Aucun voyou ne sera abandonné


Obsédées par « l’équité raciale », les écoles de Saint-Paul ont abandonné la discipline et déclenché le chaos.


Par Katherine Kersten – Hiver 2017 – Source City Journal via kunstler.com

Dans les années Obama, le système américain d’instruction publique s’est lancé dans une vaste expérience sociale qui menaçait de transformer les écoles en champs de tir éducatifs. La campagne – menée au nom de l’« équité raciale » – a cherché à réduire de façon spectaculaire le taux de suspension des étudiants noirs, qui sont renvoyés pour indiscipline avec des taux beaucoup plus élevés que les autres étudiants. Le ministère de l’Éducation des États-Unis a dirigé l’effort de haut en bas. Les bureaucrates éducatifs locaux l’ont soutenue et mise en œuvre à la base.
L’« équité raciale » est devenue la justification universelle de politiques éducatives douteuses. Les partisans de l’équité considèrent que l’« effet disparate » – lorsque les mêmes politiques produisent des résultats différents dans des groupes démographiques – est une preuve concluante qu’il y a discrimination. Sur le front de l’enseignement, l’« équité » ne recherche pas l’égalité de traitement pour tous les étudiants. Au lieu de cela, elle exige l’équivalence statistique dans les renvois et les suspensions pour indiscipline pour les étudiants de chaque groupe racial, indépendamment de la conduite réelle de ces étudiants.

La prémisse centrale des défenseurs de l’équité est que les enseignants, et non les étudiants, sont à blâmer pour l’écart disciplinaire en termes d’équité raciale. Ils affirment que les préjugés des enseignants, leur ignorance des différences culturelles ou leur insensibilité sont les causes premières de cet écart. La clé pour éliminer les disparités, soutiennent-ils, n’est pas de modifier le comportement des étudiants, mais celui des adultes. Les partisans de l’équité justifient leur programme sur la base du fait que l’écart disciplinaire dans l’équité raciale entrave gravement les chances des élèves noirs de réussir dans la vie. Des enfants qui ont été suspendus échouent en général à obtenir un diplôme dans les temps et sont plus susceptibles d’être pris dans le système judiciaire pour les mineurs, disent-ils.

Le ministère de l’Éducation du président Obama a fait de l’équité raciale dans la discipline scolaire l’une de ses principales priorités. « La vérité indéniable est que l’expérience quotidienne de l’enseignement viole pour de nombreux élèves de couleur le principe d’équité qui est au cœur de la promesse américaine », selon Arne Duncan, qui a été secrétaire pédagogique jusqu’au début de 2016. « C’est le comportement des adultes qui doit changer, a déclaré Duncan à maintes reprises. Le canal qui mène de l’école à la prison doit être remis en question tous les jours. »

Le ministère de l’Éducation de Donald Trump n’aura pas eu à attendre longtemps pour voir comment ce projet s’est déroulé dans le monde réel. Les écoles publiques de Saint Paul, dans le Minnesota, sont en avance de la courbe dans la croisade pour l’équité raciale. La violence et le chaos que la politique de l’équité raciale ont produit là-bas devraient sonner l’alarme dans tout le pays à propos de ce à quoi on peut s’attendre en poursuivant sur cette voie.

Valeria Silva, devenue surintendante des écoles publiques de Saint Paul en décembre 2009, a été une partisane précoce et passionnée de l’idéologie de l’équité raciale. En 2011, elle a fait du programme d’équité un élément central de son initiative Écoles fortes, communautés fortes. Le site internet du district a encensé le projet comme « le changement le plus révolutionnaire dans sa réalisation, son adéquation et sa pérennité au sein des écoles publiques de Saint Paul de ces 40 dernières années ».

En termes démographiques, les écoles de Saint Paul présentent environ 32% d’Asiatiques, 30% de Noirs, 22% de Blancs, 14% d’Hispaniques et 2% d’Amérindiens. En 2009 et 2010, 15% des écoliers noirs du district ont été suspendus au moins une fois – cinq fois plus que les écoliers blancs et environ 15 fois plus que les écoliers asiatiques. Du point de vue de Silva, l’équité exigeait que la population scolaire noire ne soit pas plus exclue de l’école que deux fois la proportion des Américains asiatiques, le groupe avec le taux de suspension le plus bas.

