Le président Grant et le messianisme mondialiste en 1873


Nicolas Bonnal

Par Nicolas Bonnal – Le 10 mai 2018 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Résultat de recherche d'images pour "Ulysse S. Grant"

 On parle souvent de Pike et de Mazzini pour expliquer le pseudo-nouvel ordre mondial actuel. Or le nouvel ordre mondial commercial et britannique est déjà célébré par Voltaire dans son poème scolaire Le Mondain. L’unification planétaire est une vieille lune. On va voir avec un autre exemple prestigieux. 

On connaît le président Ulysse S. Grant grâce aux feuilletons télé (les Mystères de l’Ouest, qui constituaient une réflexion sur les agences secrètes), à la guerre de Sécession et à la Conquête de l’ouest. Mais ce qu’on ne sait pas c’est que, comme Dostoïevski (voyez Les Possédés), le président Grant décrit le nouvel ordre mondial à venir.

Continuer la lecture de Le président Grant et le messianisme mondialiste en 1873

Paul Virilio et les armes de dissuasion spatiale


Nicolas Bonnal

Par Nicolas Bonnal – Le 10 mai 2018 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

« Je pense, mais où suis-je ? »

Urbaniste, philosophe, antisystème, Paul Virilio était interviewé par Jean-Luc Evard il y a dix ans et tenait les propos suivants sur la vitesse :

Walter Laqueur l’a montré : une vie accélérée remplace l’atmosphère calme et recueillie de l’avant-guerre. De cent mille voitures particulières au sortir de la guerre, l’Allemagne passe à un million deux cent mille dix ans plus tard.

Les techniciens allemands sont aspirés par une seule ambition : les records de vitesse : le « Ruban Bleu » avec le Bremen, la première auto-fusée chez Opel, les trains ultrarapides, le développement de la radio avec ses informations hachées et renouvelées. Agitation, fébrilité, impatience donnent le sentiment de perdre la tête ; un poète trouvera l’image résumant l’époque : « Le temps roule en auto et aucun homme ne peut tenir le volant ».

Continuer la lecture de Paul Virilio et les armes de dissuasion spatiale

Alfred Sauvy et le refus de voir en Occident


Nicolas Bonnal

Par Nicolas Bonnal – Le 26 mars 2017 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Démographe et technocrate infatigable, Alfred Sauvy avait compris dès les années 70 que nous étions condamnés. Il m’avait convaincu quand j’avais treize ans et depuis je n’ai pas modifié mon point de vue sur l’exception française. Dans un texte nommé « Démographie et refus de voir », il remarque :

C’est un sujet très délicat que d’aborder le refus de voir parce qu’aucun de nous n’est parfait sur ce point… La peur de voir naît ou peut naître dès qu’il y a une relative liberté de penser.

Continuer la lecture de Alfred Sauvy et le refus de voir en Occident

Michel Foucault et le procès de notre monde moderne


Nicolas Bonnal

Par Nicolas Bonnal – Le 26 mars 2017 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Plus personne ne conteste que nous vivons dans des sociétés de vigilance et de surveillance. Le pouvoir bienveillant, tutélaire et doux peut désormais tout contrôler avec les progrès de la technologie et le déclin de la réactivité des populations. Le terrorisme, la dette ou la Russie serviront de croquemitaine. Bernanos écrivait en 1945 :

« Aujourd’hui l’exception est devenue la règle, la Démocratie mobilise tout, hommes, femmes, enfants, animaux et machines, sans même nous demander de trinquer à sa santé. »

Continuer la lecture de Michel Foucault et le procès de notre monde moderne

Tocqueville et la destruction des âmes et des nations


Nicolas Bonnal

Par Nicolas Bonnal – Le 6 mars 2017 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Récemment Ugo Bardi regrettait la violence des policiers en Espagne, réducteurs de bonnes dames catalanes.

Nous sommes de plus en plus écrasés par les États et les gouvernements : invasions (je le dis non comme je le pense, mais comme on le voit), guerres, menaces, taxations, massacres de masse ici ou là se terminant par toujours plus de contrôles et de confiscations, plus rien ne nous est épargné. Je vois que comme en Grèce où tout un peuple a été affamé tout le monde s’incline devant la toute-puissance étatique. C’est que nous sommes des hommes sans honneur, pas très susceptibles…

Continuer la lecture de Tocqueville et la destruction des âmes et des nations

Néo-totalitarisme : quand Huxley fait le point en 1957


Nicolas Bonnal

Par Nicolas Bonnal – Le 25 janvier 2017 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Voici quelques extraits d’Aldous Huxley. On ne va pas commenter ces lignes immortelles (Brave new world revisited, 1957). Huxley rappelle :

