Mise à jour importante sur l’attaque US en Syrie


Saker US
.

Par le Saker – Le 7 avril 2017 – Source The Saker

J’ai une mise à jour importante à faire : sur la base de sources russes, y compris une vidéo et les articles d’un journaliste russe sur le terrain, Evgueni Poddubny, il est devenu clair que l’attaque américaine était largement symbolique. Voici la preuve.

  1. Les Russes ont reçu un avertissement qu’ils ont, évidemment, transmis aux Syriens. Les Américains doivent avoir supposé que cela se passerait ainsi.
  2. La base aérienne syrienne a été légèrement endommagée : un petit nombre d’avions ont été abîmés ou détruits, mais beaucoup d’entre eux étaient en réparation et ne pouvaient pas voler. Des réservoirs de carburant ont été détruits. Un certain nombre de soutes à avion ont été endommagées ou détruites. Quelques baraquements ont également été détruits.
  3. Il y a eu six ou sept victimes, ce qui est très peu.
  4. L’éssentiel, les pistes n’ont pas souffert.

Maintenant, voici la chose vraiment intrigante : il semble que seulement 23 missiles de croisière sur un total de 59 aient frappé la base.  Le reste n’est pas comptabilisé. Cela pourrait être dû à toutes sortes de raisons, y compris les systèmes de défense aérienne syriens et russes ou les armes électroniques russes. J’ai tendance à croire que cette dernière possibilité est la bonne. Mais ensuite, cela pose une autre question : pourquoi les Russes ont-ils laissé passer 23 missiles de croisière ? Peut-être pour apaiser Trump et ne pas l’obliger à réattaquer. Ou, autre possibilité, pour s’assurer que les retombées politiques de cette attaque stupide et imprudente continuent à nuire aux États-Unis (s’ils avaient détruit tous les missiles, cela ne serait pas le cas).

Quant à la réaction politique russe, je la trouve plutôt molle : la Russie a condamné l’attaque et a suspendu le mémorandum d’accord sur la prévention des incidents de sécurité au cours des opérations en Syrie, signé avec les États-Unis.

Eh ben, ça ne m’impressionne pas beaucoup.

Voici la déclaration complète du ministère russe des Affaires étrangères :

Les États-Unis ont mené des attaques contre les troupes gouvernementales syriennes aux premières heures du 7 avril, invoquant le prétexte des attaques chimiques dans la province d’Idlib.

Les États-Unis ont opté pour une démonstration de force, pour une action militaire contre un pays qui combat le terrorisme international, sans prendre la peine de vérifier les faits.

Ce n’est pas la première fois que les États-Unis choisissent une approche irresponsable qui aggrave les problèmes auxquels le monde est confronté, et menace la sécurité internationale. La présence même de personnel militaire des États-Unis et d’autres pays en Syrie, sans le consentement du gouvernement syrien ou d’un mandat du Conseil de sécurité de l’ONU, est une violation flagrante et manifeste du droit international, qui ne peut être justifiée. Alors que des initiatives antérieures de ce genre ont été présentées comme des efforts pour combattre le terrorisme, elles sont maintenant clairement un acte d’agression contre une Syrie souveraine. Les actions entreprises par les États-Unis infligent aujourd’hui des dommages supplémentaires aux relations entre la Russie et les États-Unis.

La Russie a affirmé en de nombreuses occasions qu’elle était prête à coopérer à la résolution des problèmes les plus urgents auxquels le monde est confronté aujourd’hui, et que combattre le terrorisme international était une priorité absolue. Nous n’accepterons cependant jamais une action non autorisée contre le gouvernement syrien légitime qui mène depuis longtemps une guerre sans compromis contre le terrorisme international.

En cherchant à justifier son action militaire, Washington a totalement déformé ce qui s’est passé à Idlib. Les États-Unis n’auraient pas pu ne pas comprendre que les troupes gouvernementales syriennes n’utilisaient pas d’armes chimiques ici. Damas n’en a tout simplement pas, comme cela été confirmé un grand nombre de fois par des experts qualifiés. C’était la conclusion à laquelle est parvenue ‘Organisation pour l’interdiction des armes chimiques’ (OPCW, dans son sigle anglais). Ces dernières années, cette organisation a inspecté presque toutes les installations liées, ou éventuellement liées au programme d’armes chimiques de la Syrie. En ce qui concerne Idlib, les terroristes qui opèrent là-bas produisaient des mines terrestres toxiques destinées à être utilisées en Syrie et en Irak. Ces installations de fabrication ont été mises hors d’usage dans une opération militaire menée par l’aviation syrienne.

Les États-Unis feignent de ne pas comprendre des choses évidentes, fermant les yeux sur l’utilisation, confirmée par Bagdad, d’armes chimiques en Irak. Les États-Unis refusent d’admettre la preuve fournie par des documents certifiés confirmant l’utilisation d’armes chimiques par les terroristes à Alep. En faisant ainsi, les États-Unis sont complices du terrorisme international et le renforcent. Il faut s’attendre à de nouvelles attaques d’armes de destruction massive.

Il ne fait aucun doute que l’action militaire des États-Unis est une tentative de détourner l’attention de la situation à Mossoul, où la campagne menée, entre autres, par la coalition dirigée par les États-Unis a provoqué des centaines de victimes civiles et une catastrophe humanitaire croissante.

Il est évident que l’attaque des missiles de croisière était préparée à l’avance. N’importe quel expert comprend que la décision de Washington de procéder à des attaques aériennes précède les événements à Idlib, qui ont simplement servi de prétexte pour une démonstration de force.

La Russie suspend le mémorandum d’accord sur la prévention d’incidents de sécurité aérienne au cours des opérations en Syrie signé avec les États-Unis

Nous appelons le Conseil de sécurité de l’ONU à tenir une réunion urgente pour discuter des derniers développements.

Encore une fois, je suis très peu impressionné, pour user d’un euphémisme.

J’espère que l’indignation en Russie contraindra Lavrov à annuler sa rencontre prévue avec Tillerson.  La Douma habituellement endormie semble indignée de manière inhabituelle.

Je posterai une analyse lundi ou mardi au plus tard.

The Saker

P.-S. : Inutile de le dire, ni armes chimiques ni installations de stockage d’armes chimiques n’ont été endommagées : nous le savons puisque PERSONNE, y compris les journalistes russes, ne portait de masques à gaz ou, encore moins, des combinaisons de protection chimiques. Ce n’est guère surprenant puisque, bien sûr, elles n’ont, pour commencer, jamais existé.

PPS : Seulement pour mémoire, cette attaque était une violation directe et évidente

  1. du droit national des États-Unis (Trump n’a jamais eu l’autorisation du Congrès pour cette attaque) ;
  2. du droit international (Trump est maintenant un criminel coupable du « crime d’agression ») ;
  3. de la Charte des Nations Unies.

En d’autres termes, Trump est maintenant un criminel de guerre et les États-Unis sont (à nouveau) un État voyou.

Traduit par Diane, vérifié par Julie pour le Saker francophone

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

PDF24    Send article as PDF