Entendez le bruit de l’autre chaussure qui tombe le soir


Par James Howard Kunstler – Le 25 octobre 2019 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "Will E. Coyote surprise"
Il était intéressant de voir les divas de Cable News devenir incandescentes sous l’éblouissement de leur propre hallucination hier soir quand elles ont reçu la désagréable nouvelle que l’« enquête préliminaire » de Barr & Durham sur le RussiaGate avait été officiellement transformée en une « enquête criminelle ». Le visage boudeur habituel de Rachel Maddow faisait de l’exercice pendant qu’elle s’efforçait d’imaginer « … ce que Durham était en train d’examiner ». Oui, c’est une charade, enveloppée dans un mystère, à l’intérieur d’une énigme, d’accord… mais avec un cordon détonant qui crépite. Bienvenue au Club des émules de Will E. Coyote, Rachel. Tu auras beaucoup de compétition quand les débats du Sunday Morning News vont s’animer.

Quelques minutes plus tard, la réponse lui est venue : « Son enquête suit les théories du complot les plus sauvages de Fox News ! »
Continuer la lecture de Entendez le bruit de l’autre chaussure qui tombe le soir

Le nouveau populisme des Tories


Par Agnès Alexandre-Collier – Le 29 octobre 2019 – The Conversation

Johnson

Le référendum du 23 juin 2016 n’a pas seulement bouleversé l’équilibre constitutionnel du Royaume-Uni. Il a aussi radicalement transformé les valeurs sur lesquelles le parti conservateur britannique s’est construit. Celui-ci s’érige désormais comme le nouveau «parti du peuple», suggérant ainsi la nécessité d’une forme de démocratie plus directe qui s’accorde mal avec le système représentatif dans lequel il a toujours prospéré.

Continuer la lecture de Le nouveau populisme des Tories

Reprendre goût à la vie


Par Patrice-Hans Perrier − Le 20 octobre 2019 − Source Carnets d’un promeneur

Alpiniste intrépide – Gracieuseté de jeux-fille

Notre époque se caractérise par la tiédeur des gens, la langueur des récits médiatiques et l’absence de virilité à tous les niveaux. Les acteurs de la cité spectaculaire tergiversent en permanence, en attendant que les circonstances soient propices à un changement de cap leur permettant une sortie honorable. Bref, il s’agit, d’abord et avant tout, de ménager ses propres fesses tout en sacrifiant notre prochain en qualité de bouc émissaire salutaire. Continuer la lecture de Reprendre goût à la vie

États-Unis : le théâtre autour de la destitution


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 1er novembre 2019

L’UkraineGate est le nouveau RussiaGate. La « plainte du lanceur d’alerte » est le nouveau « dossier sale ». À l’«ancien» espion du MI6, Christopher Steele, qui avait rédigé le dossier sale, succède Eric Ciaramella, l’espion actuel de la CIA, qui a écrit la « plainte », description :

Continuer la lecture de États-Unis : le théâtre autour de la destitution

Laissez entrer le Dragon


Par James Howard Kunstler – Le 21 octobre 2019 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "hillary clinton dragon"
On pourrait penser qu’Hillary Clinton aurait trouvé une meilleure blague que l’« atout russe » lorsqu’elle a quitté son volcan vendredi dernier sur ses ailes toutes de cuirs et a essayé de planter son bec émoussé dans le cœur de Tulsi Gabbard. Beaucoup de spéculations se sont répandues dans le Web de la diversité sur le fait que le reptile volant de Chappaqua pourrait chercher une ouverture pour rejoindre la fête Démocrate pour 2020 en toute liberté. L’« atout russe » n’était-il pas le grand McGuffin dans le rapport Mueller – le dispositif déclencheur insaisissable comme dans un supplice de Tantale qui n’a rien donné – et la plupart des gens de plus de douze ans ne sont-ils pas maintenant au courant de cette arnaque ?