« En 1931, alors que j’écrivais ‘Le Meilleur des Mondes’ j’étais convaincu que le temps ne pressait pas encore. La société intégralement organisée, le système scientifique des castes, l’abolition du libre arbitre par conditionnement méthodique, la servitude rendue tolérable par des doses régulières de bonheur chimiquement provoqué, les dogmes orthodoxes enfoncés dans les cervelles pendant le sommeil au moyen des cours de nuit, tout cela approchait ; se réaliserait bien sûr, mais ni de mon vivant, ni même du vivant de mes petits-enfants. »

Continuer la lecture de Néo-totalitarisme : quand Huxley fait le point en 1957

Davos et la montée sinistre des manipulateurs de symboles


Nicolas Bonnal

Par Nicolas Bonnal – Le 25 janvier 2017 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

« La force motrice des oligarques est leur conviction de bien faire. » Jack London

Rappelons que Davos est le lieu où se déroule « La Montagne magique » de Thomas Mann, qui nous offrait de belles discussions entre dionysiaques et apolliniens – ces derniers ayant bien sûr perdu la joute. Ce livre ouvrait les thèmes de la mondialisation à l’époque où Edmond Husserl évoquait l’Europe et ses sempiternelles crises de la culture.

Résultat de recherche d'images pour "Montagne magique"

Continuer la lecture de Davos et la montée sinistre des manipulateurs de symboles

Tocqueville et la rage antirusse en 1849


Nicolas Bonnal

Par Nicolas Bonnal – Le 5 janvier 2017 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Sans l’Angleterre, notre diplomatie est frappée de la « peur du vide » écrit le général de Gaulle dans ses Mémoires. À partir de 1815, on aime jouer au caniche, jusqu’au suicide de 1940. Voyons une guerre évitée contre la Russie, racontée par Tocqueville dans ses souvenirs.

On est en 1849. Les peuples se révoltent et se font écraser les uns après les autres, en France y compris. La belle révolution finit par le pitoyable coup d’État de Louis-Napoléon, qui laisse le peuple à peu près sans réaction. Sur cette triste époque Flaubert a tout dit en 1853 dans sa correspondance :

« 89 a démoli la royauté et la noblesse, 48 la bourgeoisie et 51 le peuple. Il n’y a plus rien, qu’une tourbe canaille et imbécile. Nous sommes tous enfoncés au même niveau dans une médiocrité commune. »

Continuer la lecture de Tocqueville et la rage antirusse en 1849

Small is beautiful


Nicolas Bonnal

Par Nicolas Bonnal – Le 21 décembre 2017 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Le penseur austro-américain Léopold Kohr était cité avec Jacques Ellul et Guy Debord à la fin du documentaire apocalyptique Koyaanisqatsi. C’est comme cela que je l’ai découvert en 1983. En réalité son nom est inconnu alors que son lemme est mythique : small is beautiful. Kohr est l’esprit qui a mis en doute le monde moderne dans tout ce qu’il a de gigantesque, de titanesque et de compliqué. Pour lui tout s’écroulera de ce fait ; ou, si cela ne s’écroule pas, finira mal. À l’heure où l’Europe tangue, où les USA tanguent, où l’Espagne et le royaume désuni tanguent, on ferait mieux de redécouvrir son « breakdown of nations » publié il y a plus d’un demi-siècle. Proche des libertariens ou des traditionnels (je suis des deux écoles, donc je me sens bien concerné), la pensée de Kohr ne pourrait qu’inspirer une solution de rechange à notre civilisation marquée par le gigantisme messianique et l’hypnotisme techno-totalitaire.

Continuer la lecture de Small is beautiful

Quand Himmler écrit à de Gaulle…


Quand Himmler proposait la réconciliation franco-allemande à de Gaulle


Nicolas Bonnal

Par Nicolas Bonnal – Le 15 décembre 2017 – Source nicolasbonnal.wordpress.com

Les mémoires de guerre sont pleines de pages fantastiques, romantiques et eschatologiques comme celle que nous allons citer, et que nous connûmes grâce à Jean Parvulesco et Pierre Messmer. Le général reçoit donc une missive d’Himmler :

« À moi-même, Himmler fait parvenir officieusement un mémoire qui laisse apparaître la ruse sous la détresse. ‘C’est entendu ! Vous avez gagné’ reconnaît le document. ‘Quand on sait d’où vous êtes parti, on doit, général de Gaulle, vous tirer très bas son chapeau’… »
Continuer la lecture de Quand Himmler écrit à de Gaulle…