Silva a attaqué l’écart dans la discipline du point de vue de l’équité raciale à sa racine présumée : le « privilège blanc ». Les enseignants punissent injustement les écoliers des minorités pour des comportements « largement subjectifs » tels que « le défi, l’irrespect et la perturbation », a-t-elle expliqué au Minneapolis Star Tribune en 2012. Pour surmonter leurs préjugés, les enseignants doivent apprendre à avoir une « véritable appréciation » des « différences » culturelles de leurs élèves et comment celles-ci peuvent « influencer les interactions dans la salle de classe ».

Silva a embauché un consultant en diversité basé en Californie, le Pacific Educational Group (PEG), pour obliger le personnel de l’école de Saint Paul – des proviseurs aux concierges et aux chauffeurs de bus – à se confronter à leur propre intolérance et à atteindre des « compétences culturelles » dans leur travail avec des écoliers « noirs et bruns ». Dans des « conversations courageuses » sur la race inspirées par le PEG, les enseignants ont été formés à commencer toutes leurs déclarations par une phrase du genre « en tant que femme blanche, je crois… » ou « en tant qu’homme noir, je pense… » Ils ont appris que « crier » des réponses en classe et manquer de ponctualité sont des traits culturels noirs et que ce qui semble être un comportement déviant est, en fait, seulement une expression culturellement conditionnée d’« enthousiasme ».

Après avoir mis en place une formation sur le « privilège blanc », Silva a proposé d’éliminer ce qu’elle appelait la « mentalité punitive » qui sous-tend le modèle de discipline du district. Dans un effort pour réduire les renvois disciplinaires des Noirs, elle a renoncé aux attentes de comportement et de discipline des Noirs, elle a abandonné des punitions importantes pour inconduite des élèves. En plus, pour fermer le « canal école-prison », Silva a adopté un nouveau protocole sur les interactions entre l’école et la police. Le protocole classait les infractions des écoliers en cinq niveaux et exigeait des écoles qu’elles ne rapportent que les pires – dont l’incendie criminel, l’agression grave, la violence sexuelle et la possession de drogue – de leur propre chef. Pendant un temps, l’administration du district a effectivement lié les primes des directeurs d’école à leur bilan en termes de réduction de renvois disciplinaires de Noirs.

En 2011–2012, les accusations d’incivilités des écoliers du district ont baissé de 38% par rapport à l’année scolaire précédente. Les infractions commises à l’école renvoyées au bureau du procureur du comté de Ramsey pour mise en accusation ont également plongé. En 2006, les responsables de l’école avaient infligé 875 renvois pour infractions ou délits. En 2011, ils en ont infligé 538.

Silva a aussi défendu le « Positive Behavior Interventions and Supports » [Interventions et soutiens pour un comportement positif] (PBIS), un programme de modification comportementale anti-suspension qui se concentre sur la discussion et la médiation. Sous le PBIS, les étudiants indisciplinés sont réunis environ dix minutes avec un « spécialiste en comportement » avant de retourner en classe ou de passer dans une autre classe ou un autre école, où ils se comportent probablement de nouveau mal. La « majorité écrasante » des spécialistes en comportement sont noirs et « je ne sais pas très bien quelles sont leurs qualifications », a écrit Aaron Benner – un ancien enseignant de quatrième année qui est lui-même noir – dans le St. Paul Pioneer Press en 2015. Certains spécialistes « récompensent même les écoliers perturbateurs en les prenant à la salle de gym pour jouer au basket », a-t-il ajouté. « Il n’y a pas de limite au nombre de fois où un écolier perturbateur sera renvoyé de votre classe. »

Les « spécialistes culturels » formés par le PEG ont renforcé l’approche « accuser les enseignants » de l’administration. Ils ont conseillé que si des enfants tenaient tête aux professeurs, ceux-ci devraient rechercher comment leur propre incapacité à gagner la confiance des écoliers avait provoqué leur inconduite. Le résultat final d’une infraction à la discipline « devrait être plus que seulement des enfants qui s’excusent », a déclaré Kristy Pierce, un spécialiste culturel au collège de Battle Creek, à City Pages, qui a publié une série d’articles sur le chaos croissant dans les écoles de Saint Paul. « Lorsque vous utilisez le mot ‘Noir’ par opposition à ‘Afro-Américain’ et que l’écolier pique une crise, comprenez d’où cela pourrait provenir. »

En 2013, Silva a introduit un changement de politique final. Au nom de l’équité, elle a envoyé des milliers d’écoliers de l’enseignement spécialisé, souffrant de « désordres émotionnels et comportementaux » – noirs en proportion démesurée –, dans des classes normales. Les enseignants n’ont reçu aucun soutien supplémentaire pour faire face à ce défi sans précédent.

