De nouvelles données révèlent les mécanismes cachés de l’effondrement de l’Empire romain


Par Ugo Bardi – Le 21 mai 2018 – Source CassandraLegacy

Alaric Sack of Rome
Le sac de Rome par les Wisigoths du roi Alaric en 410 après JC)

Les raisons de la chute de l’Empire romain d’Occident sont restées un mystère pour les historiens modernes, tout comme pour les Romains eux-mêmes. Pourtant, les données récentes d’une carotte de glace du Groenland nous fournissent de nouvelles données sur l’effondrement de l’Empire, montrant à quel point il a été rapide et brutal − un véritable « effondrement de Sénèque ». Notre civilisation pourrait-elle prendre le même chemin ?


Les anciens Romains n’ont jamais compris ce qui les a frappés. Pas plus que les historiens qui allaient suivre : il existe littéralement des centaines de théories sur ce qui a causé la chute de l’Empire romain. En 1984, Demandt en énumérait 210, allant du déclin moral à la diffusion du christianisme. Aujourd’hui, certains historiens disent encore que la chute est un « mystère » et certains l’attribuent à l’accumulation improbable de plusieurs facteurs indépendants qui, d’une manière ou d’une autre, se sont ajoutés les uns aux autres.

Pourquoi est-il si difficile de comprendre quelque chose d’aussi énorme que la chute de l’Empire romain d’Occident ? Il y a plus d’une raison, mais l’une est le manque de données. Nous avons peu de documents écrits sur les derniers siècles de l’Empire et très peu de données quantitatives nous sont parvenues. Les choses changent, cependant. L’archéologie moderne génère des résultats étonnants qui en disent long sur les mécanismes de l’effondrement de l’ancien Empire. Par exemple, regardez ce graphique : (de Sverdrup et al., 2013):


Des données récentes de McConnell et al. sur la pollution au plomb fournissent une image plus détaillée (voir aussi le blog de Peter Turchin).

La beauté d’avoir des données est que nous ne discutons plus de concepts vagues tels que le « manque de fibre morale », un facteur qui a été proposé comme cause de la chute. Non, les données sont là, très claires. Elles montrent que, lorsque l’Empire romain a officiellement disparu au Ve siècle, c’était déjà une coquille vide. Les origines de cette chute remontent au IIIe siècle, lorsque l’économie romaine s’est effondrée, comme le montrent les données sur la production de plomb, un indicateur de l’activité industrielle de l’Empire. Regardez à quel point l’effondrement a été abrupt. C’est un cas typique d’« effondrement de Sénèque », lorsque la croissance est lente mais que le déclin est rapide. Un phénomène général montré dans l’image ci-dessous.

Maintenant, voici la grande question : les données nous disent comment l’effondrement a eu lieu, mais pourquoi cela s’est-il produit ? Ici, nous sommes confrontés à un problème typique des systèmes complexes. Ces systèmes sont dominés par le phénomène dit de « boucle de rétroaction » qui peut fortement amplifier les effets d’une petite perturbation quasi indétectable. C’est l’histoire de la paille qui a brisé le dos du chameau : si vous voyiez le chameau tomber, vous ne remarqueriez pas le rôle de la paille. C’est une autre raison de la prolifération des théories sur la chute de l’Empire romain : les gens ont vu les conséquences et pensaient qu’il y avait des causes. Par exemple, il est tentant de dire que l’Empire romain s’est effondré parce qu’il a été submergé par les Barbares envahisseurs. Mais ce n’est pas le cas : les Barbares ont envahi un Empire romain déjà affaibli comme le montrent clairement les données.

Alors, quelle était la paille qui a généré l’effondrement économique de l’Empire ? Le coupable le plus probable est l’affaiblissement du denier romain. Comme vous pouvez le constater dans la figure de McConnell, ci-dessus (regardez les points rouges), le taux d’argent dans la pièce de monnaie de Denarius s’est effondré le long de la même trajectoire que celle suivie par le plomb. Les Romains pouvaient sûrement survivre sans plomb, mais pouvaient-ils survivre sans la monnaie qui faisait fonctionner tout le système ? Sans argent, cela signifie que personne ne peut plus rien acheter. Et si personne n’achète, personne ne vend. Et si personne ne vend, personne ne produit. L’effondrement de la production de métaux précieux pourrait très bien être l’élément que nous recherchons : la perturbation qui a brisé l’Empire.

