La monnaie unique mondiale des globalistes ressemblera beaucoup à Bitcoin


Par Brandon Smith – Le 27 juillet 2017 – Source alt-market.com


Cette semaine, le Fonds monétaire international a choqué certains analystes économiques avec une annonce selon laquelle l’Amérique n’était « plus la première dans le monde » en tant que moteur principal de la croissance économique. Cette assertion piquante s’inscrit parfaitement dans le récit du dernier sommet du G20 : que les États-Unis s’affaiblissent en laissant la porte ouverte pour que des pays comme l’Allemagne et la Chine s’unissent et remplissent le pourvoir laissé vacant. J’ai écrit à propos de cette relation croissante entre ces deux nations ainsi que de la démolition contrôlée continue de l’économie américaine dans mon article intitulé Le nouvel ordre mondial commencera par l’Allemagne et la Chine.

Je trouve intéressant que le FMI relance une fois de plus la perpétuation de l’image d’une Amérique défaillante, tout comme il appuie souvent le concept d’un seul système monétaire mondial pour remplacer le dollar en tant que monnaie de réserve mondiale. Le contre-argument défectueux le plus courant auquel je suis confronté en décrivant l’agenda globaliste pour supplanter le dollar avec le système de panier des Droits de tirage spéciaux est que « le FMI est une organisation contrôlée par le gouvernement des États-Unis qui ne compromettrait jamais l’autorité américaine ». De toute évidence, les personnes qui avancent cet argument ont été complètement trompées.

Le FMI conteste constamment et activement la position économique de l’Amérique, car le FMI n’est PAS une organisation contrôlée par l’Amérique. Sa loyauté va au globalisme comme idéologie aussi bien qu’aux financiers internationaux qui dominent le système des banques centrales. Le supposé « pouvoir de veto » de l’Amérique au sein du FMI est accessoire et sans signification : il n’a pas empêché le FMI de poursuivre le remplacement de la structure du dollar et de former les liens financiers qui constituent la racine de ce qu’ils appellent parfois la « réinitialisation économique mondiale ».

Pour illustrer la façon dont le récit du FMI soutient le récit globaliste, je suggère de comparer les « prédictions » de George Soros en 2009 sur la Chine pour remplacer les États-Unis en tant que moteur économique mondial et la dernière analyse du FMI sur le déclin de l’Amérique.

Le FMI s’occupe de tout centraliser, de la monnaie au commerce et à la gouvernance. Si le sacrifice du système ancien (le dollar américain) est nécessaire pour créer leur nouveau système mondial, c’est ce qu’ils feront. Si vous avez lu mon article La Réserve fédérale fait du sabotage – Et les experts sont inconscients, vous comprenez que la Fed est également parfaitement alignée sur ce plan pour une réinitialisation globale. Les banquiers centraux, quel que soit le pays où ils résident, se tiennent ensemble et fonctionnent comme des agents d’organismes de contrôle plus importants comme la Bank for International Settlements.

theEconomist-Phoenix_Get_ready_for_world_currency_by_2018L’ordre du jour n’est pas trop drapé dans le secret, car il a été ouvertement admis à de nombreuses reprises par les médias globalistes. Mohamed El-Erian, ancien PDG de PIMCO, a récemment fait l’éloge du concept d’utilisation des DTS du FMI en tant que mécanisme monétaire mondial et comme moyen de lutter contre « la montée du populisme  ». Cependant, la plus « honnête » de ces indications d’admission était, bien sûr, l’article Préparez-vous à une monnaie mondiale en 2018 publié en 1988 dans le magazine The Economist contrôlé par les Rothschild ; un article qui a annoncé le début d’un nouveau mécanisme monétaire mondial utilisant les DTS comme un pont à partir de 2018.

J’ai remarqué au cours du dernier mois qu’il y avait eu une campagne concertée de désinformation sur Internet pour tenter de déconsidérer l’article de The Economist en déclarant qu’il « n’existait pas vraiment » et n’était qu’un produit de sites Web conspirationnistes. Donc, je mettrai cette affirmation au clair maintenant, définitivement, en soulignant que le magazine et les archives de recherche complètement indépendantes de la « théorie de la conspiration » ont enregistré l’histoire du Phoenix. C’est indéniable, l’article a effectivement été publié par The Economist et existe effectivement.

Continuons…

Les critiques de cette notion d’un seul cadre monétaire mondial ont tendance à rejeter toute preuve du plan, généralement en raison de leur mauvaise compréhension de la façon dont les devises grandissent et chutent et d’une mauvaise compréhension du climat monétaire actuel. Ils soutiendront que le panier des DTS n’a pas la capacité de remplacer le dollar et qu’il n’y a pas d’autre mécanisme dans le monde avec assez de liquidité pour le faire. En d’autres termes, « D’où viendra cette monnaie mondiale ? »

Le fait est qu’elle existe déjà, et juste sous leur nez.

Quand The Economist a écrit à propos d’une devise mondiale lancée en 2018, ils n’avaient peut-être pas encore d’idée précise sur la façon dont cela se produirait. Ils mentionnent clairement la stratégie consistant à utiliser les DTS du FMI comme un tremplin vers cette monnaie mondiale, en l’appelant le « Phoenix », comme exemple. Ils mentionnent également le déclin des États-Unis comme étant nécessaire à la suite de ce passage à la centralisation complète.

