La Réserve fédérale américaine démarre la fin du jeu alors que Trump approche de la Maison Blanche


Par Brandon Smith – Le 22 décembre 2016 – Source alt-market.com

Ils gardent les taux bas pour que tout le reste tienne debout – Donald Trump au sujet de la Federal Reserve

 

Depuis des années, des analystes économiques alternatifs ont averti que la hausse « miraculeuse » des marchés boursiers américains a été le symptôme d’une intervention plus large des banques centrales et que cela entraînerait des conséquences désastreuses pour l’avenir. Nous avons entendu des mensonges sans fin et des rationalisations expliquant pourquoi cela ne pouvait pas être ainsi, et pourquoi la « relance » aux États-Unis est réelle. Au début de 2016, l’ancien chef de la branche de Dallas de la Réserve fédérale a balayé tous les sceptiques et a justifié notre position dans une interview avec CNBC où il a déclaré :

« Ce que la Fed a fait – et je faisais partie de ce groupe – a été une énorme poussée coordonnée à la hausse sur les marchés, à partir de 2009. C’est ce que j’appelle le « facteur de la mauviette mais inversé » – donnez moi deux hamburgers aujourd’hui pour un demain. Je ne suis pas surpris que presque tous les indices que vous pouvez regarder […] ont été en baisse significative. » [Il se référait aux résultats sur le marché boursier après que la Fed a relevé les taux en Décembre].

Fisher a continué son avertissement (bien que ses prédictions soient à mon avis sauvagement conservatrices ou délibérément silencieuses) :

« … J’ai prévenu mes collègues : Vous ne devez pas rester sur une position bancale si nous avons une correction de 10% à 20% à un moment donné. […] Tout le monde à qui vous parlez […] a été averti que ces marchés sont très chers. »

Voici le problème : les marchés des actions sont un facteur essentiellement sans signification quand on considère la santé économique d’une nation. Les actions sont un casino basé sur rien, un jeu de chance comme un tirage au sort qui dépend des nouvelles, des déclarations des banquiers centraux et des algorithmes. Aujourd’hui, comme l’a admis ouvertement Fischer, les actions sont un indicateur purement manipulé qui ne représente que le montant des mesures de relance que les banques centrales sont disposées à introduire via divers canaux.

Même avec l’incroyable soutien monétaire rassemblé par les financiers internationaux, les rendements des investissements en actions continuent de rester pratiquement inchangés. Il semblerait que le soutien des indices comme le Dow Jones n’a permis que le maintien des apparences. Pour beaucoup de gens, les revenus sont à peine perceptibles.

Malheureusement, la majorité des Américains ne se soucient pas de s’instruire sur les points les plus fins du jeu financier. Leur seule relation avec la santé de l’économie est leur regard quotidien sur le Dow Jones. S’il monte, ou s’il atteint un plus haut historique, ils supposent que tout va bien, même si leur intuition leur dit que quelque chose n’est pas tout à fait clair.

Les élites qui sont à la barre de la Réserve fédérale comprennent très bien cette dynamique. Elles ne sont pas stupides. Elles savent que toute l’économie mondiale pourrait être secouée par une grande crise, mais tant que les actions restent positives, les masses continueront à ignorer la réalité jusqu’à ce que les flammes de la déstabilisation soient à leurs portes mêmes.

Avec ce fait à l’esprit, on pourrait penser que la Fed considère qu’il est dans son meilleur intérêt de maintenir des mesures de relance fonctionnant indéfiniment. Mais ce n’est pas ce qu’elle fait.

En fait, la Fed et d’autres banques centrales, comme la BCE, ont lentement miné les piliers de soutien des marchés qui sont en place depuis 2008-2009 et laissent le système prêt à un événement crisique qui aurait dû être traité il y a des années. J’ai examiné ce processus de déstabilisation délibérée dans mon article intitulé La remise à zéro globale de l’économie a commencé.

Dans ce document, j’ai décrit les trois principaux piliers qui freinent le système de marché des États-Unis et certaines parties de notre économie et comment ils ont été systématiquement éliminés. Le premier pilier était l’utilisation de renflouements et de mesures d’assouplissement quantitatif. Ceux-ci ont diminué grâce à la mise en œuvre par la Fed de « la fin progressive de ces assouplissements », dont j’avais prédit la réalité trois mois avant cette année.

Le deuxième pilier a été l’utilisation de taux d’intérêt proches de zéro, ce qui a permis à de nombreuses banques et sociétés d’accéder aux prêts à un coût abordable et sans frais de la Fed. Ces sociétés ont ensuite utilisé ces prêts en grande partie pour soutenir un programme sans fin de rachats d’actions, ce qui a réduit la quantité d’actions en circulation et artificiellement augmenté les valeurs des actions restantes. J’ai prédit en août 2015 que la Fed augmenterait les taux d’intérêt et que ce serait le début de la fin de la bonanza des rachats d’actions. La Fed a augmenté ses tarifs en décembre de cette année.

Ce processus d’élimination de la manipulation par la porte dérobée des taux d’intérêt bas devrait être notre préoccupation principale en ce moment. Au début de 2016, j’ai cru que la Fed arriverait à une position dans laquelle elle déclencherait enfin une série de hausses de taux. Je ne pensais pas que cela serait aussi flagrant, juste après les élections présidentielles des États-Unis. J’avais tort.

C’est pourquoi j’ai finalement prévu le lancement d’une série de hausses de taux commençant juste après l’élection de Donald Trump dans mon article Le monde souffre d’une commotion cérébrale après l’élection de Trump. La Fed a une fois de plus augmenté les taux d’intérêt avec des indications comme quoi ils allaient « accélérer » de telles hausses tout au long de 2017.