Continuer la lecture de Laissez entrer le Dragon

Bimillénaire de la mort de Germanicus : La défaite de l’État profond romain


Par Ugo Bardi – Le 11 octobre 2019 – Source CassandraLegacy


Il y a 2 000 ans, le 10 octobre 19 de notre ère, Germanicus Jules César mourut à Antioche, en Asie Mineure, peut-être empoisonné par son oncle Tibère, alors empereur au pouvoir. Si nous voyons Hillary Clinton dans le rôle de Germanicus et Donald Trump dans le rôle de Tibère, vous avez un conflit équivalent en cours.

Très probablement, le concept d’« État profond » existait à l’époque romaine, tout comme dans la nôtre.

L’emploi aux États-Unis, d’après les chiffres bruts


Par Chris Hamilton – Le 3 Septembre 2019 – Source Econimica

Résultat de recherche d'images pour "Employment In America shadowstat"

Résumé

  • Les groupes d’âge qui composent la population en âge de travailler sont à des niveaux généralement associés au plein emploi.
  • La principale source en cas de pénurie de main-d’œuvre au cours des 50 dernières années, les femmes, connait maintenant une baisse de son taux d’emploi.
  • Avec une croissance minimale de la population en âge de travailler, le plein emploi, sans réserve de main-d’œuvre féminine ; il y a peu de potentiel supplémentaire de croissance de la main-d’œuvre ou de croissance économique qui en résulte.

Continuer la lecture de L’emploi aux États-Unis, d’après les chiffres bruts

L’Europe du Sud-Est dans les relations internationales au tournant du XXe siècle 3/4


Par Vladislav B. SOTIROVI – Le 6 mai 2019 – Source Oriental Review

Italy and the BalkansAprès l’unification de l’Italie de 1859 à 1866, 1 l’administration italienne donna le feu vert à la politique étrangère de création d’une plus grande Italie relativement semblable à l’Empire romain. 2 Le projet d’un « nouvel Empire romain » reposait sur l’idée d’un contrôle direct ou d’acquisitions territoriales de certaines portions de la mer Méditerranée, la mer Adriatique, la mer Tyrrhénienne ainsi que de certains territoires en Afrique du Nord et en Asie mineure. Toutefois, après l’échec essuyé par les Italiens dans leur tentative de conquérir l’Afrique éthiopienne durant les années 1886-1896, la politique étrangère italienne se tourna vers les Balkans. 3

Continuer la lecture de L’Europe du Sud-Est dans les relations internationales au tournant du XXe siècle 3/4

