Ce sont les appétits et les fantasmes des puissances étrangères qui tuent les petits Yéménites


Moon of Alabama
Moon of Alabama

Le 9 février 2017 – Source Moon of Alabama

Dix mille et bientôt des centaines de milliers de Yéménites sont en train de mourir à cause du fanatisme, de la cupidité et des luttes bureaucratiques internes de puissances étrangères. Les Saoudiens wahhabites se battent au Yémen contre les chiites iraniens qui n’y sont pas. Au vu et au su de la CIA, ils nourrissent les forces locales d’al-Qaïda pour qu’elles leur obéissent. Les Émirats arabes unis veulent avoir de nouveaux ports au Yémen, ce qui contrarie les rêves saoudiens de pipelines. Le Pentagone se bat avec la CIA pour les budgets des opérations spéciales. Les conflits locaux mineurs entre les diverses tribus se transforment en guerre du fait de l’ingérence et du financement étrangers. Les campagnes de bombardement ont remplacé la médiation tribale. Continuer la lecture de Ce sont les appétits et les fantasmes des puissances étrangères qui tuent les petits Yéménites

Ce sont les Saoudiens, idiot !


Par Dmitry Orlov – Le 31 janvier 2016 – Source Club Orlov

Après une longue tournée réussie de promotion de mon dernier livre, me voici donc de retour au moment opportun. Trump a simplement interdit l’entrée aux migrants provenant d’une liste de pays « terroristes », liste qui avait été concoctée par l’administration Obama. Il manquait à cette liste, le pays terroriste numéro un : l’Arabie saoudite. Ce serait trop d’espérer que Trump ait modifié la liste d’Obama. Peu importe qui se trouve à la présidence, les États-Unis et les Saoudiens sont toujours aussi proches.

Continuer la lecture de Ce sont les Saoudiens, idiot !

Descente dans le trou noir qui a mené à la victoire de Trump

Down the Rabbit-Hole to Trump’s Victory


Eric Zuesse

Par Eric Zuesse – Le 25 janvier 2017 – Source Strategic Culture

Il y a plusieurs raisons principales pour lesquelles Donald Trump l’a emporté, par exemple il a remporté une victoire populaire avec une avance de 1 405 004 sur l’ensemble de tous les États sauf la Californie, où il a perdu par une énorme marge de 4 260 978 voix à Hillary Clinton (ainsi Hillary l’a battu dans l’ensemble des États de 2 855 974 voix), mais le Collège électoral représente les 50 États, et pas seulement un.

Continuer la lecture de Descente dans le trou noir qui a mené à la victoire de Trump

Le peuple syrien veut désespérément la paix

« On sait que Gabbard était la semaine dernière en Syrie, pour un voyage d’étude de la situation. Elle y a rencontré tout le monde possible qui compte dans la région, de Assad et du président libanais aux dirigeants religieux et à des personnalités des “rebelles” qui furent les premiers à se manifester contre Assad, en 2011. Elle en est revenue avec le scalp de la narrative-Système sur la terrible et affreuse crise syrienne, avec toutes les responsabilités désormais connues et identifiées par une brillante parlementaire du Congrès US. » Dedefensa.org

Par Tulsi Gabbard – Le 24 janvier 2017 – Source medium.com

Résultats de recherche d'imagesAlors que beaucoup de monde à Washington se préparait pour l’investiture du président Donald Trump, j’ai passé la semaine dernière en mission d’enquête en Syrie et au Liban afin de voir et d’entendre directement le peuple syrien. Leurs vies ont été détruites par une guerre horrible qui a tué des centaines de milliers de Syriens et a forcé des millions d’entre eux à fuir leur patrie en quête de paix.

