Pour l’ancien libéral à l’origine de la campagne #Walkaway, la gauche « oppressive » a « complètement perdu le nord »


Par Russia Today – Le 4 juillet 2018

Brandon Straka, fondateur du mouvement #Walkaway, parle à RT du succès de sa campagne © / YouTube

La campagne #Walkaway aide des milliers de démocrates désillusionnés à retrouver leurs propres voix et à repousser l’oppression et l’incivilité de la gauche, a déclaré le fondateur de cette campagne à RT, au cours de son interview.

Le hashtag #Walkaway est devenu viral après que le styliste new-yorkais, Brandon Straka, un homme ouvertement gay, a créé une courte vidéo expliquant pourquoi il s’est senti aliéné par le Parti démocrate et a dû « s’en éloigner » – malgré le fait d’être un « libéral pour la vie ». Des milliers d’autres démocrates méfiants ont depuis lors rejoint Straka, publiant eux aussi des vidéos expliquant pourquoi ils se sont sentis obligés de quitter le parti.

« Je pense que beaucoup de groupes minoritaires s’attendent à ce que nous soyons censés voter démocrate et à ce que nous soyons des libéraux. Je me suis donc senti comme appartenant à cette tribu de gauche la plus grande partie de ma vie », déclare Straka. « Ce que je voulais, c’est remettre les gens en contact avec leur voix et repousser la narration de gauche. »

Dans la vidéo qui a donné le coup d’envoi de sa campagne, Straka déclare qu’il a regardé avec une grande inquiétude comment « la gauche est devenue intolérante ; inflexible ; illogique ; haineuse ; mal informée ; perdant la tête ; non américaine ; hypocrite ; menaçante ; insensible ; ignorante ; étroite d’esprit et, parfois de manière flagrante, adoptant un comportement fasciste et maniant la rhétorique ».

Accusant les démocrates de cultiver une mentalité de victime parmi les partisans venant de groupes minoritaires, Straka soutient que la tentative de ce parti de dépeindre une personne de couleur, une femme, une personne LGTB, un migrant comme une « victime d’oppression systémique » est le « mensonge le plus grand et le plus insidieux » du parti – ce qui est nécessaire pour que les minorités voient leurs sauveurs comme des démocrates, qui en réalité ne font rien pour améliorer leur situation.

Depuis, la vidéo a été visionnée plus de 420 000 fois, recevant plus de 16 300 j’aime et moins de 300 j’aime pas. Les gens ont publié leurs propres témoignages sur tous les réseaux de médias sociaux, sous le hashtag #Walkaway, sur ce qui les a poussés à quitter le parti.

Cherie@cherygirygirl0607

 Après avoir été démocrate/libéral pendant plus de 20 ans, j’en ai eu finalement assez des mensonges, des promesses brisées et de l’intolérance que la gauche perpétue. J’ai décidé de #walkaway en 2016 et je ne regarderai jamais en arrière. #MAGA #WalkAwayCampagne #Trump20202020

11h21 – 30 juin 2018 – Nouvelle-Orléans, LA

926 j’aime 396 personnes en parlent.

 

Krissie V@KrissieV2

 J’étais une démocrate libérale. Puis j’ai commencé à penser par moi-même et à utiliser la logique pour penser les choses jusqu’à leur raisonnable conclusion. #WalkAway #WalkAwayCampagneWalkAwayCampaign

9h10 – 3 juillet 2018

1.459 j’aime  602 personnes en parlent.

L’élan généré par la campagne a amené certains à penser qu’il s’agirait d’un produit lancé par des maîtres de la propagande conservatrice, et Straka ne serait rien de plus qu’un acteur, choisi pour jouer le script. L’activiste lui-même rejette ces accusations d’« être engagé par les frères Koch », ou le site d’information conservateur Breitbart, et les considère comme risibles, confirmant qu’il était « 100% ‘derrière le scénario’ et qu’il s’est inspiré ‘de la passion que je ressens dans mon cœur pour ce que je dis’ ».

Alors que Straka a reçu des réponses massivement positives, les critiques soutiennent que ceux qui ont rejoint le mouvement ne sont pas des démocrates qui se sont soudainement éveillés à la vérité, mais des conservateurs. Certains partisans conservateurs de longue date ont en effet tweeté leurs propres vidéos avec le hashtag #Walkaway, comme le jeune militant noir C.J. Pearson. Pourtant, celui ci n’a pas essayé de dépeindre son discours comme un moment de « départ » d’un ex-libéral, mais simplement pour donner un coup de pouce à la campagne.

Adorable Déplorable 🇺🇸🇸@OliMauritania

 L’âge du Grand Réveil Noir est à nos portes. #WalkAway

12h24 – 4 juil. 2018

939 j’aime 460 personnes en parlent.

 

dude ex machina@donbcivil

 Et choisissez par vous-même. #WalkAway.

10:56 – 3 juil. 2018

374 j’aime 168 personnes en parlent.

« Ma campagne n’est pas principalement composée de gens conservateurs. Et en fait, quiconque dit cela, je l’encourage à aller vérifier sur ma page », dit Straka.

Malgré des heures de témoignages vidéo tournées par de vraies personnes, certains commentateurs ont invoqué le vieux récit de « c’est la faute à la Russie », alléguant que les activistes pourraient aussi bien être des « trolls russes ».

« Les témoignages vidéo ne mentent pas, ce ne sont pas des robots russes, si vous voulez, et ce ne sont pas des histoires fabriquées, ce sont de vraies personnes qui racontent de vraies histoires », nous confie Straka.

Russia Today

Traduit par Wayan, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker Francophone.