Verrouillage planétaire, géo-ingénierie et État profond


Par Elana Freeland – Le 13 février 2017 – Source Global Research


De même que, à l’aube d’une nouvelle ère géologique, le monde entier s’effondre dans une fissure gigantesque, de nouvelles montagnes s’élèvent tandis que des abysses béantes s’ouvrent et que de nouvelles plaines et mers se forment, la structure actuelle de l’Europe est en train de chavirer dans un immense cataclysme. La seule chance pour l’Allemagne de résister à cette pression serait de prendre l’initiative et prendre le contrôle de l’inévitable bouleversement d’où viendra une nouvelle aube de l’histoire. – Hermann Rauschning, Hitler parle / Voix de la destruction, 1939

Nous avons mis sur pied une société de la science et de la technologie, dans laquelle personne ne comprend rien au sujet de la science et de la technologie, et ce mélange inflammable d’ignorance et de pouvoir, tôt ou tard, va nous exploser au visage. Je veux dire, qui dirige la science et la technologie dans une démocratie, si les gens ne savent rien à ce sujet? – Carl Sagan à Charlie Rose, le 27 mai 1996


La course au contrôle de l’espace a débuté en 1945 lorsque l’Opération Paperclip 1 a amené aux États-Unis des ingénieurs, des techniciens et des scientifiques nazis pour élaborer leurs merveilles pendant la ruse hégélienne connue sous le nom de Guerre froide. Un exemple, parmi les 10 000 nazis qui se sont réfugiés aux États-Unis, était Arthur Rudolph, ancien collègue de Wernher von Braun, ingénieur aérospatial et directeur à la NASA du Marshall Space Flight Center.

Rudolph avait été directeur de l’usine de fusées souterraine de Mittelwerk surnommée l’Enfer de Dante, où 52 000 prisonniers ont produit 6 000 fusées V-2. De 1951 à 1961, Rudolph a travaillé pour Martin Marietta à Waterton, Colorado. En 1995, Martin Marietta a fusionné avec Lockheed Corporation pour former Lockheed Martin. Initialement en charge de la R & D pour le missile Pershing, Rudolph, devenu citoyen américain, a dirigé le projet Saturn pour la NASA, et a reçu le Distinguished Service Award. En 1984, il renonce à sa nationalité américaine et retourne en Allemagne, après avoir fidèlement œuvré au transfert du Troisième Reich aux États-Unis.

C’est ainsi que, à travers le complexe militaro-industriel, le cheval de Troie du nazisme amoral et cryptique a pénétré des États-Unis riches en ressources. Bref, la Loi sur la sécurité nationale, la formation de la CIA et la Guerre froide ont suivi. Les roquettes, les satellites, les ordinateurs, le programme de manipulation du cerveau MK-ULTRA et les engins de propulsion exotiques [sic ? , NdT] ont poussé le XXe siècle vers le XXIe, un nouveau millénaire.

Star Trek, la « dernière frontière » de l’ère spatiale a commencé avec la nécessité de dominer l’espace aérien, l’espace proche autour de la Terre et le climat. Les recherches militaires sur le contrôle des conditions météorologiques ont été maintenues silencieuses tout au long de la guerre froide, tandis que des avertissements terribles concernant une « petite période glaciaire », des « gaz à effet de serre », la « désertification », puis les « conditions climatiques extrêmes » jusqu’au « réchauffement climatique » ont été dispersés pour garder le robinet de dollars grand ouvert.