Comme je l’ai soutenu pendant la plus grande partie de l’année écoulée, l’élection de Donald Trump était inévitable et précéderait le déclenchement de la phase finale de notre crise économique actuelle. J’en suis venu à réaliser que le calendrier de la Fed pour leur dernière hausse des taux est hautement stratégique. Non seulement elle ouvre la voie à une série de hausses qui vont écraser les marchés boursiers américains l’année prochaine et finalement secouer le public pour le faire sortir de sa stupeur financière, mais elle manœuvre aussi la crise pour l’amener directement dans le giron de Donald Trump et des mouvements conservateurs qui le soutiennent.

Au-delà, elle perpétue une division gauche / droite croissante en Amérique. Pensez-y ; au cours d’une crise financière sous Trump, déclenchée par l’accumulation des hausses de taux de la Fed, les libéraux mettront immédiatement Trump en avant comme bouc émissaire, tandis que les conservateurs vont immédiatement défendre Trump comme une victime des magouille de la Réserve fédérale.

La Réserve fédérale et les médias traditionnels sont déjà en train de composer le récit en déclarant que les politiques économiques potentielles de Trump et un déficit budgétaire s’élargissant exigent des taux plus élevés à un rythme plus rapide pour être accommodés.

J’ai entendu des arguments disant que cette tactique ne fonctionnerait tout simplement pas. Que les gens « n’achèteront jamais » un récit dans lequel Trump et les conservateurs sont blâmés pour un effondrement du marché qui était en gestation depuis au moins huit ans. Je dois dire que cette vision est incroyablement naïve.

Je comprends pourquoi les gens voudraient adopter cette idée que le public est aussi avisé que le mouvement de la liberté en regardant les événements économiques, mais ce n’est tout simplement pas la réalité. Une grande partie de la population des États-Unis s’identifie à l’« extrême-gauche » du spectre politique. Nous avons déjà vu comment ils ont réagi face à une victoire de Trump à l’élection présidentielle. Ils sont déjà prédisposés à croire que Trump est responsable d’un effondrement du marché, indépendamment des faits. Et c’est sans parler d’une grande partie du reste du monde, qui est économiquement ignorant et va probablement sauter dans le train en marche du mouvement anti-conservateur pendant cette crise.

Mais le véritable coup de maître de cette stratégie des élites est qu’elle crée la plate-forme idéale pour la destruction du statut de réserve mondiale du dollar des États-Unis – le troisième et dernier pilier que j’ai mentionné il y a des mois et qui soutient notre système économique.

Imaginez que la frénésie de hausses des taux de la Fed déclenche une querelle entre la banque centrale et Trump. Certaines personnes pourraient dire « Bon ! Cassez ces bâtards ! » Cependant, c’est exactement ce que les élites veulent. Avec la Fed « en désaccord » avec le président des États-Unis, la foi dans le dollar américain va sombrer. Son statut de réserve mondiale sera détruit. Et au lieu d’en blâmer les banques centrales, la majorité des gens autour du monde prétendront que c’est la faute de Trump.

Avec une excuse historique suffisante pour la fin de la domination du dollar en main, les élites pourront aller de l’avant avec leur grande réinitialisation globale, qui comprend le remplacement du dollar par les droits de tirage spéciaux du FMI comme mécanisme de la nouvelle monnaie de réserve. Le panier des DTS est un pont essentiel dans la formation d’une seule autorité monétaire mondiale et d’une vraie monnaie mondiale unique.

Je crois que la Fed non seulement continuera à poursuivre sa hausse des taux d’intérêt tout au long de 2017, mais que certaines de ces hausses de taux peuvent être PLUS FORTES que ce à quoi beaucoup de gens s’attendent (50 points de base ou plus). Je crois que ce sera conçu pour favoriser des tensions extrêmes entre le pouvoir exécutif et la banque centrale.

Il y a quelques mois, j’aurais dit que Trump pouvait ou non être au courant de cette dynamique et du potentiel de devenir un bouc émissaire. Maintenant que j’ai vu les choix du cabinet de Trump qui incluent des anciens néocons et de Goldman Sachs, je n’ai aucun doute qu’il est pleinement conscient du plan. Je vais écrire plus sur cette question de Trump comme « cheval de Troie » dans mon prochain article. Dans l’intervalle, je voudrais souligner que tous les éléments de soutien psychologique pour les marchés boursiers disparaîtront également au nez et à la barbe de Trump selon les narratives de l’establishment.

Tous ces médias de gauche manipulant les statistiques économiques et disant des demi-vérités pour appuyer le mensonge d’une économie qui va mieux maintenant n’ont aucune raison de continuer à vanter ce mieux économique. Je m’attends à ce que des agents de propagande que sont Reuters et Bloomberg changent rapidement de ton avec Trump au bureau ovale et commencent un chorus cohérent de données financières négatives. Non seulement la Fed retirera tout le soutien du système, mais les médias dominants vont pilonner les traders avec des « titres moroses » alors qu’ils nous ont tant critiqués pour cela au cours des années passées.

Ne vous méprenez pas, l’élection de Trump peut voir certains dans le mouvement de la liberté prêt à arrêter leurs préparatifs et oublier toute crise nationale pour le reste de leur vie, mais la vérité est que la vigilance est nécessaire, maintenant plus que jamais. Je l’ai dit avant l’élection et je vais le dire aujourd’hui : ne soyez pas si à l’aise. Les temps sont sur le point de devenir encore plus intéressants.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone