Le hoquet de la technosphère


Orlov
Orlov

Par Dmitry Orlov – Le 15 novembre 2016 – Source Club Orlov

Ceux qui ont mal pris la défaite de Hillary Clinton et qui passent maintenant par les cinq étapes douloureuses de Kübler-Ross sont les cibles d’une blague cruelle, bien que jouée à leurs dépens par une entité tout à fait dépourvue de sens de l’humour. La technosphère, une entité artificielle semblable à une machine, qui veut tout contrôler, y compris vous, et qui est occupée à détruire la biosphère et nous-mêmes avec elle, a pris soin d’aligner leurs valeurs sur les siennes, pour les rendre plus faciles à contrôler. Cette technosphère ne sert à rien aux humains, sauf en tant que serviteurs technocratiques – ingénieurs, scientifiques, techniciens, bureaucrates, agents d’exécution – et le meilleur modèle de serviteur est l’individu isolé et atomisé, arraché à sa famille à un jeune âge toutes ces communications mediées par des systèmes de communications électroniques faciles à surveiller. Idéalement, un patient contrôlé mentalement, chimiquement et trop fragile pour quitter cet environnement artificiel et s’aventurer dans le monde réel. De l’autre côté, les groupes autonomes, séparatistes, tribaux sont presque impossibles à comprendre ou à contrôler pour la technosphère.

La technosphère voulait certainement que Clinton – la personne à l’épicentre d’un grand nombre de technologies politiques (certains les appelleraient des «rackets») – puisse réussir à contrôler la population et à lui faire sucer le sang de la vie : le racket financier, médical, celui de la défense et de la sécurité, celui de l’industrie pénitentiaire, celui de l’enseignement supérieur… Elle et son mari sont aussi proches que jamais d’émanations ectoplasmiques pures de la technosphère, des courtiers d’intérêts spéciaux et des propagandistes par excellence. Bernie Sanders n’a pas été un réel défi pour cette machine et il a été éjecté de la course par des moyens purement bureaucratiques. Mais alors s’est posé un problème plus difficile : sélectionner et promouvoir un candidat républicain, assez fort pour gagner la primaire, mais trop faible pour gagner contre Clinton aux élections générales. Cette situation est représentée par le diagramme de Venn suivant.

Comme vous le voyez, l’intersection de «capable de gagner la nomination républicaine» et «incapable de gagner contre Hillary Clinton» est un ensemble nul. Ainsi, la victoire électorale de Trump peut être considérée comme un problème purement technique, causé par le problème du Candidat Manquant.

Si on en revient à ceux qui ont infligé cette défaite à Clinton : ironiquement, ils sont regroupés dans les grandes villes et seraient les premiers à être tués par une frappe nucléaire russe, si l’incontournable bellicisme de Clinton et l’appât russe avaient réussi à déclencher la troisième guerre mondiale. Ainsi, pour eux, voter pour Clinton était symptomatique d’une perte de l’instinct de survie. Mais ce n’est pas entièrement leur faute : ils ont été manipulés, en pensant que quiconque soutient Trump est automatiquement stupide, ignorant, raciste, sexiste et xénophobe. Ce n’est tout simplement pas vrai. La raison pour laquelle ils sont regroupés dans les grandes villes est simple : ce sont les endroits que la technosphère contrôle le plus fortement. Les citadins ont tendance à être sur-socialisés, désireux de s’efforcer d’être toujours plus inclusifs dans un vaste domaine social et anonyme, ce qui les rend faciles à contrôler. La portée de la technosphère n’est pas infinie et, étant une intelligence rationnelle et mécanique, elle applique l’analyse coûts-avantages à ses décisions d’allocation de ressources. C’est pourquoi la carte électorale ressemble à une poignée de gouttes bleues surdimensionnées entourées d’une mer de rouge. Regardez la Pennsylvanie : Pittsburgh et Philadelphie ont voté Bleu, mais tout l’arrière pays a voté Rouge. Exemple : la technosphère ne peut gagner aucune voix parmi les Amish.


