Des trolls si rusés


Par PaulR – Le 22 septembre 2017 – Source Irrussianality

Une fois, j’ai lu que les fondateurs du site Inosmi.ru, qui traduit des articles des médias de masse occidentaux en russe, espéraient qu’en donnant aux Russes l’accès au journalisme occidental, ils pourraient les convaincre de la justesse des voies occidentales et de la valeur de la démocratie libérale, et donc les débarrasser de leurs impulsions nationalistes et antidémocratiques. Malheureusement, déclarait l’article, Inosmi a eu l’effet inverse. Une fois que les Russes ne parlant pas anglais ont finalement eu l’occasion de lire les absurdités au sujet de la Russie qui passent pour du journalisme dans la presse occidentale, ils sont devenus plus convaincus que jamais que le monde occidental ne les comprendrait jamais. Il a donc été suggéré que la meilleure chose que les autorités russes puissent faire pour contrer la propagande occidentale est de la diffuser aussi largement que possible parmi la population russe. Dégoûté par ce qu’il lit et entend, le peuple russe se rassemblera autour de son gouvernement.

Le Kremlin, semble t-il, en a tiré la leçon. Selon les dernières histoires de la presse occidentale, ces rusés de Russes sont responsables d’avoir tourné une propagande anti-russe en une vidéo virale sur les réseaux sociaux. Maudissez-les pour leur ruse ! La vidéo en question, bien sûr, est celle de l’acteur américain Morgan Freeman récemment publié par le redouté « Comité d’enquête sur la Russie » dans laquelle Freeman déclare que la Russie est en guerre contre l’Amérique. Sans doute beaucoup d’entre vous l’ont-ils déjà vu. Si c’est le cas, c’est probablement parce que vous êtes victime d’un troll du Kremlin. Vous voyez, ces trolls du Kremlin ont répandu la vidéo sur Internet et les médias sociaux, afin d’en rire et de montrer combien la propagande anti-russe est ridicule. Mon Dieu, qu’ils sont rusés, « aussi rusés qu’un renard qui vient d’être nommé professeur de ruse à l’Université d’Oxford », comme le dit la Vipère Noire.

Mais ne me croyez pas sur parole. Selon cette forteresse bien connue d’information 100% objective, Radio Free Europe, « Un haut conseiller de l’OTAN, spécialiste de la propagande internet russe et des campagnes de désinformation, affirme que l’acteur américain Morgan Freeman semble avoir été ciblé par ‘des attaques coordonnées et pro -Kremlin sur les médias sociaux’ ». En réalité, Rolf Fredheim, le « haut conseiller de l’OTAN », n’est qu’un « analyste de données » au NATO Strategic Communications Centre for Excellence à Riga, pas à l’OTAN même. Ce centre est simplement « accrédité par l’OTAN », ce qui, selon le site internet du centre, signifie simplement que c’est l’une des nombreuses organisations « reconnues par l’Alliance pour leur expertise ». Mais mettons cela de côté pour le moment. C’est RFE / RL, après tout. Détails, détails. Ce qui importe, c’est ce que Herr Fredheim a à dire :

Fredheim a déclaré à RFE, ce 21 septembre, qu’il ne pouvait pas dire si l’avalanche d’attaques récentes en anglais contre Freeman sur Twitter, YouTube et d’autres médias sociaux était directement coordonnée par le Kremlin. Mais il a déclaré que le calendrier et la similitude de plusieurs des attaques initiales suggèrent qu’une armée de pro-Kremlin, des trolls en ligne, ont peut-être suivi les critiques de Freeman faites par le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, le 20 septembre, un jour après la publication de la vidéo de Freeman. « Cela semble très coordonné, car vous observez le phénomène sur plusieurs plates-formes, communiquant le même message, a déclaré Fredheim. C’est plus qu’un simple adolescent dans un sous-sol. Il pourrait y avoir beaucoup d’adolescents dans de nombreux sous-sols. Mais cela pourrait aussi être quelque chose de plus sophistiqué comme… les usines à troll de Saint-Pétersbourg, par exemple. Ce pourrait être un exemple du genre de production de la ferme à trolls russe. »

Ainsi, notre « haut conseiller de l’OTAN » admet qu’il n’a aucune preuve que l’inondation d’articles, de publications sur les blogs et de messages sur Twitter et Facebook, à propos de la vidéo de Freeman, se moquant ouvertement de lui, soit « coordonnée par le Kremlin », mais il se sent assez confiant pour dire que c’est probablement le cas, car cela implique de multiples messages sur de multiples plates-formes, ce qui ne peut être réalisé que par un centre de coordination et ne peut pas être le résultat de nombreuses personnes qui ont décidé que c’était d’une absurdité incroyable et qu’ils se devaient de faire des commentaires sur leurs médias favoris. Prenons par exemple Leonid Bershidsky de Bloomberg, qui a écrit un article mordant sur cette vidéo, il y a quelques jours. Un troll du Kremlin, évidemment ! Et Tucker Carson, de Fox New, qui a abordé le problème dans son talk-show. Encore un troll. Sûrement. Et moi-même… Eh bien, vous savez tous que je suis payé par le Kremlin ; c’est comme ça que j’ai acheté ma Ferrari.

Le plus drôle est que cette histoire de « Freeman est une victime des trolls du Kremlin » est devenu une sorte de virus, car d’autres médias occidentaux l’ont repris, et Tweeters et Facebook ont ​​répandu le mot. « Le légendaire acteur américain est un paria en Russie, déclare le Washington Post, avec des responsables du Kremlin, des intellectuels russes et des trolls de médias sociaux pro-Poutine se regroupant pour attaquer Freeman. Cette coordination suggère un effort russe concerté pour discréditer l’acteur par les médias sociaux. »  « Les trolls russes déclarent la guerre à Morgan Freeman », s’alarme Vice, citant Radio Free Europe. « La Russie a dirigé tout son arsenal médiatique contre l’acteur hollywoodien et vétéran Morgan Freeman », proclame la BBC. Les blogs rentrent dans le jeu. « N’y a-t-il plus rien de sacré ? », se demande Codebringer, en se plaignant des attaques des trolls russes contre M. Freeman. Ce ne sont que certaines des nombreuses plaintes de ce type que l’on peut trouver en quelques secondes par une recherche Google. Et c’est sur Twitter et Facebook aussi, car les gens partagent les histoires de RFE / RL, BBC, Vice, etc. Bref, l’histoire se répand allègrement.

Eh bien, bon Dieu. Il semble que nous « observions un phénomène sur plusieurs plates-formes, communiquant le même message ». Très douteux. Ce phénomène ne peut pas être spontané, Herr Fredheim ? C’est vous qui le dites. Quelqu’un doit le coordonner. Une usine à trolls de l’OTAN, peut-être ? Je demande qu’on nous dise la vérité.

PaulR

Traduit par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone.

Enregistrer

Enregistrer