« Nous avons une part des enfants qui se considèrent comme intouchables », a dit une vétéran de l’enseignement lorsque l’année scolaire 2015-2016 a commencé. Dans les lycées de la ville, les enseignants se tenaient impuissants pendant que des tas de gamins chahuteurs – qui venaient à l’école pour le petit déjeuner, le repas de midi et le WiFi gratuits – se déchaînaient dans les corridors. « Les invasions de salles de classe » par des écoliers réglant des querelles privées ou se vengeant pour des trafics de drogue qui avaient mal tourné sont devenus la routine. « Les écoliers qui se fatiguent des cours se contentent de se lever et de partir », rapporte City Pages. « Ils frappent dans des salles auxquelles ils n’appartiennent pas, semant la zizanie et leurs méchancetés parmi leurs pairs. » Les premiers mois de l’année scolaire ont été marqués par des émeutes ou des bagarres à Como Park, dans les lycées Central, Humboldt, et Harding – y compris six batailles en trois jours à Como Park. La police a dû utiliser des substances irritantes pour disperser les écoliers qui se battaient.

« Nous voyons plus de violence et plus de violence grave », a averti Steve Linders, porte-parole de la police de Saint Paul. « Les bagarres à l’école qui impliquaient auparavant deux individus se développent en combats entre plusieurs individus ou même en mêlées impliquant plus de 50 personnes. » En septembre, une violente bagarre a éclaté au Lycée de Como Park. La police a dû appeler des renforts lorsque « la scène est devenue très chaotique avec de nombreux combattants », a dit Linders. « Ce ne sont pas… deux ou trois individus qui s’affrontent avec l’intention de résoudre leur différend privé, a déclaré l’enseignant Roy Magnuson au Pioneer Press. Ce sont des gamins qui essaient de prendre le dessus et d’attaquer. » En octobre 2015, 30 à 40 lycéens se sont affrontés dans une cage d’escalier au lycée Humboldt. La police a essayé de mettre fin à la bagarre tandis que le personnel bandait ses forces pour maintenir une porte fermée afin d’empêcher des douzaines de lycéens de se frayer une voie pour se joindre à la bataille.

Pour réduire les renvois disciplinaires, Silva a abaissé les attentes en termes de comportement et a abandonné des sanctions graves pour inconduite.

À mesure que l’année scolaire se déroulait, certaines écoles ont ressemblé de plus en plus à des zones de guerre. Des enseignants ont été blessés en résistant à des invasions dans leur salle de classe ou en intervenant dans des bagarres : la police a été obligée de recourir au Taser contre un lycéen perturbateur ; et un adolescent a amené un pistolet chargé à l’école, disant qu’il devait se défendre contre des membres d’une bande rivale. À la Harding High School, l’enseignante Becky McQueen a trouvé sa propre solution au chaos. McQueen – qui avait été menacée de mort et enfermée dans une armoire par des intrus dans sa salle de classe – a raconté à City Pages que pour empêcher les envahisseurs d’entrer elle demande maintenant à ses élèves de frapper un « code convenu » sur la porte avant d’entrer en classe.

L’administration de Silva a rejeté directement le blâme pour le chaos croissant sur les adultes. Jackie Turner, la responsable de l’engagement public du district, a dit que pour répondre à la violence, le district envisagerait une formation supplémentaire pour le personnel et les responsables de l’école sur « comment calmer les situations de manière appropriée ». Les bagarres auraient pu ne pas monter en escalade, a-t-elle dit, « si certains adultes avaient réagi différemment ». Interrogée sur la question de savoir si les élèves devraient être renvoyés pour bagarres, Turner a répliqué : « Vous n’allez pas entendre ça de ma part, vous n’allez pas l’entendre du directeur, vous n’allez l’entendre d’aucun administrateur. »

Pendant ce temps, dans de nombreuses écoles primaires, l’anarchie régnait. Les écoliers crachaient systématiquement des obscénités, bousculaient leurs camarades de classe et couraient dans les couloirs, a écrit Benner dans son article de 2015 pour le Pioneer Press. Les enseignants du primaire, comme leurs collègues du collège, étaient physiquement en danger. L’enseignante Donna Wu a été prise dans une bagarre entre deux filles de cinquième et a heurté le sol, subissant une commotion cérébrale. « J’ai reçu des coups de poing, des coups de pied, on m’a craché dessus et on m’a donné tous les noms imaginables  », a raconté à City Pages l’assistant de quatrième année Sean Kelly.