Il semble donc que la technosphère ait subi un revers. Mais elle n’abandonnera pas si facilement et la prochaine étape consistera à déployer des technologies politiques pour, si possible, invalider et annuler les résultats de sa défaite électorale. En effet, cela a déjà commencé : Bill et Hillary Clinton se sont récemment manifestés, lors d’une rencontre avec une autre émanation ectoplasmique de la technosphère, le milliardaire prédateur George Soros, revêtus d’accents de pourpre impérial romain. La justification qu’ils ont donnée pour afficher les couleurs de la toge de l’empereur, c’est que c’est un mélange de rouge et de bleu, et représente donc un compromis. Toutefois, le compromis, dans leur cas, serait de sortir de la vie publique, car les deux sont trop vieux pour encore courir après un poste. Non, ce spectacle de couleurs impériales, c’est juste un signal que l’empire se prépare à frapper : nous devrions nous attendre a une autre tentative de révolution de couleur – la révolution pourpre – cette fois aux États-Unis, financée par ce même George Soros. Cette signalisation mixte est typique : après l’élection russe, où Poutine a été de nouveau élu président, le même Syndicat des révolutions de couleur a organisé et financé des manifestations là-bas, avec de petits rubans blancs – qui ont été portés par des collaborateurs nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette nuance n’a pas été oubliée par les Russes, et les protestations n’ont rien donné.

La technosphère est puissante, mais elle n’est pas toute-puissante ou infaillible, et le monde développe des anticorps efficaces contre elle en général et contre ses technologies politiques, et contre la technologie du Syndicat des révolutions de couleur en particulier. Voici un exemple : les États-Unis ont dépensé quelque 5 milliards de dollars pour déstabiliser politiquement l’Ukraine et la transformer en ennemie de la Russie. Pendant un certain temps, les gens à Kiev pouvaient gagner plus en une journée en manifestant, qu’en un mois de travail. Résultat final : dans un récent sondage d’opinion, 84% (34 900) d’Ukrainiens ont déclaré que la personne qu’ils veulent voir président de l’Ukraine est… Vladimir Poutine. Le président actuel, téléguidé par le Département d’État américain, reste perdu quelque part dans la marge d’erreur du sondage.

Vu les horribles souffrances infligées à l’Ukraine, qui a subi non pas une mais deux révolutions de couleur, on espère que la révolution pourpre aux États-Unis sera étranglée dans son lit. Je crois que ce n’est pas impossible : il existe maintenant une anti-technologie pour faire face à la technologie de la révolution de couleur, et tout ce qu’il faut pour la mettre en œuvre, ce sont quelques groupes de patriotes. Rappelons que les patriotes ne sont pas des nationalistes ; Les nationalistes sont des gens qui détestent les autres nations ; les patriotes sont des gens qui aiment leur terre, et leur peuple, plus que tout autre, et sont prêts à donner leur vie pour les défendre.

Quand vient le temps de repousser et de neutraliser les actions du Syndicat de la révolution de couleur, les patriotes peuvent former des groupes de partisans. Ce qui suit est un extrait de mon prochain livre, Réduire la technosphère, qui comprend un chapitre entier consacré aux technologies politiques et à leurs anti-technologies correspondantes.

Le besoin de partisans

Une situation où les autorités légitimes sont politiquement faibles (en raison de pressions extérieures), mais moralement fortes et ont la vérité de leur côté, permet à des groupes de locaux de se rassembler et de former des cellules de partisans. Alors qu’ils sont unis par un objectif stratégique commun – défendre leurs communautés, contrecarrer les forces extérieures, défendre l’autorité légitime – ils sont complètement libres de choisir leur tactique. Parce qu’ils sont spontanément et anarchiquement organisés, ces groupes de partisans peuvent être beaucoup plus agiles que le gouvernement. Ils n’ont pas non plus à se contraindre à des tactiques strictement légales. Voici quelques-unes des tactiques que les partisans peuvent ajouter à leur arsenal :

• Utiliser des méthodes multiples, de la communication en face-à-face avec des petits groupes locaux ou de voisinage, jusqu’à l’utilisation des médias sociaux, pour faire sortir la vérité. Cela pour bloquer une campagne organisée et financée depuis l’étranger et basée sur des mensonges. Détaillez ce que sont ces mensonges, présentez la preuve, et laissez les gens tirer leurs propres conclusions. Puisque ces groupes locaux ne prétendent pas être une source officielle d’information, ils sont invincibles contre l’accusation de propagande. Le mieux que les maîtres étrangers des marionnettes puissent faire, est de dire que ce ne sont que des «trolls» payés par l’autre camp, une histoire que les autres habitants locaux, qui ont assez de bon sens pour savoir qui est qui, sont peu susceptibles d’avaler.

