Le monde de l’autre côté du miroir, descente dans le terrier du lapin blanc


Un coup de gueule contre l’hystérie et de la russophobie occidentale


Par Christelle Néant – Le 16 avril 2018 – Source DONI Press

Pour toute personne rationnelle et sensée, le monde semble être devenu complètement fou, tout du moins le monde occidental. Le bombardement illégal mené en Syrie par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, fait partie de ces symptômes de l’hystérie collective, que les gens encore capables d’utiliser leur cerveau ont du mal à appréhender. À quoi joue-t-on ?

Même un excellent analyste comme Emmanuel Todd en perd son latin à un certain point de son analyse de cette opération « pétard mouillé » ne comprenant pas le côté réel, hystérique et irrationnel de cette russophobie qui frappe l’Occident, des élites, jusqu’au peuple via les journalistes. Une russophobie qu’il n’arrive pas à justifier totalement de manière rationnelle par des arguments du type « volonté de cacher la merde sous le tapis ».

L’Occident, qui se nomme lui-même pompeusement « communauté internationale » pour donner plus de poids à ces quelques dizaines de pays sur les presque 200 que compte le monde, a une nouvelle fois violé le droit international dans lequel il se drape, comme Tartuffe le faisait avec la dévotion.

Carte fournie par les-crises.fr

Et monsieur Le Drian peut bien gloser sur la légitimité de l’action de la France dans ces frappes, si vous dites devant un juge que vous avez frappé un inconnu parce qu’il a prétendûment frappé quelqu’un d’autre, le tout sans preuves solides, vous allez avoir des ennuis.

La France peut pérorer sur le prétendu blocage de l’ONU par la Russie pour justifier son « action » cela n’en rend pas moins la chose illégale. Si l’ONU a été créée c’est justement pour éviter de telles actions illégales comme celle que nos trois pseudo-Zorros ont mené en Syrie.

L’ONU est là pour régler par la discussion et la négociation ce qui se réglait avant par les armes. Si dès que les discussions n’aboutissent pas sur ce qu’ils veulent, certains pays décident de n’en faire qu’à leur tête, en s’essuyant le derrière avec la Charte de l’ONU et le Droit international, alors à quoi servent-ils ?

À rien… Et c’est bien là que réside le danger de ce genre d’actions irréfléchies et stupides de l’Occident [de ses élites auto-proclamées, NdSF], qui, se croyant tout puissant et autorisé (par qui ?) à jouer les gendarmes du monde, bafoue les règles qui régissent le vivre-ensemble sur notre petite planète. Si ces règles ne sont plus respectées par une partie des « joueurs » alors pourquoi les autres devraient-ils continuer à les respecter ?

Les Islandais (qui sont très légalistes) ont un dicton qui s’applique parfaitement à ce qui se passe : « C’est avec des lois que l’on bâtit un pays, c’est en les bafouant qu’on le détruit. » Et ce qui est valable à l’échelle d’un pays l’est aussi à l’échelle du monde. C’est d’ailleurs l’avertissement que Vladimir Poutine a lancé après cette attaque.

« Dans le cas où des actions similaires faites en violation de la Charte de l’ONU se répétaient, cela provoquera inévitablement le chaos dans les relations internationales » a ainsi déclaré le président de la fédération de Russie.

À force de s’asseoir sur la Charte de l’ONU et les règles qui avaient été établies après la Seconde Guerre mondiale pour éviter qu’un tel carnage ne se reproduise, l’Occident les vide complètement de leur substance jusqu’à les tuer en les délégitimant.

Sans parler du fait que Paris semble oublier que les États-Unis ont eux-aussi bloqué à plusieurs reprises le Conseil de sécurité de l’ONU (entre autre sur les questions concernant Israël), sans que cela n’émeuve le Quai d’Orsay.

Et ce alors qu’Israël s’est fait épingler par Human Rights Watch pour l’utilisation régulière de munitions au phosphore sur les zones habitées de Gaza, y compris un centre de l’ONU qui se trouve là-bas ! En trois ans, ces munitions utilisées de manière illégale dans des zones où vivent des civils ont fait 12 morts et des dizaines de blessés (et les brûlures au phosphore sont tout sauf bénignes), dont des enfants.

Là contrairement au cas syrien, pas de déclaration outrée de Paris, Londres ou Washington, pas de menace de bombarder Tel-Aviv pour faire cesser ces crimes de guerre, et ces violations de toutes les conventions internationales !

Quand Kiev bombarde la station d’épuration de Donetsk (remplie de plus de 200 tonnes de chlore servant à purifier l’eau) avec des munitions au phosphore de manière avérée et prouvée, où sont les cris d’orfraie du Quai d’Orsay ? Parce que de tels bombardements, en plus du risque de priver 1,5 millions de personnes d’eau potable, pourraient provoquer un véritable désastre sanitaire, humanitaire et écologique qui feraient bien plus que 40 morts non prouvés, si le bâtiment où est stocké le chlore prenait feu !!!

Quand l’armée ukrainienne vise délibérément les civils de manière répétée et régulière depuis quatre ans et que les faits sont autrement plus étayés et prouvés que cette histoire d’attaque chimique à Douma qui s’est révélée être un faux monté de toutes pièces, nous n’avons pas vu les avions de Washington, Londres et Paris bombarder Kiev pour faire cesser le massacre dans le Donbass, dont le compteur est à bien plus de 10 000 morts !!!

Quand les États-Unis votent à l’ONU contre une résolution condamnant la glorification du nazisme (aux côté de l’Ukraine d’ailleurs) et que des pays de l’UE s’abstiennent de voter sur cette résolution, alors que l’Europe et la France en particulier ont souffert du nazisme, où est la patrie des droits de l’homme ?

Quand les États-Unis et la Grande-Bretagne ont violé la Charte de l’ONU en attaquant l’Irak en 2003 sans mandat de l’organisation, le tout sur la base d’informations complètement bidons, personne n’est allé bombarder Washington et Londres pour faire cesser cette guerre illégale qui a fait bien plus que 40 morts !!!

Quand l’Arabie saoudite bombarde le Yémen, faisant des victimes civiles par dizaines à chaque bombardement (y compris dans des camps de réfugiés) et met en place avec d’autres puissances arabes un blocus du pays qui provoque la pire crise humanitaire de la planète (dixit l’ONU), avec 7 millions de personnes au bord de la famine et un million touché par le choléra, où sont les missiles et les avions occidentaux pour faire cesser ces atrocités ? Riyad n’a pas été noyée sous les bombes occidentales, que je sache. Pourquoi ce deux poids deux mesures ?

Au nom de quoi ou de qui l’Occident se permet-il de jouer les gendarmes du monde, décidant qui est un dictateur et qui est un dirigeant acceptable ? Qui mérite d’être bombardé et qui ne le sera pas sur base des mêmes crimes avérés ou imaginaires ? Quel pays mérite de subir un coup d’État parce que le dirigeant actuel ne fait pas ce qu’il veut et quel autre peut garder son président ou son roi/prince, pourvu qu’il acquiesce aux quatre volontés de certains ?

Miroir des vanités

Ce que je vais dire maintenant s’adresse aux Occidentaux, qu’ils soient membres de ces élites complètement folles, ou simples citoyens. Si je m’adresse à vous en disant « vous » et non « nous » c’est parce que j’ai déjà quitté mentalement et psychologiquement l’Occident bien avant de le quitter physiquement. Avant même de partir pour le Donbass, cela faisait des décennies que je ne me reconnaissais plus dans ce qui était ma « patrie » et que bon nombre de mes concitoyens m’étaient déjà aussi étrangers que les habitants d’une autre planète.

Personne, pas même Dieu, ne vous a donné autorité sur le monde. Vous n’êtes que quelques pays au milieu des nombreux autres que compte ce monde. Un monde qui n’est lui-même qu’un grain de sable dérivant dans l’immensité du cosmos aux côtés de milliards d’autres.

Vous n’êtes RIEN ! Ni gendarmes, ni dirigeants du monde, ni Dieu ! Rien ni personne ne vous a investi d’une mission (divine) vous accordant le droit de décider pour le reste des pays du monde de ce que doit être leur vie.

Au nom de quoi VOS règles seraient-elles celles qui doivent s’appliquer au monde entier ? Vous avez réellement cru que le monde tournait autour de votre petit nombril ? Encore une fois vous n’êtes RIEN ! Poussière vous étiez, poussière vous redeviendrez, tout le reste n’est que vanité des vanités. Les seules règles que le monde doit accepter de suivre sont celles que tous ont approuvé, c’est-à-dire la Charte de l’ONU et les conventions internationales. Vous savez, celles avec lesquelles vous vous torchez allègrement quand cela ne vous arrange pas ?

Il est temps pour vous tous d’ouvrir les yeux : l’époque de vos empires coloniaux glorieux est terminé ! L’empire romain a disparu, l’empire britannique s’est évaporé, l’empire français a été dissout, et l’empire américain est en pleine désintégration sous nos yeux. Rien n’est éternel en ce monde, rien n’est permanent ! Et les empires, comme les être vivants, naissent, vivent et meurent ! C’est inéluctable.

Votre monde, votre hégémonie s’écroule. Et vous êtes là à courir en rond, telles des poules hystériques à qui on a coupé la tête, sans comprendre que vous êtes déjà foutus. Non les ressources (restantes) du monde ne vous appartiennent pas ! Non vous n’avez aucun droit d’exproprier les peuples qui vivent sur les terres où elles se trouvent sous prétexte que vous en avez besoin, que vous êtes prétendûment des démocraties et eux non et que vous avez la puissance militaire pour prendre par la force ce qui vous intéresse (ce qui n’a rien de démocratique malgré toutes vos gesticulations et votre propagande bien huilée pour déguiser tout cela sous des buts humanitaires) !

La période d’hégémonie à laquelle vous avez eu droit avec la chute de l’URSS a pris fin. Oui la Russie, la Chine et d’autres ont décidé de mettre un terme à votre capacité de nuisance en développant leurs moyens de défense pour ne plus être les cibles faciles de votre avidité.

Et c’est en partie ça qui vous rend aussi fous. Comme un sale gosse à qui ses parents n’ont jamais dit non, vous tapez une crise d’hystérie, hurlant et vous roulant par terre, avant de frapper votre malheureux voisin de bac à sable qui a commis le crime de refuser de vous donner son râteau ! Et quand d’autres enfants du bac à sable s’interposent calmement, vous hurlez de plus belle, menaçant de vous en prendre à eux, au lieu de comprendre et d’admettre que vous êtes en tort et que vous feriez mieux de vous comporter correctement plutôt que de continuer à jouer les terreurs.

Pourquoi une réaction aussi puérile de la part de gens censés être des « élites »  des « gouvernants » et même des journalistes et donc normalement des gens avec un minimum d’int