Un parent, Daeona Griffin, a dit à City Pages qu’une visite à la classe de deuxième année de son fils à l’école primaire de Battle Creek l’avait laissée sans voix :

« Cette classe de deuxième année est la classe la plus dysfonctionnelle que j’ai vue de mes propres yeux. Je n’ai même jamais entendu parler de classe comme celle de Mme [Tina] Woods. Elle a peut-être six élèves au comportement extrême dans une seule classe. Je les ai vus lui donner un coup de poing. Je les ai vus arpenter les couloirs. Je l’ai vue essayer de lire quelque chose à la classe et cela lui a pris une heure et demie pour lire deux pages. C’est trop. »

David McGill, professeur de science à l’école pour élèves à haut potentiel et surdoués de Capitol Hill, a déclaré à la commission scolaire de Saint Paul qu’une brute noire de quatrième année avait « sérieusement compromis une année entière d’enseignement des sciences » pour ses condisciples. Mais les enseignants et les administrateurs avaient évité de le punir à cause de la nouvelle politique d’équité, a expliqué McGill. Le pire de tout, certains enseignants ont souligné que cette politique ôtait aux maîtres le pouvoir d’exiger des élèves fautifs qu’ils s’excusent ou nettoient le gâchis qu’ils avaient fait. Résultat, se sont lamentés les enseignants, ces enfants n’ont jamais eu l’occasion d’améliorer leur maîtrise de soi et d’apprendre de leurs erreurs. Lorsque le premier semestre toucha à sa fin, les professeurs étaient en crise à propos des défis auxquels ils étaient confrontés. « Plusieurs d’entre nous […] rentrent chez eux en larmes », a raconté l’un d’eux au chroniqueur du Pioneer Press Ruben Rosario. « S’il vous plaît ne nous donnez pas davantage de formation du personnel sur le racisme ou […] sur comment faire cesser une altercation entre élèves […] Nous, les enseignants, nous nous sentons comme si nous étions en train de nous noyer. »

Le 4 décembre 2015 a marqué un tournant. Ce jour-là, à la Central High School, un élève de 16 ans a frappé et étranglé un professeur, John Ekblad, qui tentait d’apaiser une bagarre dans la cafeteria. Ekblad a été hospitalisé avec une lésion cérébrale. Dans le même tumulte, un directeur adjoint a été cogné à maintes reprises à la poitrine et il s’en est sorti avec une contusion au cou de la grosseur d’un pamplemousse. Le lendemain, lors de la conférence de presse, le procureur du comté de Ramsey, John Choi, a qualifié la violence croissante des élèves contre le personnel de « crise de santé publique ». Les attaques contre le personnel de Saint Paul rapportées à son office avaient triplé en 2015 par rapport à 2014, et étaient supérieurs de 36% à la moyenne des quatre années précédentes. Les attaques sur les enseignants ont continué pendant les mois qui ont suivi. En mars, par exemple, un enseignant de Como Park High a été attaqué au cours d’une invasion de sa classe à propos d’un deal de drogue, il a subi une commotion cérébrale et il a eu besoin d’agrafes pour refermer une blessure à la tête.

En 2014, Benner – un leader parmi les enseignants critiques de la politique d’équité raciale – a parlé franchement à la commission scolaire de Saint Paul. « Je crois que nous paralysons nos enfants noirs en n’ayant pas envers eux les mêmes attentes que pour les autres élèves », a-t-il dit à ses membres. Les élèves de Saint Paul, a écrit Benner l’année suivante, « sont utilisés dans une sorte d’expérience sociale où ils ne sont pas tenus pour responsables de leur comportement ». La sécurité, et non l’enseignement, était devenue « sa préoccupation numéro un », a-t-il dit.

