Massacre à Gaza


Par John Wight – Le 3 avril 2018 – Source Sputnik

L’État d’Israël est un État voyou – c’est une vérité que personne ne peut plus nier, sauf ceux qui croient que l’occupation illégale ; les colonies illégales ; l’apartheid ; le vol de ressources ; les punitions collectives ; le siège et les massacres réguliers sont les actions légitimes d’un État qui se proclame la seule démocratie au Moyen-Orient. Continuer la lecture de Massacre à Gaza

C’était donc l’« invincible Tsahal »


2015-09-15_13h17_31-150x112Par le Saker – Le 9 avril 2018 – Source The Saker

D’accord, maintenant nous savons : la panique d’hier à propos d’une attaque américaine contre la Syrie était en fait à propos de l’« invincible Tsahal » pratiquant son attaque symbolique habituelle contre quelques forces « iraniennes » en Syrie. Ces types étaient si totalement cool et machos qu’ils n’ont même pas pris la peine d’informer la Russie et si complètement loyaux qu’ils ont informé les États-Unis.


Continuer la lecture de C’était donc l’« invincible Tsahal »

Les Palestiniens ne cesseront jamais d’exiger la justice


Par Basem Naim – Le 30 mars 2018 – Source CounterPunch

Le mur israélien du côté palestinien

 

Depuis trop longtemps, l’Occident applaudit au spectacle de la répression de dizaines de milliers de manifestants sans armes, qui ne font que réclamer la justice, par une force impitoyable lourdement armée.

Aujourd’hui, des centaines de milliers de manifestants pacifiques ont marché, sans armes, vers la frontière imposée par Israël à la bande de Gaza assiégée. Ils n’ont pas pu l’approcher car, d’une distance de plusieurs centaines de mètres, des tireurs d’élite israéliens leur ont tiré dessus, faisant dix morts et des centaines de blessés parmi les Palestiniens.

Ce n’est pas du cinéma. C’est Gaza. C’est la Palestine. Continuer la lecture de Les Palestiniens ne cesseront jamais d’exiger la justice

Deux échecs embarrassants en une seule journée – La défense antimissile ne veut pas fonctionner


Moon of Alabama
Moon of Alabama

Par Moon of Alabama – Le 26 mars 2018

Dans le cadre du nouveau budget de défense de 700 milliards de dollars, le Congrès américain a alloué davantage de fonds à la défense antimissile étasunienne :

Le Pentagone dépenserait 1 milliard de dollars supplémentaires pour deux des systèmes de défense antimissile de Lockheed, ce qui porterait à 11,5 milliards de dollars le total des crédits alloués à l’Agence de défense antimissile. Continuer la lecture de Deux échecs embarrassants en une seule journée – La défense antimissile ne veut pas fonctionner

Reconnaître les armes de migration massive ou légitimer Israël


Par Andrew Korybko – Le 26 février 2018 – Source Kathehon

Un important clivage a vu le jour du fait de la scission opérée au sein de la communauté des résistants, et il porte sur la controverse autour de la pertinence du concept d’« armes de migration de masse » de Kelly M. Greenhill. Cette chercheuse de Harvard a démontré, dans son ouvrage datant de 2010 et qui a le nom de ce concept pour titre, l’existence d’au moins 56 cas d’États générant, provoquant et exploitant sciemment des vagues massives de migrations humaines afin de favoriser leurs politiques respectives. Des observateurs assidus ont d’ailleurs relevé le fait que la crise des migrants actuelle présente de manière flagrante des aspects structurels analogues à cette stratégie.

Continuer la lecture de Reconnaître les armes de migration massive ou légitimer Israël

Rattrapé par les affaires de corruption, Netanyahou va devoir dégager


Selon les observateurs, les jours du premier ministre israélien Netanyahu au pouvoir sont comptés depuis que la police enquête sur deux nouvelles affaires de corruption.