Aujourd’hui, c’est le « changement climatique », plus neutre, accompagné de conférences internationales spectaculaires, regroupant des doctorants qui recommandent des « solutions » coûteuses dans le domaine de la géo-ingénierie, la manipulation intentionnelle des systèmes climatiques de la planète (Stanford Environmental Law Journal) pour faire de la météo un « multiplicateur de force » 2 pour les sept opérations militaires décrites dans mon précédent livre Chemtrails, HAARP et domination totale de la planète Terre :

  1. Modification climatique, modification environnementale / géophysique
  2. Manipulation électromagnétique
  3. Domination militaire totale
  4. Manipulation biologique
  5. Intelligence / surveillance
  6. Détection / masquage de technologies de propulsion exotique. 3

Contrôle du climat

Le gouvernement fédéral a été impliqué pendant plus de 30 ans dans un certain nombre d’aspects de la modification du climat, à travers les activités du Congrès et le pouvoir exécutif. Depuis 1947, des projets de loi sur la modification des conditions météorologiques portant sur le soutien à la recherche, aux opérations [militaires, NdT], des études de politique générale, des règlements, des responsabilités, des rapports d’activités, l’établissement de comités et les préoccupations internationales ont été présentés au Congrès. Il y a eu des audiences sur plusieurs des mesures proposées, et des auditions de surveillance ont également été menées sur les programmes en cours pertinents. 4

L’infiltration et la cooptation, la compartimentation, les ententes de confidentialité, les ententes de couverture, les menaces, les pots-de-vin, les recherches biaisées, les comités d’examen par les pairs, les médias internationaux intégrés – on ne peut que s’émerveiller des tours de passe-passe et de la tromperie qu’il faut pour diriger les conférences internationales, les points presse et les programmes d’études universitaires et élémentaires, afin de construire une vaste House of Cards mondiale construite en détournant le carbone, l’élément constitutif de toute la vie, en une cause célèbre pour expliquer le fait que notre atmosphère et notre climat sont modifiés par la manipulation militaire de l’ionosphère. En outre, les taxes sur le carbone et les échanges de droits d’émission impliquaient de prélever plus d’argent de l’environnement, devenu une arme économique. C’est tout à fait le cas, étant donné que le CO2 n’est que juste au-dessus du minimum pour soutenir la vie des plantes 5 et que les nations devraient augmenter le CO2 au lieu d’être pénalisées pour celui qu’elles émettent. 6

Mais alors, l’empereur est nu. Le premier rapport du Congrès sur la géo-ingénierie à la Chambre des représentants des États-Unis n’a été publié qu’en octobre 2010, juste avant l’annonce du moratoire sur la géo-ingénierie lancé par la 10e Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (COP10) à Nagoya au Japon. C’est un moratoire que les États-Unis n’avaient pas l’intention de ratifier. 7 Les délégués de 193 nations étaient-ils conscients du fait que la géo-ingénierie se pratiquait depuis plus de dix ans aux États-Unis et dans d’autres pays de l’OTAN? Quatre mois après le moratoire de Nagoya, un tremblement de terre géo-ingénié a frappé le Japon.

Depuis le moratoire, les médias intégrés ont accru la confusion météorologique dans l’esprit du public, accusant les voitures et les polluants industriels tout en ignorant assidûment les plus grands pollueurs et propagandistes de tous : l’armée américaine sur-gonflée avec le complexe militaro-industriel et les services secrets qui la dirigent. En 2013, le cinquième rapport d’évaluation du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) indiquait que la gestion des rayonnements solaires (GRS) était déjà en cours : « Si les GRS étaient supprimés pour quelque raison que ce soit, il y a de très bonnes raisons de croire que les températures à la surface de la terre atteindraient des valeurs compatibles avec le forçage des gaz à effet de serre. » 8

Le forçage des gaz à effet de serre est le dernier de nos soucis. Qu’en est-il des militaires voyous transformant notre atmosphère pour leurs propres programmes de domination totale?

De temps en temps, des scientifiques comme le physicien des particules du CERN Jasper Kirby 9 et l’héliophysicien du Goddard Space Flight Center de la NASA, Douglas E. Rowland disent qu’ « il y a différents types de chemtrails comme vous le savez sans doute » 10. Mais leur avis est tacitement ignoré par les médias traditionnels. Un sénateur italien appelle à la déclassification des documents sur les chemtrails 11, un ministre de l’Agriculture et de l’Environnement chypriote s’est engagé à examiner les chemtrails 12 – et depuis, plus rien.