« Il y a ceux qui croient qu’en renvoyant les enfants nous construisons un pipeline vers la prison, a déclaré McQueen, de Harding High. Je pense que c’est en ne les renvoyant pas, que nous le faisons. Je pense que nous disons à ces enfants ‘Vous n’avez pas besoin d’être correct envers qui que ce soit, nous ne faisons que vous parler. Vous pouvez attaquer quelqu’un et nous vous laisserons revenir ici.’ » Les dirigeants du district, cependant, ont nié catégoriquement l’accusation que la violence et le désordre croissants étaient liés aux récents changements dans la discipline. Le district a pris des mesures pour dissimuler l’ampleur du chaos et pour intimider et faire taire les enseignants qui critiquaient les politiques de Silva.

Des enseignants ont rapporté, par exemple, que les administrateurs n’assuraient pas de suivi lorsque des élèves étaient renvoyés pour des questions de discipline. Benner dit que c’est une tactique courante pour maintenir bas le nombre des renvois et des suspensions. De même, des parents ont reproché aux responsables scolaires de ne pas signaler à la police les actes de violence entre élèves. Une mère a dit au Pioneer Press que son fils, élève de septième, avait été violemment frappé à l’aine. Mais « lorsque j’ai demandé à la directrice pourquoi elle n’avait pas contacté la police, elle m’a dit : ‘C’est votre boulot.’ » Une autre mère a dit au journal que son fils avait été coupé avec un couteau X-ACTO à l’école. Lorsqu’elle a demandé pourquoi la police n’avait pas été informée, un administrateur a dessiné un plan pour se rendre à la station la plus proche au dos d’une carte de visite professionnelle, a-t-elle raconté. Après que la mère eut contacté la police, le premier assaillant a été accusé d’agression et le second de crime.

Les enseignants qui ont publiquement remis en question la nouvelle politique disciplinaire risquaient de graves répercussions. « Il y a un fort entêtement à dire qu’il n’y a pas d’erreur », a dit Roy Magnuson, un enseignant en sciences sociales qui dirige l’aile politique du syndicat enseignant de Saint Paul. La réponse courante, dit-il, est que « les gens comme moi ont des problèmes avec l’équité raciale est que c’est la raison pour laquelle nous la contestons. C’est un moyen très commode de nier la réalité de la situation. »

Parfois, la sanction pour dissidence est allée beaucoup plus loin que faire honte sur la question raciale. Benner dit que les dirigeants du district l’ont renvoyé de l’école et ont licencié son assistant. Il travaille maintenant dans une école privée. Candice Egan, une enseignante remplaçante de 63 ans, a aussi accusé le district de rétorsion. Après qu’un élève l’avait bousculée et plaquée contre un mur en mars 2016, elle est allée aux urgences médicales avec des douleurs à l’épaule et à la nuque. Egan a dénoncé l’attaque à la police après que les autorités scolaires eurent omis de le faire – bien que le manuel de district l’ait imposé. Elle a également parlé à un journaliste. Peu après, elle a été informée qu’elle ne pourrait plus retravailler dans le district. Egan a dit au Star Tribune que le service des enseignants en attente, qui organise ses engagements pour des remplacements, lui avait dit que les responsables du district voulaient « se distancier » d’elle « à cause de la manière dont l’incident avait été traité ».

Les commentaires sur les réseaux sociaux peuvent aussi mettre en péril les emplois des enseignants. Le 9 mars, l’enseignant spécialisé Theo Olson a été mis en congé administratif payé après avoir critiqué le manque de soutien de l’administration aux enseignants dans deux posts sur Facebook. Olson n’a fait aucune mention de la race. Néanmoins, Silva l’a mis en congé après que les Black Lives Matter de Saint Paul eurent menacé de « fermer » le collège de Como Park jusqu’à ce qu’Olson soit renvoyé.

Les tactiques musclées du district ont été très efficaces. La plupart des enseignants ont gardé leur frustration et leur détresse pour eux, craignant des inscriptions préjudiciables dans leur dossier personnel ou un transfert en représailles. Dans un post sur un réseau social, un professeur vétéran a estimé le nombre d’éducateurs « anéantis » à plus de 100, à des milliers ceux qui sont « terrifiés et réduits au silence », et le nombre de « parents ignorés » comme « trop important pour les compter ».

