Ces Italiens sont étranges : pensent-ils vraiment que l’Italie est un État souverain ?


Commentaire sur le récent échec de la formation d’un nouveau gouvernement


Par Ugo Bardi – Le 28 mai 2018 – Source CassandraLegacy

Voici en vidéo, l’histoire politique de l’Europe au cours des 5 derniers siècles. Notez comment les États-nations se sont cristallisés sous leur forme actuelle surtout au cours du XIXe siècle. Ces entités se sont révélées extrêmement résistantes et ont survécu à deux grandes guerres mondiales et à toutes sortes de catastrophes. Les États-nations sont beaucoup moins importants aujourd’hui à l’ère de l’empire globalisé, mais ils sont toujours vivants. Les événements récents en Italie, la tentative de créer un gouvernement national plus indépendant s’est heurtée aux impératifs politiques internationaux. Cela fait partie d’une tendance générale qui peut conduire à la désagrégation de la zone euro et, peut-être, à un effondrement de Sénèque pour les économies européennes les plus faibles, y compris l’italienne.


Certaines choses sont devenues claires en Italie ces derniers jours. La première est que l’Italie n’est pas un véritable « État souverain ». C’est devenu évident lorsque le président Mattarella a refusé d’accepter un gouvernement qui comprenait des personnes qui avaient pris des positions critiques contre l’Union européenne et contre l’euro. C’était le résultat prévisible de la situation : à partir de 1943, l’Italie a été occupée par les troupes de l’Empire américain victorieux. Seul un certain degré de fiction a été maintenu pour faire croire que l’Italie était en mesure, en principe, de prendre des décisions indépendantes en matière d’économie et de politique étrangère.

En pratique, chaque fois que des officiers italiens ont essayé de prendre de telles décisions indépendantes, ils ont découvert que c’était un choix peu judicieux, même pour leur propre survie physique. Dans le passé, il y a eu plusieurs cas instructifs, à commencer par Enrico Mattei, président de la Société nationale italienne du pétrole (ENI). Il a poursuivi une politique d’indépendance pour le système énergétique italien et il est mort dans un mystérieux accident d’avion (en fait pas tellement) en 1962.

L’histoire, comme d’habitude, rime avec elle-même et, récemment, les vainqueurs des dernières élections italiennes, les dirigeants des partis M5s et de la Ligue du Nord (maintenant simplement la Ligue), ont essayé de former un gouvernement avec un programme de réformes, une tentative de gagner un plus grand degré d’indépendance vis-à-vis de l’Union européenne en matière financière. Le programme n’incluait rien d’équivalent au « Brexit » britannique, mais c’était clairement un pas dans cette direction.

Cela n’a pas fonctionné, et ce résultat aurait dû être évident dès le début. Les règles du jeu impérial ne sont pas basées sur la démocratie : les pays vaincus et occupés ne peuvent pas voter pour leur indépendance (ce qui est arrivé à la Catalogne aussi). Essayez un peu cet exercice : imaginez qu’après la défaite de la reine Boadicée, les Celtes d’Angleterre aient voté pour un gouvernement national poursuivant une politique d’indépendance vis-à-vis de Rome. Vous avez compris, je pense.

Ce qui est peut-être le plus surprenant, c’est comment beaucoup d’Italiens ont réagi aux événements. Ils ont pris la décision de M. Mattarella comme une insulte à la souveraineté de l’Italie. Autrement dit, ils semblent croire qu’il existe un État souverain italien, malgré les troupes américaines occupant l’Italie avec plus de 10 000 hommes dans, au moins, une centaine de bases militaires (toutes vos bases appartiennent aux États-Unis). Et l’occupation militaire n’est qu’un élément marginal d’une occupation politique et financière beaucoup plus profonde.

Pourtant, dans un certain sens, les Italiens ont raison. En politique, les croyances sont souvent plus fortes que la réalité, la politique crée sa propre réalité. Et donc, si les Italiens croient vraiment que l’Italie est un pays indépendant, alors finalement, elle pourrait le devenir. C’est ce qui s’est passé en 1861, lorsque l’Italie a été créée en tant qu’État indépendant pour la première fois dans l’histoire.

Maintenant, il y a des événements qui mettent en évidence les tendances à long terme. La bagarre autour du nouveau gouvernement en Italie est l’un de ces événements. Il montre que l’Empire mondial est toujours fort, mais aussi en déclin évident, car il a pu être contesté – mais sans succès [pour l’instant, NdT] – par les partis vainqueurs des récentes élections italiennes. Les empires sont des choses fragiles dans le sens où ils ont besoin de beaucoup d’énergie pour continuer à avancer et ils ont tendance à avoir une courte durée de vie par rapport aux entités plus résilientes que nous appelons les « nations ». En d’autres termes, les empires sont soumis au genre d’effondrement rapide que j’appelle « l’effondrement de Sénèque ».

L’empire global/américain ne fait pas exception. C’est le produit de la puissance des combustibles fossiles et il ne subsistera que tant que les combustibles fossiles seront bon marché et abondants. Cela ne peut pas et ne durera pas éternellement, bien qu’il soit actuellement impossible de dire combien de temps il reste. Rome était considérée comme éternelle à l’époque de l’Empire romain, mais ce n’était pas le cas. Il en va de même pour Washington D.C. (et pour Bruxelles, qui tombera probablement avant).

Ainsi, à un moment donné, l’Italie peut redevenir un État indépendant, comme c’était le cas de 1861 à 1943. La plupart des Italiens, en ce moment, semblent penser que ce serait une bonne idée. Mais est-ce le cas ? Pensez-y : après le départ des légions romaines de Grande-Bretagne, les Britanniques étaient-ils plus riches ? Ou plus heureux d’être gouvernés par des chefs tribaux ? Discutable, c’est le moins que l’on puisse dire.

Les personnes qui proposent que l’Italie quitte la zone euro semblent penser que tous les problèmes de l’économie italienne sont financiers et politiques. Ils ne comprennent pas les problèmes structurels d’une économie qui dépend presque à 100% de l’importation de produits minéraux, et des combustibles fossiles en particulier. Quitter la zone euro ou faire des changements cosmétiques dans le système financier ne fera rien pour remédier à cette dépendance. Et, s’il est vrai que les États-nations sont plus résilients que les empires, ils peuvent eux aussi subir un effondrement de Sénèque s’ils n’ont pas l’énergie nécessaire pour que leur économie fonctionne. Ainsi, le futur est obscur, comme toujours, mais une chose reste claire: « La fortune est de croissance lente, mais la voie de la ruine est rapide » (Lucius Annaeus Seneca, 4 BC-65 AD)

Ugo Bardi est professeur de chimie physique à l’Université de Florence, en Italie. Ses intérêts de recherche englobent l’épuisement des ressources, la modélisation de la dynamique des systèmes, la science du climat et les énergies renouvelables. Il est membre du comité scientifique de l’ASPO (Association pour l’étude du pic pétrolier) et des blogs en anglais sur ces sujets à « Cassandra’s Legacy ». Il est l’auteur du rapport du Club de Rome, Extrait : Comment la quête de la richesse minière mondiale pille la planète (Chelsea Green, 2014), Les limites de la croissance revisitée (Springer, 2011) et L’effet Sénèque (Springer 2017) parmi de nombreuses autres publications savantes.

Note du Saker Francophone

Depuis les choses ont évolué mais une partie de l'analyse de fond reste pertinente notamment l'idée que la perception peut créer la réalité. Karl Rove avait dit la même chose mais dans l'autre sens. « Nous créons l'Histoire ». Ensuite ses conclusions sur la souveraineté populaire n'engagent que lui. Voici un autre point de vue, publié par le cercle aristote.

Lien

L’Italie par-delà des clivages et des rivages

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone