Le guide « Indivisible » enseigne aux progressistes comment jouer en défense contre Trump

Des manifestants de la Marche des femmes à Washington DC affichent leur soutien à “Indivisible”, le mouvement de résistance à Trump.

Par Kimi Robinson – Le 21 janvier 2017 – Source Truthdig

Maintenant que Donald Trump a été investi, la résistance est inévitable. Il vous suffit de regarder les articles sur les émeutes et les manifestations qui remplissent vos fils d’information.

Mais empêcher le Congrès d’appliquer le programme de Trump exige plus que l’expression de sa désapprobation et des manifestations. Pour expliquer ce qui est efficace, un groupe de progressistes – y compris d’anciens membres du personnel démocrate au Congrès et ceux qui ont travaillé à Capitol Hill – ont créé Indivisible, un guide de résistance efficace qui a été téléchargé par plus d’un demi million de personnes en un mois.

Comment sauraient-ils comment freiner la politique fédérale ? Ils en ont été témoins : aux premiers jours de l’administration Obama, ces deux douzaines de membres du personnel pouvaient à peine accomplir leurs tâches quotidiennes dans leurs bureaux du Congrès alors que les membres du Tea Party ralentissaient toute action en « effrayant les Démocrates du Congrès et en gardant les Républicains honnêtes » –, selon leurs propres mots.

« Le succès du Tea Party a été un désastre pour le programme du président Obama et pour notre pays, mais cette réussite devrait nous donner de l’espoir aujourd’hui », ont écrit trois anciens membres du personnel dans une tribune publiée dans le New York Times. « Cela a prouvé le pouvoir que peut avoir l’organisation défensive locale. »

Sept ans plus tard, ces nouveaux anciens membres du personnel soutiennent que les progressistes devraient chercher à reproduire la stratégie défensive du mouvement ultraconservateur. En organisant de petits groupes de base qui s’engagent à demander des comptes à leurs représentants dans les districts locaux envers leurs électeurs – comme l’a fait le Tea Party, notent-ils –, les progressistes ont une chance d’empêcher le Congrès d’adopter des programmes  sapant la démocratie.

Le mois dernier, ces employés ont rassemblé leurs connaissances collectives sur la manière dont travaillent les bureaux des représentants du Congrès dans un document accessible sur Google qui propose des actions destinées à « renforcer les colonnes vertébrales démocrates et à affaiblir la résolution républicaine favorable à Trump. »

Peu de temps après, la page a été fermée quand des groupes progressistes secrets sur Facebook comme Pantsuit Nation et des comptes Twitter vérifiés ont partagé le document sur internet. Pour répondre à la demande importante, les auteurs ont alors créé un site officiel pour le guide de 25 pages, qui s’intitule maintenant Indivisible: A Practical Guide for Resisting the Trump Agenda [Indivisible : un guide pratique pour résister au programme de Trump].

Le document qu’on peut lire, télécharger et imprimer en anglais et en espagnol sur le site Indivisible, déclare : « Notre but est de vous faire comprendre pratiquement comment vos [membres du Congrès] pensent et comment vous pouvez leur démontrer la profondeur et la puissance de l’opposition à Donald Trump et aux Républicains qui vont trop loin. »

Il conseille les progressistes sur les formes de résistance les plus efficaces. Cela implique de profiter du fait que les représentants du Congrès sont d’abord et avant tout redevables à leurs électeurs.

« Chaque membre du Congrès est très concentré sur le but consistant à convaincre ses électeurs qu’il les représente, c’est pourquoi un nombre relativement petit d’électeurs peut vraiment changer le comportement des membres du Congrès », a déclaré Ezra Levin, co-auteur du guide et ancien conseiller politique du député républicain texan Lloyd Dogget.

À l’inverse, le guide met en garde sur le fait que communiquer avec des membres du Congrès qui ne vous représentent pas est une perte de temps. Le Républicain Paul Ryan, par exemple, n’est pas susceptible de répondre à quiconque en dehors de son district électoral du Wisconsin.