Peu avant 2015, la violence et l’anarchie avaient cru de façon si dramatique que les suspensions – bien qu’en dernier ressort – ont fini par augmenter. En décembre, Silva a annoncé que les suspensions du premier trimestre étaient les plus élevées sur cinq ans. 77% concernaient des élèves noirs, qui représentent 30% de la population scolaire. Au fur et à mesure que l’indignation publique montait, des familles de toutes les races ont commencé à quitter le district de Saint Paul pour des écoles privées et des écoles de la périphérie. De nombreuses familles disent que « leurs enfants […] ne se sentent pas en sécurité même lorsqu’ils vont aux toilettes », a dit au Star Tribune, en 2016, Joe Nathan, du Centre pour Changer l’École, basé à Saint Paul. Des parents étaient aussi troublés par les résultats en baisse des élèves du district, en lecture et en maths. Le district a perdu des milliers d’élèves, ce qui représente des millions de dollars de perdus en aides de l’État.

Les Asiatiques, la plus importante minorité du district de Saint Paul, ont tout particulièrement souffert du nouveau régime disciplinaire. Ces élèves – principalement des Hmongs et d’autres origines du Sud-Est asiatique – ont tendance à bien se comporter et à être respectueux de l’autorité, bien que beaucoup luttent sur le plan scolaire. Le professeur Koua Yang, enseignant au collège Harding, a dit qu’il avait perdu environ 20 élèves hmong dans l’exode. « Tout ce dont nous entendons parler est la disparité scolaire entre les Blancs et les Noirs, s’est-il plaint. Cette politique d’équité raciale, ce n’est pas équitable pour toutes les races […] Pourquoi devons-nous partir ? »

En novembre 2015, les électeurs de Saint Paul ont évacué la frustration que leur causaient les politiques de Silva de manière spectaculaire. Ils ont élu à une immense majorité une nouvelle commission scolaire avec une forte majorité anti-Silva. Caucus for Change, un groupe organisé par le syndicat des enseignants, a orchestré la victoire.

Quelques semaines après son élection, cependant, la nouvelle commission a été confrontée à sa première crise. La cruelle attaque sur Ekblad est arrivée le 4 décembre, et la direction du syndicat – qualifiant l’attaque de « point de rupture » – a menacé de faire grève sur les questions de sécurité scolaires. En mars 2016, la commission a évité une grève en approuvant un nouveau contrat pour les enseignants. Celui-ci donnait aux professeurs ce qui pourrait être appelé un salaire de risque – le plus élevé dans l’État, selon le Star Tribune. Mais la confiance des citoyens de Saint Paul en Silva s’était évaporée. Les enseignants ont lancé une pétition demandant son renvoi, et des responsables des communautés noire, blanche et asiatique ont répercuté cet appel dans une tribune dans le Pioneer Press. Finalement, le 21 juin 2016, la commission scolaire a annoncé le départ de Silva après le rachat de son contrat pour presque 800 000 dollars.

Dans son nouveau contrat, le syndicat a aussi gagné le financement pour 30 nouveaux conseillers, infirmières, travailleurs sociaux et psychologues. Mais à moins que les dirigeants du district ne décident d’adopter et d’appliquer des normes élevées dans la conduite des élèves, une amélioration significative dans la sécurité à l’école semble peu probable.

Au niveau fédéral, l’administration Obama a aussi fait une priorité absolue de l’« équité raciale » dans la discipline scolaire. En janvier 2014, le ministère de l’Éducation et de la Justice a publié une lettre aux « Chers Collègues », qui énonce les directives visant à obliger les districts scolaires à adopter des politiques disciplinaires dans le style de Silva. Actuellement, des enquêtes fédérales sont en cours dans les districts de tout le pays. Certains ont pris des décrets de consentement ; les autorités fédérales ont menacé de poursuivre les autres ou de suspendre les suspensions si le modèle ne passait pas. Les responsables fédéraux ont semblé peu préoccupés que la violence et le désordre aient suivi la mise en œuvre des politiques disciplinaires inspirées de l’équité raciale – pas seulement à Saint Paul mais également dans des districts comme Oklahoma City et New York. Avec l’investiture de Donald Trump en janvier 2017, ces initiatives pourraient être annulées – mais le nouveau président a décrit ses priorités principales comme étant l’immigration, la santé et l’emploi, et tout changement qui pourrait intervenir risque de prendre du temps.

L’expérience de Saint Paul montre clairement que les politiques disciplinaires enracinées dans l’idéologie de l’équité raciale conduisent au désastre. Cela ne devrait pas surprendre si on considère que les deux principales prémisses de cette idéologie sont profondément viciées. La première tient que les disparités dans les taux de discipline à l’école sont un produit des préjugés raciaux des enseignants ; la seconde soutient que la manière injustifiée et discriminatoire dont les enseignants visent les élèves noirs construit le pipeline qui va de l’école à la prison.