Par Jonathan Cook – Le 1er mars 2018 – Source Chronique de Palestine

Tel Aviv – Manifestation contre la corruption – Photo : Capture vidéo

L’étau juridique s’est fortement resserré autour du premier ministre israélien Benjamin Netanyahou que deux séries d’événements dramatiques ont plus que jamais fragilisé la semaine dernière.

Il va être interrogé par la police dans le cadre de deux nouvelles affaires de corruption avant son départ pour les États-Unis, jeudi. La question n’est plus de savoir si Netanyahou sera obligé de quitter le pouvoir, mais de savoir quand, selon les analystes.

Selon les médias israéliens, des personnalités importantes du Likoud de Netanyahou commencent à dire qu’il ne s’en sortira pas.

Continuer la lecture de Rattrapé par les affaires de corruption, Netanyahou va devoir dégager

Hassan Nasrallah : comme la Syrie, le Liban doit riposter aux violations israéliennes


Par Sayed – Le 23 février 2018 – Source sayed7asan

Discours du Secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 16 février 2018, à l’occasion de la commémoration des dirigeants martyrs du Hezbollah (Cheikh Ragheb Harb, Sayed Abbas Mousawi, Hajj Imad Moghniyeh)

Traduit et sous-titré par Sayed

Transcription :

[..] En ce qui concerne les violations quotidiennes de l’espace aérien libanais (par Israël), n’est-ce pas à l’État libanais (d’y faire face) ? Il n’est pas convenable, comme je l’ai remarqué durant les deux ou trois dernières semaines, que les déclarations libanaises officielles ne parlent que (des violations israéliennes) sur le territoire et la mer. En tant qu’État libanais, n’avons-nous pas un espace aérien ? Nous n’avons pas d’espace aérien ? Avons-nous renoncé à notre espace aérien et signé une reddition complète sur notre souveraineté là-haut, notre souveraineté aérienne, pour ne pas dire notre souveraineté céleste ? Eh bien, qu’en est-il de cette question ?

Notre espace aérien est continuellement violé, sans aucune gêne, chaque jour, chaque heure, et des attaques sont menées contre la Syrie et d’autres pays voisins depuis notre espace aérien. Que doit-on faire face à cela ? Nous ne disons pas là qu’il faut… Pour que personne ne dise que le Sayed [Nasrallah] veut nous embourber dans la guerre en Syrie. Vous voyez bien que la Syrie se défend, elle.

Je vais dire deux mots sur ce qui s’est passé la semaine dernière. La Syrie est capable de se défendre (toute seule). Ce qui s’est passé la semaine dernière est bien sûr un très grand exploit militaire (presque) inédit. Et en toute certitude, l’après ne sera pas comme l’avant (l’équation a changé radicalement). Et en toute certitude, à tout le moins, si on considère l’importance de cet événement de la manière la plus modeste, en ce qui concerne Israël, il ne peut plus tout se permettre sans inquiétude, exactement comme pour ce qui s’est passé (pour sa flotte) le jour où nous avons frappé (la corvette israélienne) durant la (guerre de) juillet (2006). Depuis ce jour, Israël fait très attention, et calcule au mètre près où ses navires peuvent s’approcher, où ils doivent s’éloigner, par où ils doivent passer dans leurs allées et venues, etc.

En ce qui concerne les mouvements aériens, en toute certitude, cela aura une influence très importante sur les déplacements de la force aérienne israélienne. Les Israéliens eux-mêmes le reconnaissent. Ce n’est pas là mon propos. Je ne vais pas m’étendre sur les causes de cet événement, ses conséquences pour la Résistance et l’Axe de la Résistance, pour les luttes dans la région, etc. Non. Dans le sillage de mon propos initial, je veux dire que les dirigeants syriens, et ce depuis longtemps, depuis qu’ils sont largement rassurés quant à la situation interne, ils ont pris une décision : tout avion de guerre israélien qui pénètre dans l’espace aérien syrien doit être (systématiquement) pris pour cible par les défenses anti-aériennes. Il n’y a (lieu à) aucune discussion. Et même si des missiles sont lancés sur le territoire syrien (depuis Israël ou le Liban), les défenses anti-aériennes doivent riposter. Et cette décision est appliquée depuis plusieurs mois, mais ce qui s’est passé la semaine dernière, c’est que la confrontation était (particulièrement) âpre, et que Dieu le Très-Haut et l’Exalté a affermi et accordé le succès aux tirs (anti-aériens). « Lorsque tu as lancé [une poignée de sable en direction de tes ennemis, ô Prophète, ce n’était pas toi mais Dieu qui lançait. » [Coran, 8, 17]