La résistance au niveau local peut avoir et aura une influence au niveau national, soutiennent les auteurs, et ce n’est pas le moment de compter sur des membres du Congrès comme les sénateurs Bernie Sanders et Cory Booker pour demander des comptes à Trump. Tout ce qu’il faut est de convaincre son représentant qu’il n’est pas dans son intérêt de permettre au Congrès dominé par le Parti républicain de s’en tirer en suivant les promesses républicaines qui comprennent la fin de Medicare, la création d’un registre musulman et la privatisation des écoles publiques. Si des représentants vont à l’encontre des intérêts les plus passionnés de leurs électeurs, leur réélection est compromise, écrivent les auteurs.

« Le changement de la politique fédérale ces quatre prochaines années ne dépend pas de M. Trump mais du soutien ou de l’opposition qu’il obtiendra de nos représentants », explique le guide. « Et par une pression locale, nous avons le pouvoir de modeler ce qu’ils considèrent comme possible. »

La résistance devrait être plus facile avec « un petit tyran nommé Trump » qu’avec le « président populaire qui avait pour mandat de changer les choses avec une super majorité au Congrès » que le Tea Party a affronté, selon les auteurs du guide. Ils écrivent : « Contrairement au président Obama […], Trump n’a aucun mandat, une étroite majorité au Congrès et une foule de scandales en préparation. Notre président entrant est un président faible et il peut être battu. »

Cependant, comme ils s’inspirent du Tea Party, les auteurs veillent à prendre leurs distances avec « les mesquines tactiques destinées à faire peur ».

« Leurs idées [celles de la campagne de Trump] étaient fausses, cruelles et teintées de racisme – et elles ont gagné », écrivent-ils. La résistance à Trump sera « basée sur les valeurs de l’inclusion, de la tolérance et de l’équité ».

Dans une interview accordé à Truthdig, le co-auteur d’Indivisible Angel Padilla, un ancien membre du bureau du représentant républicain Luis Gutierrez, a souligné que rien dans le guide n’est innovant. Il a simplement utilisé un réseau déjà existant de gens qui veulent résister à Trump mais ne savent pas comment.

Indivisible est « une sorte de recette secrète qui explique ce qui bouillonne comme étant peut être le début d’un mouvement anti-Trump », a expliqué Rachel Maddow, la vedette de MSNBC, dans une partie de l’émission qui porte son nom.

Elle a poursuivi : « Cela n’a pas été cuisiné très ouvertement, dans les médias au cœur de Washington et sur les chaînes d’information par câble, ni dans des endroits où nous cherchons d’habitude des informations sur la politique. Cela a vraiment été cuisiné en ligne, où cela a décollé. »

Avec 2 400 groupes locaux inspirés par Indivisible partout aux États-Unis, et en comptant, il semble y avoir une chance que les stratégies du guide inspirées par le Tea Party soient une aubaine pour les progressistes. Ces groupes dans les divers districts électoraux tweetent directement depuis les bureaux étatiques des sénateurs, partagent des scripts pour leurs conversations téléphoniques avec des employés du Congrès et mettent sur pied des téléconférences pour organiser leurs membres. La branche d’Indivisible d’Austin, au Texas, par exemple, fournit des textes pour un appel téléphonique ou un courriel exhortant les sénateurs texans à se battre pour la Loi sur la protection des malades et les soins abordables.

Le guide suggère les mairies, des sit-in devant les bureaux et des manifestations lors des apparitions publiques comme les meilleures manières d’exiger des réponses d’un membre du Congrès. La stratégie qu’il fournit pour assister aux événements publics est la suivante :

Soyez prêt à interrompre et à insister sur votre droit d’être entendu. Comme vous n’obtiendrez pas le micro à un tel événement, vous devez attirer l’attention sur vous et votre message. Mettez-vous d’abord d’accord avec votre groupe sur un message simple centré sur un problème actuel ou à venir. Coordonnez-vous pour scander ce message lors de chaque remarque faite par votre membre du Congrès. Cela envoie le signal puissant à votre représentant au Congrès qu’il ne pourra pas avoir la presse lors d’autres événements jusqu’à ce qu’il réponde à vos préoccupations.