Ces deux événements se déroulent en ce moment, avec l’économie américaine qui subit un mouvement constant et toujours plus profond de déstabilisation, ainsi que la montée du panier des DTS comme un « palliatif » pour les pays qui cherchent à se découpler du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale. Mais qu’en est-il de la monnaie elle-même ? Les DTS pourraient être le cadre qui régnera sur diverses nations sous un seul parapluie économique néfaste, permettant au FMI de dicter ses taux de change à volonté jusqu’à ce que son système unique puisse être établi. Mais qu’est-ce que la personne moyenne utilisera en fin de compte comme unité de compte pour commercer et comment les globalistes maintiendront-ils l’assujettissement monétaire sur le public ?

Les crypto-monnaies et la création de la technologie du blockchain sont la réponse.

Quand The Economist a écrit à propos d’une devise mondiale lancée en 2018, il ne faisait pas de prédiction, mais une proclamation – une prophétie auto-réalisatrice. Cela ne signifie pas que la nouvelle monnaie se développera de manière évidente et ouverte. En réalité, je ne peux pas penser à beaucoup d’action de guerre psychologique de quatrième génération aussi bien menées que celle sur les crypto-monnaies.

Considérons ceci : après 2007/2008, la faiblesse du globalisme et de l’interdépendance économique est exposée aux yeux du monde entier. C’est un sacrifice que les banques internationales sont disposées à faire, car, grâce au crash du marché du crédit et des dérivés, elles peuvent maintenant imposer des politiques monétaires extrêmes. Ces politiques ne feront rien pour sauver l’économie générale, mais elles mettront en danger les cadres de la monnaie et de la dette de certains pays, y compris celui des États-Unis. La scène est préparée pour une nouvelle crise, encore plus grande, une crise qui amènera doucement le public à l’idée d’un seul système monétaire mondial et d’une seule autorité économique.

Le flux massif de données que les globalistes convoitent comme un moyen de « sensibilisation totale à l’information » est une épée à double tranchant. Les idées des militants de la souveraineté et de la liberté grandissent en conscience, en nombre et en influence. Des millions de gens commencent à se préparer à faire face à une crise potentielle créée par les globalistes. Des méthodes pour contrecarrer un ralentissement économique ou une implosion monétaire sont mises en place. Les activistes commencent à troquer et à acheter des métaux précieux comme un bouclier et en tant qu’élément de commerce alternatif. Le marché alternatif, au moins un noyau, est né.

Qu’est-ce qu’une cabale affamée de pouvoir doit faire ? Comment arrêtent-ils la progression naturelle de la révolution contre eux ? Eh bien, ils ne l’empêchent pas. Au lieu de cela, ils tentent de la rediriger pour qu’elle fonctionne pour eux. C’est-à-dire qu’ils trompent le mouvement de la liberté pour les aider tout en nous permettant de penser que nous les poussons à bout.

Tapez crypto-monnaie sur le web comme bitcoin. Bitcoin arrive apparemment de nulle part, mise en place par un crypto-magicien du nom de Satoshi Nakamoto, une étiquette censée représenter une personne ou un groupe de personnes que personne n’a jamais vu ni entendu. Nous sommes simplement censés avoir la foi qu’ils ne travaillent pas pour la NSA ou une entité similaire. Mais qui se soucie de qui ils sont, n’est-ce pas ? Peu importe parce que bitcoin est une œuvre d’art, elle est presque infaillible – la contre-mesure parfaite d’un monde monétaire dominé par le dollar et la Réserve fédérale.

De nombreux libertariens et anarchistes ont eu des orgasmes collectifs. Ils se joignent à ce qui semble être un effort concerté pour amener la technologie bitcoin et blockchain à faire son chemin vers les médias. C’est autant de leur propre argent qu’ils cessent ainsi d’utiliser pour nourrir les marchés de l’or et de l’argent comme auparavant, maintenant qu’ils achètent du vide numérique à la place. Questionner la validité de l’idée provoque des signes dramatiques d’une indignation envers le culte du Bitcoin qui frise le fanatisme. Les « gars les plus intelligents de la salle » savent que bitcoin est la solution à tout – vous ne voulez pas être l’un de ces gars ? Bitcoin est le chemin, la vérité, la vie…

Certains d’entre nous ne sont pas convaincus, et même plutôt suspicieux, et avec raison. Par exemple, l’avancement des crypto-monnaies dans la conscience dominante a été aidé par les médias dominants, ce qui, franchement, n’a pas de sens si elles constituent une menace réelle pour le monolithe de la banque centrale. Comme il est dit, quand une révolution réelle se produit, elle n’est pas télévisée. Bitcoin est télévisé partout.

En plus, presque toutes les grandes banques internationales sont en train de se mettre à la technologie blockchain et aux crypto-monnaies dans leurs modèles commerciaux, y compris les banques systémiques comme Goldman Sachs. Goldman Sachs aime la technologie blockchain. Il se réfère même à elle comme « la nouvelle technologie de la confiance ». Jetez ici un œil à leurs commentaires élogieux sur la façon dont cela va changer le monde.

Quel est l’aspect préféré pour Goldman Sachs de ce modèle de blockchain et de la crypto ? Le fait que chaque transaction soit compilée, cataloguée et suivie dans le « grand livre » de la chaîne de blocs.

Pendant des années, l’un des principaux atouts originaux de bitcoin éta