À maintes reprises, les agences gouvernementales proches de la plaque tournante du « changement climatique » (NASA, NOAA, EPA, etc.) ont été pris en flagrant délit de mensonges, mais les médias intégrés ont ignoré les faits. La NASA a proclamé juillet 2012 le mois le plus chaud jamais enregistré et le National Climatic Data Center de la NOAA a convenu : la moyenne de température de juillet de 2012 était de 77.6ºF soit 3.3ºF au-dessus de la moyenne du XXe siècle et 0.2ºF au-dessus de celle de juillet 1936 (pendant les années des tempêtes de poussières ). Cependant, lorsque le météorologue Anthony Watts a vérifié les données de la NOAA, il a constaté que juillet 1936 avait été rétabli comme le mois le plus chaud jamais enregistré. « Vous ne pouvez pas obtenir une preuve plus claire que la NOAA ajuste les températures passées« , a écrit Watts.

Ce n’est pas seulement une question de grille, ou d’anomalies, ou de méthode, mais la NOAA n’est pas en mesure de présenter une information sur l’historique climatique des États-Unis avec précision […] Ce n’est pas acceptable. Ce n’est pas honnête envers le public. Ce n’est pas scientifique. Cela viole la Loi sur la qualité des données. 13

David L. Lewis, ancien microbiologiste du Bureau de recherche et développement de l’EPA, a écrit dans Science For Sale : Comment le gouvernement utilise des sociétés puissantes et des universités de premier plan pour appuyer les politiques gouvernementales, fait taire les meilleurs scientifiques, met en danger notre santé et protège les profits des multinationales (Skyhorse Publishing, 2014) que les dirigeants de l’EPA manipulent systématiquement la science. Un incident s’est produit en 2003, lorsque l’ancien administrateur adjoint intérimaire Henry L. Longest II a fait lire aux gestionnaires intermédiaires de l’EPA les commentaires de Margaret Wheatley Turning to One Another,  exhortant les écologistes « à abandonner la science occidentale en faveur de la ‘nouvelle science’ […], « l’idée de ne pas savoir » et l’ « abîme ». En traversant l’abîme, les nouveaux scientifiques jettent leurs croyances religieuses et leurs inhibitions sexuelles, puis se tournent les uns vers les autres 14. Les candidats aux postes de gestion devaient ensuite remplir un questionnaire confidentiel sur leur promiscuité, leur religion, leur moralité et leur volonté de garder des secrets. (Qu’était l’EPA jusque dans les années Bush II?)

On a ajouté le meurtre à la propagande, à la manipulation des colloques internationaux, à l’obligation d’avoir des histoires sexuelles pour forger des liens de secret, faire chanter les nations avec des menaces météorologiques géo-ingéniées. Le représentant des États-Unis, Dennis Kucinich (Ohio), a lutté pour la HR2977, la Loi sur la conservation de l’espace de 2001 qui, au cours des années suivantes, a été bloquée comité après comité, avant sa mise à mort finale. Le 19 décembre 2007, le jeune frère cadet de 52 ans de Kucinich a été retrouvé mort. L’année suivante, le 12 novembre, sa sœur de 48 ans est décédée d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë. Coïncidence ou ont-ils payé l’addition?

Le 9 août 2010, le sénateur américain Ted Stevens (Alaska) enquêtait sur le projet HAARP à la demande du pilote alaskien Theron «Terry» Smith, quand son avion s’est écrasé, tuant Stevens et Smith, mais pas l’administrateur de la NASA Sean O’Keefe, qui était également à bord. Associé au fait que le gendre de Smith avait été tué quelques jours auparavant, lors de l’accident d’un C-17 à la base aérienne d’Elmendorf, l’« accident » ou la