Poutine :
tenir tête à l’Empire du Chaos US/Israël, ou céder ?


Moment crucial, plus pour Poutine et la Russie que pour la Syrie et Assad


Par Damian Martinovich − Le 10 avril 2018 − Source Russia Insider


Vladimir Soloviev, l'animateur d'une émission de télévision politique diffusée aux heures de grande écoute, qui connaît Poutine personnellement, a tweeté : « La situation est maintenant comparable à la crise des missiles de Cuba. Une guerre nucléaire pourrait éclater en un clin d'œil. Et il est peu probable que l'humanité puisse y survivre. »

Nouvelles sanctions anti-russes, marchés financiers russes en fusion, rouble en dégringolade, menaces occidentales de bombardements en Syrie et sur ses alliés, coup monté Skripal − que se passe-t-il ?

Continuer la lecture de Poutine :
tenir tête à l’Empire du Chaos US/Israël, ou céder ?

L’importance d’avoir l’air dangereux


Orlov
Orlov

Par Dmitry Orlov – Le 10 avril 2018 – Source Club Orlov

C’est un travail difficile d’être un hégémon mondial et la seule superpuissance du monde. Vous devez garder la planète entière bien alignée. Chaque pays a besoin d’être renseigné sur sa place et gardé là, par la force si besoin est. De temps en temps un pays ou deux doit être conquis ou détruit, juste pour donner une leçon aux autres. De plus, vous devez vous mêler sans relâche de la politique des autres pays, truquer les élections afin que seuls les candidats favorables aux États-Unis puissent gagner, mener des opérations de changement de régime et organiser des révolutions colorées. Si vous cessez de le faire, certains pays vont commencer à vous ignorer. Et le reste réalisera rapidement que vous perdez le contrôle et ils commenceront à s’émanciper.

Continuer la lecture de L’importance d’avoir l’air dangereux

Ce que les États-Unis veulent vraiment de la Russie


Par Andrew Korybko – Le 3 avril 2018 – Source Oriental Review

Trump Putin New DetenteLa récente offensive asymétrique multidimensionnelle des États-Unis contre tous les intérêts russes n’est pas le symptôme aléatoire d’une russophobie psychotique mais fait partie d’une stratégie globale visant à faire pression sur Moscou pour que la Russie abandonne sa coopération étroite avec la Chine et l’Iran en échange d’une « nouvelle détente ». Un scénario qui ne devrait pas être exclu si Trump reste cohérent lors de la prochaine rencontre avec le président Poutine.

Continuer la lecture de Ce que les États-Unis veulent vraiment de la Russie

Du positif : d’Ankara à Moscou, l’intégration de l’Eurasie est en marche


L’Union économique eurasienne dirigée par la Russie déploie ses ailes et gagne en force, avec des projets clés, de grands acteurs et de grands travaux en cours


Pepe EscobarPar Pepe Escobar − Le 5 avril 2018 − Source thesaker

Alors que les présidents Vladimir Poutine, Hassan Rouhani et Recep Tayyip Erdogan se sont rencontrés à Ankara pour un deuxième sommet Russie-Iran-Turquie sur l’avenir de la Syrie, Moscou a accueilli sa 7e conférence internationale de sécurité réunissant des ministres de la défense de dizaines de pays.

Continuer la lecture de Du positif : d’Ankara à Moscou, l’intégration de l’Eurasie est en marche

Comment l’Orient peut sauver l’Occident


2015-09-15_13h17_31-150x112Par le Saker – Le 30 mars 2018 – Source The Saker

Europe : Mon honneur est solidarité !

