Le premier porte-avions fabriqué en Chine est prêt pour le lancement


Par Tyler Durden – Le 24 avril 2017 – Source ZeroHedge

Le premier porte-avions construit en Chine attend son lancement dans un chantier naval de Dalian

Le premier porte-avion de la Chine construit sur le sol national lancera bientôt à Dalian, dans la province du Liaoning, des exercices et des essais, mettant à l’épreuve une technologie exclusive destinée à favoriser l’expansion de Pékin dans les mers du Sud et de l’Est, a indiqué le site SCMP. Un bassin du chantier naval de Dalian a été rempli d’eau dimanche, en prévision du lancement. Le navire fabriqué en Chine devrait entrer en service vers 2020, rejoignant le premier et le seul porte-avion de la Chine, un navire ukrainien rénové, connu sous le nom de Liaoning.


Le nouveau navire, comme son prédécesseur, sera propulsé de manière classique, par opposition à une propulsion nucléaire, et disposera, pour le décollage des avions, d’un pont d’envol en pente comme une piste de saut de ski. Il est un peu plus petit que le Liaoning, avec un déplacement d’environ 50 000 tonneaux, comparé à environ 67 000 tonneaux. SCMP note que « depuis le réaménagement réussi du Liaoning en 2011 et sa mise en service un an plus tard, la Chine n’a mis que cinq ans à produire le 001A ».

Environ 200 visiteurs et journalistes se sont réunis dimanche à Dalian, attendant une cérémonie de lancement qui coïncide avec le 68e anniversaire de la fondation de la marine chinoise. L’échafaudage autour du navire, nommé temporairement Type 001A, a été retiré et le pont a été débloqué, a annoncé ThePaper.cn, le portail d’information basé à Shanghai, suggérant que la date de lancement se rapprochait. Cependant, les experts ont déclaré que les conditions de marée d’hier n’étaient pas propices à un lancement pour marquer l’anniversaire de la marine et attendaient une cérémonie qui aura lieu dans les prochains jours.


Selon SCMP, le nouveau navire est conçu pour avoir plus d’espace pour les avions que le Liaoning. Selon certaines estimations, il permettrait au navire d’embarquer jusqu’à 36 avions de chasse, soit 50% de plus que son prédécesseur. Alors que le nouveau porte-avion « diffère peu du Liaoning en ce qui concerne les apparences extérieures, ses capacités opérationnelles sont très supérieures », a déclaré Liang Fang, expert militaire chinois, à la télévision centrale chinoise de l’État.

Les commentaires publiés par l’organe de presse du parti, le Quotidien du peuple, sur l’anniversaire du PLA Navy hier, ont déclaré qu’une puissance maritime forte était cruciale.

« Face à la sécurité maritime et à la souveraineté de plus en plus compliquée, une marine forte est nécessaire pour protéger la souveraineté nationale et les droits maritimes, les intérêts par delà les mers et participer à la coopération internationale », a déclaré l’un des leaders d’opinion.

Un autre commentateur a déclaré que la flotte nationale autour de son porte-avion avait participé à un entraînement dans le Pacifique occidental l’année dernière et que le lancement d’un nouveau porte-avion était un signe que la Chine maîtrisait la technologie navale.

Néanmoins, les observateurs militaires ont déclaré que le lancement du nouveau porte-avion ne représentait que des progrès modestes dans la modernisation militaire de la Chine, compte tenu de l’écart technologique entre la marine chinoise et son rival le plus puissant dans la région Asie-Pacifique. En effet, la marine américaine a actuellement 10 porte-avions opérationnels à propulsion nucléaire de classe Nimitz, qui transportent chacun environ 90 appareils et hélicoptères et disposent d’un équipage de 5 000 hommes.

On s’attend à ce que le nouveau navire opère principalement dans la mer de Chine méridionale à côté du Liaoning, qui a mené en décembre sa deuxième série d’exercices dans les eaux contestées, depuis son entrée en service. L’ajout d’un autre navire permettrait à un porte-avion de rester présent alors que l’autre serait en maintenance. Cet arrangement, combiné avec les ports et les pistes d’atterrissage que la Chine a construits sur des îles artificielles en mer, vise à donner la suprématie aérienne de Pékin sur une région qu’il considère comme centrale à son intérêt national, et à réduire l’activité américaine dans cette zone.

Selon Nikkei, les futurs porte-avions chinois seront probablement construits plus rapidement, maintenant que le pays a accumulé l’expérience de conception et la technologie pour lancer le premier navire.

En confirmant cela, le travail sur un deuxième porte-avion chinois a déjà commencé. Le navire emploiera probablement une catapulte à vapeur pour lancer ses avions, a reconnu le général de division Xu Guangyu dans une déclaration aux médias chinois. Un troisième navire, dont la mise en production n’a pas encore commencé, devrait utiliser la propulsion nucléaire, éliminant ainsi la nécessité de le réapprovisionner en carburant. Les travaux sur les navires d’escorte et les sous-marins pour un groupe de combat autour des porte-avions sont également en cours.

Cité par SCMP, l’analyste militaire basé à Hong Kong, Liang Guoliang, a déclaré qu’avec le lancement du Type 001A, la Chine ne disposerait encore que de deux porte-avions, le nouveau navire ayant besoin de deux ou trois ans avant sa mise en service. Il a noté que les États-Unis comptent 10 groupes de combat avec porte-avions, dont au moins quatre ont été déployés dans la région Asie-Pacifique.

« La marine américaine a 9,5 millions de tonnes équivalentes pour sa marine, tandis que la Chine n’en a que 400 000, soit 4% de la capacité américaine. Les États-Unis ont également différents types d’avions de combat sur leur porte-avions, y compris les variantes avancées du F-35… alors que la Chine n’a que le J-15, a déclaré Liang. Pendant ce temps, les États-Unis ont plus de 200 000 marines, alors que la Chine essaie simplement d’étendre sa force à 100 000. »

« Je pense que l’armée chinoise devrait se rendre compte qu’il existe encore d’énormes lacunes dans le matériel et les logiciels, entre les capacités maritimes des deux pays. »

Ils le font probablement, c’est pourquoi l’espionnage industriel aux États-Unis risque de s’intensifier dans les années à venir, alors que la Chine se précipite pour diminuer l’écart technologique. Et comme la Chine s’efforce de rattraper la flotte de porte-avions des États-Unis, elle a également montré une envie de réduire les déficits de sa flotte de sous-marins : comme rapporté vendredi, la Chine construit actuellement la plus grande installation de sous-marins du monde, qui sera opérationnelle plus tard cette année, et qui sera en mesure de construire jusqu’à quatre sous-marins en même temps.

Tyler Durden

Note du Saker Francophone

La comparaison entre les deux marines est fallacieuse et trompeuse, car les Chinois n'ont absolument pas besoin de concurrencer les USA dans ce domaine. Leur premier objectif est de sécuriser la mer de Chine et deux porte-avions y suffisent. L'autre mission sera à terme de sécuriser les routes commerciales et leurs amis, notamment en Afrique, et là, deux autres porte-avions devraient être très utiles. La principale force de frappe chinoise est commerciale et financière, avec les investissements autour des Routes de la Soie.

Traduit par Hervé, vérifié par Julie, relu par nadine pour le Saker Francophone

Enregistrer

Enregistrer

PDF24 Tools    Send article as PDF