Continuer la lecture de Le peuple syrien veut désespérément la paix

La fièvre révolutionnaire en Syrie qui n’existait pas (3/3)


Par Stephen Gowans – Le 22 octobre 2016 – Source What’s Left

Apparemment, la Gauche américaine doit encore comprendre que Washington n’essaie pas de renverser les néolibéraux. Si le président syrien Bachar al-Assad était un dévot du Consensus de Washington – comme Eric Draitser, de Counterpunch, semble le croire – le gouvernement des États-Unis n’aurait pas appelé depuis 2003 Assad à la démission. Il ne superviserait pas non plus la guerre de guérilla islamiste contre son gouvernement ; il le protégerait. Continuer la lecture de La fièvre révolutionnaire en Syrie qui n’existait pas (3/3)

La fièvre révolutionnaire en Syrie qui n’existait pas (2/3)

 


Par Stephen Gowans – Le 22 octobre 2016 – Source What’s Left

Apparemment, la Gauche américaine doit encore comprendre que Washington n’essaie pas de renverser les néolibéraux. Si le président syrien Bachar al-Assad était un dévot du Consensus de Washington – comme Eric Draitser, de CounterPunch, semble le croire – le gouvernement des États-Unis n’aurait pas appelé depuis 2003 Assad à la démission. Il ne superviserait pas non plus la guerre de guérilla islamiste contre son gouvernement ; il le protégerait. Continuer la lecture de La fièvre révolutionnaire en Syrie qui n’existait pas (2/3)

La fièvre révolutionnaire en Syrie qui n’existait pas (1/3)


Par Stephen Gowans – Le 22 octobre 2016 – Source What’s Left

Apparemment, la Gauche américaine doit encore comprendre que Washington n’essaie pas de renverser les néolibéraux. Si le président syrien Bachar al-Assad était un dévot du Consensus de Washington – comme Eric Draitser, de CounterPunch, semble le croire – le gouvernement des États-Unis n’aurait pas appelé depuis 2003 Assad à la démission. Il ne superviserait pas non plus la guerre de guérilla islamiste contre son gouvernement ; il le protégerait. Continuer la lecture de La fièvre révolutionnaire en Syrie qui n’existait pas (1/3)

Les Casques blancs financés par GB/USA participent au blocus de l’eau qui assoiffe 5 millions de Syriens


Moon of Alabama
Moon of Alabama

Le 3 janvier 2017 – Source Moon of Alabama

Le blocus de l’eau de Wadi Barada qui assoiffe 5 millions de personnes à Damas prend une tournure intéressante. L’organisation des Casques blancs financée par les États-Unis et le Royaume-Uni semble y être directement impliquée. Cela augmente le soupçon que le blocage illégal de l’eau que subissent les civils de Damas fait partie d’une campagne organisée par les États-Unis. La campagne a pour but de saboter le fonctionnement des services publics dans les zones tenues par le gouvernement en représailles pour la libération de d’Alep-Est. Continuer la lecture de Les Casques blancs financés par GB/USA participent au blocus de l’eau qui assoiffe 5 millions de Syriens

Qui combat vraiment en Syrie : la liste noire de la honte de l’Occident


L’Occident, très pathétique, déplore la chute d’Alep. Ce que l’Union européenne et le gouvernement fédéral allemand ne disent pas : à Alep, comme en Syrie, combattent surtout des détachements de mercenaires, qui sont financés par l’Occident et ses alliés. Sans eux, il n’y aurait pas eu de guerre en Syrie.


Des habitants d’Alep-Est observent l’évacuation de mercenaires de leur ville le 15 décembre 2016 (photo: SANA/DPA)

Le 18 décembre 2016 – Source Deutsche Wirtschafts Nachrichten

Pour l’opinion publique allemande, il n’est souvent pas clair de démêler qui combat contre qui en Syrie. Un seul côté semble clair : une alliance de la Russie, de la Syrie, de l’Iran et du Hezbollah islamique. Mais contre qui combat au juste cette alliance ? La désignation des opposants au président élu Bachar al-Assad va des « rebelles » à l’« opposition » en passant par les « insurgés ». En effet, il y a même un parti d’opposition au Parlement syrien aujourd’hui, il y détient même un ministère (de la Réconciliation nationale). Pourtant les combattants « rebelles » sont presque exclusivement soutenus par des gouvernements étrangers et des services de renseignement.

Continuer la lecture de Qui combat vraiment en Syrie : la liste noire de la honte de l’Occident