En 2014, une étude révolutionnaire de J. P. Wright et d’autres, parue dans le Journal of Criminal Justice, a disqualifié ces deux affirmations. L’étude a utilisé l’échantillon le plus large des enfants d’âge scolaire du pays. Contrairement à presque toutes les études précédentes, elle contrôlait les différences individuelles dans le comportement des élèves dans la durée. Avec cette méthodologie rigoureuse, les auteurs ont conclu que les préjugés des enseignants ne jouent aucun rôle dans l’écart des suspensions du point de vue de l’équité raciale qui, ont-ils déterminé, est « entièrement expliqué par une mesure du problème de comportement antérieur de l’élève ». Les différentiels dans les taux de suspension, ont-ils trouvé, semblent être « fonction des différences dans les comportements problématiques qui surgissent précocement dans la vie, restent relativement stables dans la durée et se manifestent dans la salle de classe ».

Pourquoi les élèves noirs et blancs, en tant que groupes, se comportent-ils différemment à l’école ? Les élèves noirs, en moyenne, « sont moins préparés intellectuellement à l’entrée à l’école » et amènent avec eux des déficits dans de nombreuses compétences sociales et émotionnelles, a découvert l’étude, sur lesquels leurs parents n’exercent pas de contrôle. Les auteurs soulignent que tandis qu’un grand nombre d’études antérieures ont suggéré les a-prioris des enseignants comme facteur de l’écart dans la discipline du point de vue de l’équité raciale, « certains chercheurs et militants » montrent des « motivations claires » pour présenter l’écart comme une question de droits civils, « avec toutes les menaces de litige correspondantes par le gouvernement fédéral ».

Quant au canal qui mène de l’école à la prison, les auteurs semblent considérer largement ce concept comme un effort pour relier « les différences raciales dans les suspensions à la discrimination raciale ». Dans ces circonstances, soulignent-ils, « là où les carrières sont avancées, là où les réputations sont établies, là où ‘l’idéologie du travail’ des chercheurs est confirmée, la critique habituelle et la prudence de la recherche savante sont marginalisées et usurpées ». Les écoles devraient faire des efforts pour corriger les comportements problématiques des jeunes élèves, disent les auteurs. S’il échouent à le faire, des schémas précoces de « comportements perturbateurs et non régulés » peuvent s’ancrer et conduire finalement à l’échec scolaire, au décrochage et potentiellement à des rencontres avec le système judiciaire. Dans les écoles de Saint Paul, cependant, l’idéologie de l’équité rend cette correction constructive impossible.

La source la plus profonde de l’écart dans la discipline en termes d’équité raciale est liée aux différence importantes dans la structure familiale. Les jeunes gens qui grandissent sans pères sont beaucoup plus susceptibles que leurs pairs de s’engager dans un comportement antisocial, selon une volumineuse recherche en sciences sociales. Un vie familiale désordonnée favorise souvent un manque de contrôle des impulsions et de socialisation, qui peuvent mener à une mauvaise conduite à l’école. La ville de Saint Paul ne publie pas les données des naissances hors mariage. Cependant, Intellectual Takeout, une institution de politique publique du Minnesota a déterminé, par une demande au nom de la liberté de l’information au Département de la santé du Minnesota, que 87% des naissances à Saint Paul de mères noires nées aux États-Unis ont eu lieu hors mariage, comparées aux 30% de naissance blanches. Tragiquement, le problème auquel nous sommes confrontés n’est pas tant une question de pipeline qui conduirait de l’école à la prison mais plutôt de la maison à la prison.

Qui paie le prix le plus fort pour des politiques disciplinaires basées sur l’équité raciale erronées ? Les nombreux élèves pauvres et issus des minorités qui entrent à l’école avec le désir d’apprendre. La destruction de l’ordre que promeuvent de telles politiques est destinée à rendre la lutte déjà difficile de ces enfants pour une instruction correcte encore plus décourageante.

Katherine Kersten

Katherine Kersten, écrivain et avocate, est agrégée supérieure au Center of the American Experiment.

Article en lien d’un article de Kunstler : Un système éducatif dépassé.

 

Traduit par Hervé et Diane, vérifié par Wayan, relu par Michèle pour le Saker francophone

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer