Coronavirus – Le confinement n’est pas suffisant


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 17 mars 2020

Le Dr Carl Juaneau, spécialisé en épidémiologie, m’a dirigé vers une page où il recueille des informations utiles sur la saga du Coronavirus Sars-CoV-2 et la pandémie actuelle qu’il provoque : Covid-19 Pourquoi l’Amérique peut être durement touchée pendant 3-4 mois et que faire ?

C’est assez intéressant. Assurez-vous que vous faites défiler l’écran après la fin de la longue liste de statistiques des pays, pour plus d’informations utiles.

Huit jours après avoir écrit « Pourquoi nous devons tout arrêter et le faire dès maintenant », c’est enfin chose faite. Les pays européens ont fermé leurs frontières et ont dit à leur peuple de se terrer. Les grands constructeurs automobiles comme Volkswagen, Peugeot et Fiat ont arrêté leur production car les ventes de voitures ont de toute façon chuté. Airbus a fermé deux de ses sites de production pour les réorganiser afin de mieux protéger ses travailleurs. Aux États-Unis, la Bay Area, New York, Seattle et d’autres grandes villes ont également fermé leurs portes.

Même le Premier ministre britannique Boris Johnson a changé d’avis. Au lieu de prendre le problème « par-dessus la jambe » comme il l’avait suggéré et de laisser de nombreuses personnes mourir jusqu’à ce que les autres aient une « immunité collective », la Grande-Bretagne va enfin essayer d’arrêter la propagation de l’épidémie.

Le racisme est la raison pour laquelle cela se produit si tard. La Chine, la Corée du Sud et Singapour ont déjà montré ce qui doit être fait pour lutter contre l’épidémie et comment y parvenir avec succès. Mais les voix asiatiques ne comptent pas dans la prise de décision «blanche». L’action politique en Europe et aux États-Unis n’a commencé à se produire qu’après que l’Italie a été très durement touchée.

Et nos gouvernements n’en font toujours pas assez.

external-content.duckduckgoNous devons tester la température de chaque personne dans les aéroports et les trains et renforcer la capacité de Drive in pour les tests. Si l’on ne recherche pas le virus, on ne le trouvera pas. Nous devons tester, tester, tester pour traquer tous les porteurs de virus et arrêter la propagation.

Il doit y avoir un isolement obligatoire des personnes qui sont probablement infectées mais ne présentent pas de symptômes ainsi qu’un isolement séparé des cas suspects et détectés avec des symptômes «bénins».

Dire à une personne probablement infectée de s’abriter avec sa famille, comme cela se fait maintenant aux États-Unis et au Royaume-Uni, ne fera que tuer plus de personnes. 75% à 80% des cas en Chine ont été infectés par contact familial direct. La chaîne familiale doit être brisée pour arrêter efficacement l’épidémie.

Les personnes probablement infectées, c’est-à-dire celles qui ont été en contact avec une autre personne infectée, doivent être mises en quarantaine dans les arènes sportives ou les installations d’exposition pour être supervisées par des médecins.

Les équipes de recherche des contacts doivent demander à chacun d’entre eux qui ils ont rencontré au cours des derniers jours, puis vérifier ces personnes. Cela nécessite beaucoup de monde et de ressources, mais la Chine a montré que c’était faisable. Le traçage des téléphones portables peut être utile pour y aider. La surveillance communautaire peut être une alternative viable.

Des capacités hospitalières supplémentaires doivent être développées. Il doit y avoir des hôpitaux exclusivement réservés aux cas de Covid-19 et d’autres pour les personnes ayant des problèmes médicaux différents.

Le journaliste Donald McNeil du NYT, spécialisé sur la science et la santé, qui était en Chine lors du confinement, explique très bien comment la Chine a vaincu l’épidémie à Wuhan. Veuillez regarder ceci (vidéo en anglais) :

Organiser toutes ces mesures, c’est exactement ce que nos gouvernements auraient dû faire depuis fin janvier. Aujourd’hui, ils ne font encore que discuter de la plupart de ces mesures.

Boris Johnson aurait changé sa stratégie sur la base d’une nouvelle étude de l’Imperial College. L’étude indique :

Deux stratégies fondamentales sont possibles: (a) l'atténuation, qui se concentre sur le ralentissement mais pas nécessairement l'arrêt de la propagation de l'épidémie - en réduisant la demande de soins de santé maximale tout en protégeant les personnes les plus exposées au risque de maladie grave, et (b) la suppression, qui vise à inverser la croissance épidémique, en réduisant le nombre de cas à de faibles niveaux et en maintenant cette situation indéfiniment.

L’atténuation était la façon dont Boris Johnson [comme Macron, NdT] avait prévu d’agir parce qu’il voulait obtenir une «immunité collective» pour toute la Grande-Bretagne. C’est quelque chose qui ne peut se faire que par la vaccination. L’idée était clairement suicidaire. L’étude indique qu’une telle «atténuation» aurait eu pour conséquence «des centaines de milliers de décès et des systèmes de santé – notamment des unités de soins intensifs – submergés sur une grande échelle».

Cela laisse la suppression comme seule voie à suivre. Réduire l’épidémie autant que possible et tester, tester, tester pour dénicher chaque nouveau cas. La réduction de l’épidémie nécessite un arrêt de deux mois, avec toutes les mesures supplémentaires énumérées ci-dessus.

Il n’y avait d’ailleurs rien de nouveau dans la «nouvelle» étude de l’Imperial College demandée par Johnson. Voici Richard Horten, le rédacteur en chef de la célèbre revue médicale Lancet, qui le dit crûment (c’est nous qui soulignons) :

richard horton @ richardhorton1 - 6:56 UTC · 17 mars 2020
 
Il [Johnson] a déclaré qu'il avait fallu une étude de l'Impérial pour comprendre le fardeau probable du Covid-19 pour le NHS [la Sécu anglaise]. Mais lisez le premier article que nous avons publié sur le Covid-19 le 24 janvier. 32% ont été admis aux soins intensifs avec 15% de mortalité. Nous avons perdu 7 semaines. Cette crise était entièrement évitable.

Le matin après le changement radical de stratégie sur le Covid-19, par ce gouvernement, je ne peux m'empêcher de ressentir de la colère. Il a fallu près de deux mois aux politiciens et même aux «experts» pour comprendre l'ampleur du danger du SRAS-CoV-2. Ce danger était clair dès le début.

Les cliniciens et scientifiques chinois - Chen Wang, George Gao, Chen Zhu, Bin Cao - ont rendu au monde un grand service en partageant immédiatement leurs données, avertissant que le SRAS-CoV-2 était un nouveau virus dangereux. Je suis consterné de constater que les «experts» occidentaux n’ont pas tenu compte de leurs avertissements.

Laura Kuenssberg dit, sur BBC, que «la science a changé». Ce n'est pas vrai. La science est la même depuis janvier. Ce qui a changé, c'est que les conseillers gouvernementaux ont enfin compris ce qui s'est réellement passé en Chine et ce qui se passe actuellement en Italie. C'était facile à voir.

Même avec un confinement, la situation du National Health Service (NHS) britannique risque de devenir catastrophique. La ligne rouge horizontale, dans le graphique ci-dessous, est la capacité réelle de gestion des cas critiques au NHS. Il y a environ 10 lits de soins intensifs pour 100 000 habitants. Toutes les variantes de prédiction montrent qu’elle sera dépassée dans les grandes largeurs. La stratégie de Johnson de «ne rien faire» aurait nécessité 180 lits de soins intensifs pour 100 000 habitants. Même avec toutes les mesures qui seront maintenant prises, il y aura probablement besoin de plusieurs fois le nombre de lits de soins intensifs que ce qui existe actuellement.

imperial1-s
Agrandir

Les choix « vous pouvez vivre » ou « vous devez mourir » devront être faits car il n’y a pas assez de capacité en place.

Arrêter la majeure partie de la vie publique est désormais clairement la meilleure chose à faire. En Italie, sur le graphique ci-dessous, la ville de Lodi (vert) a eu le premier cas, et a fermé ses portes le 23 février. Bergame (rouge) a attendu jusqu’au 8 mars. Voyez la différence :

Source – Agrandir

Aujourd’hui, l’ANSA a signalé qu’il n’y avait plus de lits de soins intensifs disponibles à Bergame, une ville de plus de 120 000 habitants.

Le délai entre la date du confinement à Wuhan et la baisse des nouveaux cas quotidiens a été de 12 jours. Dans 10 à 14 jours, nous verrons probablement une baisse du nombre de nouveaux cas dans les sociétés européennes et dans les zones de confinement aux États-Unis. Mais cela n’est garanti que si des mesures supplémentaires sont prises.

Les décisions de confinement prises tardivement par les gouvernements «occidentaux» vont coûter très cher. Beaucoup plus de gens vont mourir parce que le temps, et les informations, que la Chine nous a donnés pour nous préparer n’ont pas été utilisés pour prendre les décisions nécessaires. Les décisions tardives augmenteront également le temps qu’il faudra pour lutter contre l’épidémie. Elles ont ainsi augmenté les dégâts économiques que tout cela entraînera.

Les gens devraient demander à leurs gouvernements de rendre des comptes.

Pourquoi ont-ils ignoré les informations et l’expérience de l’Asie ?

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF