Les projets d’Obama pour saboter la présidence Trump


Par Paul Sperry – Le 11 février 2017 – Source The New York Post

Lorsque l’ancien président Barack Obama a dit que les manifestations anti-Trump lui donnaient « du cœur à l’ouvrage », il envoyait un message d’approbation à ses troupes. Ses troupes ? Hé oui, Obama a une armée d’agitateurs à sa disposition, plus de 30 000 activistes qui combattront son successeur républicain à chaque coin de sa présidence historique. Et Obama les commandera à partir d’un bunker situé à moins de 4 kilomètres de la Maison Blanche.

Continuer la lecture de Les projets d’Obama pour saboter la présidence Trump

Les néocons et l’« État profond » ont châtré la présidence de Trump, c’est cuit, les gars !


Saker US
Saker US

Par le Saker – Le 14 février 2017 – Source The Saker

Il y a moins d’un mois, j’ai averti qu’une révolution de couleur était en cours aux États-Unis. Mon premier élément de preuve était la prétendue « enquête » que la CIA, le FBI, la NSA et d’autres menaient contre le candidat du président Trump au poste de conseiller à la sécurité, le général Flynn. Ce soir, le complot pour se débarrasser de Flynn a finalement réussi et le général Flynn a dû offrir sa démission. Trump l’a acceptée. Continuer la lecture de Les néocons et l’« État profond » ont châtré la présidence de Trump, c’est cuit, les gars !

Les médias iraniens :
Trump est sur le point de nous briser


andrew-korybkoPar Andrew Korybko – Le 30 janvier 2017 – Source Oriental Review

La guerre hybride peut être décrite comme un conflit d’identité fabriqué ou provoqué dans le but de perturber, de contrôler ou d’influencer des projets d’infrastructures de raccordement transnationaux multipolaires par le biais des méthodes de modification, changement ou redémarrage de régime dans des États géostratégiques de transit. Cela peut être appelé la loi de la guerre hybride.

Continuer la lecture de Les médias iraniens :
Trump est sur le point de nous briser

Ancien président tunisien : la CIA derrière le «Printemps arabe»


Rencontre entre Zine el-Abidine Ben Ali et la secrétaire d’État américaine Condoleeza Rice, le 6 septembre 2008 à Tunis.

Par Angelika Gutsche – Le 29 janvier 2017 – Source NEO Presse

Six ans après son renversement, l’ancien président Zine el-Abidine Ben Ali a pris la parole pour la première fois, dans un message au peuple tunisien. Il y accuse la CIA d’avoir provoqué les soulèvements en Tunisie, de concert avec les islamistes radicaux.

Le message a été publié le 7 janvier 2017, notamment par l’agence de presse JamahiriyaNews. Continuer la lecture de Ancien président tunisien : la CIA derrière le «Printemps arabe»

Une « révolution de couleur » est en cours aux Etats-Unis

A “color revolution” is under way in the United States


Saker US

Par le Saker – Le 28 janvier 2017 – Source The Saker

C’est une plaisanterie russe : « Question : pourquoi ne peut-il y avoir de révolution de couleur aux États-Unis ? Réponse : parce qu’il n’y a pas d’ambassade américaine aux États-Unis. »

C’est peut-être drôle, mais c’est faux dans les faits : je pense qu’il y a en ce moment même une tentative de révolution de couleur aux États-Unis.
Continuer la lecture de Une « révolution de couleur » est en cours aux Etats-Unis

Deux journalistes néerlandais arrêtés en lien avec le crash du MH-17


Leur matériel a été confisqué après qu’ils sont revenus du Donbass où ils enquêtaient sur le crash du MH17


Deux journalistes néerlandais, Michel Spekkers et Stefan Beck, ont été arrêtés par la police néerlandaise à leur retour à Amsterdam après un voyage professionnel dans les Républiques populaires du Donbass. Les journalistes, qui avaient reçu des accréditations officielles, ont rassemblé pendant une semaine des informations sur le crash du MH17 qui a eu lieu en 2014, et ont fait d’autres enregistrements documentaires sur la vie dans les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk.

Continuer la lecture de Deux journalistes néerlandais arrêtés en lien avec le crash du MH-17

Guerre Hybride 8. Écraser la Communauté de l’Afrique de l’Est (II)


andrew-korybko

Par Andrew Korybko – Le 23 décembre 2016 – Source OrientalReview

Le premier des pays de la CAE présenté est le Kenya, qui est également l’économie la plus forte du bloc. En raison de son emplacement et de son histoire, c’est aussi celui qui est le plus « pro-occidental » et bien que ce soit beaucoup moins discuté, la myriade de vulnérabilités à la guerre hybride à laquelle il doit faire face est bien connue. Considéré dans l’imaginaire occidental comme un pays relativement stable, ce n’est vrai que lorsqu’il est mis en perspective relativement à ses voisins somalien et sud-soudanais, et les événements récents au cours des dernières années indiquent que ce n’est peut-être plus l’oasis de calme que beaucoup avait précédemment supposé qu’il était.
Continuer la lecture de Guerre Hybride 8. Écraser la Communauté de l’Afrique de l’Est (II)

Sur le « Printemps arabe »


Ce texte est une version légèrement modifiée de l’entretien que Andrew Korybko a accordé à un étudiant en doctorat de Moscou qui se spécialise sur les événements de changement de régime au cours du « Printemps arabe ».


andrew-korybkoPar Andrew Korybko – Le 20 décembre 2016 – Source The Saker

Les plateformes de réseaux sociaux ont joué un rôle dans l’organisation et le déploiement des déstabilisations visant les changements de régime qui ont eu lieu pendant le théâtre du « Printemps arabe » à l’échelle des Révolutions de couleur. Elles ont permis aux initiateurs de ces événements de se relier plus facilement avec des dizaines de milliers de sympathisants et de leur diffuser leurs messages provocateurs, dans le but d’inciter le plus grand nombre de personnes à participer. Les réseaux sociaux à ce moment-là étaient naïvement utilisés par une grande partie des masses, en particulier les moins diplômés comparativement et les moins habiles technologiquement de la « rue arabe », pour être la « voix du peuple », « non censurée » et « authentique ». C’est pourquoi tant de gens sont tombés dans le panneau de récits (dont certains étaient délibérément trompeurs ou carrément faux) diffusés par les organisateurs principaux à travers ces réseaux. S’il n’y avait pas eu des plateformes pour les médias sociaux comme Twitter, YouTube et même l’application technique de Google Maps (qui apporte son aide en planifiant les trajets des « protestations » et la guérilla urbaine), il est douteux que ce qu’on appelle le « Printemps arabe » se serait jamais déroulé comme il l’a fait, et peut-être même n’aurait-il pas eu lieu du tout. Continuer la lecture de Sur le « Printemps arabe »