Eh bien, ce que je veux dire ici, après les falsifications qu’on a pu entendre depuis une semaine – car vous savez que depuis des années, il y a un processus de dénigrement visant à rabaisser tout ce qui est syrien – (falsifications selon lesquelles) la cause de cet affrontement et de cette escalade ayant mené à abattre l’avion israélien serait une décision iranienne, (ou) une décision russe : mais ce sont des propos vides de sens. La décision de riposter aux avions et aux missiles israéliens dans le ciel syrien est une décision syrienne, une décision des dirigeants syriens, une décision de Son Éminence le Président Bachar al-Assad, et personne d’autre. Les alliés de la Syrie (Iran, Russie, Hezbollah) ont seulement été informés de cette décision générale (sur tout le territoire syrien). Eh bien, (voilà pour) cette décision.

Quant à sa mise en œuvre, du fait de la campagne de discrédit lancée contre l’armée syrienne, les armées arabes, les Arabes eux-mêmes, et que sais-je encore, qui aurait abattu l’avion (à en croire ces propagandistes) ? Qui se serait tenu aux commandes des défenses anti-aériennes et aurait abattu l’avion ? Les Iraniens ! Non, les Russes ! Puis (ces falsifications) se sont amoindries, et (on a prétendu que) c’est le Hezbollah. Non, mes chers. Ceux qui ont abattu l’avion et qui se tenaient aux commandes des défenses anti-aériennes en Syrie sont des officiers et des soldats de l’Armée arabe syrienne héroïque.

Et durant ces sept dernières années, nous nous sommes mêlés à eux bien plus que lorsqu’ils étaient au Liban (1976-2005). Lorsqu’ils étaient au Liban, nous n’étions pas très amis… Nous nous sommes mêlés davantage à eux, et nous avons trouvé chez les officiers et les soldats de l’Armée arabe syrienne un niveau de connaissance, de savoir-faire, d’expertise, d’intelligence, de courage et de précision qui les place à un très haut niveau. Pourquoi ce dénigrement, pourquoi ces calomnies dans la description d’une vérité dont nous devons tous être fiers, qu’on soit en accord ou en désaccord avec le régime syrien ? Partout dans le monde arabe et musulman, tous doivent être fiers de cet acte héroïque accompli par l’Armée arabe syrienne et ses défenses anti-aériennes après une décision de ses (propres) dirigeants. Cela doit être un objet de fierté. Bien sûr, nous adressons nos félicitations (à la Syrie) et nous exprimons notre fierté et notre joie face à cette intelligence, cet exploit et cet acte héroïque.

Revenons à nous (le Liban) : ces violations (israéliennes) permanentes, jusqu’à quand vont-elles durer ? Lorsque (le Secrétaire d’État américain Rex) Tillerson est venu il y a quelques jours, ou plutôt hier, et avant lui (son adjoint David) Satterfield, peut-être que certains – pas nous évidemment, jamais de la vie – s’attendaient ou supposaient que les Américains venaient dire aux responsables libanais qu’ils étaient avec eux et à leurs côtés, qu’ils empêcheraient Israël de mettre à feu et à sang la situation sécuritaire au Liban, et ne permettraient pas à Israël de violer notre souveraineté, qu’ils accorderaient au Liban ses droits sur les eaux (territoriales libanaises), etc. Mais voyez donc ce que fait réellement le Pentagone. Combien a-t-il (récemment) demandé pour Israël ? Je ne sais pas si cela a été octroyé ou pas encore. Ils ont demandé une aide – militaire, car il s’agit du Pentagone – de 3,3 milliards de dollars pour Israël. Je peux me tromper sur les 300 millions de dollars (3 milliards 300 millions), disons donc seulement 3 milliards de dollars, sans les 300 millions, en aide militaire pour Israël.