Jim Newell, de Slate, explique pourquoi le mouvement Indivisible a une chance de réussir à Capitol Hill :

Les auteurs admettent que Trump, le chef de la majorité au Sénat Mitch McConnell et le président de la Chambre des représentants Paul Ryan auront les voix pour faire passer ce qu’ils veulent voir adopté. Le but des activistes, même s’ils ne peuvent empêcher quelque chose d’être mis en œuvre, est de faire que leurs membres en voient les conséquences et posent les bases de son abrogation. […] Indivisible est un document plus utile pour les progressistes que toute l’agitation sur internet depuis la soirée électorale.

Newell et les auteurs d’Indivisible ne sont pas les seuls à penser que les tactiques du Tea Party pourraient être efficaces contre un Congrès dominé par le Grand vieux parti [le Parti républicain, NdT]. Dans une session à huis clos avec des députés démocrates plus tôt ce mois, le président Obama – dont l’administration a perdu la Chambre des représentants en 2010 après s’est heurtée à une ardente résistance du Tea Party – aurait dit que les Démocrates devaient « copier le Tea Party » pour s’opposer aux Républicains qui rejettent la Loi pour la protection des malades et les soins abordables.

Mais d’autres sont plus sceptiques sur l’application de cette stratégie au Parti démocrate.

« Cela ne fonctionne que si les Démocrates sont d’abord progressistes. Il ne peut y avoir de Tea Party de gauche sans une idéologie organisatrice, écrit Jamie Peck dans The Guardian. « Parce que tous les Nouveaux démocrates parlent de pragmatisme au-dessus de l’idéologie, il semble que la chose vraiment pratique à faire serait de développer une sorte de colonne vertébrale idéologique. […] La bonne nouvelle est qu’une fois que cela existera, les militants et les élus progressistes seront capables d’utiliser les tactiques du Tea Party mieux que ce parti lui-même, parce que la gauche a de vrais mouvements à la base. »

Mais jusqu’à présent, les plus de 2 000 groupes Indivisible comptent leurs succès avec enthousiasme, jour après jour, lorsqu’ils perturbent les activités dans les bureaux locaux du Congrès.

Le groupe Indivisible de Kansas City, au Missouri, a organisé une action pour convaincre le sénateur Roy Blunt de s’opposer à l’abrogation de la Loi pour la protection des malades et les soins abordables. Jusqu’ici, le groupe a envoyé un album rassemblant des anecdotes sur des familles bénéficiant de soins grâce à cette loi et a organisé trois événements au bureau mobile du sénateur, auxquels ce dernier n’a pas assisté.

« Roy Blunt revient rarement dans l’État qu’il représente. Il n’a assisté à aucun des ces événements devant son bureau mobile », a dit Emily Riegel à Truthdig dans un courriel. « Lors des événements devant le bureau mobile la semaine dernière, il y eu chaque fois 10 à 30 personnes. Cela ne semble pas beaucoup, mais ces employés ne sont à l’évidence pas préparés à avoir plus que quelques personnes présentes et certainement pas d’avoir des participants qui vont poser des questions. »

À l’aube de l’administration Trump, Riegel et son groupe viennent de commencer à travailler. Padilla dit que les auteurs du guide ne pourraient être plus encouragés par la manière dont elle et plus de 100 000 autres personnes se sont appropriés Indivisible. Ces prochaines semaines, dit-il, les auteurs continueront à retravailler le guide pour une pensée et une activité optimale des groupes.

« Cette lutte ne sera pas gagnée par les politiciens à Washington DC, déclare le guide. C’est vous qui la gagnerez, et elle commence aujourd’hui. »

Traduit par Diane, vérifié par Julie, relu par Cath pour le Saker francophone

en.pdf24.org    Send article as PDF