« Cela vous dit tout ce que vous devez savoir sur la différence entre la Grande-Bretagne moderne et le gouvernement de Vladimir Poutine. Ils font le Novitchok, nous faisons des sabres de lumière. L’un est une arme hideuse spécialement conçue pour assassiner. L’autre est un improbable accessoire de théâtre qui produit un bourdonnement mystérieux. Mais laquelle de ces deux armes est vraiment la plus efficace dans le monde d’aujourd’hui ? »

(Boris Johnson)

Commençons cette discussion par quelques questions de base. Continuer la lecture de Comment l’Orient peut sauver l’Occident

Poutine prépare la Russie à se passer de lui


Par Lauren Goodrich – Le 15 mars 2018 – Source Stratfor

Résultat de recherche d'images pour "poutine sad"
La réélection prévisible de Vladimir Poutine le 18 mars inaugure un quatrième mandat imprévisible pour le président russe au pouvoir depuis si longtemps. Avec cette victoire quasi certaine, Poutine pourrait rester au pouvoir jusqu’en 2024, ce qui ferait de lui le dirigeant à la plus grande longévité depuis Joseph Staline. En Occident, Poutine est considéré comme un narcissique, un despote et un quasi roi pour avoir conservé le pouvoir pendant 18 ans. Mais la reconstruction d’un empire à partir des décombres de l’Union soviétique a pris du temps, et maintenant il fait face à une série de défis urgents qui menacent son héritage et la stabilité future de la Russie. Son prochain mandat sera qualitativement différent de ses précédents termes, alors qu’il manœuvre des pièces d’échecs variées pour mener le match à long terme de la Russie.

Continuer la lecture de Poutine prépare la Russie à se passer de lui

Un mois vraiment historique pour l’avenir de notre planète


2015-09-15_13h17_31-150x112Par le Saker – Le 23 mars 2018 – Source The Saker

Mars 2018 restera dans l’Histoire comme un mois véritablement historique.

Le 1er mars, Vladimir Poutine prononce son discours historique à l’Assemblée fédérale russe.

shutterstock_421211302
Le 4 mars, Sergueï Skripal, un ancien espion britannique, est prétendûment empoisonné en Grande-Bretagne.

Le 8 mars, des membres du gouvernement britanniques accusent la Russie d’avoir utilisé du gaz innervant pour tenter d’assassiner Sergueï Skripal.

Le 12 mars, Theresa May accuse officiellement la Russie de l’empoisonnement et donne à la Russie un ultimatum de 24 heures pour se justifier ; les Russes ignorent cet ultimatum. Le même jour, le représentant des États-Unis au Conseil de sécurité de l’ONU menace d’attaquer la Syrie même sans autorisation de ce même Conseil de sécurité.

Le 13 mars, le chef de l’état-major général russe Valery Gerasimov a averti qu’« au cas où la vie de nos soldats serait menacée, les forces armées russes prendront des mesures de représailles sur les missiles et sur les navires qui les lanceront ». Le même jour, le chef de l’état-major des forces armées russes, le vice-ministre de la Défense, le général de l’armée Valery Gerasimov a eu une conversation téléphonique avec le général du corps des Marines Joseph Dunford, président des chefs d’état-major inter-armées américain.

Le 15 mars, la Grande-Bretagne bloque le projet de déclaration du Conseil de sécurité proposé par la Russie sur le cas de l’empoisonnement de Skripal, demandant une « enquête urgente et civilisée » à ce sujet. Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne publient une déclaration soutenant le Royaume-Uni et accusant la Russie. Le ministre britannique de la Défense dit à la Russie de « se taire et de s’en aller ».

Le 16 mars, le général de division Igor Konachenkov traite le ministre de la Défense Britannique de « mégère grossière » et d’« impuissant intellectuel ».

Le 17 mars, les généraux russes avertissent que les États-Unis préparent une attaque chimique sous faux drapeau en Syrie.

Le 18 mars, Poutine gagne l’élection présidentielle haut la main. Le même jour, le général Votel, commandant du CENTCOM, déclare dans un témoignage devant la Commission des services armés que les différends avec la Russie devraient être réglés « par des voies politiques et diplomatiques ». Lorsqu’on lui a demandé s’il serait exact de dire qu’« avec l’aide de la Russie et de l’Iran, Assad a gagné la guerre civile en Syrie » le général Votel a répondu : « Je ne pense pas que c’est trop – que c’est une déclaration trop forte. Je pense qu’ils lui ont donné les moyens de – d’être ascendant à ce stade. »

Le 19 mars, le Conseil des Affaires étrangères de l’Union européenne publie une déclaration soutenant totalement le Royaume-Uni.