  1. Sur l’unification de l’Italie, voir Darby G., The Unification of Italy, Seconde édition, CreateSpace Independent Publishing Platform, 2013. L’unification de l’Italie fut une lutte longue et complexe contre les occupants Habsbourg, des monarques italiens locaux en place depuis le Moyen Âge (par exemple, le Royaume des deux Sicile ou le Duché de Modène), et contre le conservatisme du Vatican. L’idée d’unification était impulsée par le sentiment que l’Italie devait devenir un État moderne, démocratique afin de se projeter dans le monde occidental moderne (Marr A., A History of the World, London : Macmillan, 2012, 404). L’Italie était historiquement marquée par des divisions, des tensions, des conflits et des guerres régionales. Le Nord de l’Italie, particulièrement la Lombardie, connut une forte industrialisation après l’unification qui amena cette partie de la péninsule à être le moteur et devenir la région la plus prospère du pays ainsi que l’une des régions les plus riches d’Europe à la fin du siècle dernier. De son côté, le Sud de l’Italie était dominé par un système de métayage qui maintenait la majorité de la population dans le statut de travailleurs sans terres employés par une minorité de grands propriétaires terriens. L’un des éléments centraux de la politique italienne depuis l’unification jusqu’à la conclusion des Accords du Latran en 1929 fut la relation entre les autorités séculières et l’Église catholique romaine (le Vatican). Après l’unification de l’Italie, dans le cadre de laquelle le Vatican perdit son propre État et de vastes territoires, le Pape interdit en 1918 aux Catholiques romains de prendre part à la mise en œuvre d’un nouvel état italien libéral et laïque (Palmowski J., A Dictionary of Twentieth-Century World History, Oxford : Oxford University Press, 1998, 302‒303). Il était fondamentalement impossible aux Italiens de forger une italianité fondée sur le catholicisme romain pour la simple et bonne raison que le Pape et le Vatican étaient hostiles au mouvement national italien (le Risorgimento). La nature fragmentaire de la société italienne, l’importante diversité linguistique et les multiples identités régionalistes, auxquelles s’ajoutait un conflit social massif ainsi qu’un système éducatif misérable comptèrent au nombre des facteurs qui firent de la nation italienne un projet assez instable et dont la concrétisation est restée problématique jusqu’à nos jours (Berger S., (ed.), A Companion to Nineteenth-Century Europe 1789‒1914, Malden, MA‒Oxford, UK‒Carlton, Australia: Blackwell Publishing Ltd, 2006, 179).
  2. Sur l’histoire de la Rome antique, voir Zoch A. P., Ancient Rome: An Introductory History, Norman: University of Oklahoma Press, 1998; Gibbon E., The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, London: Penguin Books, 2001: Beard M., SPQR: A History of Ancient Rome, New York: Liveright Publishing Corporation, 2015; Baker S., Ancient Rome: The Rise and Fall of an Empire, London: BBC Books, 2007.
  3. Sur la question du colonialisme et de l’impérialisme italiens suite à l’unification en 1861/1866, voir Negash T., Italian Colonialism in Eritrea, 1882−1941: Policies, Praxis, and Impact, Coronet Books Inc, 1987; Ben-Ghiat R., Fuller M. (eds.), Italian Colonialism, New York: Palgrave MacMillan, 2005; Duncan D, Andall J., Italian Colonialism: Legacy and Memory, Peter Lang International Academic Publishers, 2005; Andall J., Duncan D., (eds.), Italian Colonialism: Legacy and Memory, Peter Lang International Academic Publishers, 2005; Finaldi M. G., Italian National Identity in the Scramble for Africa: Italy’s African Wars in the Era of National-Building, 1870−1900, Peter Lang International Academic Publishers, 2009; Finaldi M. G., A History of Italian Colonialism, 1860−1907: Europe’s Last Empire, London−New York: Routledge Taylor & Francis Group, 2017

Voici comment les nouvelles négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine pourraient prendre fin


Par Brandon Smith − Le 10 octobre 2019 − Source Alt-Market.com


Alors que les États-Unis et la Chine sont au beau milieu d’un nouveau cycle de négociations commerciales de haut niveau, ce jeudi marque le 22e mois depuis le lancement du relevage des barrières douanières et le début de la guerre commerciale. Loin d’être « facile à gagner », la guerre commerciale a duré beaucoup plus longtemps que ne l’avaient prédit la plupart des analystes des médias grand public et alternatifs.

Dans des articles précédents, j’ai averti que la guerre commerciale elle-même n’est probablement pas destinée à être réellement gagnée ; c’est plutôt une distraction massive et un bouc émissaire pratique alors que les banques mondiales mettent en mouvement l’implosion de la Bulle de Tout. Je maintiens cette évaluation et c’est pourquoi je pense qu’il est peu probable que les pourparlers actuels avec la Chine aboutissent à quelque chose.

Continuer la lecture de Voici comment les nouvelles négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine pourraient prendre fin

Le retour fatal du passé


Par James Howard Kunstler − Le 18 octobre − Source kunstler.com

James Howard KunstlerVoici l’une des principales raisons pour lesquelles les États-Unis deviennent timbrés : l’explosion de dossiers informatisés, de courriels, de mémos inter-bureaux, de traces Twitter, de souvenirs Facebook, de vidéos iPhone, de YouTube, de conversations enregistrées et du vaste univers alternatif de capacité de stockage pour tous ces trucs, ne permettent plus de revenir constamment en arrière et de reconstruire la réalité. Tout ce que cela a réellement fait, c’est amplifier le potentiel de méfaits politiques jusqu’au suicide.

Continuer la lecture de Le retour fatal du passé