• Les marionnettistes des révolutions de couleur veulent rester anonymes et «piloter dans l’ombre», et l’objectif des partisans est de les dépouiller de leur anonymat. Soudain confrontés à un «fan club» hostile et mystérieux, qui surveille leurs mouvements et les mettent en lumière parmi la foule, exigeant un selfie, faisant connaître leurs mouvements à tout moment et les querellant généralement avec une familiarité effusive et fausse de tous les instants, les maîtres des marionnettes sont facilement dévoilés et neutralisés. En faisant connaître l’identité des étrangers, les partisans rendent un service précieux aux services de sécurité locaux, leur épargnant la peine d’espionner ou d’infiltrer le mouvement de protestation.

• Co-opter des actions publiques en injectant des questions spécifiques et des slogans qui résonnent avec la population locale. Pendant les révolutions de couleur, il y a habituellement des organisateurs qui se cachent à l’arrière-plan, qui «pilotent dans l’ombre», en disant tranquillement aux gens quoi crier sur la base d’un script pré-approuvé. Les slogans ne visent généralement rien de précis – la «liberté» et la «démocratie» et autres absurdités du même genre – parce qu’ils ne peuvent pas ouvertement dévoiler leur but réel, qui est de renverser le gouvernement légitime par des moyens néfastes. En injectant des slogans comme la poursuite de demandes spécifiques et localement importantes: «Des tarifs réduits pour les autobus !» «Gel du coût de l’éducation !», les partisans peuvent faire en sorte que la protestation porte sur quelque chose de légitime, qui soit potentiellement gagnant-gagnant. Le gouvernement peut alors faire un pas en avant, annoncer qu’il a entendu la voix du peuple et négocier de bonne foi. Le mouvement de protestation se dissoudra alors dans la jubilation – «Nous avons gagné !» –, le gouvernement gagnera le crédit d’un exercice réussi de démocratie directe, et les marionnettistes rentreront à la maison sans rien.

• Éclater le mouvement de protestation en créant un grand nombre d’organisations sociales. Lorsque les organisateurs de la révolution de couleur tentent de tenir une réunion, les partisans peuvent essayer d’injecter un programme différent, affirmer que le lieu réel de la réunion est ailleurs, se présenter en nombre et présenter un leadership différent, manifester contre ceux qui dirigent la réunion et sortir en emmenant un certain nombre de gens avec eux et ainsi de suite. Si des instructions écrites sont distribuées, ou des accessoires tels que des rubans et des pancartes, injecter des instructions différentes et des accessoires différents, qui poursuivent un ordre du jour légitime et local.

• Assurer la liaison avec les services de sécurité de l’État et les autorités locales, et échanger des informations détaillées en temps réel, avec de petites faveurs spécifiques. Mettez ces faveurs à la disposition des membres du mouvement de protestation, en échange de quelques changements ou des compromis sur le comportement. Cela peut souvent être présenté comme le travail de sympathisants envers les protestations, au sein du gouvernement, et pris comme un signe qu’il est sur le point de s’effondrer, renforçant ainsi la position des partisans parmi les manifestants.

• Fournir aux services de sécurité des cibles légitimes. Une grande partie du travail des organisateurs de la révolution de couleur implique d’éroder progressivement les limites du comportement autorisé, jusqu’à ce que tout puisse arriver et que les forces de sécurité, ayant permis de nombreuses transgressions mineures, soient démoralisées et incapables de se mobiliser contre les transgressions majeures. Les organisateurs essaient d’utiliser des boucliers humains sous la forme d’enfants – jeunes, innocents, naïfs, chantant sur la liberté et la démocratie – qui violent ensuite l’ordre public de façon mineure. «Mais ce ne sont que des enfants !» Et la police ne fait rien. Mais si parmi ces «enfants», il y a des partisans qui recourent à un peu de violence graduée ici et là, avec quelques bousculades et quelques coups de poing, fournissant aux autorités l’excuse dont elles ont besoin pour intervenir, alors cela déchire le voile de «non-violence». Rappelez-vous, le blocage des rues et l’entrave à l’accès aux édifices publics ne sont pas, quel que soit l’effort d’imagination, des actes non violents. La «non-violence» n’est rien de plus qu’une tactique. Elle peut même être utilisée pour promouvoir la violence, en mettant une population sans défense face à l’agression, afin de provoquer un massacre pour ensuite l’utiliser à des fins politiques, comme l’a fait Gandhi, qui a prêché la non-violence aux hindous, en profitant politiquement quand ils ont alors été massacrés par les musulmans.