Quant à l’armée libanaise, les États-Unis l’aident, la soutiennent et la soutiendront (censément) à hauteur de combien ? 40 millions de dollars. 50 millions de dollars. O mon frère, disons même 100 millions de dollars. 150 millions de dollars. De qui se moque-ton ? Les États-Unis donnent à Israël leur plus important avion militaire stratégique (le F-35), et quant au Liban, ce n’est pas qu’on ne lui donne pas d’avions, on ne lui donne même pas de défense anti-aérienne pour se défendre et protéger sa souveraineté.

Quoi qu’il en soit, ce que je dis ici est qu’à ce stade, en ce qui concerne Israël, je ne pense pas que quiconque au Liban se dispute (encore). En 1982, entre le Hezbollah, le mouvement Amal, les mouvements politiques, les partis nationalistes et islamistes, beaucoup de voix s’élevaient et se disputaient sur la question de savoir si Israël était un ennemi ou non, avait des ambitions (territoriales) au Liban ou non. Mais aujourd’hui, c’est terminé. Aujourd’hui, après ce qui s’est passé et se passe encore (Israël prétend s’accaparer des gisements de pétrole et de gaz dans les eaux territoriales libanaises), y a-t-il un Libanais qui dispute les ambitions israéliennes au Liban ? Non. Je ne pense pas que quiconque remette cela en cause. Y a-t-il quelqu’un qui dispute le fait que sur la base de ces ambitions, il y a des menaces israéliennes contre le Liban ? Je considère que personne ne le remet en cause. Par Dieu, cela n’a rien à voir avec les armes du Hezbollah (dénoncées par l’alliance libanaise du 14 mars, opposée à l’alliance du 8 mars dont fait partie le Hezbollah). Au lieu de remédier aux causes, les États-Unis prétendent remédier aux conséquences. Eh bien, pour faire face à ces ambitions et à ces menaces, nous avons un point de force (le Hezbollah), et ils s’efforcent d’en priver le Liban.

Quoi qu’il en soit, sur cette question, de manière générale, nous devons rester vigilants et attentifs. Je ne dis pas que nous nous dirigeons vers une guerre comme le prétendent certains médias, analystes et déclarations. Pour ce qui est de (la possibilité d’une) guerre, je répète ce que j’ai toujours dit dans mes précédents discours : elle dépend de facteurs multiples. Bien sûr, cela ne veut pas dire que si Israël affirme ne pas vouloir la guerre, il faille nécessairement le croire sur parole. Peut-être qu’il veut la guerre, peut-être qu’il ne la veut pas. La seule chose qui empêche Israël d’entrer en guerre est son absence de certitude de la gagner. Et c’est là l’équation que nous ont léguée nos dirigeants martyrs.(commémorés aujourd’hui). […]

en.pdf24.org    Send article as PDF   

La Russie au Liban : agenda antisioniste ou pivot pro-israélien?


Par Andrew Korybko – Le 23 février 2018 – Source Oriental Review

The top diplomats Nabil FAHMY (Egypt), Mohammad Javad ZARIF (Iran) and Sergey LAVROV (Russia) at the Middle East conference of Valdai Discussion Club, Moscow, Feb 2018 Hauts diplomates Nabil FAHMY (Egypte), Mohammad Javad ZARIF (Iran) et Sergey LAVROV (Russie) à la conférence sur le Moyen-Orient du Valdai Discussion Club, Moscou, février 2018

Selon diverses sources, le Liban a accepté de donner des droits de stationnement et de transit aux forces armées russes et de permettre à Moscou de développer ses réserves énergétiques offshore dans la Méditerranée orientale dans un mouvement qui est annoncé comme un tournant par certains analystes dans la Communauté des médias alternatifs. Le récit populaire qu’ils diffusent est que la Russie approfondit sa participation au Liban afin de dissuader une autre invasion israélienne, bien que cette histoire soit facilement démentie par un examen plus approfondi.

