Est-ce que le cerveau à $400 milliards du F-35 est cassé ?


Par Zachary Cohen – Le 21 avril 2016 – Source CNN

An F-35B Lightning II takes off from the flight deck of the amphibious assault ship USS Wasp during test operations in May.

Presque 2 500 avions de combat les plus avancés du monde, pour un prix total de 400 milliards de dollars, et ils pourraient ne pas avoir de «cerveau» dans la caboche ?

C’est la crainte des chiens de garde fédéraux, qui disent que des problèmes avec le système logiciel complexe du F-35 Joint Strike Fighter pourraient conduire à une suspension des vols de l’ensemble de la flotte, pour ne pas mentionner les futures augmentations de coûts et les retards de calendrier.

En documentant les risques liés au logiciel Autonomic Logistics Information System (ALIS) du F-35, que les fonctionnaires du ministère de la Défense ont décrit comme le cerveau du chasseur de cinquième génération, un rapport du Government Accountability Office (GAO) datant du 14 avril indique qu’un échec «pourrait mettre l’ensemble de la flotte sur la touche», en partie en raison de l’absence d’un système de secours.

Le rapport décrit également des préoccupations liées à l’absence de tests effectués pour s’assurer que le logiciel fonctionne correctement, au moment où l’US Air Force envisage de déclarer sa version de l’avion prête pour le déploiement à partir d’août et que la Marine atteindra cette étape en 2018.

Le Corps des Marines a déclaré prêt pour le combat le premier escadron de sa variante de F-35 en juillet 2015, avec l’intention de mettre à niveau et de résoudre les problèmes de logiciels avant son premier déploiement prévu en 2017.

Mais le GAO affirme qu’il n’y a aucune garantie que le composant logiciel de ce qui est déjà le système d’armes le plus cher du monde soit prêt même en 2019, alors que le programme prévoit de passer en production à plein régime.

Avec un prix estimé d’environ 400 milliards de dollars pour 2 457 avions, le programme F-35 a résisté à une demi-douzaine d’années de tests et expérimenté une myriade de dysfonctionnements du matériel et des problèmes logiciels tout au long du chemin.

Estimé coûter environ $16,7 milliards sur 56 ans, la durée de vie de l’appareil, le système logiciel est considéré comme l’un des trois composants principaux du F-35, avec la cellule du pilote et le moteur.

Contrairement à la cellule et au moteur, cependant, le logiciel ne se construit pas dans l’avion lui-même. Au lieu de cela, il fonctionne sur des ordinateurs au sol pour appuyer les opérations, la planification de la mission, l’entretien et la durabilité.

Quand il est entièrement fonctionnel, ALIS [le logiciel, NdT] est destiné à être un programme qui peut être branché dans l’appareil pour diagnostiquer toutes les pièces qui ne fonctionnent pas correctement, dans le but de simplifier le processus de maintenance. Pensez-y comme à une version haut de gamme des diagnostics que votre mécanicien obtient quand il branche votre voiture sur l’ordinateur de l’atelier.

Alors que le F-35 Joint Strike Fighter avec un seul pilote peut tout de même voler techniquement sans ce système logiciel travaillant à pleine capacité, à la fois le GAO et les responsables militaires conviennent qu’il est essentiel à la réussite globale du programme et à sa durabilité à long terme.

Et avec les coûts du programme qui devraient dépasser les $1000 milliards au cours de sa durée de vie, le Pentagone compte sur les capacités de maintenance simplifiées fournies par la logistique du système logiciel du F-35, pour garder cet avion hors de prix en l’air pendant des décennies.

Les F-35 sont-ils aptes au combat? Au Pentagone, on ne sait pas

Mais, selon le GAO, le US Department of Defense (DoD) n’a pas de plan de rechange qui garantirait que le logiciel sera pleinement fonctionnel au moment où le programme passera en production à plein régime – une date limite qui est généralement une exigence pour les systèmes de durabilité et de soutien de tous les programmes d’armement.

Alors que le DoD a pris des mesures pour résoudre bon nombre des plus petits problèmes de fonctionnalité du logiciel en lançant d’importantes améliorations, le GAO affirme que la tendance du Pentagone à répondre aux problèmes au cas par cas plutôt que d’avoir une approche holistique, pourrait conduire à d’autres retards dans le calendrier et à une augmentation potentielle des coûts.

«Les responsables du programme ont dit que si ALIS n’est pas entièrement fonctionnel, le F-35 ne pourrait pas être utilisé aussi souvent que prévu, mais un plan commandé par le DoD a constaté que les glissements de calendrier et les problèmes de fonctionnalité avec l’ALIS pourraient conduire à des coûts supplémentaires de l’ordre de 20 à 100 milliards», dit le rapport.

Le F-35, le plus récent avion de chasse américain, en visite sur des salons aériens cet été

Une autre préoccupation majeure soulignée par les conclusions du GAO est que dans sa conception actuelle, toutes les données produites par l’ensemble de la flotte de F-35 des États-Unis est acheminée vers une seule unité d’exploitation principale, qui ne possède pas de système de sauvegarde ou de redondance.

Si ce serveur principal devait échouer, cela pourrait mettre la totalité de la flotte de F-35 hors circuit, selon le rapport du GAO.

Cependant, le lieutenant-général Chris Bogdon, responsable exécutif du programme du  F-35, a insisté sur le fait que les conclusions du GAO ne sont pas une surprise et que les problèmes qui ont été soulignés sont en train d’être pris en compte.

Les nouveaux avions de combat F-35 Lightning II de l’Air Force larguent leurs premières bombes

«Le F-35 est encore en développement, et c’est le moment où des défis techniques sont attendus, mais nous croyons que les efforts combinés du gouvernement et de l’équipe industrielle permettront de résoudre les problèmes actuels et les découvertes futures», a-t-il dit dans un communiqué obtenu par CNN.

Plus précisément, Bogdon a souligné l’engagement du Joint Program Office pour élaborer un plan holistique destiné à résoudre les problèmes avec le logiciel de logistique avant de commencer la production à plein régime de l’avion, la réalisation d’analyses afin d’améliorer la fiabilité des estimations de coûts et l’élaboration d’un programme de formation à ALIS durant le cycle de vie du programme.

Lockheed Martin, l’entrepreneur principal pour le Joint Strike Fighter, a déclaré que le développement du logiciel de logistique du F-35 et le programme dans son ensemble, restent sur le bon rythme pour être prêts à temps pour la production à plein régime.

«Comme le développement d’ALIS continue, nous nous concentrons sur la partie combat et la livraison du système de gestion de flotte le plus efficace pour soutenir le F-35 au cours des cinq prochaines années d’exploitation», a déclaré Sharon Persil, un porte-parole de Lockheed Martin. Les recommandations du GAO sont en ligne avec les actions déjà en cours en vue de la production à plein régime et de la maintenance dans le monde entier

Air Force envisage le remplacement de l’A-10 Warthog

Mais en dépit des assurances des responsables militaires et des entrepreneurs de la défense, les critiques sur le F-35 continuent à considérer le programme comme un gaspillage.

«Le rapport du GAO sur les problèmes de logiciel du F-35 est le dernier échec en date pour ce programme de près de $1500 milliards, qui est très au dessus du budget initial et très en retard», a dit la députée de Californie Jackie Speier, une membre du House Armed Services Committee.

Comme détracteur régulier du F-35, Speier a dit qu’elle avait du mal à être surprise chaque fois qu’un nouveau problème déboulait, en raison de l’histoire des revers et des coûteux retards du programme.

«En continuant à verser de l’argent dans la construction d’avions qui ont des problèmes de siège éjectable, des vulnérabilités cybernétiques, une aérodynamique défectueuse, des problèmes de maintenance, une incapacité à voler à pleine vitesse  en utilisant des armes et des problèmes de surchauffe, on est à la limite de la malversation», a-t-elle déclaré.

En dépit de la controverse qui a tourbillonné autour du développement du F-35, les partisans le vantent encore comme l’avion le plus létal et polyvalent de l’ère moderne  destiné à mener le combat air-air, les frappes air-sol, du renseignement, de la surveillance et des missions de reconnaissance.

En plus de l’Armée de l’Air des États-Unis, de la marine américaine, du Corps des Marines des États-Unis, l’avion de combat est également destiné à être utilisé par 10 pays étrangers.

Zachary Cohen

Traduit par Hervé, relu par nadine pour le Saker Francophone

Note du Saker Francophone

Si vous n'êtes pas familier avec la glorieuse histoire du F-35, prenez quelques minutes pour lire des articles sur ce sujet sur notre site La saga du F35 ou celui de dedefensa.org. Il ne s'agit de rien moins que la crédibilité de l'Empire américain qui est en jeu. Si ce domino tombe, fini le Grand Jeu.

Sans vouloir en rajouter sur la barque déjà bien chargée, mais pour préciser quelque détails sur la gestion de projet du F-35 du point de vue informatique, on peut imaginer quelques difficultés internes cachées. Un projet d'une telle longueur et d'une telle taille, est forcément sujet aux difficultés suivantes :

– Les chefs de projets du début ont dû partir en retraite ou vont partir, emmenant avec eux leur connaissance des problèmes connus mais non réglés.

– Il doit y avoir du turn-over chez Lockeed Martin, pour cause de sanction à cause des retards, de fatigue quand les solutions aux problèmes ne convergent pas assez vite, de frictions dans les équipes qui doivent se rejeter la responsabilité du fiasco.

- Les nouveaux chefs de projet sont arrivés avec leur nouvelle super technologie qu'elle-est-mieux-que-celle-du-vieux-qui-part et qu'elle va tout bien résoudre, tu verras dans 6 mois, 1 an, euhh, prépare 3 enveloppes. Cela doit leur poser quelques menus problèmes de compatibilités.

Et on peut encore facilement en imaginer un paquet d'autres, un peu technique pour ce blog, mais qui feraient sourire tous les informaticiens qui nous lisent. Les réunions hebdomadaires d'avancement doivent être tendues chez Lockeed Martin. Le pression doit être terrible, surtout en ces temps d'élections et de déballage continu de scandales des élites.
PDF24    Send article as PDF   

3 réflexions au sujet de « Est-ce que le cerveau à $400 milliards du F-35 est cassé ? »

  1. Ping : Today,s Thought

Les commentaires sont fermés.