est à blâmer pour cette inévitable conflagration ? Eux, ou nous ?

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF