L’hydroxychloroquine : mea culpa ?


Des sénateurs républicains américains posent des questions difficiles sur l’hydroxychloroquine à la  Food and Drug Administration des États-Unis


Par Stacey Lennox − 24 août 2020 − Source pjmedia.com

Photo AP / Andrew Harnik

Le débat sur l’hydroxychloroquine s’est estompé alors que la Big Tech s’efforçait de supprimer les informations et de faire taire les voix des médecins et des chercheurs qui en faisaient la promotion. Cependant, il semble que la controverse sur le médicament a encouragé certains sénateurs à y regarder de plus près, et il semble qu’ils posent les bonnes questions à la FDA.

Les sénateurs Ron Johnson (R-Wis.), Ted Cruz (R-Texas) et Mike Lee (R-Utah) ont envoyé une lettre au commissaire de la FDA, Stephen Hahn, demandant explicitement comment l’agence traitait les informations concernant le médicament et son utilisation pendant la pandémie. Les médecins et les chercheurs qui préconisent l’hydroxychloroquine recommandent son utilisation chez les patients ambulatoires à haut risque.

Dans la lettre à Hahn, les sénateurs posent des questions sur les mesures spécifiques que l’agence a prises concernant l’hydroxychloroquine. Les directives actuelles de la FDA indiquent qu’elle ne doit pas être utilisée en dehors du milieu hospitalier pour la COVID-19, et l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) a été retirée. Compte tenu du profil de sécurité du médicament et du fait qu’il est utilisé quotidiennement en ambulatoire dans le monde entier pour la prévention et le traitement du paludisme, de la polyarthrite rhumatoïde et le lupus, ces conseils sont ridicules à première vue.

Combien de vies coûtera la campagne de désinformation bizarre menée par les Health Experts™ contre l’hydroxychloroquine ?

La durée recommandée du traitement à l’hydroxychloroquine pour la COVID-19 se situe entre cinq et sept jours aux doses approuvées par la FDA. Dans un monde sain d’esprit, un médecin peut prescrire des médicaments off-label, à des doses approuvées, s’il pense qu’un médicament peut être utile pour les symptômes d’un patient. Cependant, l’an 2020 n’est pas sain d’esprit, et maintenant l’interférence de la FDA a conduit les conseils médicaux, les systèmes hospitaliers et les politiciens à interdire l’utilisation de l’hydroxychloroquine pour la COVID-19. Ces actions sont sans précédent dans la relation médecin-patient.

Enfin, ces sénateurs défendent cette relation et exigent des éclaircissements de la part de la FDA. Extrait de la lettre :

Cependant, nous avons entendu des médecins agréés qui ont eu une expérience bien différente de l’approche de la FDA. Les médecins sont préoccupés par la décision de la FDA de révoquer l'Autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) du 28 mars pour HCQ et CQ pour le traitement de la COVID-19. Ils ont décrit les différences nettes entre les traitements hospitaliers et ambulatoires et comment cette décision a affecté leur capacité à traiter les patients dans différents contextes. Les médecins ont averti que la révocation de l'EUA pour HCQ et CQ par la FDA a conduit à la désinformation et à la confusion dans tout le pays. Certains États ont limité la capacité des médecins à rédiger, et aux pharmacies de remplir, les ordonnances HCQ et CQ en vertu d'une autorité de longue date et bien établie pour prescrire des médicaments approuvés par la FDA off-label avec le consentement éclairé du patient et selon son jugement clinique.

La politisation de la COVID-19 est dangereuse et inexcusable

Pour mieux comprendre les actions de la FDA, la lettre demande quatre informations spécifiques :

  1. Des études ou des données qui montrent définitivement que la prescription d’hydroxychloroquine ou de chloroquine dans les sept jours suivant les symptômes du COVID-19 est inefficace ou nocive.
  2. Produire des études ou des données sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine pour la COVID-19 en ambulatoire sous les soins d’un médecin, y compris à titre préventif. Ils excluent spécifiquement les études de stade avancé impliquant des patients hospitalisés.
  3. Fournir toutes les déclarations publiques émises par la FDA pour clarifier que l’agence ne réglemente pas la pratique de la médecine, et expliquant que les gouvernements des États ne peuvent pas réglementer ou interdire la vente des médicaments.
  4. Donner des informations sur les traitements potentiels de la COVID-19 qui ont été utilisés à l’échelle internationale et si la FDA a approuvé ceux-ci pour une utilisation aux États-Unis. Sinon, les sénateurs veulent savoir quelles mesures sont prises pour s’assurer qu’elles le sont.

Ces demandes sont un coup de pied dans les fesses de la bureaucratie. Il est inadmissible pour la FDA de ne pas clarifier son rôle dans la pratique de la médecine et encore pire pour eux de garder le silence face à d’autres entités qui tentent d’interférer avec elle. Bien qu’il ne semble pas qu’ils aient jamais fait une déclaration comme celle que les sénateurs demandent, j’espère qu’une telle déclaration sera bientôt disponible.

L’hydroxychloroquine aide à contenir les cas de COVID-19 : de nouvelles preuves et une rétractation majeure

Ce serait encore plus inquiétant si l’agence retirait l’EUA sur la base de l’étude démystifiée du Lancet et n’a rien fait pour corriger sa position. Dans une recherche approfondie, je ne trouve aucune étude indiquant que l’utilisation ambulatoire à court terme d’hydroxychloroquine à des doses approuvées est dangereuse ou mortelle. Il serait surprenant que la FDA en ait une.

Le Dr Harvey Risch, un épidémiologiste de Yale, a passé en revue ces études et est arrivé à la conclusion que le traitement par hydroxychloroquine est efficace pour les patients ambulatoires à haut risque. Le Dr Risch a déclaré dimanche à Mark Levin sur «La vie, la liberté et Levin» que c’était l’une des données les plus convaincantes qu’il a vues dans sa carrière :

De toute évidence, le président Trump n’a pas renoncé au potentiel que cette combinaison de médicaments peut détenir. L’évaluation du Dr Risch est claire. Pour les patients à haut risque de plus de 65 ans ou avec des conditions préexistantes, l’utilisation ambulatoire de l’association hydroxychloroquine, zinc et azithromycine a montré une réduction significative des hospitalisations et des taux de mortalité.

Il affirme que nous avons laissé la politique l’emporter sur la science, et cela coûte des milliers de vies. Espérons que les sénateurs faisant pression sur la FDA entraîneront un mouvement et une clarification importants. La FDA doit sa réponse d’ici demain. Si la désinformation peut être dissipée efficacement, cela changera la donne. Les sénateurs doivent continuer à faire pression sur la FDA et restaurer la relation médecin-patient.

Les médias devraient faire un Mea Culpa car une analyse française offre une observation étonnante sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine

Stacey Lennox

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « L’hydroxychloroquine : mea culpa ? »

Les commentaires sont fermés.