• Organiser des unités d’autodéfense locales. Patrouiller les quartiers pour éviter le pillage. Intervenir dans les manifestations pour maintenir les manifestants en ordre, en aidant les services de sécurité à accomplir des choses qu’ils pourraient autrement trouver difficiles de justifier. Si le gouvernement peut démontrer qu’il y a juste quelques troubles régnant parmi certains éléments patriotiques de la population locale, qui se sont levés en opposition spontanée aux manifestations, alors les revendications sur la lourdeur du gouvernement commenceront à sonner assez creux.

• En plus de fortes unités d’autodéfense, organiser des unités de commandos et les former à des missions spéciales. Ceux-ci peuvent être déployés si la révolution de couleur se poursuit avec une phase de massacres allant jusqu’au changement de régime. À ce moment-là, les marionnettes pilotées dans l’ombre sont sur le point d’être installées dans des édifices officiels, bénéficiant de titres officiels, soutenues par les informations affolées de la presse contrôlée par l’Occident et rapidement reconnues diplomatiquement par les gouvernements occidentaux. Mais avant que cela ne puisse être accompli, ces gens doivent être brièvement exposés aux yeux du public, pour créer l’illusion qu’ils sont «du peuple». C’est à ce stade qu’ils sont les plus vulnérables, et tous les efforts précédents pour éclater, coopter et déstabiliser le mouvement de protestation peuvent être menés à bien pour neutraliser le gouvernement de marionnettes en devenir, grâce à quelques actions décisives. Puisque, à ce point, les marionnettes sont gardées par des mercenaires étrangers qui sont des professionnels, les unités de commando devraient également être composées de personnes qui ont une discipline professionnelle, une formation et de l’expérience. L’installation d’un gouvernement de marionnettes est un exercice politique qui, pour réussir, doit être interprété comme un triomphe populaire et, comme tel, on peut le faire dérailler par un embarras public ou une panique. De plus, il est utile de se rappeler que les marionnettes sont installées par des mercenaires qui, de par leur nature, sont allergiques à l’idée de mourir, puisque leur mort les empêche de percevoir leur salaire. Si leur environnement de travail devient suffisamment dangereux, ils vont s’enfuir à coup sûr.

• Enfin, si tout le reste échoue, le recours ultime est un soulèvement armé basé sur un mouvement de guérilla. Si le mouvement a un soutien public local, il peut se maintenir pendant de nombreuses années. Pour gagner, un mouvement de guérilla doit simplement persister. Après quelques années d’incapacité à contrôler son propre territoire, l’État dirigé par les marionnettes est considéré comme un État défaillant et un embarras pour les marionnettistes, qui sont alors contraints de couper leurs pertes et de faire semblant que le problème n’existe pas. L’État peut ensuite être ressuscité sans les marionnettes, ou être éclaté en plusieurs petits États. En passant, c’est précisément ce qui se passe en Ukraine alors que j’écris ceci : le soulèvement armé à l’Est (la partie industrialisée, instruite, russe, densément peuplée du territoire) a laissé l’autorité centrale à Kiev tourner autour, dans un vide toujours croissant. Incapable d’écraser la rébellion à l’Est ou d’accéder à des conditions convenues sur le plan international pour accorder à cette région une autonomie, car cela compromettrait sa raison d’être de construire un État ukrainien ethniquement pur et monolithique. À mesure que le vide s’aggrave, il devient de plus en plus embarrassant pour ses maîtres à Washington.

P.S. Juste pour m’assurer que vous comprenez bien d’où je viens : je n’ai aimé aucun des anciens présidents des États-Unis, et je ne vois pas non plus de raison d’aimer celui-ci. Mais il peut être intéressant d’écouter. S’il vous plaît, jugez par vous-même, et essayez de garder un esprit ouvert. À quand remonte la dernière fois où vous avez entendu un candidat à la présidentielle expliquer les choses clairement ? Jamais ?

Dmitry Orlov

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

PDF24    Send article as PDF   

Une réflexion au sujet de « Le hoquet de la technosphère »

Les commentaires sont fermés.