Bien sûr, la dévaluation du denier n’était pas un choix : cela devait être une nécessité. Et le facteur évident pourrait avoir été l’épuisement minéral, à condition qu’il soit correctement compris. L’épuisement ne signifie pas manquer de quelque chose, cela signifie simplement que vous ne pouvez plus vous permettre de l’exploiter. Et si vous ne pouvez pas l’exploiter, autant dire que vous en manquez !

Nous avons peu de données directes sur la production des mines romaines, mais nous savons que l’épuisement progressif a obligé les Romains à aller de plus en plus loin dans les veines de métaux précieux qu’ils exploitaient en Espagne. Cela exigeait des procédures et des équipements de plus en plus coûteux. Le système minier devint progressivement un fardeau terrible pour l’économie romaine et, finalement, quelque chose devait lâcher. Nous ne savons pas exactement ce qui a cassé le dos du système minier romain − peut-être une crise politique ou la peste d’Antonin 1  mais, en tout cas, à la fin du IIe siècle après JC, les mines ont été abandonnées. Les pompes ont cessé de fonctionner, les puits ont été inondés d’eau et la production de métaux précieux a cessé. Et sans métaux précieux, le système économique romain ne pouvait plus fonctionner, du moins pas de la même manière qu’avant.

Notez, une fois de plus, comment l’idée d’épuisement est différente du « manque » de quelque chose. Les mines romaines contenaient encore du minerai précieux quand elles ont été fermées, mais c’était trop cher pour que les Romains l’extraient. Ce n’est que bien plus tard, au cours du XIXe et au début du XXe siècle, que la disponibilité des technologies modernes a permis de relancer l’exploitation de ces anciennes mines. Notons aussi à quel point l’histoire du plomb est différente : à la fin du Moyen Age, le monde produisait plus de plomb que pendant l’âge d’or de l’Empire romain. L’épuisement n’a pas été un facteur important dans le déclin de la production de plomb.

Donc, vous voyez comment le système romain s’est effondré suite à une cascade d’effets qui ont été provoqués par l’épuisement de leurs mines de métaux précieux. Ce fut lent et les Romains eux-mêmes ne l’ont pas perçu, ni les historiens modernes. Mais c’était inévitable : aucune mine ne peut durer éternellement. C’est ce qui nous arrive, aujourd’hui, avec notre « or noir », le pétrole. L’épuisement pourrait bien faire que la production de pétrole brut subisse un « effondrement de Sénèque » non pas parce que nous manquons de pétrole, mais parce que l’extraction devient de plus en plus chère. Une nouvelle perturbation, telle qu’une guerre régionale, pourrait être la goutte d’eau qui brise le dos de l’industrie pétrolière. Et cela pourrait avoir des conséquences dévastatrices sur l’empire moderne que nous appelons « globalisation ».

Ugo Bardi est professeur de chimie physique à l’Université de Florence, en Italie. Ses intérêts de recherche englobent l’épuisement des ressources, la modélisation de la dynamique des systèmes, la science du climat et les énergies renouvelables. Il est membre du comité scientifique de l’ASPO (Association pour l’étude du pic pétrolier) et des blogs en anglais sur ces sujets à « Cassandra’s Legacy ». Il est l’auteur du rapport du Club de Rome, Extrait : Comment la quête de la richesse minière mondiale pille la planète (Chelsea Green, 2014), Les limites de la croissance revisitée (Springer, 2011) et L’effet Sénèque (Springer 2017) parmi de nombreuses autres publications savantes.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Notes

  1. Notez que McConnell et a. citent la « peste d’Antonin » comme la cause directe du déclin de la production de plomb révélé dans leurs données. Il s’agit très probablement d’une simplification excessive d’une chaîne d’événements beaucoup plus complexe. En tout cas, la production de plomb la plus élevée a été atteinte avec une population totale de quelque 45 millions de personnes. Au pied de la courbe d’effondrement, vers 250 après JC, l’Empire comptait environ 65 millions d’habitants. La peste peut avoir provoqué une perturbation temporaire, mais aucune réduction durable de la population de l’Empire (c’est un comportement, reproduit par les modèles de l’étude « Les limites de la croissance » pour notre société : la population commence à diminuer beaucoup plus tard que le système industriel)
PDF24    Send article as PDF   

Une réflexion au sujet de « De nouvelles données révèlent les mécanismes cachés de l’effondrement de l’Empire romain »

Les commentaires sont fermés.