La manœuvre de diversion raciste-marxiste de Ramaphosa en Afrique du Sud


Par Andrew Korybko – Le 9 mars 2018 – Source Oriental Review

Cyril Ramaphosa is the new president of the ANCLa décision controversée de confisquer les exploitations agricoles possédées par des blancs, sans compensation, était au départ une proposition des Economic Freedom Fighters (EFF), un groupe marxiste, rapidement reprise par le Congrès national africain (ANC), qui se justifie en soulignant la nécessité d’agir pour résoudre les inégalités raciales très importantes d’accession à la propriété foncière. Le Zimbabwe voisin avait tenté, au tournant du siècle, de prendre des mesures très similaires, qui avaient échoué pour de multiples raisons ; les gouvernants actuels de ce pays ont renversé la vapeur et essaient à présent de faire revenir les fermiers blancs au pays. Cependant, le nouveau gouvernement d’Afrique du Sud prend des mesures opposées dans une démarche qui ressemble à une tentative de redynamisation du parti par un retour à ses racines marxistes ; il se pourrait que les stratèges de ce parti considèrent que cela améliorera ses résultats aux élections de l’an prochain.


Pour être complet, il faut ajouter que le président Cyril Ramaphosa pourrait avoir à l’esprit des objectifs plus larges : étant parvenu au pouvoir par ce qu’on peut appeler un « coup d’État profond » tout d’abord en prenant les rênes de son parti dans des circonstances controversées, et peu de temps après, s’emparant de la place de l’ancien président Zuma de manière toute aussi controversée. Il se pourrait qu’il souhaite distraire les foules de ces éléments « politiquement gênants » en se forgeant une meilleure « légitimité ». La nouvelle mesure pourrait également détourner l’attention de la population des violences inter-tribales et xénophobes, en unifiant temporairement le pays autour d’une cause commune, qui peut mobiliser à bon compte la majorité raciale sous couvert de prétextes économiques, même si en fin de compte la plupart des concernés ne tireront jamais aucun bénéfice tangible des saisies foncières à venir.

Un effet de bord de la « réussite » de cette politique pourrait être d’effrayer les investisseurs internationaux, qui pourraient craindre que ce qu’ils perçoivent comme un « nationalisme économique » de sa part ne puisse s’étendre à une nationalisation des entreprises étrangères dans le futur, peut-être suite à une pression « venant du bas » de la part de l’EFF et de ses « partisans de rue ». Une fois ouverte la voie par l’application de mesures socio-économiques telles que des saisies foncières sans compensation sur la base de critères raciaux, il pourrait devenir très difficile de les garder sous contrôle ; ces mesures inspirent en effet des attentes et des rêves démesurés à la majorité défavorisée, créant parfois une réaction en chaîne qui peut mener à des conséquences imprévisibles par leurs propres instigateurs.

Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime (2015). Ce texte sera inclus dans son prochain livre sur la théorie de la guerre hybride. Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.

Traduit par Vincent, relu par Cat pour le Saker Francophone

PDF24    Send article as PDF