Le 21 mars, le ministère russe des Affaires étrangères convoque tous les ambassadeurs à une réunion sur le cas Skripal. Le langage utilisé par le représentant russe à cette réunion est peut-être le plus brutal utilisé par un responsable russe (ou même soviétique) à l’égard de l’Occident depuis la Seconde Guerre mondiale. Les représentants français, suédois et américain à la réunion se sont tous levés pour déclarer leur « solidarité » avec le Royaume-Uni.

Le 22 mars, le chef de l’état-major général des forces armées russes, le vice-ministre de la Défense, le général de l’armée Valery Gerasimov a eu une nouvelle conversation téléphonique avec le général de Marine Joseph Dunford, président des chefs d’état-major interarmées américains. Le même jour, le général Gerasimov a également eu une conversation téléphonique avec le commandant du Commandement américain en Europe et commandant suprême des forces alliées de l’OTAN en Europe, le général Curtis Scaparrotti. Continuer la lecture de Un mois vraiment historique pour l’avenir de notre planète

Un tour à vide pour la démocratie russe


Orlov
Orlov

Par Dmitry Orlov – Le 20 mars 2018 – Source Club Orlov

Xenia Sobchak

Le 18 mars, la Russie a organisé des élections présidentielles. Tout le monde (enfin ceux avec un cerveau) s’attendait à ce que Poutine gagne, mais presque personne ne s’attendait à ce qu’il gagne avec une telle marge, ou avec un taux de participation aussi élevé : 67,47% des électeurs inscrits se sont présentés aux urnes ; parmi eux, 76,67% ont voté pour Poutine. Au cas où vous vous demanderiez encore si la Crimée fait partie de la Russie (croyez-moi, c’est le cas), le taux de participation était de 71,53%, et 92% y ont voté pour Poutine. Et dans la république autrefois séparatiste de Tchétchénie, le taux de participation a été de 91,54%. Des taux de participation record ont également été observés en dehors de la Russie, parmi la très grande diaspora russe. Plus de la moitié des Russes ont voté pour Poutine.
Continuer la lecture de Un tour à vide pour la démocratie russe

La réaction de la Russie aux insultes de l’Occident est un suicide politique


Russia’s Reaction to the Insults of the West is Political SuicidePar Peter Koenig – Le 17 mars 2018 – Source thesaker

L’assaut de l’Occident contre la Russie ces derniers jours, depuis la prétendue attaque au poison avec un agent neurotoxique venant de l’ère soviétique, le Novichok (dont l’inventeur, d’ailleurs, vit aux États-Unis), contre un agent double russe, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, a été tout simplement épouvantable. Surtout de la part du Royaume-Uni. En commençant par le Premier ministre May, qui a carrément accusé la Russie d’utiliser des armes chimiques sur le territoire britannique, sans fournir de preuve. Curieusement, il n’y a aucune indication du lieu où Skripal et sa fille se trouvent, dans quel hôpital le couple est traité, aucune analyse du poison n’est publiée, on ne peut pas leur rendre visite ; il n’y a absolument aucune preuve de la substance avec laquelle ils auraient été empoisonnés – Sergueï et Ioulia existent-ils réellement ?

Continuer la lecture de La réaction de la Russie aux insultes de l’Occident est un suicide politique

Un monde sans Poutine


Par Slobodan Despot – Le 17 mars 2018 – Source Antipresse

Ce dimanche 18 mars, les Russiens 1 se rendent aux urnes. Ils s’apprêtent à réélire Vladimir Poutine à une écrasante majorité. Mais s’ils se ravisaient ? Si une soudaine révolution colorée venait balayer le maître incontesté du Kremlin ? S’il s’empoisonnait lui-même par accident ? Qu’adviendrait-il de la Russie ? Qu’adviendrait-il de nous ? Et d’abord, de moi-même ?

Continuer la lecture de Un monde sans Poutine

  1. Les Russiens désigne tous les citoyens de Russie, groupe bien plus nombreux que les Russes ethniques