Le temps de la fureur


Par James Howard Kunstler – Le 30 Janvier 2017 – kunstler.com

Image associée
Il n’a fallu qu’une semaine au président Trump pour donner au corps politique un lavement sur l’immigration. Le but était peut-être d’éliminer un ensemble de mauvaises idées que Barack Obama avait réussi, depuis huit ans, à considérer comme « normales ». C’est-à-dire qu’il était inutile de faire appliquer les lois sur l’immigration forcément cruelles, que les frontières nationales sont un anachronisme barbare, ou que les lois fédérales sont facultatives dans certaines juridictions auto-sélectionnées.


Mais l’équipe de Trump s’est largement assise sur les détails de l’interdiction de l’immigration et du statut de réfugié, en particulier en ce qui concerne les détenteurs de cartes vertes, ainsi que ceux dont les visas étaient déjà accordés. La bévue a provoqué un coup de tonnerre impressionnant de protestations dans les aéroports, et finalement une suspension par un juge fédéral, qui a bouleversé la légalité de l' »executive order » de Trump – dans l’ensemble, un trébuchet tactique pour Donald, notre président, qui a apparemment omis de consulter un éventail d’agences gouvernementales et leurs avocats, avant de publier le décret juste à la fermeture des bureaux vendredi. Pour mémoire, je ne suis pas d’accord avec le fait que l’Arabie saoudite, le Pakistan, l’Égypte et l’Afghanistan aient été exclus de la liste des pays bloqués, puisque ces terres produisent des maniaques musulmans plus radicaux que partout ailleurs.

À l’heure actuelle, le lecteur détecte probablement mes sentiments ambivalents, dans ce faisceau de questions et de griefs. Permettez-moi d’essayer de clarifier mes positions de base : je crois que les frontières sont importantes et qu’elles doivent être protégées. Je pense que notre application de la loi sur l’immigration sous Obama a été profondément malhonnête et préjudiciable à notre politique, d’une manière qui va bien au-delà de la question de savoir qui doit venir ici. Je crois que nous ne sommes pas obligés d’accepter tout le monde et quiconque veut déménager ici. Je crois que nous avons besoin d’un temps officiel d’arrêt de la forte immigration de ces dernières décennies. Je crois que nous avons de bonnes raisons d’être pointilleux sur qui nous laissons entrer.

Le tropisme le plus malhonnête et le plus dommageable de ces dernières années est l’idée largement acceptée par la gauche que les immigrés clandestins sont simplement des « sans-papiers », comme s’ils étaient les victimes malheureuses d’une erreur de bureaucratie commise par le gouvernement et méritant ainsi un laissez-passer. Le langage importe. L’acceptation et la répétition de ce mensonge ont en effet donné à la gauche la permission de mentir sur toutes sortes de choses quand cela lui chantait, par exemple l’illusion que la Russie a volé l’élection de Hillary Clinton et que l’islam radical ne constitue pas une menace face aux valeurs occidentales (voire même existe). Et il est vrai qu’ils sont assistés par des géants des médias tels que le New York Times, le Washington Post et la NPR. Le Times, surtout, est désireux de provoquer une crise nationale qui pourrait déstabiliser Trump, en le déclarant simplement dans un titre sur trois colonnes :

Le bannissement de l’immigration provoque une crise

La fureur semblait plutôt disproportionnée, par rapport aux personnes gênées par le truquage administratif de Trump : environ 300 détenteurs de cartes vertes sur 300 000 voyageurs admis au cours du week-end – même après que la Maison Blanche eut fait marche arrière sur son erreur de carte verte dès dimanche. Et cela donne l’impression, même à quelqu’un qui est allergique à la théorie de la conspiration (moi en l’occurrence), que quelque principe organisateur est derrière ce phénomène. Ce principe peut être la névrose profonde de la gauche Démocrate / Progressiste, réduite à crier sa vertu depuis une caisse de résonance médiatique à bout de souffle. N’ayant pas d’idées cohérentes sur le problème de l’immigration, en dehors de sa résistance à son arrêt, elle n’offre que des récits sentimentaux : des larmes sur la statue de la liberté, des « rêveurs », des villes-sanctuaires, des nations ouvertes, des nous-sommes-tous-des-enfants-de-migrants, et que de toute façon l’Amérique du Nord a été volée aux Indiens. L’hystérie est impressionnante, comme si la gauche avait été empoisonnée à l’ergot de seigle, en voyant des sorcières (racistes, homophobes, misogynes, coquins de privilégiés blancs et russes) derrière chaque arbuste de genévrier dans le pays.

J’irais même jusqu’à dire que cette névrose découle des problèmes psychologiques généraux à la frontière de l’ethos démocrate / progressiste actuel. Leur zèle pour effacer les catégories a entraîné la perte des catégories de pensée ─ il ne reste qu’une grande soupe de victimisation maintenant et tout le monde devrait se précipiter pour gagner ses points bonus de victime tant que c’est encore possible, ou aussi longtemps que le sénateur Chuck Schumer peut faire pleurer le crocodile. De mon point de vue, ce pays profiterait réellement d’avoir des catégories de pensée plus solides et certainement des catégories de comportement plus fermes.

Ce qui irrite vraiment la gauche, c’est la défense de la civilisation occidentale, en particulier sur quelque chose d’aussi concret que la démographie. Cette barrière de défense a été profondément effacée de la vie politique récente de l’Europe et de l’Amérique. Sur les campus universitaires, c’est devenu l’équivalent du péché originel. Donald Trump s’est avéré être un choix particulier pour mener à bien un revirement total, et sa rudesse pourrait finir par dissuader tout effort pour reconstituer quelque chose comme une culture commune qui se respecte. Mais le retournement arrive aussi en Europe cette année, par une série d’élections nationales. Attendez-vous à plus de lutte civile alors que la bataille s’étend.

James Howard Kunstler

Traduit par Hervé, vérifié par Julie, relu par nadine pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Send article as PDF