Hassan Nasrallah dénonce la soumission de l’ONU à Israël et aux USA


Par Sayed Hasan – Le 2 avril 2017 – Source sayed7asan

Discours du Secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 18 mars 2017, à l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Fatima al-Zahra (as), journée de la femme. Extrait de la section politique du discours.

Transcription :

Il y a quelques jours, la CESAO [Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale], commission de l’ONU, a publié un rapport dans lequel elle décrit les agissements de l’entité sioniste à l’encontre des Palestiniens en Palestine (occupée). Le rapport accuse Israël de discrimination raciale contre les Palestiniens,  et d’avoir instauré un régime d’apartheid. Eh bien sûr, à notre époque, il s’agit de l’une des pires descriptions et accusations qu’on puisse lancer contre un État, un régime ou un gouvernement.

Israël, les États-Unis et d’autres soutiens d’Israël se sont élevés avec force contre ce rapport, et ils ont exercé des pressions énormes sur l’ONU, organisation à laquelle la CESAO est rattachée, et sur le nouveau Secrétaire général de l’ONU, afin d’obtenir le retrait du rapport.

Au début, le Secrétariat général de l’ONU s’est soumis aux pressions en se contentant de dire qu’il n’était pas informé, ou que ce rapport et sa publication n’ont pas été coordonnés avec lui. Mais la persistance des pressions américaines et israéliennes, et la menace de couper les subventions et les aides… Voyez donc cette ONU, lorsque quelqu’un lui donne de l’argent, puis la menace de lui couper les fonds, voyez comme elle tremble et est terrorisée. Le nouveau Secrétaire général s’est soumis aux pressions et a ordonné à la secrétaire exécutive de la CESAO, qui réside au Liban, de retirer le rapport.

Et ce n’est pas nouveau de la part de l’ONU, car le Secrétaire général précédent, lui aussi, s’était soumis, il y a quelques mois, à une menace similaire lorsque l’une des agences de l’ONU a publié un rapport qui faisait porter au régime saoudien la responsabilité de la mort d’enfants au Yémen. La même chose s’est produite : ils ont menacé de couper les subventions, et le rapport a été retiré et modifié. Et aujourd’hui, c’est encore la même chose.

Rima Khalaf ريما خلف

Bien sûr, la Secrétaire exécutive de la CESAO, une femme arabe, Mme Rima Khalaf, a refusé de retirer le rapport, et a remis sa démission du Secrétariat de la CESAO, et le Secrétaire général de l’ONU l’a directement acceptée.

Nous sommes ici face à deux scènes.

La première scène, c’est la soumission de l’organisation internationale aux USA et à Israël. Ce n’est pas quelque chose de nouveau. Et il semble que nous ayons besoin, dans le monde arabe et islamique, dans le Tiers Monde, encore et encore, d’événements qui nous rappellent la vérité de cette organisation (l’ONU), à savoir que c’est une organisation faible, chétive, servile, soumise à la volonté américaine et israélienne, et qu’elle est incapable de prendre une position, de défendre un droit, de restituer une terre occupée, de préserver une dignité, etc., etc., etc. Voilà la première scène.

Et par conséquent, cette scène signifie, pour tout le monde, qu’il est impossible de placer ses espoirs en cette organisation, ni en ses résolutions, pour nous rendre nos terres occupées de Palestine, du Liban ou du Golan, ni pour obtenir la libération des détenus dans les prisons, ni de défendre les droits de l’homme dans notre région, ni de protéger la mère, l’enfant, la culture et la civilisation ; dans toutes les organisations dépendant de l’ONU, elle est incapable de faire cela, comme le confirme et le prouve cet événement.

Et la deuxième scène est la position d’une femme arabe qui sacrifie son poste, et peut-être même son gagne-pain et sa situation, et qui subira peut-être prochainement des accusations d’antisémitisme, car quiconque dénonce Israël est accusé d’antisémitisme. Cette femme a pris une position humanitaire, morale et légale très saine, et elle a fait preuve de courage, de bravoure et de droiture, et de cohérence entre la conscience et les actes. Et au nom de tous les Résistants, je la félicite pour cette grande prise de position, et j’espère que cette action courageuse obtiendra, en cette époque arabe difficile et indigne, tout le respect des personnes honorables de la communauté (islamique), et de toutes les personnes libres du monde.

De même, nous demandons à l’Union des pays arabes et l’Organisation de coopération islamique, ainsi que les pays arabes et islamiques en particulier, de rejeter l’inaction, la soumission et la servilité, et d’œuvrer à la confirmation de ce rapport à l’ONU, car il peut avoir des conséquences importantes pour la cause palestinienne, le peuple palestinien et la dissuasion de l’ennemi et constitue une partie de la bataille politique, médiatique, psychologique et culturelle contre cette entité sioniste usurpatrice de la Palestine.

Dans ce contexte, les Palestiniens, victimes de discrimination raciale et d’un régime d’apartheid, confirment, encore et toujours, leur esprit de persévérance et de résistance, et la fermeté de leur position, comme nous avons pu le voir hier, durant les funérailles du martyr résistant Bassel Mahoumd al-A’raj, dans sa ville d’Al-Walaja, proche de la ville d’Al-Quds (Jérusalem), à l’intérieur des territoires occupés. Cette grande présence populaire et de la jeunesse, des hommes et des femmes, des jeunes hommes et des jeunes femmes, cette grande présence toute particulière, et les déclarations fortes et décisives de la position de la Résistance unie au Liban ainsi qu’en Palestine.

Bassel Araj
Le martyr Basel al-A’raj

Nous adressons nos salutations et notre respect à l’âme de ce grand martyr, Basel Mahmoud al-A’raj, à sa famille endurante et courageuse, aux habitants de son village et à tous ses compagnons (de lutte).

Et ce à quoi nous avons assisté hier durant les funérailles du martyr, le défi clair lancé à la répression sioniste, nous avons vu leurs poings élevés, et leurs voix fortes durant les funérailles du martyr. C’est là le véritable choix et le seul espoir du peuple de la Palestine et du Liban, et des peuples de la région, notre seule voie pour libérer nos terres et nos lieux saints et préserver notre existence et nos droits, et non pas l’attente morne et vaine aux portes des organisations internationales qui sont intrinsèquement serviles et incapables, et ne peuvent donc absolument rien faire.

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

www.pdf24.org    Send article as PDF