Continuer la lecture de La Russie au Liban : agenda antisioniste ou pivot pro-israélien?

Le grand marchandage de Poutine avec Israël : Israël peut-il l’accepter ?

Putin’s Grand Bargain to Israel: Can Israel Digest It?

« ...C’est le Grand Marchandage de Poutine : la Russie assumera une certaine responsabilité définie pour la sécurité d’Israël, mais pas si Israël entreprend des guerres de choix contre l’Iran et le Hezbollah, ou s’il perturbe délibérément la stabilité dans le nord – y compris en Irak. Et plus jamais de bombardements gratuits dans le nord, destinés à perturber la stabilité. Mais si Israël veut une guerre avec l’Iran, alors la Russie se tiendra à l’écart.... »

s253Par Alastair Crooke – Le 17 février 2018 – Source Strategic Culture

« Israël enfourche un grand cheval » écrit Alex Fishman (le correspondant vétéran de la défense israélien) dans le quotidien hébraïque Yedioth Ahronoth le mois dernier, « et s’approche à pas de géant d’une ‘guerre de choix’. Sans mâcher ses mots, c’est une guerre commencée au Liban. » Dans son article, Fishman note : « La dissuasion classique consiste à menacer un ennemi de ne pas vous nuire sur votre territoire, mais ici, Israël exige que l’ennemi s’abstienne de faire quelque chose sur son propre territoire, sinon Israël va lui nuire. Du point de vue historique et de la perspective de la légitimité internationale, les chances que cette menace soit reconnue comme valide, conduisant à la cessation des activités ennemies sur leur propre territoire, sont minces. »

Continuer la lecture de Le grand marchandage de Poutine avec Israël : Israël peut-il l’accepter ?

Escalade en Syrie : jusqu’où les Russes peuvent-ils être poussés ?


2015-09-15_13h17_31-150x112Par le Saker – Le 16 février 2018 – Source The Saker

Les événements se sont récemment clairement aggravés et il est de plus en plus évident que la force d’intervention russe est visée par une campagne systématique d’« attaques de harcèlement ».

Tout d’abord, il y a eu l’attaque de drone et de mortiers (assez réussie) sur la base aérospatiale russe de Khmeimin. Ensuite, il y a eu le tir qui a abattu un SU-25 russe au-dessus de la ville de Maasran dans la province d’Idlib. Maintenant nous entendons parler de victimes russes dans le raid américain sur une colonne russe (avec des affirmation exagérées de « centaines » de Russes tués). Dans le premier cas, les responsables russes ont ouvertement fait part de leurs forts soupçons que l’attaque, si elle n’avait pas été planifiée et exécutée par les États-Unis, avait été au moins coordonnée avec leurs forces dans les environs. Dans le cas du SU-25 abattu, il n’y a eu aucune accusation ouverte, mais de nombreux experts ont déclaré que l’altitude à laquelle le SU-25 a été frappé suggère un MANPAD assez moderne d’un genre généralement pas vu en Syrie (l’allusion n’est pas du tout subtile étant donné que c’étaient des Stingers américains envoyés aux Kurdes par les États-Unis). Quant à la dernière attaque sur la colonne syrienne, ce qui se discute n’est pas qui l’a fait mais plutôt quelle sorte de personnel russe était impliqué, l’armée russe ou des combattants privés (cette dernière explication étant beaucoup plus probable puisque la colonne syrienne n’avait pas de couverture aérienne). Continuer la lecture de Escalade en Syrie : jusqu’où les Russes peuvent-ils être poussés ?